AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2259208819
Éditeur : Plon (08/04/2010)

Note moyenne : 3.17/5 (sur 6 notes)
Résumé :
Juin 1940 : la Wehrmacht est aux portes de Paris. La victoire allemande est imminente, mais elle ne sera totale, aux yeux du Führer, qu'après la destruction du document original du traité de Versailles, souvenir cuisant de la défaite de 1918. Au péril de sa vie, une jeune employée du Quai d'Orsay reçoit la mission de tout faire pour sauver le précieux parchemin, relique inestimable de l'honneur de la France.

Traquée par un officier allemand, Madelein... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (3) Ajouter une critique
LiliGalipette
  31 mai 2010
Roman de Thibaut de Saint Pol.
En juin 1940, la Wehrmacht est aux portes de Paris. Au Quai d'Orsay, comme dans tous les ministères français, c'est l'affolement. C'est dans l'odeur de papiers brûlés et dans le vacarme d'une fuite désordonnée que Madeleine, jeune employée de bureau, se voir confier un des symboles de l'honneur de la France, le traité de Versailles. L'inestimable parchemin fait la preuve de la culpabilité de l'Allemagne lors de la précédente guerre. À ce titre, le Führer veut s'en emparer pour le détruire. de Paris à Toulon, en passant par Lyon et Montpellier, Madeleine tente de mettre la relique en lieu sûr, suivie de près par Heinrich, un officier allemand déterminé à détruire lui-même le Diktat, cette preuve infamante de l'humiliation subie par son pays en 1919. En 2009, Théobald, le petit-fils d'Heinrich, frappe à la porte d'une vieille femme recluse dans une petite commune du Var.

Une lecture bien décevante voire agaçante. J'ai trouvé l'écriture détestable, au croisement du pire de tous les romans de gare, des romans d'aventure à deux sous et des romans historiques de bas étage. le prétexte historique n'est pas mauvais, bien au contraire. "Sans le Diktat, on ne comprend pas grand-chose au XX° siècle." (p. 72) Courir sur les traces du traité de Versailles a son charme, même si certaines pages m'ont désagréablement rappelé le mauvais Da Vinci Code de Dan Brown. Hélas, tout n'est que caricature dans ce roman.

Les rancoeurs présentes des deux côtés du Rhin sont incarnées dans des personnages trop peu travaillés et improbables. Certes il y a eu des héros pendant la guerre, mais Madeleine n'est pas crédible. La petite employée administrative sans envergure devient une pasionaria en quelques jours. "Nos soldats étaient les plus forts, et notre cause plus juste." (p. 11) Sa réaction face au régime de Vichy est inappropriée : la majorité des Français a accueilli Pétain en sauveur et sa demande d'armistice comme la seule façon d'éviter la boucherie de 14-18. Les récriminations sont venues plus tard, après la première euphorie dissipée.

