AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet
EAN : 9782246822424
352 pages
Grasset (07/10/2020)
4.12/5   51 notes
Résumé :
Protestations, manifestations, émeutes, grèves ; crispation, défiance, dénonciations : depuis quelques années, la colère monte, les peuples ne cessent de rejeter l’autorité et paraissent de moins en moins gouvernables. Jamais le climat n’a été si tendu, laissant nombre de commentateurs dans la sidération. Comment en sommes-nous arrivés là ? Quels éléments et circonstances ont fait naître et entendre une telle rage, démultipliée sur les réseaux sociaux ?
Les... >Voir plus
Que lire après L'ère de l'individu tyranVoir plus
Critiques, Analyses et Avis (11) Voir plus Ajouter une critique
4,12

sur 51 notes
5
6 avis
4
2 avis
3
1 avis
2
1 avis
1
0 avis
Alors que les crises économiques se succèdent, que l'avenir est de plus en plus incertain pour beaucoup, que la précarité s'installe, que nos vies nous échappent dans un monde globalisé et gouverné par le néolibéralisme, l'illusion de la toute-puissance de l'individu ne fait que s'accroître. A travers les réseaux sociaux on s'exprime, on se montre, on se like avec le sentiment orgueilleux de participer au monde. Les paramètres de nos ordinateurs et smartphones nous font imaginer être l'objet d'une continuelle sollicitude. Chacun nourrit ses rancoeurs, se replie sur des appartenances à des minorités, se prend en selfie en toute occasion, file sur sa trottinette électrique avec la satisfaction d'être seul au monde et au mépris de tous les autres usagers de la route et des trottoirs…La notion de monde commun, de respect de l'autorité, d'obéissance aux institutions s'effondre à mesure que croissent les revendications des uns et des autres qui s'estiment lésés, incompris, oubliés, délaissés, peu considérés, stigmatisés…La violence s'affirme alors comme mode naturel de réaffirmer ses droits, d'imposer ses particularités.

Eric Sadin nous livre une brillante analyse des dérives de nos sociétés modernes ultra libérales et du danger qui les menace face à ce repli sur un individualisme tyrannique : l'impossibilité de vivre ensemble, d'imposer une loi commune, la rupture du contrat social et finalement le triomphe du plus fort et du plus revendicatif. Pour échapper à ce danger, il est urgent de prendre conscience de la manipulation qui est à l'origine de cette illusion d'autosuffisance, de cette apparente liberté de s'affirmer différent, de revendiquer l'accès à tout jusqu'à l'absurde, de se singulariser, au prix d'incivilités croissantes, de la montée d'une violence verbale comme physique qui se considère légitime alors qu'elle n'est que le signe d'une profonde régression. Et de rendre nos démocraties ingouvernables.
Mais on peut objecter que malgré tout cette parole nouvelle qui s'élève en parallèle d'un monde politique qui a perdu sa crédibilité et d'une société qui n'offre plus d'espoir peut également rassembler et dessiner les possibilités d'un monde nouveau. A la manière des gilets jaunes, mouvement de protestation spontanée né des réseaux sociaux et qui contenait à la base une volonté du peuple de reprendre son destin en main…
Commenter  J’apprécie          312
Je m'intéresse à Eric Sadin depuis plusieurs mois maintenant que ce soit par ses interventions dans les médias ou à travers ses oeuvres. Il est un grand spécialiste de l'Intelligence Artificielle et des dangers qu'elle représente pour nos sociétés et notre monde. Si l'IA n'est pas le thème principal de ce livre, il nous propose tout de même un tableau extrêmement pertinent et réaliste du monde dans lequel on vit, de l'évolution de notre société, de notre "déshumanisation" par rapport au smartphone, à Internet, aux relations interpersonnelles etc... Un livre à recommander et à mettre entre toutes les mains de celles et ceux qui ont l'impression de vivre entourés de zombis décérébrés.
Commenter  J’apprécie          320
Cet ouvrage est documenté, réfléchi et alarmant.
Il parle du libéralisme, de l'individualisme, du néo-libéralisme et de l'ultra-libéralisme.
De décennies en décennies, les gens se sentent "limités par eux mêmes", sans lien avec les autres et maitres de leur sort.
Mais nous ne vivons que par et grâce aux autres, nous sommes une espèce sociable où l'entraide est notre force.
L'individualisme est un leurre, la course de tous contre chacun est stérile.
Cet état d'esprit autorise à "écraser" le plus faible... en attendant un plus fort.
Cet opus montre bien et documente cette dérive.
Mais que faire pour contrer cette pente mortifère ?
Mettre en avant les témoignages (sic) ?
Exacerber les "sentiments personnels" pour les mettre en avant ? J'en doute !
Oui, écouter les "je suis..." mais pour les confronter à "nous sommes...", peser les + et les - pour en conclure une solution médiane et concertée, bref trouver une voie consensuelle.
J'ai raison, toi aussi mais la "vérité" (ou la meilleure idée du moment) est entre les 2.
Bref, parlons, échangeons, débattons mais écoutons nous .
Construisons notre futur sans nous déchirer.
Oui, je suis naïf.
Livresquement votre
Commenter  J’apprécie          80
Eric Sadin est un philosophe français contemporain, critique du progrès technologique et dont les ouvrages traitent de thématiques autour du capitalisme de surveillance, dérives des réseaux sociaux et transhumanisme.

