AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2742735550
Éditeur : Actes Sud (04/12/2001)

Note moyenne : 4.28/5 (sur 103 notes)
Résumé :
Ce livre de Damien Saez contient les paroles inédites de quelques-unes des chansons de son prochain album.
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (14) Voir plus Ajouter une critique
fredho
  29 décembre 2013
Emprunté dans la bibliothèque de ma fille de 14 ans, je voulais comprendre le phénomène « Saez » chez les ados.
Damien Saez, l'anticonformiste, le révolté, le dénonciateur d'une société de consommation passe dans ce petit opus plusieurs messages ; ne soyons pas les otages d'une dictature de communication qui nous abuse de stéréotypes, ne nous laissons pas prendre dans les filets du système sociétal, le virtuel écrase la réalité, les médias font gagner des millions dans des jeux télévisés juste en répondant à des questions alors que dans le monde des peuples crèvent de faim, mais les pauvres, ça ne rapporte rien ! La liberté ne se gagne pas et ta vie t'appartient...
Saez déballe sa colère, il est comme un jeune adulte qui continue sa crise d'adolescence, mais ça tient la route, et j'avoue qu'il m'a plutôt attendrie ! Ces réflexions sont pertinentes, je dirais même qu'on en prend plein la gueule et tout ça en poésie.
Vous êtes certainement dans la vérité Saez et si dans la vie vous êtes sur cette même lignée bravo ! Continuez d'influencer ma fille, elle démarre dans la vie sur de bonnes bases, et puis à cet âge, on croit encore qu'on peut changer le monde.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          543
gouelan
  01 décembre 2015
Les textes de Damien Saez nous parlent d’une planète qui ressemble à une plaine perdue, où l’on prie dans le vide. L’Espoir n’est pas éternel, la solitude est immense, la jeunesse manque de rêves, elle n’y croit plus. Inégalités, consommation, capitalisme, impérialisme, guerres, faim sont les lois de ce monde.
Et pourtant :
« Mais il reste la force
De croire en la beauté
La sève avec l’écorce
De la liberté »
Et il y a des solutions :
« Je ne crois ni aux clivages ni à l’utilité des grillages, je crois juste à l’éducation, à l’ouverture vers le monde, au sac à dos plus qu’à la parabole, à une Europe des cultures plus qu’à celles des monnaies. »
Des textes percutants, qui reflètent la réalité de notre monde, à la fois beau et terrifiant, ténébreux mais qui laisse pourtant une place à la lumière, à l’espoir.
« Un jour viendra, nous aurons des rêves à nouveau. Et le cœur vierge de tout passé nous ouvrirons les yeux sur un monde nouveau… »
Commenter  J’apprécie          462
elliedenormandie
  20 février 2014
Damien Saez, je l'ai lu, je l'écoute, je le chante et je l'ai vu en concert ... si on enlève son côté rock-singer, il est bien plus.
Jeune homme ayant souffert pendant son enfance, Damien sait raconter ses douleurs, ses envies d'ailleurs. Ses courts poèmes sont des entrées à la rêverie, à la pensée d'évasion. Ces chansons ne sont pas que des textes, il y a de la poésie, de l'art ... une écriture fluide que j'ai envie de comparer à Rimbaud (cette partie n'engage que moi).
Je regrette qu'il n'ait rien sorti depuis "A ton nom". Dans ce court ouvrage, il nous ouvre sa vie, nous raconte son enfance, ses souvenirs d'adolescence, sa relation avec la musique. Il alterne avec ses premiers textes emprunts à la douleur, à la mélancolie et à la révolte.
Commenter  J’apprécie          230
Neneve
  10 février 2018
Je ne connais pas du tout le phénomène Damien Saez, qui semble pourtant être très connu de votre côté d'océan... Ce petit recueil s'est retrouvé dans ma PAL grâce à une amie dévoileuse, et il en est sorti grâce à une pioche d'un Club de lecture... Alors, c'est sans lire ni le résumé sur le site, ni les avis qui ont été écrits que je me suis lancée dans cette lecture... le moins qu'on puisse en dire, c'est que ces mots décoiffent... C'est de l'écorché vif... La dénonciation, la mise en évidence de certaines inquiétés, des constats troublants de toutes ces incohérences qui règnent sur notre monde. Ce sont les mots d'un homme qui a saisi tout le sens de la liberté de paroles et du droit de dire haut et fort son opinion, sans détour et dentelle... Des mots qui résonnent de vérité, de profondeur et, surement, de longues heures de réflexion sur la vie, sur nos vies et nos façons de la vivre. J'ai trouvé trop courte cette lecture, et la curiosité m'empare... Je vais aller voir ce que fait cet homme, parce que j'aime, que dis-je, j'adore les gens qui parlent vrai...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          165
missmolko1
  27 octobre 2012
Ce court recueil de pensées a été écrit en 2001 par le chanteur Damien Saez que j'aime beaucoup (enfin du moins celui du début des années 2000 car dernièrement j'ai pas vraiment aimé ces derniers titres). Je trouve qu'aujourd'hui et ses derniers projets sont que provocations alors qu'avant, il dénonçait vraiment, a travers ses chansons, le monde et ses travers.
Mais revenons au livre qui complète très bien l'album god blesse puisqu'il contient des extraits des chansons qui figurent dessus et entre chaque texte, l'artiste nous livre ses pensées et complète ainsi les idées exprimées dans ses textes.
Un recueil vraiment très intéressant et malheureusement toujours d'actualité.
Commenter  J’apprécie          180
Citations et extraits (21) Voir plus Ajouter une citation
Justine-CoffinJustine-Coffin   03 décembre 2011
Bénédicte sortait d'un milieu bourgeois. Elle était dans le même collége que moi. Je l'avais présentée à son copain avec qui elle est restée longtemps aprés. Nous nous sommes perdus de vue. Et puis le lycée: la course de l'élite! La compétition du savoir pour les classes préparatoires: préparatoires à quoi on ne sait pas, mais préparatoires. Nous nous sommes revus deux ou trois fois au hasard des fêtes. Elle était en math sup.

