AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
180 pages
Éditeur : Paquet (11/12/2019)

Note moyenne : 4.25/5 (sur 2 notes)
Résumé :
Alors qu'il continue son pèlerinage de guerrier à travers les terres du Japon du début du XVIIe siècle, le lapin rônin Miyamoto Usagi se retrouve à jouer les médiateurs entre deux des ses amies de longue date : Kitsune, pickpocket des rues, et Chizu, ex-chef des ninjas Neko. Elles se disputent à propos d'un traité sournois caché sous une peinture. Kitsune ne pense qu'à s'enrichir en vendant le document, tandis que Chizu voudrait l'utiliser pour se venger de l'ignobl... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (2) Ajouter une critique
Alfaric
  18 décembre 2019
Avec l'art séquentiel comme avec avec les autres arts, on ne peut pas durer éternellement sans se répéter. Et force est de constater que c'est un peu voire beaucoup le cas dans ce tome 30…
Dans "La Voleuse et la Kunoichi" (mai à juillet 2015), Kitusne la voleuse et Chizu la ninja renégate du Clan Neko se retrouvent à piller la même demeure pour des raisons différentes. Elle se tirent dans les pattes plus qu'autres choses, et finissent par lorgner toutes les deux sur un document compromettant pour le marchand Inouye qui veut obtenir à travers le Seigneur Shirata le monopole du commerce du ginseng pour le plus grand profit du Seigneur Hijiki. Usagi qui ne connaît que trop bien l'une et l'autre se retrouve pris entre le marteau et l'enclume tout en ayant ses propres objectifs, à savoir emmerder le plus possible le Seigneur Hijiki responsable de la mort de son Seigneur Mifune… C'est truffé de de running gags, l'auteur reprenant tout ce qu'il a déjà fait avec l'un et l'autre des love interest du rônin aux longues oreilles : c'est du réchauffé, mais cela fait quand même du bien par où cela passe !
Dans "Le Samouraï manchot" (septembre 2015), Usagi fait la rencontre du rônin Mizuna Takashi qui privé de sa main droite a été obligé d'apprendre à utiliser sa main gauche. (Nous sommes évidemment dans l'hommage à la trilogie du "Sabreur Manchot" / "One-Armed Swordsman" du légendaire réalisateur hongkongais Chang Cheh) Quand il retrouve son bourreau surnommé La Main il devient la Colère de Dieu sur Terre, non pour assouvir sa vengeance mais pour accomplir la justice ! Stan Sakai en a gros sur le patate, et ce n'est que le début du festival anti-crevards !!!
Dans "La Montagne lointaine" (octobre 2015), on reprend ce qui est déjà un classique dans la série (et qui en plus a déjà été utilisé dans le tome précédent)… A savoir le serviteur loyal qui accomplit au péril de sa vie une mission inutile pour un seigneur indigne, mais qui frappé par le sort demande à l'honorable rônin aux longues oreilles de réussir là où il a échoué. Cela sent le réchauffé, mais cela permet à Stan Sakai de se défouler en tirant à nouveau à boulets rouges sur les ploutocrates qui considèrent les gens du commun comme des larbins corvéables à merci pour réaliser leurs lubies de nababs pourris gâtés...
Dans "La Mort du maître de thé" (novembre 2015), Rodriguez-san (remember "Shogun" de James Clavell) demande en récompense de ses prouesses à l'épée le suicide rituel du maître de thé Nobu qui d'après ses dires de connard égotiste lui aurait manqué de respect. Pour des raisons que seuls les connards égotistes comprennent, le Seigneur Odo lui donne raison et Nobu doit se donner la mort. Usagi son ami est impuissant à le sauver, mais il peut encore le venger : il devient Colère, il devient Justice, et rien ni personne ne peut l'arrêter !!!
"La Mariée" (janvier 2016) est lui aussi un récit qui sent le réchauffé… Usagi se met martel en tête de protéger Haruko la fille de marchant devant épouser pour des raisons d'affaires un fils de marchand, sans savoir qu'il va devoir affronter ses vieux ennemis koroshi et que sa protégée n'est pas aussi innocente qu'il n'y paraît. La chute du récit est excellente, mais on aurait pu avoir un récit policier à la Agatha Christie au meilleur de sa forme ce qui n'est pas le cas ici !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          270
Presence
  14 décembre 2019
Ce tome fait suite à Usagi Yojimbo, tome 29 (épisodes 139 à 144) qu'il n'est pas indispensable d'avoir lu avant, même s'il est incompréhensible de ne pas avoir lu tous les tomes de la série quand on y a goûté une fois. Il comprend les épisodes 145 à 151, initialement parus en 2015, écrits, dessinés, encrés et lettrés par Stan Sakai. Cette série est en noir & blanc. Ce tome (version VO) s'ouvre avec une introduction rédigée par Naomi Hirahara, un auteur de roman policier.
