AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2707154881
Éditeur : La Découverte (18/09/2008)

Note moyenne : 3.33/5 (sur 3 notes)
Résumé :

À partir de la fin des années 1970, l'Amérique du Sud a été le laboratoire de la o révolution néolibérale " inaugurée dans le sang par les dictatures chilienne et argentine.

Trente ans plus tard, elle exprime son rejet du " consensus de Washington " et du capitalisme sauvage : du Venezuela à l'Argentine, du Brésil à la Bolivie et à l'Uruguay, autant de manifestations de ce tournant à gauche.

Dans ce livre vif et informé, M... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (3) Ajouter une critique
YvesParis
  30 décembre 2012
On pouvait redouter le pire d'un ouvrage sur les gauches latino-américaines publié à La Découverte par le traducteur de Michael Moore, Jeremy Rifkin et Amartya Sen. Pourtant, la longue enquête de Marc Saint-Upéry, journaliste français indépendant qui sillonne depuis une dizaine d'années l'Amérique latine, évite le double écueil de la langue de bois et du panégyrique. Il refuse l'usage passe-partout du terme de « populisme » « dont le pouvoir explicatif est proportionnellement inverse à la fréquence de son invocation stigmatisante » (p. 11). Il récuse le stéréotype des « deux gauches », la gauche sympathique et souriante de Lula au Brésil et de Michelle Bachelet au Chili opposée à la gauche nationaliste et « populiste » de Chavez au Venezuela et Morales en Bolivie. Il décrit au contraire une Amérique latine plus nuancée, plus complexe, où la continuité l'emporte sur la rupture.
Ainsi de Hugo Chavez dont les outrances verbales et la filiation revendiquée avec Fidel Castro ont eu tôt fait de le transformer en révolutionnaire néo-guévariste pour les uns, en dictateur belliciste pour les autres, Marc Saint-Upéry rétablit un juste milieu et nous invite à juger le président vénézuélien « sur ce qu'il fait, pas sur ce qu'il dit » (l'expression est d'un ex-ambassadeur américain à Caracas). Son « anti-impérialisme histrionique » – il n'a pas hésité à comparer George Bush à Lucifer à la tribune de l'ONU – n'a en rien diminué les flux commerciaux entre le Venezuela et les États-Unis. Et les procès en dictature qui sont souvent instruits contre lui ne résistent pas à la réalité d'une presse étonnamment libre et d'un débat démocratique vivace. le principal danger qui guette le chavisme est, selon l'auteur, l'épuisement d'une société que risquent de lasser les bouffonneries de son président.
Le Brésil de Lula n'est pas moins complexe. Là aussi, il faut se méfier des caricatures et éviter de considérer le leader du Parti des travailleurs (PT) élu en 2002 et triomphalement réélu en 2006 soit comme une icône altermondialiste, soit comme un social-traître. le Brésil de Lula connaît d'importantes réformes sociales qui améliorent le sort des plus démunis, telles les Bolsa familia distribuées aux familles pauvres. Mais, dans le même temps, la politique économique mise en oeuvre se distingue à peine de celle menée sous le régime libéral de Fernando Cardoso. Au point que Saint-Upéry qualifie ce mélange d'orthodoxie économique et de réforme sociale de « blairisme tropical » (p. 60).
Si Nestor Kichner est moins célèbre que ses homologues vénézuélien ou brésilien, son régime symbolise le mieux ces paradoxes sud-américains. Élu du Parti justicialiste, le parti de Juan Peron, comme l'avait été le flamboyant Carlos Menem quinze ans plus tôt, Kichner est à la fois conservateur et progressiste. Il peut se targuer d'avoir rétabli la croissance après « l'apocalypse social » (p. 145) de la crise du peso. Surtout est mis à son actif d'avoir « restauré le minimum de dignité et d'autorité de la fonction présidentielle de l'État » (p. 185) après la faiblesse de Raul Alfonsin, les excentricités de Carlos Menem et l'incompétence de Fernado de la Rua.
Le dernier mythe sud-américain concerne la Bolivie et son nouveau président, « l'Indien » Evo Morales. Là encore, Marc Saint-Upéry nous invite à nous méfier des raccourcis hâtifs et des « illusions identitaires » qui figeraient les populations indigènes, beaucoup plus métissées et urbanisées qu'on ne l'imagine. Evo Morales en est un vivant exemple : il a quitté très jeune le pays aymara – dont il ne parle plus guère la langue – pour la zone tropicale du Chaparé. Et son parti, le MAS, est moins celui des Indiens (dont les plus extrémistes militent dans le mouvement quasi-séparatiste Pachakutik) que des syndicalistes anticapitalistes.