Thibault m'a appelé à PAris: "Bénédicte s'est pendue".

La pression, les parents, le lycée, c'est à tout ça que cette jeunesse veut mettre fin. Si les plus fragiles ne sont pas tués par la société, ils se tuent eux-mêmes.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          1730
ZilizZiliz   19 mars 2014
Faut du gasoil dans la bagnole
La carte bleue dans la chatte
Faut de la dinde pour Noël
Faut bronzer pendant les vacances
Faut du forfait, faut du forfait
Pour oublier la solitude
Faut des gonzesses à la télé
Ouais, faut des pilules pour bander

Faut du gazon dans les tabacs
Il faudrait arrêter d'fumer
La salle de sport sur des machines
Faut s'essouffler, faut s´entraîner
Faut marcher dans les clous
Faut pas boire au volant
Faut dépenser les p´tits sous
Faut du réseau pour les enfants

Faut ressembler à des guignols
Faut que tu passes à la télé
Pour rentrer dans les farandoles
De ceux qui ont le blé
J´me balade dans les grandes surfaces
J´ai pas assez mais faut payer
Je cours au gré des accessoires
Et des conneries illimitées

Les gens parlent mal, les gens sont cons
Au moins tout aussi cons que moi
A se faire mettre, à s'faire baiser
Sûrs de s'faire enfanter
Des bébés par des hologrammes
Des mots d´amour par satellite
Mais ces connards, ils savent pas lire
Ils savent même pas se nourrir

Des OGM dans les biberons
Ouais, c´est tant mieux, ça f'ra moins con
Quand ils crèveront en mutation
Des grippes porcines sur des cochons
Oh, non ! L´homme descend pas du singe
Il descend plutôt du mouton
[...]

Parait qu´il faut virer les profs
Et puis les travailleurs sociaux
Les fonctionnaires qui servent à rien
Les infirmières à mille euros
Faut qu'ça rapporte aux actionnaires
La santé et les hôpitaux
Va t'faire soigner en Angleterre
Va voir la gueule de leurs métros

Faut qu'on se fasse une raison
On a loupé nos transactions
On s´est laissé prendre le cul
Par nos besoins, nos religions
Il faut foutre le portable aux chiottes
Et des coups d'pioche dans la télé
Faut mettre les menottes
A chaque présentateur du JT

J´accuse !
Au mégaphone, dans l´Assemblée
[...]

