AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet
EAN : 9782253189688
1080 pages
Le Livre de Poche (14/11/2018)
4.25/5   6 notes
Résumé :
Des années 1960 aux années 2000, du sud de la France à la Grande-Bretagne en passant par New York, l’auteur raconte, dans une histoire semi-autobiographique, la vie de Patrick Melrose, qui naît dans une famille noble mais complètement dysfonctionnelle : repoussé par sa mère, abusé par son père, il devient un dandy alcoolique et drogué. Il quittera ce monde aristocratique à la dérive sans jamais pouvoir se réconcilier avec la figure paternelle, mais trouvera néanmoin... >Voir plus
Critiques, Analyses et Avis (3) Ajouter une critique
MademoiselleMirabelle
  14 mai 2019
Un des livres que j'ai préféré ces derniers mois, satire sociale brillante et pleine d'esprit, d'un cynisme absolu...et d'une hilarité et d'un sens de la formule sans pareils ! L'adaptation de la chaîne TV Sky a remis la saga de Patrick Melrose d'Edward St Aubyn sur le devant de la scène et c'est un plaisir de lecture ! Je l'ai lu en anglais, aussi je ne me porte pas garante de la traduction (la même que les précédentes éditions chez 10/18, trois traductrices différentes, ouch...) mais l'anglais est accessible et l'écriture d'autant meilleure évidemment !
Commenter  J’apprécie          20
charlottecamatte
  23 juillet 2022
J'ai apprécié le style et surtout les passages dans la tête de notre Patrick tourmenté et au regard noir qui plonge dans sa folie, et qui peut se montrer très antipathique...
Mais difficile de savoir où on va, pourquoi passer autant de temps avec tous ces personnages... J'ai eu du mal à aller jusqu'au bout malgré mon intérêt pour l'histoire
J'ai regardé l'adaptation en série en parallèle de ma lecture, je recommanderais cette série pour ceux qui souhaitent bien comprendre l'histoire
Commenter  J’apprécie          00
Le_monstrothecaire
  16 janvier 2021
L'intégrale de Patrick Melrose est le genre de bouquin qui ne peut pas laisser indifférent. Soit on aime, soit on déteste. Pour ma part, je suis assez sensible à l'écriture de m'sieur St Aubyn, j'ai passé un excellent moment, en lisant les cinq tomes à la suite. On rit, on souffre aussi avec le pauvre Patrick qui a une vie à la fois si simple et si compliquée. L'écriture n'est pas la même d'un tome à l'autre (impression renforcée par le recours à différents traducteurs sans doute), ce qui permet de sentir d'autant plus les différents âges de raison du personnage. (et de l'auteur.)
Je crois que ce que je retiendrais de l'ensemble, c'est le cynisme omniprésent, très plaisant pour ceux qui aiment le second degré. Egalement les descriptions chiadées, chouettes à bouquiner.
Dans les points plus négatifs, certains passages partent en délire philosophique tortueux. Faut pardonner, et se concentrer sur le reste. =p
C'est un livre puissant que je garderais toujours dans un coin de ma bibliothèque.
Lien : https://lamonstrotheque.home..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00


critiques presse (1)
Liberation   27 mai 2019
Melrose est-il un héros ? On s’exprime rarement, aujourd’hui, en ces termes. Désormais le héros est plutôt l’auteur, qui prend le pas sur sa créature, à plus forte raison quand il s’agit d’un double avéré.
Lire la critique sur le site : Liberation
Citations et extraits (11) Voir plus Ajouter une citation
Le_monstrothecaireLe_monstrothecaire   16 janvier 2021
À mesure qu’il montait péniblement dans sa chambre meublée, de minuscules combles aménagés en soupente au cinquième étage d’un étroit immeuble victorien de Kensington, Patrick semblait régresser à travers l’histoire de l’évolution, se courbant davantage à chaque étage, jusqu’à poser ses poings sur le tapis du dernier palier, comme un hominidé des premiers temps qui n’a pas encore appris à se tenir debout dans la savane africaine et ne fait que de rares et craintives expéditions hors de la protection des arbres.
- Putain, marmonna-t-il, alors qu’il reprenait son souffle et se redressait au niveau de la serrure.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Le_monstrothecaireLe_monstrothecaire   16 janvier 2021
Il aimait toujours sa grand-mère, même si elle ne leur laissait pas la maison. Son visage était un réseau de rides gagnées à force d’essayer d’être bonne, de se soucier de choses gigantesques comme notre planète, ou l’univers, ou les millions de gens nécessiteux qu’elle n’avait jamais rencontrés, ou du jugement de Dieu qu’elle allait rencontrer bientôt. Il savait que son père ne pensait pas qu’elle était bonne, et minimisait le fait qu’elle avait tellement envie de l’être. Il répétait à Robert qu’ils devaient aimer sa grand-mère “malgré tout”. Voilà pourquoi Robert savait que son père avait cessé de l’aimer. 
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
MademoiselleMirabelleMademoiselleMirabelle   14 mai 2019
He turned around and hurried towards the door. He had to get outside. His heart seemed to be about to leap out of his chest, like a jack-in-a-box, and he felt that he could only force the lid down for a few seconds more.
'Goodbye', he called from the door.
'Goodbye', said Anne.
Down in the sluggish airless lift, past the fat moronic doorman, and into the street. The shock of standing again under the wide pale sky, completely exposed. This must be what the oyster feels when the lemon juice falls.
p172
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
MademoiselleMirabelleMademoiselleMirabelle   22 mai 2019
'I'm too old to care anymore,' said George. 'Do you know, I was thinking that if I go to heaven, and I don't see why I shouldn't, I hope that King, my old butler, will be there.'
'To do your unpacking?' suggested Patrick.
'Oh no,' said George. I think he's done enough of that sort of things down here. In any case, I don't think one takes any luggage to heaven, do you? It must be like a perfect week-end, with no luggage.'
p400
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Le_monstrothecaireLe_monstrothecaire   16 janvier 2021
 La serveuse était sans espoir. Julia était sans espoir. Eleanor était sans espoir. Même Mary finalement était sans espoir et ne l’empêcherait pas de regagner sa chambre meublée seul et sans aucune sorte de consolation. Ce n’étaient pas les femmes qui étaient à blâmer, c’était le pouvoir de ses propres illusions : l’idée qu’elles étaient là avant tout pour lui être utiles.
Commenter  J’apprécie          00

Videos de Edward Saint Aubyn (3) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Edward Saint Aubyn
Mother's Milk (2012) - Trailer
autres livres classés : violence paternelleVoir plus





Quiz Voir plus

Londres et la littérature

Dans quelle rue de Londres vit Sherlock Holmes, le célèbre détective ?

Oxford Street
Baker Street
Margaret Street
Glasshouse Street

10 questions
941 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature , littérature anglaise , londresCréer un quiz sur ce livre