AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2369760133
Éditeur : Lune Ecarlate Editions (01/01/1900)

Note moyenne : 3.55/5 (sur 11 notes)
Résumé :
10 nouvelles dignes des contes noirs du XIXe siècle chers à Edgar Poe.

Des histoires qui vous feront frissonner, des histoires qui vous rappelleront l’enfant que vous étiez il y a encore quelques années, l’être inquiet qui regardait sous son lit de crainte de trouver un monstre. Des contes où les ombres abritent vos peurs les plus profondes.

Amor in Sempiternum de Nicolas Saintier
La Comptine de Xian Moriarty
... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacRakutenLeslibraires.frMomox
Critiques, Analyses et Avis (10) Voir plus Ajouter une critique
reveline
  17 septembre 2014
10 nouvelles dignes des contes noirs du XIXe siècle chers à Edgar Poe.
L'accroche est ambitieuse, la référence à Edgar Poe, audacieuse. Beaucoup trop. Car ces contes de l'ombre sont très loin de pouvoir prétendre rivaliser avec les maîtres de l'horreur de l'époque. Disons-le tout de suite.
Des histoires qui vous feront frissonner, des histoires qui vous rappelleront l'enfant que vous étiez il y a encore quelques années, l'être inquiet qui regardait sous son lit de crainte de trouver un monstre. Des contes où les ombres abritent vos peurs les plus profondes.
Là encore, le résumé prometteur est contredit par la réalité du recueil. Je n'ai pas eu peur ni frissonné une seule fois durant ma lecture. Vous me trouverez sans doute parfois un peu sévère sans doute mais la référence à Edgar Allan Poe m'a beaucoup agacée. Je trouve cela assez présomptueux de se réclamer des grands auteurs de contes noirs du XIXème. Même si je sais que cela fait partie du jeu de l'argument marketing. Mais quand même…On ne touche pas au « Maitre » ;)
Trois-quatre nouvelles sympas à lire sur un total de dix, ça fait une moyenne honorable.
- "Amor in Sempiternum" de Nicolas Saintier
Joliment écrit mais un peu trop romantique à mon goût. Néanmoins, l'ambiance gothique est plutôt bien construite.
- "La Comptine" de Xian Moriarty
Je n'ai pas du tout accroché. Une nouvelle bien brouillonne, bancale avec beaucoup de descriptions inutiles et de longueurs répétitives et tout ça pour une fin très clichée.
- "La plume Noire" de Nicolas Kempf
Ma nouvelle préférée d'entre toutes et la plus réussie pour moi. Une excellente histoire, très bien écrite de surcroît, ce qui ne gâche rien.
- "Le cysgodion" de Gaëlle Dupille
Une nouvelle beaucoup trop longue qui part dans tous les sens, l'intérêt du lecteur peine à être retenu car passé l'entame mystérieuse du récit, le suspense se dilue dans les répétitions et les scènes inutiles. Dommage, l'idée était bonne, son traitement beaucoup moins. Plus courte, plus nerveuse, je pense que la nouvelle aurait été vraiment flippante. Là, je l'ai hélas trouvé plate et trop jeunesse. Une sorte de Chair de Poule de RL Stine, version courte.
- "Le pyramidion" de Frédéric Bouix
Même remarque que pour la nouvelle précédente. Trop long, beaucoup trop long. Une bonne idée narrative (faire raconter l'histoire par le biais d'e-mail échangés entre deux amies d'école) gâchée par un traitement poussif et une histoire dont on désespère de voir le bout. Et, le plus décevant: un happy end de bien mauvais aloi. Sans être sadique, (quoique…), je trouve que tout s'arrange de trop heureuse manière!
- "Le Sauveur" de Catherine Loiseau
Rien que du très classique dans cette nouvelle. Nous somme en terrain connu car le sujet principal de l'intrigue a bien souvent été usité ailleurs. Néanmoins, c'est plutôt bien écrit, l'ambiance du Paris du XIXème siècle est soignée. Une nouvelle qui sans être passionnante ou ébouriffante, n'ennuie pas et se lit agréablement.
"Aliénation" de Fanny Rieubon
