AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9782888900054
142 pages
Éditeur : Paquet (23/05/2005)
4.18/5   11 notes
Résumé :
"La Conspiration du Dragon Rugissant" est la première longue histoire épique d'Usagi Yojimbo. Un complot visant à renverser le Shogun va impliquer toutes les vieilles connaissances d'Usagi, dont Gen le rhinocéros, Zato-Ino le cochon aveugle fine lame, la belle Tomoe, Shingen, Noriyuki, Chizu, auxquels vient s'ajouter le capitaine Torame. En plus de nombreuses autres péripéties palpitantes, ce quatrième tome comprend la confrontation tant attendue, entre Gen et Zato-... >Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura
Critiques, Analyses et Avis (3) Ajouter une critique
Alfaric
  09 août 2018
Les 175 pages de ce tome 4 sont entièrement consacrées au très bon récit récit intitulé "La Conspiration du Dragon Rugissant", originellement paru entre Novembre 1988 et Octobre 1989 : les nuages s'amoncellent, les vents mugissent, et après l'averse, la foudre et le tonnerre nous sommes plongés au coeur de la tempête avant que les nuées ne se dispersent...
Tomoe et ses samouraïs doivent absolument avertir le seigneur Noriyoki qui défend l'intérêt du pays, Shingen est ses ninjas doivent absolument avertir le seigneur Hikiji qui défend ses propres intérêts, Usagi le palin rônin est prêt à tout pour aider l'un et au reste pour affronter l'autre, Torame a pour unique devoir de servir le daïmio Tamakuro qui ambitionne de devenir Shogun à la place du Shogun (si seulement son seigneur en était digne, quel excellent vassal ! ^^), tandis que Gennosuke le chasseur de primes à qui les kami semblent défavorables poursuit Zato-Ino l'épéiste aveugle à qui les kami semblent favorables... Chacun défend sa conception de l'honneur et au bout du bout l'ennemi de mon ennemi étant mon ami, c'est au coeur de la tempête que la Team Usagi conduit les ninjas neko à l'assaut de la forteresse du peu honorable Tamakuro défendue jusqu'à la mort par les hommes du très honorable Torame… Tout se finit dans le bruit et le fureur, dans le sang et les larmes, et une tempête semble en annoncer une autre !

PS: l'ouvrage est préfacé par d'Alejandro Jodorowsky ^^
je m'y attendais pas du tout, par contre qu'il parte en croisade contre les grosses yankeeniaiseries de Disney Corporation c'était moins inattendu ! blink
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          260
Presence
  10 mai 2017
Ce tome contient les épisodes 13 à 18, initialement parus en 1988/1989, écrits, dessinés et encrés par Stan Sakai. Il s'agit d'une bande dessinée en noir & blanc. Dans l'édition VO, ce tome s'ouvre avec une introduction d'Alejandro Jodorowsky de 2 pages. Il n'est pas indispensable d'avoir lu les tomes précédents, toutefois cela permet de mieux apprécier les liens qui unissent les personnages.
De nuit, Tomoe Ame (le visage fatigué, les vêtements souillés) fait galoper son cheval comme si elle avait les hordes de l'enfer à ses trousses. Elle file droit sur une troupe d'hommes armés portant le sigle de la famille du seigneur Tamakuro. Ils finissent par avoir le dessus, la mettre à terre, et la faire prisonnière. Quelques jours plutôt, le jeune seigneur Noriyuki avait confié à Tomoe Ame, être inquiet du fait de rapport indiquant que le fief du seigneur Tamakuro embauchait beaucoup de rônins. Il l'avait missionnée pour mener une délégation chez ce seigneur afin de lui présenter ses respects, dans une démarche de bon voisinage. Arrivée sur place, Tomoe Ame avait fouiné dans un bâtiment bien gardé où elle avait découvert un stock d'arquebuses (teppo) suffisant pour équiper une petite armée.
