AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2070711668
Éditeur : Gallimard (24/11/1987)

Note moyenne : 4.12/5 (sur 8 notes)
Résumé :
Après Cinq amoureuses d'Ihara Saikaku (1642? - 1693), rénovateur et virtuose du haïkaï, rénovateur également de la prose japonaise au siècle d'Osaka et de la bourgeoisie marchande, voici l’autobiographie d'une femme, une vieillarde lucide qui se raconte à deux jeunes gens : pour avoir aimé au-dessous de sa condition (elle était de souche noble), elle vit périr son amant. On la maria d'autorité à un vieillard qui la laissa bientôt veuve. Elle devint alors la concubin... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (1) Ajouter une critique
nebalfr
  16 septembre 2018
Critique commune au roman de Saikaku et à son adaptation cinématographique par Mizoguchi Kenji, La Vie d'O'Haru, femme galante.
DEUX VIES

Je reviens à Ihara Saikaku (généralement désigné sous le seul nom de plume de Saikaku), le plus fameux romancier de l'époque d'Edo, avec… ce qui est peut-être son livre le plus célèbre ? Non seulement en tant que tel, mais aussi parce qu'il a donné lieu à une adaptation cinématographique au moins aussi célèbre et probablement davantage encore… a fortiori en dehors du Japon. le livre, c'est Vie d'une amie de la volupté (en japonais Kôshoku ichidai onna) ; le film, signé Mizoguchi Kenji, c'est La Vie d'O'Haru, femme galante (en japonais Saikaku ichidai onna) – et déjà ces deux titres originaux laissent entendre que, adaptation ou pas, nous avons affaire à deux oeuvres fort différentes, très singulières.

SAIKAKU EN SON TEMPS

On ne peut pas traiter de l'oeuvre de Saikaku sans la resituer dans son contexte (d'où la très longue et très pointue introduction de Georges Bonmarchand, le bien nommé, dans le présent ouvrage). le romancier, qui fut d'abord un haïkiste particulièrement prolifique, a vécu durant la seconde moitié de notre XVIIe siècle (1642-1693) ; selon le calendrier japonais, encore qu'il soit un peu précoce à cet égard, on le rattache souvent à l'ère Genroku (1688-1704), ce qui est bien pratique pour l'associer à d'autres grands noms de la littérature de ce temps (Bashô pour la poésie, hop, Chikamatsu Monzaemon pour le théâtre, hop) – mais, de manière plus générale, nous sommes alors à l'apogée de l'époque d'Edo (1600-1868), longue période de paix et de stabilité après des siècles de chaos.

Le shogunat Tokugawa a mis en place une société très codifiée, où l'influence du néoconfucianisme est essentielle. Les vertus cardinales de loyauté et de piété filiale y participent énormément, qui rangent tout le monde dans un ensemble complexe en même temps que précis de relations hiérarchiques, ce qui vaut au sein de la cellule familiale (préséance des parents sur les enfants, des aînés sur les cadets, etc., et cette chronique portera essentiellement sur la condition des femmes à cet égard), mais tout autant à l'échelle de la société dans sa globalité : les guerriers, bushi, sont un ordre privilégié tout au sommet de la société – mais les roturiers sont inscrits dans une pyramide symbolique à trois niveaux, où les paysans (très largement majoritaires) sont supposés se trouver à la pointe, suivis par les artisans et enfin les commerçants, lesquels, parce qu'ils ne produisent pas, figurent donc tout en bas du tableau (qui ne prend pas en compte les parias type eta ou hinin, lesquels ne s'inscrivent pas dans cet ensemble, étant fondamentalement « hors-système »).

Mais le Japon change à cette époque – son immobilité n'est qu'apparente, à l'instar de son isolation ; et, de fait, les marchands officiellement si décriés constituent alors une classe bourgeoise de plus en plus riche, et de plus en plus puissante – les villes d'Edo, future Tôkyô, et peut-être surtout d'Ôsaka, toutes deux récentes mais en plein boom, l'illustrent de manière très concrète, notamment autour des quartiers de plaisir, dont ces bourgeois constituent le gros de la clientèle. Or cette nouvelle classe des chônin développe une culture qui lui est propre, laissant aux bushi dédaigneux les arts les plus raffinés tel que le théâtre nô, qui a eu tendance à se scléroser après l'âge d'or de Kan'ami et Zeami (hop), au XIVe siècle. Et cette culture bourgeoise, très diverse, forcément jugée « vulgaire » par l'aristocratie, bénéficie de progrès dans les modes de diffusion pour se répandre et marquer l'époque de son empreinte – d'où, en fait, l'idée de ces « trois grands auteurs de l'ère Genroku », dont les registres respectifs (roman ukiyo-zôshi pour Saikaku, poésie « haïku » – même si le terme est anachronique – pour Bashô, théâtres kabuki et jôruri pour Chikamatsu) s'inscrivent tous dans cette culture bourgeoise.