Un début intrigant qui part vite en cacahouètes! Cette nouvelle est construite en deux parties : et c'est là que le bât blesse. Car si la première enquête, une traque au fantôme dans une université anglaise très chic est assez sympa dans l'ensemble, la seconde aventure du duo d'amis, ruine cette bonne impression initiale. Pourquoi cette double couche ? La nouvelle aurait très bien pu se clore sur la résolution de cette première énigme. La suite selon moi inutile, je n'ai pas compris ce qu'elle faisait là, était dispensable ou aurait pu faire l'objet d'une autre nouvelle indépendante avec d'autres personnages. Car au final, l'ajout de cet épisode est fortement préjudiciable à l'ensemble. Au point que cette nouvelle se révèle finalement too much. Elle est trop tout pour moi : trop longue, trop diluée, trop clichée, trop déjà-lu et la fin aux effets trop appuyés et démonstratifs en devient, de fait, grotesque.
- "L'Ankou" de Yan Pernel
Ma seconde nouvelle préférée du recueil. Une écriture maitrisée. Un style agréable. Un personnage de shérif, certes caricatural, mais nanti d'une certaine étoffe, d'une certaine profondeur. Quel dommage que l'intrigue ne soit pas plus surprenante et que la chute soit aussi invraisemblable. Pour mou, la fin trop tirée par les cheveux ne fonctionne pas et se devine aisément ! Une nouvelle tout à fait honorable.
- "Le Bruit" de Béatrice Ruffié Lacas
J'ai terminé cette nouvelle, comment dire…dubitative. Elle m'a laissé assez indifférente. Je suis restée extérieure à l'histoire. Une chute inattendue, certes mais qui tombe comme un cheveu sur le ketchup ! Elle ne me laissera que peu de souvenirs.
- "Le Beau Mariage" de Henri Bé
Cette nouvelle figure troisième dans mon top. Certes, elle est prévisible. J'avais notamment deviné la chute dès les premières pages mais une exécution sympathique et une écriture fluide et agréable, font de cette histoire, une lecture plaisante.
En conclusion :
Mon top 3
"La plume Noire" de Nicolas Kempf
"L'Ankou" de Yan Pernel
"Le Beau Mariage" de Henri Bé
Somme toute, les sujets sont peu originaux, les intrigues déjà lues ailleurs, les ficelles grosses et apparentes, les clichés abondants et les chutes, bien peu surprenantes.
Néanmoins, malgré ses défauts et ses maladresses, Les Contes de l'ombre, est un recueil qui, dans l'ensemble, se lit rapidement et sans déplaisir trop prononcé.
Lien : http://ladelyrante.wordpress..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
gabrielleviszs
  26 janvier 2014
Avant de commencer, je tenais à remercier Nathy des éditions Lune Ecarlate pour avoir proposé ce recueil en service presse et pour avoir accepté ma demande surtout. Lorsque je l'ai eut entre les mains (sortie papier suite à l'envoi du pdf), j'ai feuilleté, histoire de voir de quoi cela allait parler et je me suis mise à commencer du début un matin, fini le soir même. J'ai vraiment apprécié cette lecture, dix petites histoires sortant de l'ombre. Je ne compte pas parler de toutes, mais au final, je résumerais le fait que toutes sont écrites d'un style différent, mais c'est ce qui fait que ce recueil est divertissant et enrichissant, des auteurs distincts qui nous apportent leur façon de nous faire lire leurs écrits. J'aurais du mal à dire laquelle serait ma préférée tout simplement parce que j'ai eut un mal fou à les lâcher, les unes comme les autres.
Amor in Sempiternum de Nicolas Saintier, est un hommage à l'amour éternel, difficile de ne pas être ému par ce qui va arriver à Viviane et Allan, un très beau couple pour qui tout allait très bien, mais dans un tel recueil, il faut bien se dire que tout est bien qui fini… bien ?
Aliénation de Fanny Rieubon, il s'agit d'une amitié entre deux jeunes hommes, Jared et Lloyd qui vont découvrir le surnaturel d'une manière particulière. le destin de ces deux hommes sera bien différents l'un de l'autre, mais je pense que Jared à la paix demandé, contrairement à Lloyd.
La Comptine de Xian Moriarty, à une fin très particulière, inattendue, malgré le déroulement de l'histoire. Qui aurait pu croire qu'un cimetière recelait tant de trésors ? La façon dont elle est écrite est véritablement admirable.
La plume Noire de Nicolas Kempf, serait, je pense l'une de mes préférés, dans le top 3. Estang est un jeune homme qui tente de percer dans le métier de l'écriture en tant que poète, mais son inspiration semble dur à garder, surtout avec le travail minable qu'il à dans un journal nommé la calèche. Une rencontre inattendue avec une jeune femme, et Estang va se retrouver dans une spirale infernale, mais surtout démente. le poète va être prit au jeu des mots et la fin est totalement surprenante !
