AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
Éditeur : Gallimard (01/07/2014)

Note moyenne : 3/5 (sur 2 notes)
Résumé :
Avec "Augustine de Villeblanche" du Marquis de Sade, apprenez à vous travestir pour mieux dévêtir, avant de partager avec madame de Terville le nec plus ultra du plaisir dans "La nuit merveilleuse", puis de rire au paillard "Manuel de civilité pour les petites filles à l'usage des maisons de l'éducation" de Pierre Louÿs.
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (1) Ajouter une critique
Foxfire
  18 décembre 2018
Ce petit folio offert lors d'une opération en librairie dormait dans ma PAL depuis quelques années. Je me suis enfin décidée à l'en sortir. S'il n'est pas inintéressant, ce recueil me laisse toutefois mitigée.
Le premier texte du recueil est une nouvelle de Sade publiée, comme d'autres contes libertins de l'auteur, à titre bien longtemps après sa mort. «Augustine de Villeblanche ou le stratagème de l'amour» est un texte bien éloigné des récits les plus violents de Sade comme «les 120 jours de Sodome» ou «les prospérités du vice». «Le stratagème de l'amour» ne porte pas non plus les réflexions philosophiques qu'on peut rencontrer chez l'auteur. Il n'y a pas ici de peinture sous forme de dénonciation de la société. Il s'agit ici d'un conte libertin léger qui joue avec gourmandise sur la confusion des sexes. En effet, dans cette histoire un homme se déguise pour séduire une femme lesbienne qui s'est déguisée en homme. Ce conte dénué de la cruauté habituelle de Sade s'avère très plaisant, audacieux et, bien entendu, servi par la délicieuse écriture du divin marquis.
Le 2ème récit intitulé «la nuit merveilleuse ou le nec plus ultra du plaisir» est une réécriture du conte «Point de lendemain» de Vivant Denon paru quelques années après le texte originel. On ne sait pas si ce conte est de la main même de Denon ou d'un autre auteur. Ce conte est un agréable badinage amoureux, gentiment érotique. L'écriture est plutôt belle. Ce texte se lit sans déplaisir mais reste très anecdotique et sera vite oublié.
Enfin, le dernier texte de ce recueil est le «Manuel de civilité pour les petites filles à l'usage des maisons d'éducation» de Pierre Louÿs. Cela faisait longtemps que je voulais lire cette oeuvre dont j'avais pas mal entendu parler en termes dithyrambiques, certains criant au génie. Avec ce texte, Louÿs propose un pastiche des manuels de savoir-vivre destinés aux jeunes filles qui étaient largement répandus au début du 20ème siècle. J'avais déjà lu du Louÿs, je savais donc qu'il écrit bien. Mais ici, on ne peut guère savourer l'écriture de l'auteur en raison de la forme même du texte. En effet, il s'agit, comme dans les manuels de savoir-vivre, d'une suite de conseils donnés aux jeunes filles, faites ceci, ne faites pas cela… L'auteur fait preuve d'un sens de la formule et d'une outrance qui ne sont pas à prendre au 1er degré mais qui sont bien amusants. En tout cas au début. Si j'ai trouvé ces conseils trash plutôt drôles au début de ma lecture, le procédé est très répétitif, je me suis vite lassée jusqu'à sombrer dans un ennui abyssal. Tant et si bien que je ne suis pas allée au bout et n'ai pas fini ce dernier texte.
Ce livre est un petit recueil relativement plaisant mais tout à fait dispensable. le conte de Sade est très bon mais se trouve dans le recueil « Historiettes, contes et fabliaux » (que j'ai bien envie de me procurer). «La nuit merveilleuse » est une lecture agréable mais qui ne restera pas dans les mémoires. Quant au «manuel de civilité… » de Louÿs, je pense que lire les citations postées par les babeliotes est amplement suffisant et permet de voir le ton de l'ouvrage.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          300
Citations et extraits (1) Ajouter une citation
Julian_MorrowJulian_Morrow   30 avril 2019
Nous voilà donc à nous persuader mutuellement qu'il était comme impossible que nous pussions jamais nous être autre chose que ce que nous étions alors ; et cependant je prenais mes aises, et parcourant avec la plus aimable facilité les trésors d'une des plus belles gorges que j'aie jamais eues à ma disposition, je cherchais, par le mouvement léger que je donnais à deux boutons de roses qui repoussaient agréablement le bout de mes doigts, à appeler le désir dans ce coeur qui battait dessous avec une incroyable vitesse.

(p.41)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Videos de Marquis de Sade (25) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Marquis de Sade
Simone Debout, née en 1919, reçoit Mediapart chez elle, à Paris (XIVe), pour évoquer Charles Fourier (1772-1837), comparé à Sade, à l'occasion de la publication (chez Claire Paulhan) d'un ouvrage remarquable : « Simone Debout & André Breton – Correspondance 1958-1966 ». Entretien réalisé par Antoine Perraud (décembre 2019)
autres livres classés : nouvellesVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Retrouvez le bon adjectif dans le titre - (2 - littérature francophone )

Françoise Sagan : "Le miroir ***"

brisé
fendu
égaré
perdu

20 questions
2261 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature , littérature française , littérature francophoneCréer un quiz sur ce livre