AMOUREUX DE L'AMOUR

C'est donc dans ce contexte que s'illustre Saikaku. Son oeuvre est pléthorique, même à s'en tenir au seul genre romanesque, mais on peut y distinguer quelques grands ensembles, dont le plus fameux, idéal pour illustrer le « monde flottant » auquel renvoie le genre ukiyo-zôshi, est qualifié de kôshoku, mot qui revient souvent dans le titre même des oeuvres, et qui désigne l'amour dans toutes ses dimensions – y compris, et peut-être surtout, la dimension charnelle : l'austère morale du shogunat Tokugawa devait composer avec une société japonaise guère puritaine, et « l'obscénité » ne deviendrait vraiment une obsession problématique qu'à partir de Meiji, sans doute pour partie sous l'influence des moeurs occidentales et du christianisme – mais, certes, cela n'a fait que confirmer le jugement négatif longtemps porté à l'encontre de Saikaku, auteur très populaire en son temps mais bien vite jugé d'autant plus « vulgaire ».

Parmi les oeuvres de Saikaku les plus célèbres dans ce registre, il faut peut-être citer en priorité L'Homme qui ne vécut que pour aimer, ou Un homme amoureux de l'amour, selon les traductions (j'en avais lu quelques extraits dans l'anthologie Mille Ans de littérature japonaise). C'est semble-t-il le premier roman de l'auteur, publié en 1682, et il rencontra très vite un franc succès. Saikaku y rapporte, sous la forme de petits épisodes largement indépendants, et sur un ton assez badin, les aventures érotiques, aussi bien hétérosexuelles qu'homosexuelles (pas le moindre tabou là encore, loin de là même, et tout un pan de l'oeuvre de Saikaku porte sur l'homosexualité), d'un galant particulièrement vorace (« 725 hommes et 3742 femmes »), et qui passe son temps dans les quartiers de plaisir. le titre original du roman est Kôshoku ichidai otoko – et celui du roman qui nous intéresse aujourd'hui, postérieur de quatre ans, est Kôshoku ichidai onna ; ce parallélisme est sans doute assez éloquent, le mot variant désignant « l'homme » pour le premier, « la femme » pour le second (tant qu'on y est, on peut aussi mentionner Cinq Amoureuses, en japonais Kôshoku gonin onna, même s'il s'agit plutôt d'un recueil de cinq nouvelles que d'un roman – je vous en parlerai probablement un de ces jours).

Dans sa structure, Vie d'une amie de la volupté, puisque tel est son titre français, est assez proche de L'Homme qui ne vécut que pour aimer, ai-je l'impression, même si le ton diffère probablement quelque peu – le roman « masculin » étant très ludique et drôle, le roman « féminin » plus ambigu à cet égard. Mais on y trouve une même succession de petits épisodes largement indépendants – au point, à vrai dire, où le roman n'est pas toujours aisé à suivre, et ne saurait véritablement être résumé…

Disons simplement que nous y entendons le récit, par elle-même, d'une vieille femme que la fatalité, le hasard et éventuellement ses pulsions ont amené à connaître une vie dominée par la sexualité – et une vie chaotique, faite de hauts et de bas, même si, progressivement, de plus en plus de bas, et de plus en plus bas. Issue d'un milieu relativement privilégié, l'héroïne (anonyme) de Saikaku est amenée à devenir courtisane, d'abord de haut rang, puis à dégringoler progressivement le long de la très complexe et pointilleuse hiérarchie des quartiers de plaisir – même si, en quelques occasions, elle remonte quelques échelons, et/ou tente sa chance autrement, auprès d'un marchand amoureux ou d'un bonze guère chaste, ou ailleurs (elle voyage beaucoup, essentiellement entre Kyôto, Ôsaka et Edo). Devenue vieille femme, elle ne rechigne pas à narrer son histoire aux jeunes gens, une histoire qu'elle suppose éventuellement édifiante – ou pas, car les rares interventions de la morale dans cette histoire ne sont guère conçues pour emporter l'adhésion, et l'ironie y a probablement sa part.