Dans la même région, Murakami Gennosuke (un chasseur de primes et une sorte d'ami d'Usagi) suit la piste de Zato Ino, un rônin aveugle, affublé d'un nez en bois. Gennosuke est bien déterminé à rattraper Ino pour le capturer et récolter la récompense promise. Il demande des renseignements à un couple de coupeurs de bois qui lui indique qu'effectivement Zato Ino a emprunté ce chemin peu de temps auparavant. Miyamoto Usagi est lui aussi dans la région et il voit passer sur le chemin, la troupe de cavaliers ramenant Tomoe Ame captive au seigneur Tamakuro. À son insu, Miyamoto Usagi est également recherché par Shingen, le chef du clan des ninjas Neko
Cette histoire constitue la première de grande ampleur racontée par Stan Sakai avec son lapin anthropomorphe. le lecteur retrouve tout ce qu'il apprécie déjà dans la série : le courageux Miyamoto Usagi, mais pas parfait pour autant, la valeureuse Tomoe Ame (une femme samouraï qui ne s'en laisse pas conter), le rhinocéros anthropomorphe chasseur de primes et un peu roublard, l'irascible cochon avec sa prothèse nasale en bois ridicule et sa propension à tuer tout le monde pour chercher la paix. Il retrouve également l'improbable seigneur Noriyuki, encore un jeune adolescent avec une apparence panda, mais déjà un fin stratège politique. Comme les tomes précédents, celui-ci propose une narration tout public, avec des personnages attachants sans être nunuches, et des combats mortels sans être sanglants. L'histoire est peut-être un peu longue pour une jeune enfant, et peut-être un peu mignonne pour un adulte.
Continuant à s'inspirer de son modèle (la vie romancée de Miyamoto Musashi, l'histoire du Japon féodal), Stan Sakai bâtit son intrigue en utilisant les conventions du roman feuilletonnant. le lecteur ne doit pas s'offusquer que tous les personnages principaux et secondaires de la série se retrouvent bien opportunément dans la même région et se croisent régulièrement. Il s'agit d'une des conventions de ce genre romanesque, et l'auteur l'utilise en la respectant. de la même manière, plusieurs événements surviennent avec une chronologie bien opportune, à commencer par le héros qui arrive au bon moment pour sauver un personnage, ou pour empêcher le pire.
De ce point de vue, la narration est un peu enfantine, mais certainement pas infantile. Miyamoto Usagi ne devient pas général des armées du seigneur Noriyuki par magie, et Tomoe Ame ne se sort pas de toutes les situations comme par magie, simplement grâce à ses capacités de bretteuse supérieures à tout le monde, ou par une chance extraordinaire. le lecteur est immédiatement séduit par l'apparence mignonne des personnages, mais sans ressentir l'effet Disney. L'introduction d'Alejandro Jodorowsky commente très bien ce mode opératoire. Il déclare en cours de route qu'il ne supporte pas les histoires dégoulinant de bons sentiments, telles que les contes réécrits à la sauce Disney. Il était donc plutôt méfiant quand son fils lui a demandé d'acheter un tome d'Usagi Yojimbo dans une librairie parisienne, puis lui a demandé de lui traduire. Au bout du compte, il est lui aussi tombé sous le charmes des qualités narratives de Stan Sakai, ce qui constitue une impressionnante référence en termes de qualité, au regard de l'oeuvre exigeante et adulte de Jodorowsky.
Même si les coïncidences vont bon train pour les besoins de l'intrigue, cette dernière se révèle ben construite et pas si manichéenne que peut le laisser supposer sa forme. Miyamoto Usagi se porte au secours de la belle Tomoe, mais tout amour explicite entre eux est totalement hors de question du fait de leur statut social respectif. Les convictions de Tomoe Ame exigent d'elle qu'elle se sacrifie. Elles trouvent un écho dans celles du samouraï Torame, le responsable des gardes et de l'armée du seigneur Tamakuro. le scénariste fait en sorte qu'Usagi ait l'occasion de discuter d'honneur et de devoir avec Torame, citant un proverbe qui place l'honneur du samouraï au-dessus de la qualité de son seigneur, avec des conséquences difficiles à accepter. de la même manière, Zato Ino a du mal à imaginer un autre mode de vie que celui qu'il s'est choisi, malgré l'échec manifeste de sa quête. le lecteur adulte peut donc observer des personnages se débattre avec leurs convictions, avec leur mode de vie, avec les contraintes sociales qui sont celles de leur rang. Cette dimension du récit suffit à le rendre intéressant à un adulte.
