AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
Citations sur Lune de larmes / J'avais cinq ans (7)

makary
makary   11 juin 2012
Aujourd'hui encore, l’idée que je ne suis pas une enfant de l'amour mais le résultat d'un viole me rend furieuse et triste. Qu'avait fait notre mère pour être traitée ainsi? Pourquoi les hommes pouvaient.-ils s'accorder le droit d’être violents avec les femmes, d'humilier leur corps et leur âme?
P.98
Commenter  J’apprécie          60
dixdoudou
dixdoudou   10 janvier 2016
Apparemment, les étrangers étaient bien plus libres. Les femmes pouvaient faire la même chose que les hommes. Les handicapés pouvaient avoir des enfants. C'était pour moi un nouvel univers fascinant
Commenter  J’apprécie          20
Cececuicui
Cececuicui   18 avril 2014
Sans lui, ma vie serait terne. J'avais peur de le perdre. Il était entre dans mon univers de manière à la fois surprenante et délicate, comme le soleil qui se lève le matin à l'est au-dessus des montages et réchauffe le pays et les cœurs.
Commenter  J’apprécie          20
dixdoudou
dixdoudou   08 janvier 2016
Ce n'est pas de la colère contre mon père. Lui aussi est mort. C'est de la colère contre un système social dans lequel les femmes sont des êtres humains de seconde classe livrés à l'arbitraire des hommes. Sans aucune issue. Jusqu'à la mort
Commenter  J’apprécie          10
Lilou130
Lilou130   18 janvier 2013
Que dire !!!!!!!!!!!


UN DE MES LIVRES PREFERER ! A LIRE
Commenter  J’apprécie          10
nikita2017
nikita2017   05 avril 2017
J’étais contente que les pieds de maman soient blancs, et j’ai crié très
Fort : « Vous voyez, maman n’est pas complètement brûlée, vous voyez le blanc, vous le voyez ?
Commenter  J’apprécie          00
Cececuicui
Cececuicui   18 avril 2014
Dès que l'odeur de l'eau salée me parvenait aux narines, que je sentais le sable sous mes pieds et que j'entendais le bruit des vagues qui se brisaient, je me sentais libérée du poids de mes origines. L'eau entraînait mon passé au large, dans l'infinité de l'océan; elle enveloppait mon avenir dans un voile d'embruns et me laissait seule avec le présent.
Commenter  J’apprécie          00


    Acheter ce livre sur

    FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr

    Autres livres de Ouarda Saíllo (2) Voir plus