Heinrich est plus convaincant. L'officier de la Wehrmacht, dévoué au Reich, plein de morgue envers les vaincus, est un espion satisfaisant tant qu'il joue au chat et à la souris avec la petite française qui prend le temps de batifoler avec lui au lieu de s'en tenir à sa mission. Son mépris des SS est justifié bien que trop répété. Cependant, ses pensées nostalgiques sur la beauté de son pays et la chaleur de son foyer sont des clichés ridicules. Il fait du traité de Versailles le responsable de tous les maux de l'Allemagne, il impose le Diktat comme raison absolue d'entrer en guerre contre l'Europe entière qui a réduit son pays à la soumission. En cela, il pense comme les Allemands de cette époque. Et c'est là que le bât blesse! Aucune nuance, aucune finesse dans la psychologie du personnage! Et comme dans le pire des romans d'espionnage, les deux agents ennemis succombent à l'amour et renoncent pour partie à leur mission.
La construction du roman présente un certain intérêt. le récit de Madeleine, le journal d'espion d'Heinrich et le récit de Théobald occupent successivement les chapitres du roman. Les informations importantes sont ainsi dévoilées par des narrateurs auxquels on ne s'attend pas. le emphatique de Madeleine est tout simplement insupportable: elle ne sait que réaffirmer son engagement patriotique en pointant du doigt les Français apeurés qui ont préféré se faire discrets. Elle brandit sa mission comme une preuve de vertu morale, entrecoupant son discours d'allusions agaçantes à sa piété religieuse et de diatribes mélodramatiques envers l'envahisseur. J'ai préféré la langue utilisée par Heinrich, le télégraphique, très succint, la forme de notes écrites rapidement au coeur de l'action, en prise avec la réalité. Mais là aussi, son emphase patriotique est imbuvable. Reste le discours de Théobald, son mépris affiché pour le peuple français qui réécrit l'histoire pour nier ses responsabilités ou endosser le beau rôle. La quête de réponses sur le passé de son aïeul revêt malheureusement les apparences d'un voyeurisme fouineur très déplaisant.
Alors... suis-je passée à côté de ce livre supposé faire vibrer ma fibre patriotique? Est-ce un roman ironique, à lire au second degré? Si c'est le cas, la quatrième de couverture est trompeuse. Est-ce un vrai roman historique sur fond d'espionnage? Dans ce cas, l'auteur aurait dû creuser davantage son sujet au lieu d'accumuler les clichés que tout le monde a déjà lus. Je trouve la première de couverture affreuse, mais les goûts et les couleurs... Étrange de trouver ce roman chez Plon qui m'a toujours paru être une maison de qualité.
Voilà probablement un texte à faire lire à des adolescents: il y a de l'aventure, suffisamment mais pas trop d'histoire pour donner l'impression de lire "un livre de grand", les personnages sont faciles à cerner (et on en fait bien vite le tour!).
Lien : http://lililectrice.canalblo..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
ZeroJanvier79
  01 septembre 2018
A mon coeur défendant est le troisième roman de Thibaut de Saint Pol. Après N'oubliez pas de vivre qui nous faisait découvrir l'univers à part des classes préparatoires aux grandes écoles, et Pavillon Noir qui nous plongeait dans un hôpital psychiatrique, le jeune auteur s'attaque cette fois à un autre sujet lourd : la France sous l'Occupation.
Juin 1940 : la Wehrmacht est aux portes de Paris. La victoire allemande est imminente, mais elle ne sera totale, aux yeux du Führer, qu'après la destruction du document original du traité de Versailles, souvenir cuisant de la défaite de 1918.
Au péril de sa vie, une jeune employée du Quai d'Orsay reçoit la mission de tout faire pour sauver le précieux parchemin, relique inestimable de l'honneur de la France. Traquée par un officier allemand, Madeleine fuit à travers le pays dévasté. de la capitale aux rivages de la Méditerranée, la jeune femme s'engage alors, avec son poursuivant, dans un troublant jeu de piste. Peu à peu, elle verra grandir en elle la confusion du devoir et des sentiments.

