AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9782253156802
256 pages
Le Livre de Poche (30/03/2011)
3.59/5   155 notes
Résumé :
Gilles, un brillant journaliste parisien, fait une dépression. Il décide de quitter Paris, trop cynique et trop gai, pour se reposer auprès de sa sœur dans le Limousin. Et c'est là-bas qu'il rencontre Nathalie Sylvener, une femme mariée, entière, sincère qui tombe aussitôt amoureuse de lui. Elle quitte tout, emménage à Paris dans son petit appartement, se livre à lui sans retenue et ne lui demande que d'en faire autant. Mais Gilles, qui croit l’aimer, lui aussi, se ... >Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura
Critiques, Analyses et Avis (33) Voir plus Ajouter une critique
3,59

sur 155 notes

lecassin
  12 mars 2013
Gilles Lantier, 35 ans, un journaliste dans un grand quotidien national vit depuis deux ans avec Eloïse, mannequin dans une maison de couture. La belle vie.
Non justement.
Il décide de partir à la campagne, dans le Limousin où vit sa soeur… Il faut dire qu'on l'a diagnostiqué en dépression...
C'est là, au cours d'une soirée mondaine, qu'il rencontrera « ce peu de soleil qui pourrait réchauffer son eau froide » en la personne de Nathalie, une femme mariée. Il en tombera fou amoureux, lui à qui sa compagne n'inspirait plus, au mieux, qu'une sorte de pitié compatissante. Et Nathalie, une femme brillante ; et qui l'éblouit… Pourra-t-elle lui redonner le goût de vivre ?
Bien sûr…
Il s'en suivra une relation fusionnelle ; une relation si exclusive de la part de Nathalie qu'on peut craindre le pire quand cette idylle bucolique se trouvera transposée dans la capitale où nous aurons l'occasion de vérifier que « les histoires d'amour finissent mal… en général » …
Bon…soyons clairs : ce genre de ménage à trois si souvent présenté et étudié sous toutes ses formes par Françoise Sagan n'est pas ma tasse de thé, chez les autres. Mais bizarrement, effet Sagan, sans doute, ça passe : ce ton faussement léger, cet air de ne pas y toucher dans un roman malgré tout un des plus sombres de l'auteur…Et cette analyse pointue de l'alchimie complexe qui fait (ou non) un couple…
Il y a des choses qu'on ne s'explique pas, concernant le ressenti, notamment… Mais c'est ainsi.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          350
Symphonie
  10 novembre 2017
Depuis quelque temps, Gilles, jeune journaliste à qui la vie jusque-là, à toujours fait la part belle, traine une grande lassitude, une sorte de mélancolie dont il ne sort pas. Ses ami(es) et son médecin sont unanimes, la dépression le gagne, anéantissant sa joie de vivre et la femme qui partage sa vie du moment, ne l'attire même plus. Sur le conseil de ses proches, le repos dans un endroit bucolique lui serait d'un grand secours. C'est ainsi qu'il vient passer une semaine chez sa soeur, dans une campagne verdoyante, loin de la vie et du tumulte de la capitale. Sa rencontre avec la belle Nathalie, une jeune femme mariée, va bouleverser le cours de son existence. Grâce à elle, Gilles retrouve la joie de vivre et après avoir quitté son mari, le couple s'installe dans le modeste appartement de Gilles.
Indissociables, sortant peu préférant leur intimité, Gilles délaisse les amis qu'il fréquentait avant sa dépression. Mais au fil du temps, les vieux démons du passé avec la joyeuse bande de son club lui font la vie dure. Ne dit-on pas que chasser le naturel, il revient au galop ? Partagé entre son amour pour Nathalie et cette envie impérieuse de retrouver sa liberté perdue, quel avenir pour ce couple vivant à présent une relation tourmentée ?
Après " Bonjour tristesse ", son tout premier roman écrit à l'âge de dix-huit ans, dans " Un peu de soleil dans l'eau froide ", j'ai trouvé la plume de Françoise Sagan remarquable, plus mature, plus intense, plus tout ! Ce récit m'a transporté du début à la fin. Difficile de lâcher cette trame qui se joue entre Gilles et Nathalie. On croirait presque lire un thriller tant l'imagination de l'auteure excelle dans ce roman mêlant amour et tragédie. Une lecture addictive, ingénieuse et brillante, du grand Françoise Sagan !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          184
LouDeBergh
  21 juin 2020
L'écriture de Françoise Sagan a la couleur du lac Léman un soir d'été.
Azuréenne,
Changeante,
Timide et grandiose tout à la fois.

