AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9782253115786
248 pages
Éditeur : Le Livre de Poche (07/03/2007)
3.53/5   32 notes
Résumé :
Louise et Julie sont voisines et vivent une amitié enfantine passionnelle, exclusive, dans laquelle elles vont s'abîmer pour fuir les névroses de leurs parents.
Gauche et émouvante, Louise s'est inventée un monde peuplé d'animaux sauvages et de plantes tropicales pendant que la fascinante Julia, aux allures de reine de beauté, s'adonne à la vivisection.
Ensemble, elles vont traverser l'adolescence et la difficulté de grandir.
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura
Critiques, Analyses et Avis (10) Voir plus Ajouter une critique
3,53

sur 32 notes
5
1 avis
4
2 avis
3
5 avis
2
0 avis
1
1 avis

Brooklyn_by_the_sea
  23 décembre 2020
Erreur sur la marchandise ; roman présenté comme une déclinaison de "Virgin Suicides" de Jeffrey Eugenides, mais pas vraiment, en fait.
Un matin de l'été 1992, la belle Julia se suicide. Louise, son âme soeur, va retracer l'histoire de leur amitié, depuis leur rencontre à l'âge de 8 ans jusqu'à ce jour fatidique. Tout les oppose : Julia la fifille aux robes de dentelles qui devient la bombe du lycée, et Louise le garçon manqué qui rêve d'expéditions amazoniennes. Et pourtant, elles sont les meilleures amies du monde, incapables de se passer l'une de l'autre. Chapitre après chapitre, on les voit grandir et se confronter aux dures réalités de l'existence, affronter ses joies et ses peines. Lalala.
Bon, c'est bien gentil, mais ça ne m'a pas emballée. Je n'ai pas retrouvé la grâce déployée par Monica Sabolo dans son magnifique "Summer" (écrit 12 ans après celui-ci, peut-être fallait-il atteindre une certaine maturité pour la faire naître), je n'ai ressenti ni frissons, ni vibrations, ni émotions. Néanmoins, c'est court, ça se lit bien, mais ce n'est pas ce que j'attendais. Déception.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          154
beamag87
  24 octobre 2017
Jungle retrace en quelques 250 pages la relation fusionnelle et destructrice de Louise et Julia, de leur enfance à leur entrée dans l'âge adulte. La majeure partie du roman est centrée sur leur adolescence et leurs deux chemins de vie à l'opposé l'un de l'autre. L'une, Louise, est timide et plutôt garçon manqué, passionnée de reptiles et autres bestioles et l'autre, séductrice et extravertie, a besoin d'être aimée à tout prix, quitte à se brûler les ailes.
On suit leur histoire en compagnie de Louise, la narratrice, et on comprend combien il est difficile de grandir dans une famille cabossée et en manque de repères.
Le style de Monica Sabolo est fluide, le récit est fait d'une succession de retours en arrière, pas forcément dans l'ordre chronologique mais ça ne m'a pas gêné plus que ça. J'ai aimé partagé ces moments en compagnie de ces deux jeunes filles, de partager leurs tourments et leur désir d'amour.
Un roman qui m'a séduit et m'a donné envie de découvrir les autres titres de Monica Sabolo, en particulier Summer, son dernier paru.
Merci au Livre de poche et à Babelio pour cette belle découverte.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          90
Melopee
  11 juin 2011
L'histoire s'applique à revenir sur les éléments constitutifs de la vie de ces deux jeunes filles - Julia et Louise - qui, bien que de caractère diamétralement opposé, grandissent telles des soeurs. La narratrice, Louise, est une jeune aventurière, baroudeuse et curieuse de nouvelles expériences. Elle est blonde, elle s'habille en treillis et ne fait attention qu'à la nature qui l'environne. Et Julia est une petite soeur de coeur, elle est brune, elle est belle et adulée de tous, elle demande l'attention avec force cris et caprices.
Qu'est-ce qui pourrait les réunir ces deux jeunes filles? Elles ont joué au parc ensemble, leurs parents ont sympathisé et les ont rapproché presque malgré elles.
Il faut signaler ce rôle des parents dès l'enfance car ils auront un rôle déterminant dans les orientations prises dans leur jeunesse à toutes deux. Car un jour le père de l'un part avec la mère de l'autre, et nos deux fillettes sont ainsi élevées comme une fratrie recomposée.
Et Louise l'indépendante se prend au jeu du double amical et trouve en Julia un modèle, une sorte d'antagonisme qui élève et pimente la vie.
On suit dans le récit des épisodes épars de leur vie : leurs souvenirs communs sont divulgués et on se rend compte de la trame commune qui les unit. Par exemple, le garçon qui plait à l'une (David puis Bénédict) devient le challenge à conquérir pour l'autre.
On partage leur existence quelque part facile et qui pourrait paraître banale pour une flopée d'adultes mais cette existence a cela d'extraordinaire qu'elle semble être un seul lien et non deux ficelles qui se relient l'une à l'autre. Quand Julia souffre de l'absence de son père, c'est Louise qui la ramasse à la petite cuillère, qui la console comme une soeur, qui joue quelque part le rôle de paternel.
Oui ce livre a été plaisant, oui je l'ai lu jusqu'au bout sans déplaisir mais de là à dire qu'il y a eu un franc plaisir à suivre leurs aventures je ne crois pas. Car bizarrement, après l'incipit très accrocheur, le récit peine à décoller et cette succession d'anecdotes a eu du mal à me distraire ou à provoquer un intérêt plus conséquent que la simple curiosité. Je peux sans doute expliquer cela par l'antipathie que j'ai tout de suite éprouvé pour Julia, personnage égoïste et narcissique. C'est ce qui m'a déstabilisé, que le balance ne penche pas finalement pour un peu plus de compassion, pour une évolution vers quelqu'un de plus tourné vers les autres.