« Ils avaient attendu le milieu de la nuit. L'heure obscure où dort l'honnête homme. Ils étaient deux. Des amateurs, des occasionnels. Ils s'y étaient repris plusieurs fois pour forcer la serrure. Avec un fracas à réveiller tout l'immeuble. Heureusement pour eux, ici, personne ne se mêlait des affaires des voisins. Ce qui les frappa tout de suite, à l'entrée de l'appartement, ce fut l'odeur. Une puanteur de charogne leur sauta aux narines.
L'odeur, et le froid. Il faisait plus froid qu'au-dehors, dans la nuit de décembre.
L'odeur en aurait fait reculer d'autres, mais ils ne voulaient pas repartir bredouilles. Ils avaient le coeur bien accroché. »
L'Ankou de Yan Pernel, serait dans mon top 3 également. En tant que Bretonne, je ne peux qu'approuver ce choix, même si la façon dont l'Ankou est décrite est différente de nos légendes. Mais c'est une façon de montrer nos peurs de ce qu'il peut y avoir dans l'inconnu et les explications données à la fin paraissent si véridiques que cela en donne des frissons. En tout cas, la fin est tout simplement à vous glacer le sang !
Le Beau Mariage de Henri Bé, raconte l'histoire d'une jeune fille de bonne famille qui se doit de faire un beau mariage, tout comme le titre l'indique. Bien entendu, le début est parfait en tout point, mais pour faire partie de ce recueil, il est impossible que la fin soit véritablement heureuse, quoique, cela dépend de quel point de vue nous sommes. Un parfait clin d'oeil au mariage de convenance de l'époque et surtout au charlatan !
Le Bruit de Béatrice Ruffié Lacas. Que dire de cette nouvelle qui m'a… scié par sa fin totalement imprévisible ?
Le cysgodion de Gaëlle Dupille, fait partie de mon top 3, maintenant vous savez lesquelles sont délectables, autant qu'un met succulent. Tiens en, parlant de mets, cette nouvelle est un délice. Rappelez-vous du monstre dans le placard ? Non, je ne parle pas de Monstres et Cie, mais bien de nos peurs d'enfants, le noir qui nous fait entendre du bruit et nous fait croire à ce monstre. A quoi ressemble t-il ? Pourquoi est-il ici ? Tout se passe dans la chambre d'enfants, où calme et sérénité ne sont que de vains mots et où vos peurs les plus profondes sont bien réelles ! Très contente de cette fin, cela ne pouvait pas se terminer sans qu'il n'y ait de préjudices. Non, je ne suis pas sadique, mais un peu parfois mdr !
Le pyramidion de Frédéric Bouix, une histoire que j'ai un peu moins apprécié, je pense que c'est la façon dont elle est écrite. Pourtant c'est original d'avoir une personne qui envoie des mails pour raconter ce qui lui arrive, mais j'ai eut du mal à accrocher, par contre, un gros coup de coeur pour le grand-père de la jeune fille, venu en vacances chez lui avec sa petite soeur !
Le Sauveur de Catherine Loiseau, la dernière histoire de ce recueil. Griffin et Louis, deux jeunes hommes, passionnés de peinture, étudiants même dans cet art vont faire la rencontre d'une jeune femme la Baronne Drikenov Natalia. Très belle femme, vu les descriptions de l'auteure, très intrigante et mystérieuse. Tout va tourner autour de cette femme et c'est impliqué de telle manière que l'on se demande qui est fou, qui se trouve réellement dans la réalité et j'avoue avoir été surprise de la fin, je me demande même ce qui va se passer pour Griffin…
« En les découvrant, je compris pourquoi les Beaux-Arts avaient choisi de les garder. « Splendides » ne rendait pas encore justice à ces peintures. Je reconnus deux portraits de Natalia, l'un de plain-pied, l'autre du buste et du visage. Les couleurs étaient admirables, vibrantes, profondes et subtiles sans jamais se révéler agressives. le rendu des tissus et de la peau était à couper le souffle. Je dus me retenir de toucher le tableau, pour caresser le satin de la robe et le velours du fauteuil. Quant à la figure, Louis avait su capter l'intensité du regard, l'expression délicate des traits. Je me trouvais devant un chef-d'oeuvre.