Elle irradie de mille feux,
Mais ne se laisse saisir qu'à coups de grandes lampées rafraichissantes.
Elle est d'une simplicité confondante et d'une richesse insoupçonnée,
Elle a l'éclat d'une grande dame et la souplesse d'un nouveau-né.

Chatoyante, miroitante,
Toujours là où l'on ne l'attend pas.
Un rien surannée, un tantinet vieillotte,
Et définitivement moderne.

Et lorsqu'on y trempe le bout de son pinceau, que l'on en badigeonne une feuille de papier blanc, il me semble que c'est l'infini qui se dessine.
Tranquillement. Calmement.
Par une douce soirée d'été.

Quelques lignes suffisent à en dresser le synopsis. Gilles, un journaliste parisien, célibataire et papillonnant, est victime d'une dépression nerveuse. Il décide de s'arracher à son milieu agité, alcoolisé et futile pour trouver refuge chez sa soeur dans le Limousin. Là, il séduit une femme de la grande bourgeoisie de Limoge, Nathalie Sylvener qui l'aide à guérir et abandonne tout pour lui.
Mais que deviendra leur amour lorsque Gilles retrouvera Paris, son journal, ses bonnes et ses mauvaises fréquentations, son irresponsabilité foncière ?

« Il n'avait pas envie de lui expliquer, de lui raconter l'affaire Garnier. Il n'avait envie d'en parler qu'à Nathalie. Peut-être que l'amour pouvait se résumer ainsi : l'envie de ne rien raconter qu'à une seule personne. »

Du Sagan tout craché pense-t-on immédiatement !
Et c'est indéniable. Mais derrière, se cache une voix plus froide, plus grave, plus dépouillée. Est-ce lié à l'introduction de ce « corps étranger » dans le registre de la romancière que représente Nathalie ? Cette femme qui incarne la passion à elle seule ? La beauté ? L'absolu ? Les vertus de la province comme on disait alors ?

En tous les cas, il y a du panache au coeur de cette lecture, un caractère bien trempé porté par un style inimitable, capable de nous entrainer au plus profond de l'âme de ses personnages. Derrière leur apparente puérilité, leur noblesse de façade, se cachent des êtres complexes, traversés de milles émotions, envahis de doutes et d'incertitudes, de remords et d'ardeur.
Mais si l'on retrouve avec plaisir le petit Paris de Sagan, décrit avec un mélange de tendresse d'humour et de détachement, sa frivolité se trouve remise en question, attaquée même parfois, moquée souvent.

« Aujourd'hui, le monde était à lui. Il avait envie de champagne, c'était idiot le champagne avec la choucroute mais ils burent du champagne ».

Quelques lignes seulement, et on a l'impression de l'entendre. Avec sa voix emportée, bégayante, effarouchée. Normal me direz-vous, Sagan n'écrivait pas ses romans, elle les dictait à une secrétaire.
Quoi de plus merveilleux pour transformer ses mots en une myriade de papillons aussi sincères que sauvages ?

Alors on se délecte de cette simplicité apparente, des cette frivolité de façade, de cette légèreté tape à l'oeil et l'on plonge avec délice dans les déboires de Gilles, ses malheurs, ses folies et sa liberté inutile. On s'irrite de cette Nathalie un peu trop bien, de cette Odile un peu trop sage, de ce Jean un peu trop bête. Mais surtout, on s'émerveille de l'amour que se portent ces deux êtres, un amour transcendant, magnifique, impressionnant.

