AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2253162957
Éditeur : Le Livre de Poche (06/03/2013)

Note moyenne : 3.4/5 (sur 39 notes)
Résumé :
A quatre périodes de la vie d’une femme, ce roman raconte la fascination de Shirin Wilson pour une île dont son mari, Venn le Breton, est le maître, et son propre besoin de liberté.

Tous les hommes sont fous de Shirin, qui n’a qu’une passion : l’île de Storn, entrevue dans son enfance et qui s’incarne au cours d’une soirée par son châtelain, Venn Le Breton. Venn, fasciné par la jeune femme, l’épouse et l’emmène dans son île, où règne une redoutable gr... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacRakutenLeslibraires.frMomox
Critiques, Analyses et Avis (10) Voir plus Ajouter une critique
nadejda
  17 mars 2011
«Été après été, les Wilson emmenaient leurs enfants en vacances au même endroit. Il est possible que ce désir de rester fidèles à leurs habitudes soit à l'origine des tragiques événements qui
eurent lieu trente ans plus tard...» 

Mr et Mrs Wilson ne parviennent pas d'une année sur l'autre à changer leur destination de vacances. Ils en discutent chaque année en famille, pour finalement décider de revenir à Port Breton. Les premières pages qui décrivent cette famille petite bourgeoise qui n'aime pas changer ses habitudes sont d'un humour décapant. 
Mr et Mrs Wilson ont trois enfants Paul, Roger et Shirin. Shirin détone dans cet univers familial figé. Elle est pleine de vie et a déjà, à seize ans, un charme auquel personne ne peut résister.
Pour Shirin c'est une joie de retrouver Port Breton, Mrs Jolly leur logeuse en qui elle a pleine confiance, et surtout l'île sombre et mystérieuse de Storn dont elle conserve toujours avec elle une photo et qu'elle contemple d'une petite crique où elle aime se réfugier. Elle refuse de se rendre dans cette île qu'elle veut garder en elle comme un objet de désir. Mais surgit dans sa crique-refuge un intrus, l'héritier de Storn, Venn le Breton qui va la convaincre de venir visiter son île et pour lequel elle va ressentir un mélange d'attirance et de répulsion. Les vacances sont interrompues brusquement par un décès dans la famille de Shirin et elle ne retrouvera Venn le Breton que dix ans plus tard. Il va alors la convaincre de l'épouser et la ramener dans l'île.
Leur relation va être pervertie par l'amour que Shirin voue à l'île de Storn et qui va rendre fou de jalousie son mari. Nous suivons l'évolution du drame qui lie Shirin et l'île de Storn de dix ans en dix ans. 
Tout au long du roman son irrésistible séduction naturelle, dont Shirin est elle-même surprise, va finalement la tenir éloignée des autres. Elle lui sert d'écran pour ne rien laisser paraître de ses souffrances intérieures. Ce qui peut sembler une force deviendra une prison qu'elle aura, en partie, forgée elle-même et elle s'épuisera à vouloir y rester fidèle.
L'amitié de Mrs Jolly et de son amie Cristina --- qu'elle appelle au secours et qui vont la rejoindre dans l'île --- malgré leurs tentatives, ne lui suffiront pas à se libérer. Elle ne veut pas s'abandonner, lâcher prise.
Malgré une écriture toute en nuances et subtilité, je n'ai pas vraiment réussi à m'attacher aux personnages de cette histoire et en particulier à l'héroïne Shirin. Je n'y ai pas cru. C'est Venn qui m'a le plus touchée alors qu'il aurait dû être le plus antipathique. Sa perversité, son orgueil et celle de la vieille dame, sa grand-mère, telles que nous les décrit Vita Sackville-West, ne m'ont pas complètement convaincue.
Je ne trouve pas à ce roman la qualité de «Toute passion abolie» même si Virginia Woolf écrit à son propos dans son journal que «Dark Island est très bon» . Quoique, en écrivant cela, je me dis que Shirin, dans sa vieillesse, aurait peut-être pu ressembler à Lady Slane et finir sa vie avec le fidèle Tracey qui reste amoureux d'elle sans espoir de retour.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          120
Malaura
  13 mai 2011
Depuis son plus jeune âge, lorsqu'elle partait en vacances avec ses parents à Port-Breton, Shirin a toujours été fascinée par Storn, une île au large de Port- Breton. L'année de ses 16 ans, elle rencontre Venn, le jeune Lord héritier de Storn, qui l'emmène en visite sur son île. le cadre grandiose et sauvage de l'île captive et subjugue à tout jamais la jeune fille. Aussi, 10 ans plus tard, lorsqu'elle retrouve Venn, elle accepte sans hésiter de l'épouser. Mais ce n'est pas Venn qu'elle aime avant tout, c'est Storn ! Et Venn, fou de jalousie, le lui fera payer.
Si l'on retrouve dans ce roman paru en 1934, beaucoup des qualités de l'auteur, comme l'élégance fluide du style, la finesse d'observation ou la peinture minutieuse des sentiments ,"Dark Island" a toutefois du mal à susciter l'empathie et une réelle connivence avec le lecteur. Audacieuse pour l'époque, cette oeuvre sombre, tendant à refléter l'esprit d'indépendance des femmes, pèche par son côté "exagéré" : émotions exacerbées frôlant l'invraisemblance, démesure des passions déchaînées, sentiments outranciers...on a beaucoup de mal à y croire !
Vita a tellement fait mieux !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          100