Sur ce postulat, Saikaku brode une description par le menu, et qui évoque plus qu'à son tour une sorte de guide touristique, de la vie quotidienne dans les quartiers de plaisir (surtout) – ce qui va des moeurs à la couleur des vêtements ou au style des coiffures, en passant par les tarifs, les modes, etc., et mille autres allusions au contexte économique, social ou encore culturel de l'époque, par exemple portant sur les acteurs de kabuki les plus célébrés, de vraies stars, et pas les derniers à s'encanailler dans les maisons de courtisanes. Avouons-le, cette dimension de Vie d'une amie de la volupté, qui en fait une mine de précieux renseignements pour les historiens et les anthropologues, a de quoi faire soupirer quelque peu le lecteur, a fortiori non japonais, a fortiori du XXIe siècle, simplement en quête d'un bon roman… de fait, ce livre n'était sans doute pas le plus aisé à traduire sous cet angle – et, dans le texte de Georges Bonmarchand, cela se traduit par une surabondance de termes japonais absolument intraduisibles et dès lors laissés tels quels, qu'une surabondance de notes (il y en a tout de même 300, qui occupent une trentaine de pages, là où le roman a proprement parler fait moins de cent pages, avec ses illustrations d'époque abondantes) n'éclaircit pas toujours, voire obscurcit encore un peu plus…

C'est le piquant et l'ironie des tableaux qui rendent le roman malgré tout lisible dans une optique non érudite – et la verve aussi bien de l'héroïne que de ses collègues et clients. Les vives couleurs des quartiers de plaisir séduiront ou pas – un avertissement à cet égard s'impose.
LE CINÉMA FÉMININ DE MIZOGUCHI

Saikaku était donc très populaire de son vivant, mais il a ensuite longtemps été discrédité pour sa « vulgarité ». Tardivement, il a cependant été redécouvert par des écrivains modernes, qui l'ont révélé pour ce qu'il était vraiment : une des très grandes plumes de la littérature japonaise. Il n'est probablement pas si étonnant, dès lors, qu'on l'ait adapté au cinéma. Mais le Japon des années 1950, en l'espèce, n'était certes pas le Japon d'Edo, plus de deux siècles et demi s'étaient entre-temps écoulés – outre que l'aspect « guide des quartiers de plaisir » de Vie d'une amie de la volupté ne pouvait pas vraiment être transposé sur pellicule. Un travail d'adaptation s'imposait – au point où la parenté des deux oeuvres ne saute pas forcément aux yeux, de prime abord… voire encore après coup ; en me lançant dans cette chronique, en fait, je n'étais pas si certain de ce lien partout affiché… D'autant que le titre a changé ? Mais de manière significative – car, au Japon, Kôshoku ichidai onna est ainsi devenu Saikaku ichidai onna, la mention du nom de l'auteur rendant superflue celle de l'amour ou de la volupté ; la différence/parenté des titres est peut-être moins sensible en français, pour le coup, puisque l'on est passé de Vie d'une amie de la volupté, dans la traduction (postérieure au film à vue de nez) de Georges Bonmarchand, à La Vie d'O'Haru, femme galante pour le film – mais sans doute à bon droit, car le fait de nommer l'héroïne, ce que ne faisait pas Saikaku dans son roman, est significatif en tant que tel.