Parce que sous la plume de Françoise Sagan,
Le monde a une couleur qui n'existe nulle part ailleurs.
Lien : https://www.mespetiteschroni..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          100
Marti94
  28 janvier 2021
En 1969, année érotique, Françoise Sagan publiait "Un peu de soleil dans l'eau froide", roman d'amour dont le beau titre est emprunté à Paul Éluard. Si, a priori, ce titre est intrigant, il semble bien résumer les variations atmosphériques et sentimentales de ce drame passionnel.
Il faut dire que Françoise Sagan commence très fort avec un sujet tabou à l'époque puisque elle parle de la dépression nerveuse de Gilles, un journaliste trentenaire qui vit à Paris avec Éloïse, jeune mannequin. Il est le narrateur et la description de ses tourments semble très juste.
Gilles s'isole dans le Limousin chez sa soeur et son beau-frère pour tenter de reprendre goût à la vie. C'est là qu'il va rencontrer Nathalie, une femme superbe qui me fait penser à Delphine Seyrig et qui va immédiatement tomber amoureuse de lui bien qu'elle soit mariée. On les imagine boire des porto-flip et passer leur temps au lit entre deux balades dans la nature.
Sagan utilise une phrase mélodramatique qui augure de ce qui va se passer entre eux : "Dès qu'elle le vit, elle l'aima."
Nathalie quitte son mari et sa situation sociale de bourgeoise provinciale pour l'homme qu'elle aime. Ils vont vivre leur amour à Paris mais très vite la vie passée de Gilles ponctuée de sorties et d'alcool le reprend.
La fluidité de l'écriture de Françoise Sagan m'impressionne. Elle réussit à me captiver alors qu'à mon goût, ses personnages vivent un peu trop dans l'opulence.
Lu en janvier 2021
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          110
Zazette97
  03 mai 2011
Publié en 1969, "Un peu de soleil dans l'eau froide" est un roman de l'écrivaine française Françoise Sagan, auteure de "Bonjour Tristesse", "Un certain sourire" ou encore de "Toxique".
Journaliste parisien affecté à la rubrique des affaires étrangères, Gilles Lantier, 35 ans, vit depuis deux ans avec Eloïse, mannequin dans une maison de couture.
Depuis 3 mois, sa vie ne lui suffit plus. En proie aux insomnies comme à l'ennui, il se confie à son ami Jean qui lui recommande un médecin.
Hélas, personne ne peut rien pour lui. Déprimé et en colère, Gilles décide de troquer la frénésie parisienne contre le calme du Limousin où réside sa soeur.
C'est là-bas, au coeur de cette campagne qui ne lui inspire pas grand optimisme, qu'il fera la connaissance de Nathalie, une femme mariée...
Comme c'était le cas pour "Bonjour Tristesse", le titre de ce roman s'inspire d'un vers de Paul Eluard.
" Inconnue, elle était ma forme préférée,
Celle qui m'enlevait le souci d'être un homme,
Et je la vois et je la perds et je subis
Ma douleur, comme un peu de soleil dans l'eau froide."
Gilles est devenu un homme que tout ennuie y compris sa compagne qui ne lui inspire plus rien d'autre qu'un vague sentiment de pitié.
Au contact de Nathalie, il se sent revivre. Tombé sous le charme de cette femme cultivée et directe au point de lui signifier rapidement son amour, il se laisse porter par le sentiment de liberté qu'elle éveille en lui.
Si le personnage de Gilles, lâche, impulsif, infantile et égoïste, est assez fidèle au stéréotype masculin habituellement rencontré chez Sagan, celui de la maîtresse fait ici peau neuve en la personne de Nathalie, une femme entière, passionnée, curieuse de tout. Tout le contraire de Gilles qui ne la mérite pas intellectuellement, et encore moins moralement.
J'ai beaucoup aimé ce personnage doté d'une vraie consistance et qui tranche avec l'image classique de la maîtresse, greluche insipide pour laquelle on quitte l'officielle dans un moment d'égarement.
On retrouve dans ce roman le schéma typiquement saganesque : l'ennui de tout qui précède aux vacances - parenthèse hors du temps propice à la naissance d'une nouvelle passion - et succède à l'adultère puis au trio amoureux, rompu à son tour par l'insouciance de deux amants en vase clos qui ne peuvent s'aimer qu'en se déchirant.
Dans ce style détaché et faussement léger qu'on lui connaît, Sagan excelle encore une fois à parler d'amour, si simple dans les débuts et si amer lorsqu'il dévoile ses limites.
Des 3 romans que j'ai pu lire de Sagan, celui-ci est sans conteste mon préféré !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60