-
- Épisodes 145 à 147 - Dans une ville, de nuit, une voleuse s'introduit subrepticement dans la maison du riche marchand Inouye, au nez et à la barbe des gardes qui patrouillent le long de l'enceinte. Elle pénètre dans la bâtisse principale, et dans la salle où ont entreposés les objets précieux. Alors qu'elle vient de forcer la serrure d'un coffre dont le contenu semble prometteur, elle entend un bruit dans la pièce d'à côté. Elle se croit découverte, mais elle tombe nez-à-nez avec une femme ninja également en train de voler un objet, un rouleau de parchemin en l'occurrence. Avant d'avoir pu s'entendre pour repartir chacune de leur côté, elles sont découvertes. Kitsune s'enfuit en ayant subrepticement subtilisé le rouleau, sans que Chizu s'en aperçoive. Elle réussit à franchir le mur d'enceinte et retrouve sa protégée Kiyoko en train de discuter avec Miyamoto Usagi.
Le lecteur découvre une entame composée de l'infiltration feutrée de la voleuse dans la maison, presque muette, les dessins racontant l'histoire, en se demandant bien de quoi il retourne. En effet, Stan Sakai décrit Kitsune en pleine action sans donner d'indice sur son identité au départ. Il raconte une histoire assez sombre, puisqu'il est question d'un document prouvant une entente pour monopoliser le commerce de ginseng, au profit du seigneur Hikiji, despote politique récurrent de la série. Usagi et Chizu vont devoir occire de nombreux hommes de main pour pouvoir garder le dessus, et ces derniers meurent passés au fil de l'épée, comme autant de chair à canon envoyés à la mort sans sourciller par leur employeur. Comme à son habitude, Stan Sakai évite de représenter les plaies et les blessures, mais le nombre de morts finit par peser, ainsi que le visage grave d'Usagi et de Chizu.
L'auteur utilise les conventions habituelles des récits d'aventure et des feuilletons : rencontres fortuites et coïncidences bien opportunes, prouesses au combat des héros, et inefficacité atterrante des hommes de main. Il raconte une intrigue à base de vol et de récupération de cet objet volé, preuve incriminante d'un complot. Chizu et Usagi se montrent assez intenses, très focalisés sur leur mission, sans sourire. Kiyoko n'a pas droit à beaucoup de cases, et est reléguée à l'arrière-plan n'apportant pas de sourire par sa bonne humeur. Néanmoins Sakai entrelace cette aventure sanglante, avec la franche inimitié immédiate entre Chizu et Kitsune. Cette dernière conserve son caractère enjoué et insouciant. Elle vit comme elle l'a toujours fait, en s'appropriant le bien d'autrui, sans penser aux conséquences de ces actes pour les individus ainsi volés. Mais dans ces épisodes, elle apparaît comme une personne irresponsable, au regard du degré d'implication de Chizu motivée par des valeurs politiques, et du degré de responsabilité d'Usagi. de ce fait, le lecteur ne peut pas prendre fait et cause pour Kitsune, et a bien du mal à rentrer dans la comédie de situation mettant en scène l'inimitié comique entre elle et Chizu. le décalage est trop important avec le ton sérieux du reste, et les 2 femmes semblent être en train de surjouer sur un mode enfantin avec une exagération de leurs émotions qui détonne par rapport à l'intrigue. 4 étoiles.
-
- Épisode 148 - Miyamoto Usagi pénètre dans un restaurant et remarque un autre rônin attablé qui le regarde d'un air dur. Alors que l'autre s'en va, Usagi constate qu'il lui manque la main droite, remplacée par un moignon en bois. Après avoir fini son repas, il reprend la route et tombe sur Mizuna Takashi (le rônin manchot) victime d'une embuscade. Après le combat, ce dernier lui explique comment il a perdu sa main à l'issue d'un duel avec Te.