Mais passé le premier émerveillement, une sourde angoisse commença à m'étreindre. »
Pour conclure, je pense que toute la maison à compris que j'avais apprécié, tant j'ai pu raconter les histoires de vives voix et par cet avis j'espère vous avoir donné l'envie de le lire, car les auteurs ont tous une manière de vous transporter dans leur univers. le petit plus, c'est que la plupart des histoires se passent quelques siècles avant le notre et j'aime beaucoup cette époque.
Avis complet : http://chroniqueslivresques.eklablog.com/les-contes-de-l-ombre-collectif-d-auteurs-a105447538
Lien : http://chroniqueslivresques...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Salyna
  12 janvier 2014
Les contes de l'ombre sont une anthologie des Éditions Lune Ecarlate. J'ai beaucoup aimé ce livre de nouvelle. le niveau des nouvelles est assez constant et je trouve le niveau des textes très convenable. J'ai vraiment passé des bons moments en y lisant. Les styles et les sujets sont différents, et j'ai aimé cette diversité.
Amor in sempiternum : Une nouvelle vraiment sympa. le style de l'auteur est vraiment superbe. C'est bien écrit, fluide, avec ce qu'il faut de détail pour nous mettre dans l'ambiance. L'amour virant à la folie et qui fini par sombrer. C'est bien, c'est beau, c'est sombre. Un petit regret : que cette histoire se passe en Angleterre. Elle aurait très bien pu se passer en France.
Aliénation : Une bonne nouvelle, je l'ai bien aimée. On plonge rapidement dans l'ambiance des universités anglaises et ses mystères, un style un peu Hammer film plane aussi. Les deux personnages principaux sont très crédibles et bien décrits. On s'y attache. L'intrigue se met très bien en place et on est tenue en haleine tout au long du récit. Une bonne découverte donc.
La comptine : pas d'avis sur cette nouvelle, car elle a été écrite par un membre de ma famille.
La plume noire : Une nouvelle très sympa, une ambiance sombre, un personnage pas sympathique du tout, franchement c'est un égoïste et machiste. Finalement, on est content à la fin de la nouvelle !
L'ankou : Pas mal ! Bon j'avoue que l'ambiance western, je n'aime pas trop. Mais la nouvelle est plutôt bien trouvée et sympathique au final, même s je trouve qu'elle tire un peu en longueur. Mais j'avoue que l'auteur (malgré le western et le côté un peu longuet parfois) a su me faire tenir jusqu'au bout et franchement, je ne regrette pas !
Le beau mariage : Encore une bonne nouvelle dans le Londres Victorien. Décidément cette période sera toujours une source d'inspiration ! Un style sympa et fluide, un beau retournement de situation et une fin…
Le bruit : Une histoire de vieux !! j'aime ! Mais je trouve que c'est peut-être la nouvelle qui rentre le moins dans le « thème » contes de l'ombre. Mais elle reste très sympa avec une fin sympa.
Le cysgodion : Si vous n'aimez pas les histoires de montres sous le lit : le lisez pas. Sinon vous ne dormirez plus. Si vous aimez les pyjamas party : ne lisez pas. Sinon vous n'en ferez plus jamais !!
Le pyramidion : Une nouvelle hommage à Lovecraft, j'avoue qu'elle ne m'a pas vraiment transporté. Elle est bien écrite est l'ambiance et sombre, et j'ai aimé le style épistolaire par e-mail. Mais j'avoue que je suis resté sur ma faim… j'ai pas compris la fin, trop édulcorée à mon goût.
Le sauveur : Un américain à Paris. Une nouvelle très sympa, qui nous tient en haleine pendant tout le texte. Vraiment bien écrite, on se sent bien dans le Paris de l'époque et dans les Beaux-Arts. Pas grand-chose à redire.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
sombrefeline
  19 décembre 2013
« Les contes de l'ombre » sont une anthologie éditée par Lune Ecarlate, qui réuni des nouvelles dans le plus pur style fantastique XIXe. Une de mes nouvelles est au sommaire de cette anthologie, c'est gage de qualité, non ? (Comment ça ma tête ne passe plus les portes ? Mais non, pas du tout voyons ! Par contre c'est marrant, je suis un peu serrée au niveau des chevilles). Bref, trêve de plaisanterie et petit tour d'horizon.