Citations et extraits (35) Voir plus Ajouter une citation
Zazette97Zazette97   03 mai 2011
Il savait qu'en amour il y en a toujours un qui finit par faire souffrir l'autre et que quelquefois, rarement, cette situation est réversible. p.120
Commenter  J’apprécie          370
NadaelNadael   01 septembre 2011
Cela lui arrivait pratiquement tous les matins, à présent. A moins qu'il ne se soit sérieusement enivré la veille et que l'effort de se lever, de se doucher, de se vêtir ne devienne si flou, si inconscient presque, qu'il le fasse à tâtons, privé ou plutôt soulagé de lui-même par sa fatigue. Mais les autres jours étaient plus fréquents et plus durs : il se réveillait à l'aube, le cœur battant de peur – de ce qu'il ne pouvait appeler autrement, déjà, que sa peur de la vie –, et il attendait le récitatif dans sa tête de ses angoisses, de ses échecs, du lourd calvaire de la journée à venir.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          80
YukoYuko   28 août 2015
Il se mit à rire à son tour. Elle avait raison, il était complètement stupide. On ne formule pas ces évidences-là. Elle lui avait dit dès le premier jour qu’elle l’aimait et elle avait attendu en toute tranquillité qu’il l’aimât à son tour. C’était une forte femme, ou plutôt une femme dont les faiblesses avaient une telle force qu’elle les sentait irrésistibles.
Commenter  J’apprécie          80
NadaelNadael   01 septembre 2011
 – Vois-tu, quand je l'ai connue, j'étais...tu te rappelles...j'étais écorché vif. Dieu sait pourquoi mais je l'étais. Elle m'a entouré de plumes, mis au chaud, redonné vie. Vraiment. Mais maintenant...
– Maintenant quoi ?
– Maintenant l'oreiller pèse sur ma figure, il m'étouffe. Voilà. Tout ce que j'aimais en elle, qui me soutenait, son absolutisme, son côté linéaire, son intégrité totale...Tout s'est retourné contre elle.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
lecassinlecassin   12 mars 2013
Il savait qu'en amour il y en a toujours un qui finit par faire souffrir l'autre et que quelquefois, rarement, cette situation est réversible.
Commenter  J’apprécie          140

Videos de Françoise Sagan (102) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Françoise Sagan
En 1979, une romancière a été nommée présidente du jury. Une première dans l'histoire du Festival de Cannes qui convie les littéraires à siéger dans ce comité exclusivement composé d'hommes et de femmes de cinéma. Françoise Sagan ouvre le bal des délibérations. Pourquoi inviter des romanciers à présider ? Une cérémonie particulièrement symbolique qui a sacré deux films arrivés ex aequo avec "Apocalypse Now" et "Le Tambour" adapté du roman de Günter Grass, grâce à Françoise Sagan. Laurent Delmas et Christine Masson nous révèlent quelques anecdotes peu reluisantes de cette 32ème édition du Festival, théâtre d'une polémique entre la romancière et l'institution du cinéma. 
Georges Simenon, le père des "Maigret", Henry Miller, l'auteur américain le plus impertinents et insolents qui soit… Qui sont ces membres du jury qui ont marqué le Festival de Cannes ? 
François Busnel et ses invités remontent le temps, quand les écrivains et grands noms de la littérature se sont retrouvés au Festival de Cannes.

Retrouvez l'intégralité de l'interview ci-dessous : https://www.france.tv/france-5/la-grande-librairie/
+ Lire la suite
autres livres classés : passionVoir plus
Notre sélection Littérature française Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura





Quiz Voir plus

Françoise Sagan

De combien de livres Sagan est-elle l'auteur ?

Une dizaine
Une trentaine
Une quarantaine
Une cinquantaine

10 questions
115 lecteurs ont répondu
Thème : Françoise SaganCréer un quiz sur ce livre