- J'accuse - Damien Saez, 2010
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          405
Justine-CoffinJustine-Coffin   03 décembre 2011
Je suis né le 1er Août 1977. Je suis souvent décu par ma jeunesse. Nous ne sommes pas des changeurs de monde. Il y a eu une époque où par la force des pavés sur les casques des matraqueurs publics les écoles sont devenues mixtes, où les briquets allumés aux concerts servaient à brûler les papiers militaires. Qui a aujourd'hui le courage de brûler quoi que ce soit qui le concerne?
Commenter  J’apprécie          1340
noornoor   10 janvier 2014
A la lumière obscure
Je te croise enfin
Mon Dieu que tu es belle
Toi la seule toi l'ultime
Entre les hommes égalité
S'il te plait prends ma main
Ne te fais plus attendre
Il est temps de s'étreindre
De s'éteindre
Une dernière cigarette

Les guerriers de la route avaient pourtant prédit
La mort ou la naissance
Ca dépend du cœur
Au soleil qui s'incline
Allez finissons en
Et laissons s'accomplir le firmament
Plongé dans l'infini dans le gouffre sacré
De Katagena
Me noyer à jamais
Et puis quitter ce monde sans pudeur ni morale

Jveux qu'on baise sur ma tombe
Jveux qu'on baise sur ma tombe

Que la grâce s'accomplisse
Immortelle jouissance
Que les femmes s'unissent dans un parfait accord
Rien que pour un instant
L'éphémère devienne
Eternité

J'aurais aimé t'aimer
Comme on aime le soleil
Te dire que le monde est beau
Que c'est beau d'aimer
J'aurais aimer t'écrire
Le plus beau des poèmes
Et construire un empire
Juste pour ton sourire
Devenir le soleil
Pour sécher tes sanglots
Et faire battre le ciel
Pour un futur plus beau
Mais c'est plus fort que moi
Tu vois je n'y peux rien
Ce monde n'est pas pour moi
Ce monde n'est pas le mien

Au revoir mes amis
Au revoir mes frères
Au revoir mon pays
A nous deux la lumière
Au revoir Franckie
Au revoir les printemps
Au revoir pauvre monde
A nous deux satan
Au revoir mes amis
Au revoir mes frères
Au revoir mon pays
A nous deux la lumière.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          250
missmolko1missmolko1   28 octobre 2012
Nous avions un appartement dans les HLM de Fontaine d'Ouche, une banlieue de la ville où nous habitions. [...] Peut-être qu'on ne devrait pas parsemer ces quartier que de terrains de sport, peut-être que les concerts de musique classique ne devraient pas être à cinq cents balles la place dans des auditoriums avec une représentation par quinzaine. Peut-être, de temps en temps, pourrait-on offrir à ceux qui sont dans le besoin autre chose qu'une parabole pour leur balcon, peut-être devrions-nous arrêter de planter des grillages. [...] Je me souviens aussi des marionnettes qui n'avait à la bouche que les mots "fracture sociale". Je crois qu'elle est dans la tête la fracture, je crois qu'on nous inflige la fracture, je ne veux pas m'acharner sur les dieux de la communication, mais qui marque la différence? Qui plante les putains de grillage entre les hommes, entre les soi-disant milieux sociaux?
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          410
Videos de Damien Saez (5) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Damien Saez
Vidéo de Damien Saez
Dans la catégorie : Littérature dramatiqueVoir plus
>Littérature (Belles-lettres)>Littérature des langues romanes. Littéraure française>Littérature dramatique (842)
autres livres classés : poésieVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr




Quiz Voir plus

Citation de Damien Saez

Contre la vie qui va qui vient Puis qui s'éteint Contre l'amour qu'on prend qu'on tient Mais qui tient pas, Contre la trace qui s'efface Au derrière de soi,

Jeunesse lève-toi
Jeune et con
Pilule
Alice

9 questions
67 lecteurs ont répondu
Thème : Damien SaezCréer un quiz sur ce livre