AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2253074160
Éditeur : Le Livre de Poche (02/01/2019)

Note moyenne : 3.38/5 (sur 421 notes)
Résumé :
Lors d’un pique-nique au bord du lac Léman, Summer, dix-neuf ans, disparaît. Elle laisse une dernière image : celle d’une jeune fille blonde courant dans les fougères, short en jean, longues jambes nues. Disparue dans le vent, dans les arbres, dans l’eau. Ou ailleurs ?
Vingt-cinq ans ont passé. Son frère cadet Benjamin est submergé par le souvenir. Summer surgit dans ses rêves, spectrale et gracieuse, et réveille les secrets d’une famille figée dans le sile... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (173) Voir plus Ajouter une critique
Bazart
  29 août 2017
Je critique assez la littérature française en pestant contre le fait qu'elle a rarement la puissance évocatrice et le lyrisme de son homologue anglo saxonne, que je ne peux que m'emballer lorsque certains romanciers ou romancières marchent sur les traces des plus grands écrivains nord-américains.
Ainsi dans "Summer", son troisième roman à ce jour et le premier que je lis d'elle, Monica Sabolo, couronné du prix de flore en 2013 avec son premier roman «Tout cela n'a rien à voir avec moi », nous livre un roman formidable peuplé de fantômes et de mystère, qui m'a énormément fait penser à l'univers d'une Laura ­Kasischke et notamment d'un de ses romans les plus marquants un oiseau blanc dans le blizzard, que Greg Araki a récemment adapté au cinéma.
Une jeune fille de 19 ans disparait un jour lors d'un pique-nique au bord du lac Léman laissant dans une grande détresse ses parents et surtout son jeune frère Benjamin, le narrateur du livre qui ne se remettra jamais vraiment de cette disparition, et qui va tenter d'en résoudre les mystères 25 ans après.
Comme Laura ­Kasischke , Sabolo prend le pretexte d'une disparition d'un membre d'une famille en apparence ordinaires, pour mettre en mots la montée en puissance de l'étrange et d'une tension d'abord imperceptible puis insubmersible, avant un dénouement qui nous donnera quelques clés d'un secret qui conservera quelques mystères, sans doute laissé dans les limbes du Lac Léman.
Un Lac Léman particulièrement important tant il sert de toile de fond à une intrigue aussi onirique que métaphysique.
Hanté par ses rêves, et presque englouti par l'ambiance de ce lac aux eaux saumâtres aussi insondable que scintillant Benjamin est perçu comme une sorte de fantôme à peine plus présent que sa soeur disparue, un être rongé par les névroses et les secrets familiaux.
Monica Sabolo nous plonge dans les arcanes psychologiques particulièrement brumeux d'un homme à la recherche d'un passé qui pourrait enfin le faire renaitre à la vie, et si le dénouement ne révèlera pas de twists renversants comme dans un page turner américain ,cette quête intime est particulièrement bouleversante, magnifiée par la plume poétique et envoutante de Monica Sabolo..
Assurément un très grand roman de cette rentrée !!
Lien : http://www.baz-art.org/archi..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          6611
Jeanfrancoislemoine
  06 janvier 2019
Lors de sa sortie , j'ai pris le temps de palper , sentir , toucher , feuilleter les premières pages de ce livre précédé d'une réputation plutôt flatteuse de la part des critiques . Finalement , j'ai reporté sa lecture , ma PAL , comme les vôtres , j'en suis certain, étant déjà bien garnie.
Mais , "Au revoir, ce n'est pas toujours Adieu " et une nouvelle rencontre a eu lieu entre nous , le jour de sa sortie "en poche". Cette fois , pas d'excuse , nos destins se croisent , pour le meilleur et.....pour le pire.
Le meilleur , c'est , à mon sens la maîtrise de l'écriture par l'auteure. C'est fluide , bien maîtrisé , efficace . Le meilleur , c'est aussi la description de cette famille aisée et surtout sa relation interne ou avec les autres , cette vie hypocrite exclusivement menée par le silence ou les non -dits dans l'entre -soi , cette vie hypocrite ostentasoirement menée par la vanité , par le paraître ,par une image de soi lisse et flatteuse envers " les amis ". La fragilité de ces "mamours" de façade cédera bien vite face aux événements , du reste. Amitié et intérêt ne font pas toujours bon ménage.....