Amor in Sempiternum, Nicolas Saintier
Une belle nouvelle sur une histoire d'amour qui transcende la mort, le ton et le thème m'ont assez rappelé la nouvelle « Vera » de Villiers de L'Isle-Adam. J'ai beaucoup aimé.

Aliénation, Fanny Rieubon
Une école anglaise abrite de biens sombres secrets…
Je suis un peu plus mitigée sur cette nouvelle, j'ai trouvé que l'intrigue était trop touffue pour une simple nouvelle, l'histoire aurait mérité d'être développée sur un format plus long (genre novella), d'autant plus que l'écriture est vraiment très travaillée (typiquement XIXe, un régal) et que l'auteur arrive à bien camper ses personnages et à planter un décor mystérieux et intrigant.

La comptine, Xian Moriarty
Un groupe de pilleurs de tombes en visite dans un cimetière va faire une terrible rencontre.
J'ai bien aimé ce texte, notamment à cause de son ambiance morbide. L'apparition est assez effrayante, sa comptine macabre reste bien en tête.

La plume noire, Nicolas Kempf
Un écrivain en mal d'inspiration fait une terrible rencontre qui change sa vie.
Direction les cercles artistiques, pour cette nouvelle. Nous suivons les pas d'un écrivain qui peine à écrire ce qu'il pense être l'oeuvre de sa vie. La rencontre avec une mystérieuse femme va faire basculer sa vie, pas forcément dans le bon sens. J'ai bien aimé la plume de l'auteur et apprécié la chute de ce texte.

L'Ankou, Yann Pernel
Dans une ville du Far West, un vieux Marshall est confronté à une horrible série de meurtres.
Petit tour en Amérique pour une ambiance western ce coup-ci, j'ai beaucoup aimé l'angle d'approche de cette nouvelle (assez original, et très bien rendu au niveau de l'ambiance, on sent presque le soleil écrasant et la poussière en lisant le texte). L'intrigue est bien menée de bout en bout, un très bon texte.

Un beau mariage, Henry Bé
Emily vient de se marier, elle aime son époux et sa nouvelle vie, tout va pour le mieux. Jusqu'à ce que des rêves étranges peuplés d'airs de piano et de jeunes femmes mutilées viennent la hanter.
Une de mes nouvelles préférées du recueil : bien écrite, très bien menée, angoissante, et avec une fin grandiose.