Quand le film sort, en 1952, Mizoguchi Kenji est un des plus illustres réalisateurs japonais… au Japon, avec une longue carrière derrière lui, entamée du temps du muet – il est bien plus âgé que Kurosawa Akira, par exemple ; mais la trajectoire des deux réalisateurs à cette époque est en fait liée. En 1950 sort Rashômon : le film fonctionne bien au Japon, mais, surtout, de manière totalement inattendue, il triomphe en Occident après avoir été projeté à la Mostra de Venise en 1951, où il remporte le Lion d'or. Les Japonais découvrent stupéfaits que leur cinéma est en mesure d'intéresser d'autres audiences ! Mais, pour l'heure, les Européens et les Américains ne connaissent absolument rien du cinéma japonais… Y a-t-il quelque chose d'autre, en dehors de Kurosawa ? Oui – et Mizoguchi en fait la démonstration dès l'année suivante, justement avec La Vie d'O'Haru, femme galante, à son tour projeté à la Mostra de Venise, et à son tour primé (même si pas du Lion d'or). Pendant un certain temps, Kurosawa et Mizoguchi (tous deux enchaînant les succès par la suite, comme par exemple Les Sept Samouraïs pour le premier ou les Contes de la lune vague après la pluie, d'après les Contes de pluie et de lune d'Ueda Akinari, pour le second… et tous deux remportent le Lion d'argent !), seront les deux cinéastes japonais plébiscités à l'étranger – leur collègue Ozu Yasujirô, dont le style « contemporain » n'a pas le même vernis « exotique » qui facilite plus ou moins paradoxalement l'exportation, ne sera véritablement découvert en Occident que plus tard, rétrospectivement (alors qu'il était très apprécié, et très influent, au Japon, de longue date) ; mais l'idée d'un « triumvirat » du cinéma japonais « classique », Kurosawa-Mizoguchi-Ozu, persistera longtemps. Il y a bien quelques autres noms à s'exporter çà et là (en 1953, Kinugasa Teinosuke, là encore un vétéran, remporte la Palme d'or à Cannes pour La Porte de l'enfer), mais ceux-ci dominent. En Europe, et même plus particulièrement en France, on oppose pourtant parfois ces réalisateurs, si l'on en croit par exemple un Max Tessier (ici, sauf erreur) : au sein des revues cinématographiques telles que Les Cahiers du Cinéma ou Positif, il y a les tenants de Kurosawa, et les tenants de Mizoguchi – chaque revue choisit son camp et dénigre absurdement l'autre… Il y avait assurément, et il y a toujours, de quoi plébisciter les deux, tout en prenant en compte les différences marquées du cinéma de chacun, sensibles aussi bien dans le fond que dans la forme (à titre d'exemple, l'usage récurrent de longs plans-séquences, typique de Mizoguchi, et dont La Vie d'O'Haru, femme galante témoigne particulièrement, tranche avec le montage et les « trois caméras » de Kurosawa).

Quoi qu'il en soit, au Japon, Mizoguchi est alors un réalisateur installé de longue date, à la filmographie abondante. Il a traité bien des sujets, de bien des manières, mais, sur le tard, on note peut-être plus particulièrement, chez le réalisateur, un intérêt marqué pour la condition des femmes – un intérêt militant, même, prônant le suffrage des citoyennes japonaises ou dénonçant le proxénétisme, et ce ne sont là que deux exemples. Dans un Japon très patriarcal, ce n'est pas rien – même si, pour le coup, le poncif de la « femme qui endure », certes pas absent du cinéma de Mizoguchi, est très japonais. Reste que La Vie d'O'Haru, femme galante s'inscrit pleinement dans ce registre ; c'en est même peut-être la plus fameuse illustration.

Et c'est aussi l'occasion, pour Mizoguchi, de confier à son actrice fétiche, Tanaka Kinuyo, une des plus grandes stars féminines de toute l'histoire du cinéma japonais, muet comme parlant (et que j'avais louée sur ce blog pour sa performance dans La Ballade de Narayama de Kinoshita Keisuke, et évoquée brièvement ici, en traitant du Kwaidan de Kobayashi Masaki, car elle était une parente du réalisateur), de lui confier, donc, un rôle à sa démesure : la femme « de Saikaku », que le film doit montrer aussi bien jeune ingénue de la cour impériale que vieille prostituée décatie…

(Pour l'anecdote un peu gratuite, mais aussi pour le lien avec Kurosawa, on relèvera, dans la distribution du film de Mizoguchi, un Mifune Toshirô méconnaissable, dans un rôle d'une importance cruciale pour le récit, mais qui n'a guère que deux minutes au plus d'apparition à l'écran…)

Mais 1952 n'est pas 1686. L'adaptation du roman de Saikaku est (nécessairement) très libre, elle délaisse la succession de petits tableaux largement indépendants pour un récit plus linéaire et cohérent, et elle porte un regard tout différent sur la vie des courtisanes et les questions politiques et morales afférentes. Si le roman de Saikaku affichait sans vergogne des airs de divertissement plutôt léger et somme toute assez neutre au plan moral, du moins m'a-t-il fait cette impression, le film de Mizoguchi est résolument un drame (ce qui n'exclut pas de brefs interludes assez cocasses), et une dénonciation.