Le moins bon, c'est sans doute ce personnage de Benjamin qui n'est jamais parvenu à me toucher , à m'émouvoir , un personnage assez fade , subissant les événements , spectateur de sa vie , jamais acteur , tout au moins à mon humble avis .
Et puis il y a ce lac Leman dont je ne sais plus aujourd'hui si j'ai encore envie de le voir tant il semble attirer tous les désespoirs du monde , tout sombre et rempli de pièges insondables....Que d'eau , que d'eau....
Et surtout , je crois , la lenteur , la lenteur jusqu'à l'ennui , l'envie de fermer le livre avant la fin , l'envie de "passer à autre chose ".
Et pourtant , un "je ne sais quoi " , une sorte de petite voix me disait de ne pas abandonner , de respecter le travail de l'auteure , un peu ennuyeux , peut-être, parfois , mais loin d'être totalement inintéressant.
Mon opinion est donc assez mitigée mais , "non , rien de rien ,non , je ne regrette rien." J'ai bien fait de m'accrocher , la seconde partie de ce roman m'ayant davantage plu.
La lecture des critiques , très différentes les unes des autres ,m'a beaucoup intéressé. Il n'est rien de pire que l'uniformité et là , vraiment , les avis sont très disparates . Tant mieux.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          490
Annette55
  13 mai 2018
Comment vit- on avec les fantômes ?
Quand ont-ils commencé à me mentir ?
M'ont- ils un jour dit la vérité une seule fois ?
On ne sait pas pourquoi les gens agissent comme ils agissent ?
Vingt - cinq ans aprés la disparition de sa soeur lors d'un pique - nique au bord du lac Léman, un homme , Benjamin, (13 ans à l'époque), est constamment hanté, habité , submergé par les images qui tournent , de Summer, , cette jeune fille, une belle beauté blonde aux longues jambes et aux cheveux de soie..
Ce jour là, elle s'évapora....Noyée? Enlevée? Enfouie?
Dans les eaux, dans les arbres, ailleurs ?
Personne ne le sait ...
L'auteur met en scène avec une efficacité remarquable, prenante, les cauchemars aqueux , les rêves intenses , le tissu de la mémoire de Benjamin et ses visions imprégnées de parfum et de peau phosphorescente , d'odeurs , de vent , d'effroi , saturées surtout de références aquatiques : entité gazeuse, froufroutement soyeux, mêlés au parfum de l'eau huileuse et fétide du lac, ,clapotis d'une vague et bouches grimaçantes des poissons noirs....
Il y a entre les souvenirs de Benjamin, lors de son enquête devenu un adulte obsessionnel, morbide et le réel qui se dessine, des anfractuosités si vastes que sa vie semble s' y engouffrer.
L'auteur use d'images magnétiques, poétiques et sensuelles pour illustrer délicatement les fragilités , les emballements et les ambiguïtés de l'adolescence ...
Mais surtout, et c'est le plus important , elle décrit puissamment, implacablement , avec justesse, d'une façon bouleversante les symptômes béants d'une famille refermée sur ses secrets, le silence et les apparences, la dissimulation , la non- communication .....
Une espèce de psyché familiale dérangée complètement , détruite par ses mensonges !
Une oeuvre magnétique entre thriller et récit poétique , pétrie d' images et de symboles qui tiennent le lecteur en haleine jusqu'à la fin . Lu d'une traite ou presque , ma critique est un peu longue , pas facile de décrire la multiplicité des sentiments qui nous habitent et nous imprègnent , au coeur de ce récit !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          496
cicou45
  24 octobre 2017
Si je devais m'identifier à l'un des personnages de ce roman, je crois que ce serait celui de Benjamin. J'aime que l'on me dise la vérité mais pas de façon trop cru ni trop abrupte et lorsque celle-ci m'apparaît sous les yeux, je ne vais pas forcément l'accepter tout de suite, n'aimant pas que les êtres pu les choses que j'aime soient salis ou changent avec le temps. Si tout pouvait rester comme dans mes souvenirs, figé et beau, cela, tout comme le personnage de Benjamin, me conviendrait à merveille. Je crois que notre souci majeur à tous les deux est le manque de confiance en nous, face à l'autre, toujours meilleur (ici c'est le personnage de Summer) et c'est ce qui fait que nous vivons toujours dans le passé.
