AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontres
EAN : 9782226342768
180 pages
Albin Michel (25/02/2015)
3.58/5   58 notes
Résumé :
« De temps à autre surgit un écrivain qui saisit tout un pays. Donal Ryan est de cette trempe. » -- Anne Enright

Dans un petit village irlandais frappé par la crise économique, des tensions émergent et se multiplient dangereusement. Un meurtre est commis, un enfant kidnappé, et c'est une communauté tout entière qui se retrouve en état de choc.

Bobby Mahon était le contremaître ' une entreprise contrainte de fermer ses portes, et dont le... >Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura
Critiques, Analyses et Avis (21) Voir plus Ajouter une critique
3,58

sur 58 notes
5
1 avis
4
13 avis
3
6 avis
2
1 avis
1
0 avis

NathalC
  19 janvier 2016
Ce roman ne raconte pas l'histoire d'une personne ou d'une famille, c'est l'histoire d'une petite ville d'Irlande en pleine crise. Crise économique, crise sociale.
Le point de départ, le départ d'un patron, laissant des employés démunis...
Puis quelques évènements plus dramatiques surgissent dans l'histoire : un meurtre, un enlèvement...
A partir de ce point de départ et jusqu'au dénouement de cet enlèvement, on passe d'un narrateur à un autre, on entre dans l'esprit du narrateur, dans ses pensées, et on suit tant bien que mal le déroulement de cette période...
On ne s'attache à aucun habitant en particulier et en même temps, on éprouve de l'empathie pour chacun d'eux.
Ce livre permet de comprendre que chacun a sa propre histoire, chacun réagit par rapport à sa propre histoire, chacun voit "midi" à sa porte, ...
Commenter  J’apprécie          250
isabelleisapure
  02 mai 2015
Bobby Mahon est une figure respectée de la petite ville irlandaise dans laquelle il vit. Il était contremaître sur les chantiers qui employaient la plupart des hommes de la ville, avant que leur patron Pokey Burke ne file à l'anglaise. Les hommes ont alors découvert qu'ils n'avaient droit à aucune pension, Pokey Burke ne les ayant jamais déclarés.
Bobby n'est que le premier à raconter son histoire, car c'est tout le portrait d'une petite ville irlandaise que Donal Ryan nous donne à lire dans ce roman polyphonique qui laisse la parole aux habitants : à Lily, la putain de la ville, à Vasya, un ouvrier originaire d'Europe de l'Est, à Réaltin, l'une des deux seules occupantes d'un lotissement inachevé… Toutes ces voix se succèdent pour raconter non pas seulement l'histoire d'un naufrage économique, mais aussi leurs tragédies personnelles.
Une bonne idée pour ce roman, seulement voilà, pour moi, trop, c'est trop. Vingt et une vies, vingt et un portraits de personnages sans relief ont eu rapidement raison de ma patience. Je n'ai pas réussi à maintenir le fil les reliant les uns aux autres tant la vie de chacun m'a semblé plate et sans intérêt.
Je dois tout de même saluer la qualité d'écriture indéniable de l'auteur qui elle seule a fait que j'arrive au bout de cette lecture et lui attribue 2 étoiles.
En conclusion, un roman qui par la banalité du propos ne m'a pas convaincue mais un auteur dont je tenterai la lecture du prochain ouvrage.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          190
traversay
  22 mai 2015
