AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
Citations sur Éden (97)

colka
colka   29 septembre 2019
Que savons-nous des êtres qui sont partis ? Que savons-vous de leurs pensées, de leurs peines ? Peut-être volent-elles vers nous, cherchant à nous atteindre ? Peut-être sont-ils juste là, à côté de nous. Ils nous parlent, ils approchent leurs visages, ils nous enlacent, et peut-être prononçons-nous les mots que nous n'avons pas osé leur dire, que nous tenons prisonniers dans nos coeurs mais qui la nuit nous échappent, se déversant dans leur coeur. Peut-être la nuit est-elle traversée de nos émotions les plus secrètes, qu'elles se percutent, qu'elles s'embrassent. Peut-être que notre courage, nos espoirs, nos fois absurdes, proviennent des phrases que l'on nous a murmurées dans l'obscurité, de cette douceur dont il ne reste, au matin, qu'une pulsation, juste une envie de vivre.
Commenter  J’apprécie          170
Bazart
Bazart   25 octobre 2019
"Les filles riaient en passant des sticks de baume sur leurs lèvres ou mettaient leurs mains en visière pour regarder dans le lointain des explosions mystérieuses qui illumineraient l'horizon de lueurs roses synthétique"
Commenter  J’apprécie          120
montmartin
montmartin   27 septembre 2019
Pour la plupart des blancs, notre existence est insupportable . Nous sommes leur miroir, ils ne peuvent pas nous regarder. Cela voudrait dire regarder en face les atrocités qu'ils ont commises, ils s'autodétruiraient.
Commenter  J’apprécie          120
Cer45Rt
Cer45Rt   25 octobre 2019
La vie est violente, nous sommes des proies ou des prédateurs, ou plutôt, nous sommes les deux à la fois, chacun notre tour.
Commenter  J’apprécie          90
montmartin
montmartin   25 septembre 2019
Peut-être qu'on ne peut pas tous voir l'autre monde, celui qui est caché. Peut-être qu'il faut être ouvert, avoir un coeur pur.
Commenter  J’apprécie          70
Cer45Rt
Cer45Rt   29 octobre 2019
Je déposai la carte sur la table de nuit. Elle suivit mes gestes, mais ses yeux étaient dénués d'expression. Puis elle se tourna sur le côté, les cheveux éparpillés sur l'oreiller.
Je m'assis sur le rebord du lit, et me mit à pleurer.
Commenter  J’apprécie          60
colka
colka   29 septembre 2019
Nos vies se déroulent, en apparence hasardeuses, chaotiques ou monotones, nous sommes penchés sur un ouvrage, nous brodons un coussin blanc, des jours, des semaines, une existence entière, une répétition morne et dénuée de sens, mais soudain, alors que nous n'en avons aucune conscience, absorbés par le point de croix, apparaît un motif à celui qui regarde, une tête de cheval, un village sous la neige, une femme nue.
Commenter  J’apprécie          60
Wyoming
Wyoming   01 novembre 2019
Dans cet instant d'apesanteur, il se mit à neiger des flocons phosphorescents. Tout autour de moi voletaient de minuscules étoiles. Portées par le vent, elles dessinaient des courbes gracieuses, mouchetant l'obscurité de particules d'or.
Commenter  J’apprécie          50
Cer45Rt
Cer45Rt   26 octobre 2019
Je ferai le siège de ceux qui ignorent la nécessité du refuge, de la frontière, de l'ombre. Je serai la gardienne du monde obscur des forêts. Je veillerai sur lui, je me dresserai sur le chemin de ceux qui veulent le détruire. Je me tiendrai debout, minuscule sur la route, dressant des barrages dérisoires. Je serai là, à la lisière entre le chaos et le silence, je chercherai le secret caché derrière le paysage, à l'origine.
Commenter  J’apprécie          50
Nieva
Nieva   05 septembre 2019
Un après-midi d’avril, j’étais entrée dans la forêt, là où j’avais vu Lucy s’engouffrer à plusieurs reprises. Je pénétrai dans une pénombre fraîche et odorante, avec la sensation d’entrer à l’intérieur même de ma mémoire. Des flaques de neige s’étendaient çà et là, constellées de traces minuscules. Je nous revoyais, mon père et moi, agenouillés, si près de la neige que nous pouvions l’entendre crépiter. Nous observions les empreintes des animaux, des lignes en pointillé révélant la trajectoire d’un oiseau sautillant, d’un lièvre ou d’un daim, et il était merveilleux d’imaginer qu’à cet endroit où ne régnait désormais qu’une immobilité silencieuse il y avait eu une autre vie, sauvage, et que peut-être, à cet instant, des bêtes braquaient leurs yeux opaques sur nous, qu’elles étaient là, dans les feuillages.
Commenter  J’apprécie          50




    Acheter ce livre sur

    FnacAmazonRakutenCulturaMomox






    Quiz Voir plus

    Monica Sabolo

    Dans quelle ville Monica Sabolo voit-elle le jour?

    Paris (France)
    Buenos Aires (Argentine)
    Lugano (Suisse)
    Milan (Italie)

    10 questions
    13 lecteurs ont répondu
    Thème : Monica SaboloCréer un quiz sur ce livre