C'est en somme une lecture rafraichissante qui, dès la couverture, nous donne envie de plonger en plein été mais qui n'arrive pas à aboutir à cette douce chaleur qui donne envie de s'y repaitre encore et encore.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
lilylitblog
  02 novembre 2017
Je ne pensais pas autant adhérer à ce petit roman, que j'avais sélectionné pour compléter ma connaissance de cette auteur, mais sans trop savoir de quoi il était question. Dès les premières pages, on sait que l'issue de l'histoire sera tragique puisque le récit s'ouvre sur le suicide de la solaire Julia, qui à vingt-et-un ans s'ouvre les veines en bikini dans sa baignoire. Il y a un petit côté Virgin Suicides dans le parcours de cette jolie fille qui semblait avoir tout pour elle et dont son entourage ne saurait expliquer au juste pourquoi elle décida d'en finir.
J'ai aimé la narration rétrospective, qui aurait pu nous laisser dans l'ambiance traumatisante du suicide, et qui pourtant réussit à nous extraire de la connaissance de cette fin pour nous plonger dans l'enfance de Louise et Julia, gamines aux tempéraments aussi opposés que leurs physiques. La blonde Louise, en tenue de camouflage dans son jardin, ne rêve que d'expéditions tropicales et de serpents dangereux, alors que Julia, charmante brune en robe volantée, bat des cils pour plaire à tous et à son père en particulier. Deux éléments fondamentaux scelleront pour toujours leur amitié : leur goût pour la transgression, marqué par des ateliers de dissection d'animaux morts, et la fuite de la mère de l'une avec le père de l'autre.
À partir de cet épisode fondateur, cette amitié extrême, qu'on pourrait qualifier de toxique, s'épanouit à travers les pages et les époques, dans une savante déconstruction temporelle. Derrière sa narratrice, Louise, l'auteur distille intelligemment les informations pour nous donner à comprendre de plus en plus profondément la relation des deux jeunes filles, plongeant peu à peu dans ce qu'elle a pu avoir de malsain, jusqu'à l'été qui causa de façon relativement inexplicable la mort de Julia. Plus que l'histoire en elle-même, assez banale en dépit de détails croustillants (notamment l'intérêt de Louise pour les reptiles), ce qui fait la force de ce récit, c'est son style à la fois solaire, nerveux et emporté, parfaitement adapté aux tourments de l'adolescence. Impossible de ne pas se reconnaître dans l'un ou l'autre des épisodes de la jeunesse de Julia ou de Louise, dans leur langueur, leur ennui, leurs rêves, leurs désirs, leur métamorphose. le lecteur, ou plus sûrement la lectrice, retrouvera ses années lycéennes, dans la description des peaux frôlées et des amours imaginaires, des querelles dramatiques qui s'évanouissent en réconciliations alcoolisées, et des relations amicales plus fortes que les amours d'adultes.
Par ailleurs, en dépit des événements tragiques dont il ne manque pas (en particulier dans le parcours de Pierre, le frère casse-cou de Louise), le roman sait diluer l'amertume de son propos, la désillusion envers le monde adulte et l'impression d'un avenir morne, dans des scènes alertes et parfois comiques. Extrêmement vivant et sensible, ce roman de Monica Sabolo est une vraie pépite. Encore un grand merci à Babelio pour cette découverte !
Aussi sur le blog :
Lien : https://lilylit.wordpress.co..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
carlottita91
  20 octobre 2017
Jungle est un roman court qui se lit assez rapidement. Il raconte l'adolescence perturbée mais somme toute, assez classique, de deux jeunes filles à l'amitié presque sororale.
L'une profite des garçons et découvre sa sexualité, l'autre est plutôt plongée dans son monde un peu farfelue peuplé de mygales et de serpents.
Pas d'actions prenantes, l'auteure joue plutôt sur les émotions. Elle nous rappelle des sentiments oubliés. Comment accepter ce corps qui change, comment accepter le rejet de l'être aimé, comment vivre la séparation,... Bref la vie se déroule au fil des pages et on s'attache à Louise, personnage un peu comme vous et moi.
Le nombre de pages est suffisant. le lecteur n'a pas le temps de se lasser. Je rejoins les critiques précédentes, il me manque un petit plus pour vraiment apprécier ce roman.
(Mention spéciale à la couverture que je trouve particulièrement jolie)
Commenter  J’apprécie          40

Citations et extraits (2) Ajouter une citation
armand7000armand7000   06 septembre 2019
Les reptiles sont des animaux déprimants pour les âmes tendres. Ils n'ont aucune mémoire. Ils ne sont pas romantiques. Ils daignent vous étreindre mais, dans le fond, ils vous échangeraient volontiers contre un tronc d'arbre
Commenter  J’apprécie          20
MelopeeMelopee   11 juin 2011
Les reptiles sont des animaux déprimants pour les âmes tendres. Ils n'ont aucune mémoire. Ils ne sont pas romantiques. Ils daignent vous étreindre mais, dans le fond, ils vous échangeraient volontiers contre un tronc d'arbre.
Commenter  J’apprécie          10

Videos de Monica Sabolo (17) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Monica Sabolo
Trailer Eden de Monica Sabolo
autres livres classés : suicideVoir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura





Quiz Voir plus

Monica Sabolo

Dans quelle ville Monica Sabolo voit-elle le jour?

Paris (France)
Buenos Aires (Argentine)
Lugano (Suisse)
Milan (Italie)

10 questions
16 lecteurs ont répondu
Thème : Monica SaboloCréer un quiz sur ce livre