Au-delà du seul cas bolivien, l'émergence de mouvements indiens, au Pérou avec Ollanta Humala qui échoua de peu dans sa conquête du pouvoir ou en Équateur où l'outsider de gauche Rafael Correa l'emporta en novembre 2006, révèle dans toute l'Amérique du Sud une crise de la « colonialité du pouvoir ». Ce néologisme, emprunté au sociologue péruvien Anibal Quijano, désigne un mode d'organisation sociale qui n'est pas à strictement parler colonial, mais qui reste profondément marqué dans les mentalités par une survalorisation du Blanc et une stigmatisation du cholo, terme qui désigne à la fois le métis, le paysan, le plouc.
Revenant au point de commencement de son ouvrage, l'auteur nous ramène au Brésil. Les inégalités entre les races et entre les classes sont fortes et la « démocratie raciale » qu'on décrit complaisamment y reste utopique. Mais le Brésil vit une forme de « cordialité raciale », dans le sport, dans les lieux de culte, dans les réunions de quartier, que ne connaissent ni les États-Unis ni même l'Europe.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          90
GabyH
  05 novembre 2012
Marc Sait-Upéry offre avec "Le rêve de Bolivar" une très bonne analyse de la politique sud-américaine après le "virage à gauche" des années 2000.
Il convient tout d'abord de saluer l'effort de l'auteur de démêler les différents types de gauche au pouvoir dans les pays latino-américains, généralement assimilées dans les médis grand public français. Même s'il traite de la gauche en général, il s'attarde sur trois grandes figures de cette gauche : Lula, Chavez et Kirchner.
L'auteur étudie à la fois les mécanismes d'arrivée au pouvoir des ces personnages politiques, leurs stratégies de maintien et leur apport en matière d'intégration régionale. En effet, c'est ce dernier point qui est mis en avant par le titre de l'ouvrage, référence au projet de Simon Bolivar de créer, au XIXème siècle, une grande confédération sud-américaine. Cette filiation est à relativiser : les nationalismes restent forts en Amérique du Sud et l'héritage de Bolivar reste quant à lui discuté. Les orientations à donner à l'intégration régionale sont encore source de nombreux débats politiques.
Marc Saint-Upéry développe un long travail journalistique sur l'Amérique Latine, très documenté et très agréable à lire. Une actualisation/ré-édition actualisée pourrait être utile à l'heure actuelle car de nombreux changements ont été observés depuis la première publication, parmi lesquels l'entrée du Venezuela en tant que membre à part entière du MERCOSUR en juillet 2012 suite à l'exclusion temporaire du Paraguay de ce même bloc régional. A suivre!
Une critique de ce livre est disponible sur le site de la revue Nuevo Mundo Mundos Nuevos, revue d'études latino-américaines publiée par l'Ecole des Hautes Etudes en Sciences Sociales : http://nuevomundo.revues.org/56588

Lien : http://nuevomundo.revues.org..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
lerital31
  26 août 2013
Ayant un intérêt pour la politique sud-américaine et par conséquent pour le phénomène Chavez, j'étais à la recherche d'un livre produisant une analyse la plus objective possible et donc relativement équilibrée entre les deux visions diamétralement opposées du Venezuela que l'on propose habituellement. Je n'ai pas été déçu par cet essai sur ce point. Il m'a également permis une découverte de la situation politique des autres pays, ce qui permet une meilleure compréhension globale.
Commenter  J’apprécie          10
Dans la catégorie : Partis politiquesVoir plus
>Science politique>La vie politique>Partis politiques (109)
autres livres classés : amérique du sudVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox




Quiz Voir plus

Quelle guerre ?

Autant en emporte le vent, de Margaret Mitchell

la guerre hispano américaine
la guerre d'indépendance américaine
la guerre de sécession
la guerre des pâtissiers

12 questions
1834 lecteurs ont répondu
Thèmes : guerre , histoire militaire , histoireCréer un quiz sur ce livre