Pour Benjamin, notre narrateur, la vie s'est arrêtée il y a vingt-quatre ans de cela, le jour où sa soeur Summer, de cinq ans son aînée, a disparu. Ce drame s'est déroulé après un pique-nique près du lac Léman auquel Benjamin assistait avec sa soeur et ses copines - sa sublime soeur de dix-neuf ans, admirée et enviée de tous alors que lui a l'impression de n'être qu'un minuscule décor dans le paysage auquel on ne prêterait à peine attention. Tout au long de son existence, et même auprès de ses parents, Benjamin s'est toujours vu comme "le frère de Summer" et non pas comme une entité à part entière. du moins, c'est ce qu'il a toujours cru tout au long de sa vie, qu'il faisait en quelque sorte tâche à côté de cette dernière, et ce, même après sa disparition. Dans la famille, c'est devenu un sujet tabou, quelque chose qu'il ne faut plus jamais aborder et pourtant, vingt-quatre ans après, Benjamin a besoin de réponses. Que lui est-il arrivé ? A-t-elle été assassinée, enlevée, s'est-elle noyée ou la réponse serait-elle si évidente que personne ne le lui aurait jamais rien dit tout simplement parce qu'il n'a jamais posé de questions plus tôt ?
Un drame familial assez bien construit avec une écriture agréable malgré la tragédie qui se joue en arrière plan et l'ambiance pesante qui règne tout au long du roman. Cependant, j'avoue avoir été on ne peut plus surprise par ce dénouement on ne peut plus inattendu mais je ne vous en dirais pas plus afin de vous laisser découvrir cet ouvrage par vous-mêmes ! Là où je me réconcilie avec la littérature française contemporaine ! A découvrir !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          430
tynn
  04 juillet 2017
Benjamin est un homme accompli mais cabossé. Sa vie se passe souvent sur le divan d'un psy. Il y a lieu de creuser, de refaire le film d'une famille brisée par la disparition inexpliquée d'une soeur aînée. Un jour d'été, la belle et populaire Summer s'est évaporée, laissant exsangues ses parents et son jeune frère.
Depuis, Benjamin, dépressif, se refait le film de l'avant et l'après, recherche sa soeur et son enfance dans des flashbacks à répétitions, redessine une société aisée des années 80, sur fond de fêtes, sensualité et d'éducation permissive. Derrière le drame vécu par une famille "parfaite" apparaissent des fêlures et des tensions, des non-dits et des erreurs de jugement.
Un roman tristement poignant, à la fine psychologie, qui s'intéresse à la vision d'un enfant angoissé et d'un adolescent mal dans sa peau, concernant un événement fondateur de la personnalité de l'adulte, et à la charge de culpabilité associée. le phénomène d'auto protection que le cerveau développe pour faire face à l'inacceptable par oublis et omissions des événements est très pertinent.
Sans pathos, Monica Sabolo dresse un portrait réaliste d'un drame aux personnages crédibles dans leurs angoisses et leurs capacités de résilience. On peut néanmoins trouver l'ensemble un peu pesant et torturé, de longues pages ressassant l'intime, avant l'explication finale.
Un constat évident en refermant le livre: les secrets et la non communication sont les pires plaies dans une cellule familiale.
(Sélection pour le prix des lectrices de ELLE 2018, catégorie roman)
Rentrée Littéraire 2017
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          421

critiques presse (9)
LeJournaldeQuebec   30 janvier 2018
Romancière fascinée par le thème des secrets de famille, Monica Sabolo raconte une histoire aussi puissante que poétique dans son nouveau roman, Summer.
Lire la critique sur le site : LeJournaldeQuebec
Actualitte   10 octobre 2017
Le nouveau roman de Monica Sabolo possède une force étrange et magnétique, intrigante. Il est un comme un flottement, une ondulation qui s’élève puis s’abaisse, porté à la fois par le récit introspectif du narrateur et l’absence de la disparue.
Lire la critique sur le site : Actualitte
LaLibreBelgique   05 octobre 2017
Vingt ans après la disparition de sa sœur, un homme veut des réponses. Sous le vernis d’une bourgeoisie idéalisée, Monica Sabolo scrute la violence.
Lire la critique sur le site : LaLibreBelgique
Lexpress   19 septembre 2017
Avec Summer, l'auteure Monica Sabolo dépasse ses limites et livre une intrigue forte dotée d'un personnage qui est, lui aussi, déterminé à avancer.