Dans ce roman, Thibaut de Saint Pol donne la parole à trois personnages :
Madeleine, jeune alsacienne qui porte le lourd fardeau de protéger le Traité de Versailles, nous raconte sa fuite de Paris en 1940
Heinrich, un officier allemand qui pourchasse Madeleine à travers la France pour mettre la main sur le fameux Diktat
Théo, petit-fils d'Heinrich, en visite en France de nos jours avec l'espoir de connaître enfin la vérité sur la disparition de son grand-père
Les trois récits sont directement liés et indissociables : c'est à Théo que Madeleine s'adresse quand elle nous raconte sa vie pendant l'Occupation et le jeu du chat et la souris qu'il l'a opposé à Heinrich à l'époque. L'auteur jongle ainsi habilement entre trois personnages et deux époques. L'histoire est intéressante et bien menée, il y a un véritable suspense et quelques rebondissements bien trouvés. Seul le twist final m'a un peu déçu, peut-être parce qu'il était si prévisible que la surprise aurait justement été de le contourner. Ceux qui ont lu ou liront ce livre comprendront tout de suite à quoi je fais allusion mais je n'en dirai pas plus pour ne pas éventer le secret.
Si le récit m'a plu, c'est surtout le lien avec L Histoire qui m'a intéressé dans ce roman. J'ai particulièrement apprécié les mots d'Heinrich et de Théo sur la France ; ce sont deux regards croisés et différents sur notre pays à soixante années d'intervalle. Entre le mépris d'Heinrich et la distance de Théo, on voit une nette évolution mais aussi la complexité des liens entre les deux voisins. Pour moi qui suis tombé « amoureux » de l'Allemagne à l'adolescence, cette vision des relations franco-allemandes a été l'un des points forts de ce roman.
Avec A mon coeur défendant, Thibaut de Saint Pol confirme les espoirs placés en lui – par moi, en tout cas – après ses deux premiers romans. Outre une plume agréable à lire, j'apprécie chez cet auteur sa capacité à nous plonger chaque fois dans des cadres différents. Avec lui, on « voyage », d'une époque à une autre, ou simplement d'un lieu à un autre. En attendant son prochain roman, tout cela m'a donné envie de relire N'oubliez pas de vivre et Pavillon noir !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Cryssilda
  16 juillet 2010
"A mon coeur défendant" de Thibaut de Saint Pol
Editions Plon, 205 pages, 2010
Nous sommes en pleine deuxième guerre mondiale, la jeune Madeleine travaille au Quai D'orsay lorsqu'elle décide de fuir Paris qui va bientôt tomber sous l'occupation allemande. Alors qu'elle est sur le point de prendre son train vers le sud de la France pour rejoindre sa soeur, son responsable lui confie l'original du Traité de Versailles, incarnation de l'humiliation et de la défaite allemandes lors de la première guerre mondiale; pour que celui-ci soit à l'abri. le roman raconte la fuite de Madeleine, et l'histoire de Henrich, officier allemand, qui la poursuit d'années en années dans l'espoir de récupérer le traité.
J'ai passé un bon moment à lire ce roman. Il aborde les sentiments des deux camps au fur et à mesure que la guerre avance. Il évoque également les cicatrices de la guerre, des années après, alors que tout est clair du point de vue de l'Histoire, mais beaucoup moins du point de vue des rapports humains entre le France et l'Allemagne. La relation entre Madeleine et Henri m'a beaucoup plue.
Bizarrement, alors que d'habitude je trouve les romans sur le sujet bien trop glauques (et pour cause!), je trouve que ce roman aborde le sujet avec beaucoup trop de légèreté. Cette critique concerne, non pas les situations ou les évènements, mais bien le style de l'auteur un peu trop léger, trop sentimental et trop romanesque parfois.
Mais voilà, je lis tout ce que je trouve sur le sujet depuis des années, forcément je ne pouvais pas passer à côté de ce roman, un grand merci à Babelio et à Masse Critique pour son envoi :)

Lien : http://cryssilda.canalblog.c..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Citations et extraits (2) Ajouter une citation
LiliGalipetteLiliGalipette   16 mai 2012
"Nos soldats étaient les plus forts, et notre cause plus juste." (p. 11)
Commenter  J’apprécie          10
LiliGalipetteLiliGalipette   16 mai 2012
"Sans le Diktat, on ne comprend pas grand-chose au XX° siècle." (p. 72)
Commenter  J’apprécie          10
Videos de Thibaut de Saint-Pol (2) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Thibaut de Saint-Pol
Bande-annonce du livre "A mon coeur défendant"
autres livres classés : roman historiqueVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Quelle guerre ?

Autant en emporte le vent, de Margaret Mitchell

la guerre hispano américaine
la guerre d'indépendance américaine
la guerre de sécession
la guerre des pâtissiers

12 questions
1891 lecteurs ont répondu
Thèmes : guerre , histoire militaire , histoireCréer un quiz sur ce livre