Titine75
  18 juin 2013
Chaque été, la famille Wilson se rend au même endroit : Port-Breton. Ils y ont leurs habitudes et le lieu les séduit toujours autant. C'est surtout le cas de leur fille Shirin, envoûtée par la vue de l'île de Storn que l'on voit de Port-Breton : "Elle alla chercher, bien caché sous ses mouchoirs, un portefeuille en cuir dont elle retira une photo de la côte prise depuis Port-Breton, avec au premier plan la mer, immense, lumineuse, et tout au fond l'île beaucoup plus sombre de Storn. On ne discernait pas le détail, seulement une forme forme lointaine et les deux hautes tours rondes du château normand. Jamais elle n'avait regretté que sa photo ne soit plus précise. C'est ainsi qu'elle la préférait : obscure, mystérieuse, à l'écart des rayons de soleil trop directs, à l'opposé des contraintes prosaïques de la vie quotidienne, de sa médiocrité pénible, de ses faux-semblants. C'était son domaine privé, son refuge, qui la protégeait de sa famille, de Dulwich, et aussi d'elle-même." Un été, le rêve de Storn se concrétise en la personne de Venn le Breton, le futur propriétaire de l'île. Les deux jeunes gens passent la journée ensemble. Shirin découvre Storn de l'intérieur et s'imagine habitant les lieux. Shirin et Venn, en se séparant, n'imaginent pas qu'ils ne se reverront que dix ans plus tard et que cette rencontre sera décisive.
"Dark island" est l'occasion pour Vita Sackville-West de développer un personnage de femme flamboyant et viscéralement indépendant. Shirin m'a beaucoup fait penser à l'héroïne de "Paola". L'auteur construit son roman son roman en suivant son personnage tous les dix ans en allant de 16 à 46 ans. Shirin n'est pas très sympathique au départ, son comportement surprend. Elle a épousé en première noce Miles Vane-Merrick (celui de "Haute société") et a eu des enfants avec lui. Sa présence est très courue dans les dîners, les soirées même après son divorce. Elle fascine, attire les hommes aussi bien que les femmes grâce à son charme et sa répartie. Mais sous le vernis social, Shirin ne semble être attachée à personne. Même ses enfants n'occupent que peu de place dans sa vie. C'est le prix de la liberté. Son indépendance ne supporte aucun lien, aucune obligation envers qui que ce soit. La seule chose qui touche véritablement Shirin est Storn. C'est ce point faible qui la fera céder aux avances de Venn le Breton. Entre les deux époux s'engage un véritable combat. Venn cherche à dompter Shirin, il veut qu'elle lui appartienne pleinement. Elle se montre une épouse parfaite, attentive mais elle reste insensible à son mari. Son désir absolu de liberté finit par nous la rendre sympathique, on s'attache à ce personnage farouche. Shirin est une femme comme on en rencontre peu dans la littérature : mystérieuse, envoûtante, passionnée et tumultueuse. Comme dans "Toute passion abolie", "Haute société" ou "Paola", Vita Sackville-West crée une forte personnalité, une femme cherchant à être plus libre.
Comme l'indique son titre, "Dark island" est un roman à l'atmosphère sombre, tourmentée. Même si ce n'est pas mon préféré de Vita Sackville-West, je me suis laissée emporter par cette histoire et ce personnage féminin étonnant.
Lien : http://plaisirsacultiver.wor..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
Bigmammy
  15 juillet 2011
C'est l'histoire d'une jolie jeune fille qui traîne tous les coeurs après elle, celui des hommes comme celui des femmes. Très jeune, elle a fait son choix : celui d'aimer et de seconder son père, archéologue maltraité par son employeur, qui a perdu la vue dans les poussières de la Perse où Shirin, l'héroïne, voit le jour. Nous la retrouvons à 16 ans, en vacances dans une petite station des Cornouailles, Port-Breton. Année après année, les parents de Shirin viennent y passer leurs vacances, modestes, avec leurs trois enfants. Shirin est très belle, les hommes en sont fous. Mais elle ne se livre pas, jamais….A Port-breton, elle rencontre Venn, le jeune seigneur de l'ile de Storn, un paradis de pins, de criques et de rochers affleurants, baigné de tempêtes, avec son immense château. Un adolescent orphelin élevé par sa grand-mère splendide et immuable. Qui va, elle aussi, tomber sous le charme de Shirin, mais ne se fait aucune illusion sur le caractère complexe de son petit-fils.
Dix années plus tard, nous retrouvons Shirin, déjà divorcée d'un membre du Parlement. Elle en a eu quatre enfants, dont l'aîné, Luke, n'est pas comme les autres : c'est un enfant dangereux pour lui et pour les autres, qui doit à ce titre être enfermé, dont on ne parle pas. C'est lui qui cause la première mort de Shirin, qui fait que rien ni personne ne peut l'atteindre. Ni altérer son charme dévastateur. Elle est d'une franchise rare, ne fait jamais de concessions. Quand elle retrouve Venn dix ans parès leur première et furtive rencontre, elle accepte de l'épouser mais le prévient qu'il n'aura jamais barre sur elle. En fait, c'est de l'ïle de Storn dont elle est amoureuse, mais lui n'accepte pas de partager son royaume. Et c'est un pervers. Fou d'amour pour elle, il ne supporte pas qu'elle ait eu une vie et des enfants avant lui…ni des amies fidèles. Il va devenir dangereux, cruel, fera tout pour la plier à sa domination, allant jusqu'au meurtre. Mais Shirin aura le dernier mot, avant de disparaître à son tour.