Lire la critique sur le site : Lexpress
Bibliobs   14 septembre 2017
L'écrivain poursuit son exploration des secrets de famille avec “Summer”, un roman aux accents de thriller, sur la première liste du Goncourt.
Lire la critique sur le site : Bibliobs
Lexpress   06 septembre 2017
Avec Summer, l'enquête tardive d'un frère sur la disparition de sa jolie soeur sur les rives du Léman, Monica Sabolo livre l'un des plus beaux romans de la rentrée, sélectionné pour le Goncourt.
Lire la critique sur le site : Lexpress
Culturebox   04 septembre 2017
Un roman envoûtant où sont mis à jour, sous une plume musicale, les lourds secrets d'une bourgeoisie clinquante, et les mirages d'une jeunesse dorée.
Lire la critique sur le site : Culturebox
LeMonde   01 septembre 2017
Plus de vingt ans après, Benjamin enquête sur la disparition de sa sœur. Avec « Summer », la romancière plonge dans les eaux troubles de la grande bourgeoisie suisse.
Lire la critique sur le site : LeMonde
Telerama   16 août 2017
Un homme est hanté par l'absence de sa sœur, disparue il y a vingt-quatre ans... Une oeuvre magnétique à la lisière du thriller et du récit poétique.
Lire la critique sur le site : Telerama
Citations et extraits (144) Voir plus Ajouter une citation
Olivia-AOlivia-A   06 février 2019
Il me semblait que j'étais à nouveau contre cette porte, une pièce où l'on aurait enfermé les chagrins et les mystères de ma famille, peut-être de l'humanité toute entière, les espoirs déçus des mères de famille aux lèvres rouges, les parts d'ombre de pères qui mènent des existences parallèles, les secrets des jeunes filles, verrouillés sous leurs paupières maquillées, ou dans les cahiers qu'elles tiennent serrés contre leurs coeurs. Avec le docteur Traub - lui que j'imagine, dans sa salle de bain, s'appliquant une lotion capillaire au parfum de pharmacie, d'un geste soucieux -, nous écoutons, contre cette porte, des murmures, des rires plaintifs et lointains.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
llenallena   26 janvier 2018
Son départ semblait confirmer le message de l’univers: les gens disparaissent de nos vies, c’est ainsi que cela se passe. Certains sont là pour toujours, d’autres, généralement ceux que vous aimez le plus, se volatilisent les uns après les autres, sans explication, ils sont là ensuite ils ne le sont plus, et le monde poursuit sa route, indifférent, à la façon d’un organisme primaire constitué d’eau et de vide se propulsant dans un espace également constitué d’eau et de vide, ou d’un cœur aveugle, translucide, entièrement dédié à sa pulsation.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          150
XSXS   20 octobre 2017
J'avais eu la sensation étrange de découvrir une part secrète de la personnalité de mon père, quelque chose de doux et d'indécent à la fois, une part que personne n'aurait dû voir, et qui s'était échappé de lui, par inadvertance. Ce soir là, quelque chose avait bougé dans l'univers, un déplacement minime, mais qui avait profondément modifié notre essence, on aurait dit que nous n'avions plus aucun contrôle de nous-même, nous étions devenus si spontanés que c'en était terrifiant.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          140
BazartBazart   29 août 2017
Et tandis que leurs voix aiguës, aux accents de plus en plus désespérés, appelant ma sœur, j’étais resté là, absent à la scène, et à la vie, tandis que montait en moi la certitude que c'était arrivé, ce moment que j'attendais depuis toujours, l'effondrement de cet édifice de papier que constituaient nos existences.
Commenter  J’apprécie          210
BazartBazart   24 août 2017
Peut-être est ce la seule chose qui reste à faire quand on n’a plus si souvenirs ni émotions, retrouver des vestiges, creuser avec ses doigts dans la terre, reconstituer des squelettes, épousseter les fossiles, mais même là, il est probable qu’on ne parvienne jamais à saisir la vie qui les animait, pas même à l’effleurer...
Commenter  J’apprécie          190
Videos de Monica Sabolo (3) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Monica Sabolo
Monica Sabolo - Summer
autres livres classés : disparitionVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

Monica Sabolo

Dans quelle ville Monica Sabolo voit-elle le jour?

Paris (France)
Buenos Aires (Argentine)
Lugano (Suisse)
Milan (Italie)

10 questions
10 lecteurs ont répondu
Thème : Monica SaboloCréer un quiz sur ce livre
.. ..