Le ton reste sombre pour cette deuxième histoire. le lecteur est toujours autant surpris de constater que, passée la première page, il oublie totalement que les personnages n'ont que 4 doigts à chaque main, et qu'ils ont des visages évoquant vaguement des animaux, pas toujours reconnaissables. La complémentarité entre dessins et dialogues est impeccable, sans redondance, les dessins montrant clairement ce qui se passe. Les expressions des visages sont parfois un peu appuyées, mais elles transcrivent clairement la surprise ou la douleur éprouvée par les protagonistes. Les décors sont soignés, et le lecteur se projette bien volontiers et avec aisance à cette époque, dans cette région du monde. le récit propose une vengeance opiniâtre de Mizuna Takashi à l'encontre de Te. L'intrigue se déroule de la manière dont s'y attend le lecteur, avec l'ajout d'un personnage organisant des paris pour rentabiliser des combats où des individus trouvent la mort, ou finissent estropiés. La dernière réplique révèle une motivation inattendue rendant le récit encore plus sombre, cueillant le lecteur qui pensait avoir tout anticipé. 5 étoiles.
-
- Épisode 149 - En train de marcher dans l'artère principale d'une ville, Miyamoto Usagi s'écarte pour laisser passer un groupe d'individus armés, assurant la garde d'un palanquin. Il poursuit son chemin et retrouve cet équipage en dehors de la ville, alors qu'ils sont attaqués par un autre groupe d'individus armés. Il ne reste qu'un survivant : Yoshi qui révèle à Usagi la nature de l'objet précieux contenu dans le palanquin. Usagi accepte de l'aider à convoyer cet objet jusqu'à son destinataire.
Ce n'est pas la première fois qu'Usagi se retrouve à prêter assistance à des hommes chargés de convoyer un bien précieux, ou une personne de marque. La dernière fois, il s'agissait d'un bloc de glace. Cependant rien ne pouvait le préparer à la nature du bien précieux. Stan Sakai déroule son histoire comme le lecteur s'y attend, avec une nouvelle attaque dont les dessins montrent la férocité et la détermination. Comme à chaque fois, les scènes d'affrontement physique ou de bataille ne se réduisent pas à un point de passage obligé. Il s'agit d'un aspect essentiel de la narration pour l'auteur, car Usagi est un rônin, et donc un maître bretteur. Même si les blessures ne sont pas représentées et le sang n'apparaît pas, le lecteur ressent la sauvagerie des assaillants, il voit les combattants tomber après avoir été tués. Ces représentations sont édulcorées, mais pas innocentes, encore moins du remplissage pour atteindre le quota d'action.
Quant à l'art du suiseki, Stan Sakai indique au travers de son histoire qu'aucune oeuvre d'art ne justifie qu'on lui sacrifie une vie humaine ou plusieurs, et que les collectionneurs ne sont pas forcément très éclairés. le lecteur occidental abonde forcément dans son sens en découvrant la nature de cet art, et se trouve fortement tenté de se moquer du destinataire. Il se retient quand même parce qu'il est étonné que l'auteur raille aussi ouvertement un individu, ce qui n'est pas dans ses habitudes. Cela l'amène alors à remettre en cause la manière dont il envisage l'art, et les oeuvres matérielles dans lesquelles il s'incarne, soit un bel effet pour une simple histoire de lapin samouraï de 24 pages. 5 étoiles.
-
- Épisode 150 - le seigneur Odo accueille dans son entourage l'étranger Rodriguez, épéiste espagnol qui n'hésite pas à affronter des samouraïs avec son fleuret. Ayant remporté une victoire, il demande au seigneur Odo, comme récompense, que son maître du thé Nobu commette un seppuku. le seigneur Odo ayant donné sa parole, il se voit contraint d'accéder à la requête de Rodriguez, et envoie chercher Nobu alors qu'il prend le thé avec Usagi.
Cette histoire prend le lecteur par surprise, l'auteur mettant en scène un des rares étrangers autorisés à séjourner sur l'île du Japon à cette époque. Il lui donne une tête de personne fourbe et agressive, et un comportement manipulateur et égoïste. Il s'agit d'une histoire très cruelle, dans laquelle un étranger utilise le code de l'honneur des japonais contre eux. Les dessins opposent le rituel paisible du la cérémonie du thé, avec le comportement méprisable de Rodriguez. Stan Sakai raconte à nouveau une histoire de vengeance dans laquelle Usagi n'hésite pas à se mettre en danger sous l'effet de la colère provoquée par l'injustice du sort de Nobu. À nouveau c'est un récit noir et adulte, qui laisse un goût amer dans la bouche du lecteur. 5 étoiles.
