AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2283028418
Éditeur : Buchet-Chastel (08/01/2015)

Note moyenne : 2.43/5 (sur 7 notes)
Résumé :
Une fois de plus, il n'a pas remporté le Prix ! Celui pour lequel il travaille sans relâche, celui qui fait tout le sens de son existence... Nous voilà plongés dans l'esprit tourmenté d'un sculpteur de « Ropfs » ? étranges créatures mi-organiques, mi-artisanales qui surgissent de son nombril. Son désir d'absolu se heurte aux perpétuelles demandes d'amour et d'attention de sa femme et de son fils Mouflet. Que dire alors de la naissance de Remouflet qui s'annonce, et ... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle
Critiques, Analyses et Avis (4) Ajouter une critique
Kevinaaaa
  12 février 2015
Voilà ma dernière trouvaille ''Masse critique''.
Alors il faut le dire, j'ai d'abord pensé qu'il s'agissait de la vie d'un auteur de roman qui tendait vers un prix littéraire que décidément il n'aurait jamais ... J'avais lu un peu vite mais franchement avec la masse de livres qu'il y avait cette fois-ci j'ai lu un peu rapidement les présentations qui en étaient faites ...
Je le reçois (enfin, grosse attente!!) et je commence à le lire.
Enfin non, je m'arrête au bout d'une dizaine de pages ... Je n'y comprends rien ... C'est quoi un Ropf ? C'est qui S ? Pourquoi une porlifération de S autour d'elle, en elle ? Et puis il l'a gagné ce prix ou pas ? Qui croire ?
Bref, je referme vite le truc parce que là tout de suite avec mes deux gosses qui hurlent qu'ils ont faim ou je ne sais quoi d'autre cette lecture s'annonce trop difficile pour moi !
Je m'y remets qques jours plus tard, à tête reposée (et enfants au lit!)
C'est plus clair : le personnage principal (qui s'autoproclame Moi avec la majuscule) est un sculpteur, mais un sculpteur d'un monde parallèle, qui crée ses sculptures à partir de masses corporelles qui sortent de son nombril ...
Bon alors là il faut avouer que cela part un peu mal. Je n'aime pas vraiment ces histoires où se mêle le fantastique, d'autant que, en avançant dans le livre on s'aperçoit que la 4ème de couverture résumait tout à fait l'ensemble ! Moi, se bat entre une femme S, et un mouflet, puis un remouflet. Une sorte d'histoire miroir de moi lecteur, moi dans la société. Bref une sorte de fiction exemple dans laquelle un homme (pas très sain d'esprit à mon avis, comme on peut le voir lorsqu'il met le feu à son appartement en ''oubliant'' le petit dernier dans son lit...), un artiste, doit créer et se débattre avec sa vie, sa femme, ses enfants et un désir irrationnel de réussite de ce fameux Prix.
En soi je me suis dit que cela pouvait être sympa une sorte de fiction exemple, qui nous amène à des questionnements personnels. Mais très sincèrement, ce n'est pas ça du tout et du coup c'est bizarre d'avoir eu cette prétention-là (prétention affichée en 4ème de couverture) et de l'avoir réalisé comme cela ... Cela m'a un peu chagriné ce sculpteur faiseur de Ropf tout droit sortis de son nombril ...
Bon je n'ai pas vraiment aimé cette lecture. J'ai trouvé qu'elle était difficile à lire, parce que le sujet, finalement assez éloigné de ce que je m'étais imaginé, ne m'a pas vraiment plu. La syntaxe est souvent difficile à parcourir, notamment dans les dialogues où les phrases dites sont mélangées à ce qui est pensé, ce qui est fait ou pourrait être à faire. Certains paragraphes sont décallés avec des alinéas sur 3/4 lignes sans que je ne comprenne trop pourquoi et certaines scènes sont irréalistes, sans pour autant être expliquées ou justifiées à aucun moment dans le livre.
J'ai donc suivi Moi dans ses pérégrinations mais j'ai moyennement accroché dans l'ensemble. Trop décousu, trop embrouillé.
A côté de ça j'ai vraiment aimé le traitement tout particulier de S et de leur relation de couple. Les passages où ils font l'amour sont assez étonnants et sortent vraiment de l'ordinaire, et le point culminant fut pour moi la naissance du second enfant !
Franchement j'ai a-do-ré ce passage ! C'était vraiment chouette tout ce passage, avec les sages-femmes en ciré et la tempête cyclonique où tout se confond, où tout devient complètement absurde et en même temps tellement vrai.
Voilà je vais finir sur cette note positive !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          01
Mangesonge
  06 septembre 2017
Ce sculpteur n'a qu'un rêve : obtenir le Prix, celui qui validera son talent, le fera éclater à la face du monde, lui procurera enfin cette consécration dont il rêve, la reconnaissance de ses pairs et la confirmation que tous ses efforts à suer dans son atelier n'ont pas été vains. En attendant, d'autres que lui obtiennent la récompense tant convoitée et tout n'est pour lui qu'obstacles sur le chemin qui mène au Prix : sa femme qu'il aime mais qui s'obstine à tout ramener au réel, son fils Mouflet à qui il ne trouve aucun intérêt, l'inspiration qui ne vient pas, et les autres artistes, coupables à ses yeux d'avoir trop de talent ou pas assez. Il s'entête et continue à produire ses « Ropf », des sculptures mi-vivantes, mi-artisanales qui poussent sur son nombril.