Le bruit étrange, Ruffié Lacas
Un vieil homme est hanté par des bruits étranges qui résonnent dans son appartement. Est-ce le fantôme de sa femme décédée qui tente de communiquer ?
Je suis partagée pour cette nouvelle : j'ai bien aimé l'écriture, la manière qu'a l'auteur de nous emmener là où il le désire, j'ai beaucoup aimé la chute. Mais d'un autre côté, avec son contexte plus moderne, j'ai trouvé qu'elle détonnait un peu dans le recueil. Un bon texte malgré tout, qui vaut le détour notamment pour sa fin.

Le Cysgodion, Gaëlle Dupille
Mais quelle est cette étrange créature qui rampe sous le lit de Simon ? Et que veut-elle, au juste ?
Qu'est-ce qui se cache sous le lit, une question qu'on s'est tous posée étant enfant et à laquelle cette nouvelle répond de manière effrayante. J'ai beaucoup aimé cette nouvelle où l'horreur monte graduellement, même si j'ai trouvé que le plus terrifiant n'était pas le Cysgodion, mais plutôt la facilité qu'a Simon de sacrifier ses amis et sa famille pour ne pas être mangé.
Le pyramidion, Frédéric Bouix
Lisa, en vacances dans le Luberon, trouve avec sa soeur et son cousin l'entrée d'un vieux puits et un mystérieux artefact en forme de pyramide. Mais quelle est cette créature qui guette dans l'ombre du puits ?
Je pense que c'est ma nouvelle préférée du recueil. J'ai beaucoup aimé la forme (les mails de Lisa envoyés à son ami, racontant les évènements) qui renouvelle agréablement le genre épistolaire. L'intrigue est bien menée, les personnages attachants, et il fleure sur cette nouvelle un parfum de Lovecraft qui ne saurait me déplaire.
Juste un petit bémol pour la fin qui est curieusement optimiste, compte tenu de la tonalité de la nouvelle et de la chose tapie dans les ténèbres qui guettait les enfants.
Le sauveur, Catherine Loiseau
Griffin et Louis sont deux étudiants en peinture à Paris, pour qui tout bascule quand Louis croise la route d'une belle baronne. Qui est-elle réellement ? Et que veut-elle à Louis ?
Pour découvrir cette nouvelle, le mieux est encore de lire le recueil (qui vaut le détour) que vous pouvez vous procurer ici. N'hésitez-pas, vous ne serez pas déçus.

Lien : http://catherine-loiseau.fr/..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
LeslecturesdeLily
  27 novembre 2013
​Mon avis:


Je remercie les Editions Lune Ecarlate pour cette découverte dans le cadre de notre partenariat.


Ce recueil est rempli de bonnes surprises !
Il y a certaines nouvelles qui m'ont fait passer de vrais bons moments de lectures.

Par exemple, j'ai beaucoup aimé « La Comptine », c'est une nouvelle qui est extrêmement bien écrite et le fond de l'histoire est très intéressant.

Il y a aussi « La Plume Noire », celle-ci est vraiment géniale, la fin est très surprenante, bien trouvée, de plus cette nouvelle évoque le monde des écrivains, ce qui n'est pas pour me déplaire.
Il y en a une autre qui m'a beaucoup plu, c'est « le Bruit », l'auteur m'a bien eu, je m'attendais à une autre fin et j'ai été surprise par quelques rebondissements.

« L'Ankou » est une nouvelle qui m'a ramenée en enfance, elle évoque les peurs que nous avons tous eu étant enfant.
Est-ce qu'il y a un monstre sous notre lit et à quoi ressemble-t-il ?
L'auteur a créé un petit cocon familial, une chambre d'enfant, un lieu ou le calme et l'amour devrait être à l'honneur, mais il y a une ombre au tableau ...
Vous allez voir que l'auteur a très bien mené son histoire et la fin est juste top, même si elle est un peu prévisible.