-
- Épisode 151 - Lors de ses vagabondages, Miyamoto Usagi aperçoit un palanquin dans une clairière, avec de nombreux cadavres autour. En écartant le rideau, il découvre Haruko, une jeune femme saine et sauve dans le palanquin. Elle lui explique qu'elle était escortée par des gardes employés par son père, pour se rendre à la ville voisine, afin de rencontrer Eiji, son futur époux. Ce mariage devait sceller l'alliance de son père avec le propriétaire de la distillerie de saké de la ville voisine.
Le dernier épisode de ce tome se présente sous la forme d'une histoire d'amour devant surmonter l'obstacle d'un mariage arrangé et d'un autre alcoolier souhaitant empêcher l'alliance de 2 de ses concurrents. Les dessins font apparaître la jeunesse d'Haruko, par comparaison avec le comportement plus assuré d'Usagi. le lecteur se projette sans difficulté sur le chemin traversant cette forêt, puis dans la maison au milieu des bois. le jeu d'acteurs transcrit les états d'esprit des personnages avec naturel, ainsi que le déroulement des actions. le lecteur se doute bien de qui a commandité l'assassinat d'Haruko, mais à nouveau en seulement 24 pages, Stan Sakai raconte un drame en sachant donner vie aux protagonistes et ainsi impliquer émotionnellement le lecteur. 5 étoiles.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70

Citations et extraits (1) Ajouter une citation
AlfaricAlfaric   19 décembre 2019
- Avez-vous déjà rencontré votre futur mari ?
- Eiji ? Juste une fois, il y a de très nombreuses années. Mais peu importe que l’on se soit déjà rencontré ou pas. Ce n’est pas un mariage d’amour. Nous sommes obligés, c’est un mariage de convenance pour nos familles.
- Et qu’en pensez-vous ?
- Huh ? Personne ne s’est jamais soucié de mes sentiments, ça n’a aucune importance. Je suis comme une marchandise que l’on utilise au profit des affaires de ma famille.
- Je n’avais pas réalisé que la classe marchande pouvait être en ce sens si proche de celles des samouraïs !
- Oui.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          90

Videos de Stan Sakai (2) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Stan Sakai
Découvrez une fable de science-fiction étrange et fascinante avec "Kanon au bout du monde", manga culte de Kyo Yoneshiro !
Depuis qu?une nuée d?extraterrestres s?est abattue sur le pays, une sempiternelle pluie tombe sur Tokyo. le peuple vit désormais séparé en deux : ceux qui vivent à la surface, et des privilégiés vivant sous terre. Kanon, jeune femme qui travaille dans un petit café, fait partie de ceux de la surface. Sous ses airs fragiles, elle cache en réalité un caractère pour le moins unique : malgré la situation du monde, son unique préoccupation est Sôsuke Sakai, l?homme qu?elle aime en vain depuis le lycée. Des retrouvailles inattendues lui permettront-elles d?enfin conquérir le coeur de son idole ? Rien n?est moins sûr... Car Sôsuke, véritable héros national engagé dans la lutte contre l?invasion des « gelées », est de surcroît un homme marié... Kanon aura-t-elle le courage de courir après cet amour interdit ?
Plus d'infos : http://akata.fr/actus/annonce-kanon-au-bout-du-monde
Suivez-nous sur les réseaux sociaux : Suivez-nous sur les réseaux sociaux : Twitter : https://twitter.com/AKATAmanga Instagram : https://www.instagram.com/akatamanga/ Facebook : https://www.facebook.com/akata.fr/
+ Lire la suite
autres livres classés : samouraïsVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Les personnages de Tintin

Je suis un physicien tête-en-l'air et un peu dur d'oreille. J'apparais pour la première fois dans "Le Trésor de Rackham le Rouge". Mon personnage est inspiré d'Auguste Piccard (un physicien suisse concepteur du bathyscaphe) à qui je ressemble physiquement, mais j'ai fait mieux que mon modèle : je suis à l'origine d'un ambitieux programme d'exploration lunaire.

Tintin
Milou
Le Capitaine Haddock
Le Professeur Tournesol
Dupond et Dupont
Le Général Alcazar
L'émir Ben Kalish Ezab
La Castafiore
Oliveira da Figueira
Séraphin Lampion
Le docteur Müller
Nestor
Rastapopoulos
Le colonel Sponsz
Tchang

15 questions
3764 lecteurs ont répondu
Thèmes : bd franco-belge , bande dessinée , bd jeunesse , bd belge , bande dessinée aventure , aventure jeunesse , tintinophile , ligne claire , personnages , Personnages fictifsCréer un quiz sur ce livre