C'est un roman âpre et fort, une étude moeurs vue du côté femme, écrit et traduit avec délicatesse et sensibilité. le livre a été publié en 1934 et a fait grand bruit à l'époque, car cette femme forte et libre ne devait pas plaire à tout le monde, dans le milieu feutré de la haute bourgeoisie anglaise. Après tout, Shirin est une petite parvenue, qui joue de ses attraits sans rien concéder en échange. On ne parlait sans doute pas de harcèlement moral à l'époque….C'est une histoire d'aujourd'hui à ce titre aussi. Admirablement traduite par Micha Venaille.
Seul bémol : la couverture est affreusement mal choisie !
Lien : http://www.bigmammy.fr
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
mariecloclo
  11 septembre 2013
Pas le meilleur roman de cet auteur qui pourtant est intéressante.
Il s'agit d'un portrait de femme qui commence lorsque Shirin a 16 ans. Eprise de liberté, elle refuse une vie conventionnelle. Nous la retrouvons divorcée d'un aristocrate à 26 ans, après avoir eu 4 enfants. Elle se marie alors avec le propriétaire de l'île de Storn. Cette ile la faisait rêver depuis son enfance alors qu'elle l'observait au loin, de son lieu de vacances à Port-Breton. Relations complexes et violentes avec son mari, Shirin est une femme qui fascine hommes et femmes mais ne se dévoile jamais vraiment. A vrai dire, c'est presqu'une caricature, elle semble antipathique car elle est d'une extrême froideur et dureté. Décevant.
Commenter  J’apprécie          20
Citations et extraits (6) Voir plus Ajouter une citation
FemiFemi   10 novembre 2014
(...) elle se mit à réfléchir sur la manière subtile dont une vie se construit, à partir d'une immense variété de rencontres et d'événements. Comme un dessinateur inspiré qui démarre d'un seul trait avant de tracer des spirales, des détours, des rajouts, et de conclure par un ensemble de figures et d'arabesques que l'on pourrait croire sans lien avec le premier coup de crayon.
Commenter  J’apprécie          50
nadejdanadejda   17 mars 2011
Des vaguelettes ondulaient paresseusement sur le sable blanc, des mouettes plongeaient en piqué vers la mer, le garçon sifflotait doucement, l'air absorbé, continuant à pêcher, ignorant toujours Shirin, et elle, à la fois amusée et agacée, bien déterminée à ne pas céder, s'installa sur un rocher plat pour observer Storn.
Commenter  J’apprécie          40
nadejdanadejda   17 mars 2011
C'était définitif, elle voulait respecter le secret de ce lieu et pour cela ne jamais y pénétrer, comme elle se refusait à forcer l'intimité de tout être humain de son entourage. Elle trouvait inconcevable de se mêler aux promenades si banales des hordes d'excursionnistes qui s'embarquaient sur le Jonquille. Storn était un lieu sacré, à part, unique. Le symbole de l'amour. Un sentiment qu'elle n'avait pas encore éprouvé.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
nadejdanadejda   17 mars 2011
Elle repensa alors à la façon dont le motif de sa vie était à nouveau en train de s'enrichir -- encore un de ces coups de pinceau surprises qui viennent se déposer sur la toile pour compléter le tableau. Une nouvelle courbe était en train de se dessiner sous ses yeux, elle n'était pas encore intégrée au croquis, mais, comme une fusée explose en mille étoiles dans la nuit sombre avant de retomber sur terre, elle allait bientôt se poser en rajoutant une arabesque à son destin. Seule Storn comptait pour elle. Au fond d'elle, elle avait toujours su que l'île lui appartiendrait un jour. Et ce jour était enfin arrivé.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
nadejdanadejda   17 mars 2011
A elle seule, Storn, avec sa magie et sa beauté, démultipliait son énergie. Elle se sentait comme transfigurée, purifiée, habitée d'une incroyable et mystérieuse force qui transcendait tout et lui donnait une perception métaphysique de la réalité. Storn avait une âme, elle l'aimait pour tout ce qu'elle représentait, la solitude, la dignité, la poésie.
Commenter  J’apprécie          20
Videos de Vita Sackville-West (6) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Vita Sackville-West
Je te dois tout le bonheur de ma vie: Virginia & Leonard de Carole D'Yvoire aux éditions Livre de Poche
« Bloomsbury m?enchante, il est la vie même. » Dans un récit inédit, vivant et abondamment illustré, Carole d?Yvoire raconte les premières années et la rencontre de deux êtres fascinants : Virginia Stephen et Leonard Woolf, dont l?union sera symbolisée en 1917 par la naissance de la maison d?édition Hogarth Press. Sont ainsi célébrés dans ce texte émouvant une période activité artistique foisonnante et ceux qui, face au tragique, choisissent l?affirmation de la vie, d?une « vie intense et triomphante ». Inclus : des extraits de lettres, une nouvelle de Virginia Woolf et une nouvelle inédite de Leonard Woolf.
https://www.lagriffenoire.com/98459-divers-litterature-je-te-dois-tout-le-bonheur-de-ma-vie.html