L'auteure nous propose de passer ce roman en compagnie d'un protagoniste pas franchement sympathique de premier abord : mesquin, égoïste, négligent, il est une pelote de paradoxes, convoite la reconnaissance d'autrui mais fuit tout contact social, crache à la figure de ceux dont il dépend, demande à être compris mais a si peu de compréhension à offrir en retour. Peu à peu pourtant, sa carapace se fendille et on se surprend à l'apprécier, malgré ses défauts, parce que le talent d'Antoinette Rychner nous le fait voir pour ce qu'il est : un humain, tout cassé en-dedans, mais capable de tendresse et d'éclairs de génie.
On dit que si les gens savaient comment on fabrique les saucisses, ils n'en mangeraient plus. « le Prix » fait le pari inverse. C'est un roman sur l'art qui nous en montre les aspects les moins séduisants : le travail, les échecs, les petites jalousies, les égos fragiles et tout l'édifice de hasard et de temps perdu qui fait que, parfois, quelque chose se produit qui nous bouleverse. A travers son personnage-sculpteur, l'auteure nous parle d'écriture, d'une manière parfois un peu démonstrative, mais avec tant de justesse qu'on se retrouve happé.
Grâce au don d'observation d'Antoinette Rychner, tous ces sentiments si familiers, tous ces thèmes que nous incarnons au quotidien – la frustration, le couple, l'ambition – sont dépeints si justement que ça a l'air simple (mais ça ne l'est pas). Pour nous faire partager l'univers mental du sculpteur, l'auteure fait le choix du réalisme magique et crée un univers situé à mi-chemin entre le fantastique et la métaphore, drôle et onirique, où la femme du sculpteur n'est décrite que par un vocabulaire maritime (extraordinaire scène d'accouchement !) et où les Ropf chantent pour ceux qui savent les percer à jour.
Ceci est un chef-d'oeuvre.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
ptitemarjo
  23 février 2015
Antoinette Richter est une jeune auteur qui écrit également des nouvelles et du théâtre.
J'ai découvert ces textes lors d'un jukebox littéraire où l'auteure était présente.
Suite à ce moment, j'ai eu envie de découvrir ses textes.
J'ai commencé par "Petites collections d'instants-fossiles" que j'avais bien apprécié puis "Lettres au chat" que j'ai adoré pour son humour et les moments d'motions.
J'ai donc découvert avec plaisir la sortie de son premier roman dans l'opération Masse critique, j'ai sauté sur l'occasion.
Le livre est arrivé dans ma boîte, un format original et une couverture avec un graphisme intéressant, tout était motivant.
J'ai commencé la lecture et j'ai directement été étonnée du style, des personnages que l'on ne nomme pas vraiment, S, Mouflet, Remouflet... Cela donne tout de suite une ambiance particulière.
Après est apparu le mot Ropf, la sculpture du Ropf...
Ce mot revient très souvent en lien avec l'obsession du personnage principal... assez intriguant.
J'ai failli abandonner le livre assez vite car ce fameux personnel principal m'a très vite mis mal à l'aise. Sa façon de parler, de penser... Ses actes, son rapport aux autres...
J'ai continué par curiosité et parce que j'avais apprécié les précédents textes de l'auteure, mais je n'ai pas aimé ce livre, j'avoue être un peu déçue...
J'espère être plus séduite par son prochain...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
Val78
  08 février 2015
Un couple, lui (qui se cite comme Moi), et sa compagne S, un enfant "Mouflet" puis un second, "Remouflet". Lui, le narrateur, est artiste car il se pense artiste. Il concourt à un Prix qu'il ne gagne pas et ces défaites le rongent. Heureusement, S est là et lui sert de pilier, de point fixe. Je l'ai lu comme une ode à la femme d'artiste. sans elle il ne serait rien, elle lui permet de rester à ne rien faire et accessoirement créer ses sculptures bizarres qui sortent de son corps.C'est littéralement l'artiste qui enfante sa création. Il passe par des phases de déprime et d'autres d'excitation créatrice, mortes eaux, hautes eaux. Image interessante.
J'ai reçu ce livre par Masse Critique et c'est une tres bonne surprise. Ce premier roman est une découverte. le style de l'auteure est précis et fluctuant à la fois, le vocabulaire riche et ennivrant. S est toujours décrite avec des termes aqueux, de la mer aux vagues en passant par l'embouchure... iconographie d'estran et de fruits de mer, tandis que les autres personnages n'ont pas droit à une si grande richesse de style.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Citations et extraits (2) Ajouter une citation
MangesongeMangesonge   06 septembre 2017
UN EGOÏSTE, MOI! C'est mal me connaître, franchement plus j'y pense et plus le mot me semble calomnieux car d'abord je suis parfaitement capable de l'intéresser aux autres et à leurs petites activités leurs petits problèmes, ou parfaitement capable de m'intéresser à toutes ces futilités qui font la vie des autres, alors non et renon une telle atteinte, une infamie pareille S n'en avait pas le droit
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Val78Val78   14 février 2015
Et jour après jour nous restons ainsi, les uns contre les autres, dans une lumineuse et délicate sensation d'essentiel.
Commenter  J’apprécie          20
Video de Antoinette Rychner (1) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Antoinette Rychner

MP 2015-02-25-412-003048BDD2D9.mp4
Payot - Marque Page - Antoinette Rychner - Le Prix.
autres livres classés : artisteVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle





Quiz Voir plus

Famille je vous [h]aime

Complétez le titre du roman de Roy Lewis : Pourquoi j'ai mangé mon _ _ _

chien
père
papy
bébé

10 questions
897 lecteurs ont répondu
Thèmes : enfants , familles , familleCréer un quiz sur ce livre