Dans l'ère de l'individu tyran, l'auteur pointe un paradoxe caractéristique de notre époque: Les individus composant nos sociétés sont précarisés, isolés, atomisés mais entretiennent une illusion de pouvoir sur leur sort via les réseaux sociaux et les nouvelles technologies.

Pour dresser le constat de cette atomisation, de la mort d'un reliant et l'absence de communion réelle entre individus, l'auteur développe une fresque historico-philosophique qui revient sur les fondements de l'individualisme libéral (pessimisme anthropologique et droit naturel), la faillite des promesses idéologiques, l'abandon du peuple par ses élites et les continuelles déceptions électorales. Nous vivons aujourd'hui cette postmodernité dont la principale caractéristique selon Jean-François Lyotard est la fin des grands récits.

L'individu contemporain ne croyant plus en un destin commun, en des lois communes et en ce qui fait le ciment d'une société, va s'octroyer une puissance factice via les réseaux sociaux et son smartphone: en commentant, "likant", partageant du contenu, en se mettant en scène et dans tous ses états, il se sent puissant, il focalise sur lui une attention, il devient un "influenceur" dirait-on. Cette auto-suffisance se voulant émancipatrice, ouvre en réalité la porte à toutes les dérives et favorisent notre impuissance collective. Notre société est victime d'un "isolement collectif".

Dans son dernier ouvrage "faire sécession", Eric Sadin propose des pistes pour sortir de cette illusion et qui peuvent se résumer par ce qu'il appelle "une politique de témoignage", recentrée sur le vécu et le réel individuel et collectif. J'y reviendrai peut-être un jour.

Je conseille également de regarder ses deux passages sur la chaine Thinkerview pour ceux que ce sujet intéresse.







Commenter  J’apprécie          20
Le livre d'Eric Sadin décrit de manière concrète et passionnante la fin du monde commun et l'émergence de l'individu tyran et solitaire.
Le monde commun prend ses origines dans l'individualisme libéral théorisé au 18e siècle par Locke et de Tocqueville entre autres, puis dans l'élan démocratique du 20e siècle pour trouver son point d'équilibre dans les années 1960.
A partir du choc économique et la crise 1970 les citoyens perdent leurs repères et Eric Sadin décrit clairement l'avènement de l'individu contemporain. Ce sont les arrivées simultanées du portable et d'internet qui vont finir de mettre à mal le socle commun des démocraties libérales avec de développement du mythe de la suffisance de soi. Sadin décortique toutes les fonctions mises en place par l'industrie du numérique (du like au retweet) qui flattent le besoin de reconnaissance de chacun et développent une vanité sans limite. le livre saisi les logiques de chaque décennies depuis les années 80 pour diagnostiquer le présent.
Le diagnostique est clair et implacable. La violence à venir qui est décrite fait froid dans le dos tant le processus parait irréversible.
Eric Sadin propose quelques pistes pour essayer de reconstruire un cadre commun, et reprendre la construction d'un monde plus humain et juste pour tous. Il faudra une prise de conscience massive pour y arriver, et ce livre pourra y contribuer.
Commenter  J’apprécie          40