TRAJECTOIRES ET DIFFÉRENCES

Dans les deux oeuvres, l'héroïne est prise dans un engrenage qui décide de la trajectoire de sa vie. Dans les deux cas, par ailleurs, cette trajectoire n'est pas unilatérale : s'il est certain que, dans le roman comme dans le film, l'héroïne finit incomparablement plus mal qu'elle n'a commencé, il ne s'agit cependant pas d'une chute « en continu » : il y a des hauts et des bas – même si, donc, de plus en plus de bas, et de plus en plus bas. Cependant, le ton très grave et déprimant du film accentue peut-être cette impression de déchéance continuelle.

Mais l'histoire d'O'Haru est donc plus aisée à suivre : Mizoguchi se disperse moins que Saikaku, et dégage une trame générale des péripéties de son héroïne, en diminuant le nombre de tableaux pour leur accorder plus d'espace ; certaines de ces saynètes sont bien empruntées au roman, mais pas toutes, sauf erreur.

Dès lors, il est possible de résumer le film plus aisément que le roman. Il s'ouvre sur le triste tableau d'une O'Haru prématurément vieillie, prostituée sans clients mais qui entend conserver une attitude relativement sereine, en dépit des innombrables malheurs qui n'ont eu de cesse de l'accabler. le film, comme le roman, commence donc par la fin (enfin, concernant le film, pas tout à fait, car il y aura un très important épilogue) – mais là où Saikaku montre une vieille dame retirée du monde, une plus-ou-moins-nonne qui narre volontiers aux galants de passage, pour leur divertissement sinon leur édification, les accidents de sa vie, Mizoguchi dresse un tableau d'emblée plus intime et aussi plus déprimant, et c'est au spectateur qu'O'Haru fait intérieurement son récit – à moins que ce ne soit en même temps à ses collègues prostituées. de passage dans un temple bouddhique, O'Haru s'abîme en effet dans la contemplation des statues, qui lui rappellent l'origine de son drame, le visage d'un jeune homme apparaissant en surexposition sur le visage d'un bouddha : alors qu'elle était dame de compagnie à la cour impériale, O'Haru était tombée sous le charme d'un page très assidu, Katsunosuke (Mifune Toshirô) ; mais cette relation dépareillée avait scandalisé la cour, et le jeune guerrier avait été exécuté tandis qu'O'Haru était renvoyée auprès de sa famille, collectivement exilée et dégradée.

C'est là une autre différence majeure entre le film et le livre : Mizoguchi confère un certain rôle aux parents d'O'Haru, qui reviendront régulièrement dans le récit – la mère est douce mais impuissante, le père un répugnant bonhomme, égoïste, arrogant, cupide. Il vend littéralement sa fille p
Lien : http://nebalestuncon.over-bl..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Citations et extraits (1) Ajouter une citation
stekasteka   25 août 2019
C'est une œuvre décousue, sorte de chaîne d'épisodes. Il y en a cinquante-quatre, autant que le nombre des chapitres du Genji-monogatari, et ce n'est pas simple coïncidence, car le héros du livre, Yonosuke, est une parodie plébéienne de Hikaru Genji, Prince Charmant et charmeur du palais impérial, héros galant de ce roman composé au commencement du XIe siècle par Murasaki Shibiku, dame de cour. Seulement, le théâtre des amours de Yonosuke n'est pas le palais impérial: ce sont les lupanars du pays. Cette transposition révèle une tendance très marquée chez Saikaku, et qui signale l'esprit des hommes d'Osaka : ils aiment parodier une condition noble et la ravaler à une humble existence. Cet esprit (qui se nomme tengô) se manifeste fréquemment dans les écrits de Saikaku. On le voit souvent insérer dans une de ses phrases une allusion littéraire empruntée aux classiques, mais c'est généralement pour la rendre burlesque, ou tout au moins pour lui donner une tournure légèrement comique. (Introduction de Georges Bonmarchand faisant allusion à "L'homme qui ne vécut que pour aimer" du même Saikaku).
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
Video de Ihara Saikaku (1) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Ihara Saikaku
La Vie d'O'Haru, Femme Galante de Kenji Mizoguchi (1952) - Bande-Annonce DVD.
autres livres classés : romanVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Les mangas adaptés en anime

"Attrapez-les tous", il s'agit du slogan de :

Bleach
Pokemon
One piece

10 questions
404 lecteurs ont répondu
Thèmes : manga , littérature japonaiseCréer un quiz sur ce livre