Meilleur livre de l'année 2012 en Irlande, lauréat du "Guardian First Book Award" en 2013. Pas mal pour le premier roman de Donal Ryan dont il aisé de prévoir, eu égard à ses qualités de styliste, qu'il refera parler de lui, en bien, dans les prochaines années. Prototype du roman choral, le coeur qui tourne enchaîne 21 chapitres dont le narrateur est à chaque fois différent, tout en appartenant à la même communauté d'une petite ville irlandaise, frappée sauvagement comme le reste du pays par la crise économique. Il y a un personnage qui fait office de fil rouge et dont on suit le calvaire au fil des différents récits : grugé par son employeur, calomnié par la rumeur, accusé du meurtre de son père. Mais son sort s'efface finalement devant la somme des destins individuels qui se succèdent. On y trouve colère, misère, manque d'amour, ressentiment et douleur. Et de l'espoir ? Non, quasiment pas, si ce n'est dans la toute dernière phrase du livre. 21 personnages, blessés, humiliés ou simplement paumés, cela fait tout de même beaucoup et le coeur qui tourne est hélas victime de son procédé narratif. Trop de malheurs et de rancoeurs concentrés en un roman relativement court ! Impossible de s'attacher à quiconque, les protagonistes viennent livrer leurs témoignages poignants et puis s'en vont rejoindre le cortège des ombres. Bien entendu, l'intention de Ryan de dessiner un portrait collectif est séduisant sur le papier mais in fine, son foisonnement d'histoires (certaines auraient pu constituer la trame d'un livre à elles seules) se révèle terriblement frustrant.
Lien : http://cin-phile-m-----tait-..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          220
maevedefrance
  29 mars 2015
Je vais avoir un problème majeur avec ce roman : comment en parler ? Ce n'est pas que je sois amnésique ou atteinte d'Alzheimer ou je ne sais quel problème de mémoire mais faute de pouvoir faire mieux, je l'ai lu en plusieurs fois. Ce n'est certainement pas la façon dont il faut lire ce livre, pas si épais que ça (180 pages) mais qui met en scène vingt-et-un personnages, soit presque tout un village irlandais de l'après-Tigre celtique ! Un roman polyphonique - la mode veut qu'on dise "roman choral", mais bof, ça me fait penser à des gens qui pousseraient la chansonnette, ce qui n'est pas franchement le cas car ils poussent plutôt des gueulantes, à tour de rôle et avec le bagou irlandais.
Pensez donc, le mec qui faisait vivre tout le village grâce à son entreprise, s'est fait la belle avec la caisse, laissant en plan ses ouvriers, qui n'ont plu qu'à aller pointer au chômage. Et comme si ça ne suffisait pas, ils découvrent qu'en plus, le gangster n'a pas rempli les formalités administratives pour les déclarer. Donc, point de chômage. La vie des gens s'effondre. Et comme dans un village, tout le monde se connaît depuis belle lurette, le passé ressurgit, on refait le portrait de chacun. L'amertume est capable de tout.
Le point de vue de chaque personnage qui prend la parole éclaire d'un jour nouveau le portrait du "voisin" qui a été fait par un autre. Au lecteur de se faire son avis, à condition de s'y retrouver car chaque personnage s'exprime une seule fois et vingt-et-une personnes, ça fait beaucoup. Pourtant, tout se tient parfaitement. Une vraie performance littéraire même si je pense qu'il faudrait que je le relise une deuxième fois pour tout comprendre parce que le puzzle est complexe.
Bref, c'est du costaud. En plus c'est à la fois drôle, sarcastique, haut en couleurs et tragique.
J'ai décidé de laisser la parole à Lily, sans doute celle qui m'a le plus fait rire :
"Quand j'étais à la maternité pour accoucher de mon cinquième enfant, une fouille-merde de sage femme s'est débrouillée pour me faire dire le nom du père." (parce qu'elle était sous tranquillisant !)
"Il y a quelque chose d'inexplicable dans l'attirance entre un homme et une femme. On ne peut jamais le définir. Comment est-ce que j'ai pu m'enticher bêtement d'un gros lourdaud mal fichu comme Bernie McDermott ?" (Ben oui, on se le demande !)
"Quand on tombe dans les orties, on ne risque pas de savoir d'où vient la piqûre."
"J'aime tous mes enfants comme l'hirondelle aime le bleu du ciel."
Bon allez, je donne aussi la parole à Jason qui a quelques soucis de santé :