Citations et extraits (5) Ajouter une citation
L'appareil va tellement donner le sentiment de se libérer de certains cadres que très vite apparaîtront des comportements inusités dans l'espace public. Jusque-là, l'appel téléphonique relevait principalement du privé.
On le passait de son salon, du bureau, d'une cabine protégée de l'écoute indiscrète. Il prend peu à peu un autre tour : les personnes, qu'elles soient munies ou non d'oreillettes - les faisant s'apparenter à des stars de comédies musicales -, s'adressent, à voix haute et au milieu de tous, à une présence invisible, dans une sorte d'indifférence ou de mépris à l'égard des règles élémentaires de la réserve et du respect de la tranquillité d'autrui. Comme si les principes de bienséance et de pudeur, supposés pour partie encadrer la socialité, s'effaçaient brutalement. Le soir venu, on rentre chez soi, on s'assied face à son ordinateur et l'on se retrouve à nouveau spectateur privilégié de toute la rumeur du monde ou de l'affichage ininterrompu de produits et de services qui nous sont prioritairement destinés. Décidément, il se confirme jour après jour que l'existence semble dorénavant faite d'une substance plus exaltante et que tout nous encourage à en profiter sans compter.
Commenter  J’apprécie          200
Nous entrons dans un moment de l'histoire qui voit l'ensemble commun être de partout fissuré et n'être plus constitué que d'un foisonnement de monades, d'individus se sentant affranchis de carcans dont ils n'auraient été finalement - eux, mais aussi leurs parents et grands-parents - que les dindons de la farce, et qui entendent à présent avoir raison de toutes les injustices passées ou présentes, obtenir d'eux-mêmes - ou via des réseaux d'allégeance - ce qu'ils estiment être en droit de bénéficier. A ce qui depuis deux siècles est nommé "société" se substitue ce que nous pourrions appeler une monadisation à grande vitesse du monde. Tous les facteurs semblent réunis pour que cette dynamique ne cesse de gagner en puissance. D'ores et déjà, une foule d'indices en témoignent et il est difficile de ne pas pressentir qu'ils sont annonciateurs, non pas d'un effondrement de la biosphère - devenue la nouvelle obsession assez exclusive de notre temps -, mais d'un effondrement autrement probable, déjà à l'oeuvre, et qui devrait au moins tout autant nous mobiliser : celui de notre vital, et indéfiniment pluriel, monde commun.
Commenter  J’apprécie          70
Ce serait cela « l'ère de l'individu tyran » : l'avènement d'une condition civilisationnelle inédite voyant l'abolition progressive de tout soubassement commun pour laisser place à un fourmillement d'êtres épars qui s'estiment dorénavant représenter l'unique source normative de référence et occuper de droit une position prépondérante.
Commenter  J’apprécie          160
Citant Anna Harendt : "Le gouvernement sans chef n'est pas nécessairement une absence de gouvernement; en fait il peut devenir, dans certaines circonstances, le plus tyrannique et cruel entre tous." (Dans condition de l'homme moderne)
Commenter  J’apprécie          40
Et tout est en place pour que, dès à présent, et tout au long de cette décennie qui s'ouvre, ces deux ressorts - jouissance de bénéficier d'instruments de facilitation de la vie et affirmation enfiévrée, et si stérile, de sa personne et de ses jugements - deviennent l'opium dont les individus ne cessent de s'enivrer.
Commenter  J’apprécie          20

Videos de Éric Sadin (6) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Éric Sadin
Diffusée en direct le 19 oct. 2023.
Éric Sadin nous annonce l'avenir terrifiant de la société du "promptisme" (sic). D'ici 2 à 3 ans, les informations écrites, les images et les vidéos générées par IA seront probablement majoritaires sur la toile. Sur demande, l'IA pourra générer en une fraction de seconde une image de notre cher voisin en train d'agresser une femme, qu'il ne restera plus qu'à balancer "philanthropiquement" sur les réseaux a-sociaux... Babelio ne manquera pas d'être touché lui aussi par le phénomène IA, à mon avis . Il ne faut donc pas seulement préparer sa retraite du monde du travail, mais aussi, et promptement, la retraite des réseaux en tout genre...
+ Lire la suite
autres livres classés : philosophieVoir plus
Les plus populaires : Non-fiction Voir plus


Lecteurs (178) Voir plus



Quiz Voir plus

Philo pour tous

Jostein Gaarder fut au hit-parade des écrits philosophiques rendus accessibles au plus grand nombre avec un livre paru en 1995. Lequel?

Les Mystères de la patience
Le Monde de Sophie
Maya
Vita brevis

10 questions
432 lecteurs ont répondu
Thèmes : spiritualité , philosophieCréer un quiz sur ce livre

{* *} .._..