Virginia et Vita de Christine Orban aux éditions Livre de Poche
1927. Virginia Woolf vient de publier La Promenade au phare. Elle vit une passion tourmentée avec Vita Sackville-West dont le célèbre château paternel de Knole se situe tout près de Monk's House, la modeste demeure de Virginia et de son époux, l'éditeur Léonard Woolf. La fascination qu?elle ressent pour Vita, l'abîme entre sa vie bohème et le faste de l'excentrique aristocrate vont donner naissance à l?une de ses ?uvres maîtresses, Orlando. Dans Virginia et Vita, où tout est dit de la passion et de la jalousie, Virginia Woolf est à son tour transformée en personnage de roman. Christine Orban évoque avec subtilité la complicité de deux femmes exceptionnelles, puissantes et fragiles qui conjuguent à leur manière amour et création littéraire.
https://www.lagriffenoire.com/6842-divers-litterature-virginia-et-vita.html
Vous pouvez commander Je te dois tout le bonheur de ma vie: Virginia & Leonard et Virginia et Vita sur le site de la librairie en ligne www.lagriffenoire.com
+ Lire la suite
autres livres classés : littérature anglaiseVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacRakutenLeslibraires.frMomox





Quiz Voir plus

Londres et la littérature

Dans quelle rue de Londres vit Sherlock Holmes, le célèbre détective ?

Oxford Street
Baker Street
Margaret Street
Glasshouse Street

10 questions
625 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature , littérature anglaise , londresCréer un quiz sur ce livre