"On m'a diagnostiqué un choc post-traumatique avec hyperactivité associée à un déficit de l'attention, trouble bipolaire, scoliose, psoriasis, tendance aux addictions et j'en passe" (un sex-symbole, quoi !)
C'est le premier roman traduit en français de Donal Ryan. Je pense qu'on entendra de nouveau parler de lui. Ce roman a été élu meilleur livre de l'année en Irlande en 2013. Il a été finaliste du Man Booker Prize en Angleterre et lauréat du Guardian First Book Award.
Un vrai bon roman, même s'il nécessite une bonne mémoire. A lire d'une traite ou à lire une deuxième fois.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
Fandol
  12 décembre 2017
Réussir un roman choral n'est pas chose aisée. Olivier Adam, fort de son expérience l'avait parfaitement fait dans Peine perdue. Fort courageusement, l'écrivain irlandais, Donal Ryan, pour son premier roman, le coeur qui tourne s'est lancé dans l'exercice, axant son récit autour de Bobby Mahon qui a perdu son emploi et ne peut toucher les allocations chômage, comme les autres ouvriers et employés de ce Pokey Burke qui a disparu…
Tour à tour, vingt-et-une personnes s'expriment, donnant chair à cette Irlande en pleine crise avec un chômage endémique et des patrons voyous. Passant de l'une à l'autre, cela tourbillonne un peu et laisse sur la faim pour certaines dont on aurait aimé en savoir plus.
Bobby souffre et nous fait souffrir car ce type vraiment bien accumule les malheurs avec la perte de son travail de contremaître : « Je me croyais arrivé. le bâtiment c'était l'avenir. Quand je croisais des bébés en poussette, au village, je pensais, Formidable, c'est du boulot pour plus tard. Ces gens-là auront forcément besoin de faire construire un jour ou l'autre. Pokey était un connard, on s'en rendait compte, mais tout le monde s'en fichait. »
Quant à son père, il a dilapidé en boisson tout l'héritage du grand-père, pour se venger et a saccagé la vie de sa mère. Dans ce décor sinistre et lugubre, les témoignages vont se succéder comme celui du père de Pokey qui avoue que son fils n'a jamais régularisé les prélèvements de ces gars maintenant au chômage et sans ressources. C'est lui qui doit subir les assauts du fisc et des sous-traitants et il se demande : « Qui faut-il accuser, alors, quand un enfant est pourri comme ça ? »
Vasya, un immigré d'origine russe confie bien tristement : « trop loin du foyer de mon père, trop loin de la tombe de mon frère. » Dans le Pôle emploi local, il est obligé d'admettre ce que les autres lui disent : « tu n'existes pas. »
Plusieurs femmes s'expriment comme Lily qui attire les hommes et en est à son cinquième enfant dont le père vient de la battre. Il y a aussi Realtín qui a couché avec George, son patron, et habite, comme une dame âgée, dans ce lotissement de quarante-quatre maisons, jamais terminé. Les autres sont vides !
Brian rêve d'Australie. Trevor est hypocondriaque. Seanie la Frime a mis Realtín enceinte puis celle-ci s'est débarrassée de lui, même s'il passe voir son gosse de temps à autre. Il bossait comme soudeur pour Pokey et ajoute : « Il a engagé une bande de manoeuvres polonais qu'il s'est empressé d'entuber… Quand notre tour est venu de nous faire niquer, on a commencé à rire jaune. »
Un enfant est kidnappé. Un drame survient. Un innocent est accusé et l'on raconte n'importe quoi. Jim est lucide : « D'après moi, les grandes gueules de la télé et de la radio sont responsables de cette hystérie qui est en train de s'emparer des gens. Ils font leur beurre avec les peurs des autres. »
Enfin, c'est Triona, la compagne de Bobby, qui termine cette ronde de témoignages avec une lucidité poignante et une petite lueur d'espoir.
Lien : https://notre-jardin-des-liv..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          80