Les autres nouvelles mon moins saisi, par exemple « le Pyramidion », bien que je trouve le thème plutôt intéressant, je n'ai pas apprécié la façon dont elle est écrite.
En fait, c'est une multitude de lettres écrites à une jeune fille qui s'appelle Alex. Nous lisons ces lettres, qui les unes après les autres nous font comprendre l'histoire.
Ce que je n'ai pas apprécié, c'est que nous n'avons pas toutes les correspondances, nous lisons seulement les lettres de Lisa écrites pour Alex, mais pas les réponses d'Alex écrites pour Lisa.


Pour conclure :

« Les Contes de l'Ombre » est un recueil que je trouve qualitatif et très diversifié.
Moi qui suis plutôt friande des recueils de nouvelles, j'ai été gâtée avec celui-ci.
Ce que j'ai préféré, ce sont les plumes des auteurs, je trouve que toutes les nouvelles sont extrêmement bien écrites, c'est agréable et très plaisant.
Certaines nouvelles me laisseront un bon souvenir comme celle du poète ou celle du monstre sous le lit, d'autres seront vite oubliées, mais dans l'ensemble, j'ai bien aimé.


Lily
Lien : http://leslecturesdelily.ove..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
Citations et extraits (5) Ajouter une citation
gabrielleviszsgabrielleviszs   26 janvier 2014
« En les découvrant, je compris pourquoi les Beaux-Arts avaient choisi de les garder. « Splendides » ne rendait pas encore justice à ces peintures. Je reconnus deux portraits de Natalia, l’un de plain-pied, l’autre du buste et du visage. Les couleurs étaient admirables, vibrantes, profondes et subtiles sans jamais se révéler agressives. Le rendu des tissus et de la peau était à couper le souffle. Je dus me retenir de toucher le tableau, pour caresser le satin de la robe et le velours du fauteuil. Quant à la figure, Louis avait su capter l’intensité du regard, l’expression délicate des traits. Je me trouvais devant un chef-d’œuvre.
Mais passé le premier émerveillement, une sourde angoisse commença à m’étreindre. »
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
gabrielleviszsgabrielleviszs   26 janvier 2014
« Ils avaient attendu le milieu de la nuit. L’heure obscure où dort l’honnête homme. Ils étaient deux. Des amateurs, des occasionnels. Ils s’y étaient repris plusieurs fois pour forcer la serrure. Avec un fracas à réveiller tout l’immeuble. Heureusement pour eux, ici, personne ne se mêlait des affaires des voisins. Ce qui les frappa tout de suite, à l’entrée de l’appartement, ce fut l’odeur. Une puanteur de charogne leur sauta aux narines.
L’odeur, et le froid. Il faisait plus froid qu’au-dehors, dans la nuit de décembre.
L’odeur en aurait fait reculer d’autres, mais ils ne voulaient pas repartir bredouilles. Ils avaient le cœur bien accroché. »
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
SalynaSalyna   31 octobre 2013
Cependant, le jeune couple les ignorait, vivant égoïstement comme tous ceux qui s'aiment et croient que le monde n'existe plus au-delà de leurs bras.
Commenter  J’apprécie          10
SalynaSalyna   01 novembre 2013
na na na, face de lune, na na na , un voile noir, un voile blanc, na na na, face de lune
Commenter  J’apprécie          10
SalynaSalyna   02 novembre 2013
Ils mettaient un tréma sur l' "a" de "théâtre" ! Quelle barbarie !
Commenter  J’apprécie          10
Livres les plus populaires de la semaine Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacRakutenLeslibraires.frMomox





Quiz Voir plus

Ce film d'horreur et d'épouvante est (aussi) un roman

Jack Torrance, gardien d'un hôtel fermé l'hiver, sa femme et son fils Danny s'apprêtent à vivre de longs mois de solitude. Ce film réalisé en 1980 par Stanley Kubrick avec Jack NIcholson et Shelley Duvall est adapté d'un roman de Stephen King publié en 1977

Le silence des agneaux
Psychose
Shinning
La nuit du chasseur
Les diaboliques
Rosemary's Baby
Frankenstein
The thing
La mouche
Les Yeux sans visage

10 questions
508 lecteurs ont répondu
Thèmes : cinema , horreur , epouvanteCréer un quiz sur ce livre