critiques presse (1)
LaLibreBelgique   08 avril 2015
Donal Ryan prend le pouls humain du désordre sociétal actuel.
Lire la critique sur le site : LaLibreBelgique
Citations et extraits (18) Voir plus Ajouter une citation
cardabellecardabelle   27 août 2019
La pire boulette de ma jeunesse , ç'a été de me recouvrir la figure de tatouages .
A partir du moment où tu te fais piquer le visage , les gens te regardent plus pareil , même si tu as de jolis motifs , tu vois , des fleurs ou des oiseaux .

C'est pour une fille que je me suis décidé .
A l'époque , j'avais que deux-trois oiseaux dans le cou , pas plus , et elle m'a sorti que je serais génial avec une araignée sur la joue .
Elle avait seize balais et moi dix-huit mais c'était elle la plus futée des deux, largement .

[...] l'araignée sur la joue , c'était qu'un début

[...] je l'ai fait transformer en croix celtique , un pâté baveux qui me prenait une bonne partie de la figure.
Finalement , c'était pas équilibré , alors , j'ai fait poser un serpent sur l'autre joue qui regardait vers la croix en pointant sa langue .

Sur le moment , c'était géant , mais il faut croire que je me suis empâté parce que le dessin est devenu merdique , le serpent s'est aplati avec le temps et il se barre dans tous les sens .

Jason : p. 104 , 105 , 106
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          180
NathalCNathalC   18 janvier 2016
C'est fabuleux, d'être marié. On peut dire à sa femme des choses qu'on ne soupçonnait même pas avoir dans la tête. Quand on s'adresse à quelqu'un qui est comme une part de soi-même, les mots viennent tout naturellement.
Commenter  J’apprécie          210
NathalCNathalC   19 janvier 2016
Là-dessus elle m'a sorti qu'elle allait avaler toute sa boîte de cachets et se coucher pour ne plus jamais se réveiller, ce à quoi j'ai failli répondre , N'hésite pas, c'est ce que t'as de mieux à faire, pauvre chieuse cinglée.
Commenter  J’apprécie          160
laure1922laure1922   02 juin 2015
Ma merveilleuse Triona, je crois qu'elle n'a pas fait une affaire en choisissant de m'épouser. Elle aurait pu se caser facilement avec un des gros malins qui se sont vraiment rempli les poches au moment du boom économique. Architectes, notaires, agents immobiliers. Ils lui couraient tous après. Mais c'est sur moi qu'elle a jeté son dévolu sans vouloir en démordre, comme pour les faire enrager. Un soir, en sortant de boîte, elle a glissé sa main dans la mienne, et ça a suffi : elle ne m'a plus jamais lâché. Elle a perçu en moi des choses que j'ignorais posséder. C'est elle qui m'a fait, ni plus ni moins.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
NathalCNathalC   19 janvier 2016
Comment savoir ce qu'il aurait fait, Jésus ? Pour ce que j'en sais, ce gars est un noeud de contradictions. Une fois il t'invite à tendre l'autre joue, et après il pique une méga-crise et démolit les stands des marchands. Il dit Heureux les doux, mais ça ne l'empêche pas de se balader en incendiant tout le monde. Il se relève d'entre les morts, et au bout de quelques semaines, il fiche le camp en laissant ses copains dans la merde.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70

Videos de Donal Ryan (3) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Donal Ryan
Un livre Un jour l'émission de France 3 vendredi 25 octobre 2019 une initiative de Babelio "Tout ce que nous allons savoir" de Donal Ryan Alain Fleitour nous parle de l'Irlande à travers un hommage de Donal Ryan à toutes les femmes; le thème du livre "l'enfantement"
autres livres classés : littérature irlandaiseVoir plus
Notre sélection Littérature étrangère Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura





Quiz Voir plus

Quiz de la Saint-Patrick

Qui est Saint-Patrick?

Le saint patron de l’Irlande
Le saint-patron des brasseurs

8 questions
188 lecteurs ont répondu
Thèmes : fêtes , irlandais , irlande , bière , barCréer un quiz sur ce livre