En outre Stan Sakai raconte une histoire à l'intrigue plus retorse qu'elle n'en a l'air. Il ne s'agit pas juste d'empêcher le seigneur Tamakuro d'ordonner l'exécution de Tomoe Ame, ou de lancer une offensive contre le siège du pouvoir de l'empereur pour s'emparer du pouvoir temporel. Stan Sakai fait dire à ses personnages en quoi une période de troubles telles que le soulèvement du clan Tamakuro provoquerait ne peut qu'être néfaste pour le peuple. Mais en plus, la victoire ne pourra pas être arrachée par seulement une poignée de personnages, fussent-ils les premiers rôles. Usagi, Ame, Gennosuke et Ino se retrouvent au coeur du conflit, avec encore un ou deux autres personnages récurrents. Cependant ils ne participent qu'à une bataille, et la guerre se joue avec les potentielles alliances entre différents seigneurs, dans un jeu de diplomatie délicat, impliquant en particulier le seigneur Hikiji et son bras droit Hebi.
Enfin, le récit engendre des conséquences pour plusieurs des personnages, tout ne revient pas à un statu quo bien pratique. Sous réserve de reconnaître les conventions de genre pour ce qu'elles sont et de les accepter, le lecteur se retrouve immergé dans un complot à l'échelle de toute une région, avec des répercussions potentielles pour le shogunat lui-même, accompagnant des personnages attachants, au comportement et aux motivations adultes. En repensant au premier tome de la série, le lecteur constate que Stan Sakai a également progressé en tant qu'artiste. Il sait mieux doser les détails pour certains environnements, et des dessins plus simples pour d'autres et pour les personnages. le lecteur peut aussi bien observer dans le détail les tuiles d'une toiture, que passer rapidement sur une poignée de traits figurant une végétation indistincte en arrière-plan. Stan Sakai se calque sur une narration visuelle qui doit plus aux mangas qu'aux comics. Il simplifie ses cases plus en fonction des besoins de la séquence, que pour gagner du temps dans la production de ses pages.
Comme le souligne Alejandro Jodorowsky dans son introduction, le lecteur a tôt d'oublier qu'il regarde des traits encrés délimitant des personnages avec des têtes d'animaux grossièrement représentées, et des mains à 4 doigts. Stan Sakai insuffle une véritable vie à ces représentations simplifiées, grâce à des gestes naturels, un véritable talent de metteur en scène avec un oeil sûr pour les angles de vue, et une compétence impressionnante pour la composition de chaque page, afin que les cases s'enchaînent naturellement. le lecteur apprécie aussi bien la rapidité des mouvements lors des combats, ainsi que les techniques diverses (en particulier la capacité de Shingen à utiliser chaque élément d'un endroit pour se camoufler), que les moments plus calmes de dialogue entre 2 personnages. Il se rend compte que Stan Sakai effectue une reconstitution historique efficace avec ce qu'il faut de détails quand il faut (par exemple l'impressionnant château du seigneur Tamakuro). Les différents accessoires respirent l'authenticité dans leurs formes, comme par exemple la cape de pluie portée par Usagi Yojimbo. Les différentes constructions (par exemple les maisons du village des ninjas) attestent que l'artiste s'est renseigné sur leur architecture, et les techniques de construction.
Venu pour une suite de nouvelles dans un Japon médiéval, le lecteur découvre un récit romanesque, équivalent à un roman. Il a tôt fait d'oublier les formes bizarres des animaux et les coïncidences bien pratiques, tellement il s'intéresse aux personnages, qu'il regarde l'intrigue évoluer, tout en s'immergeant dans cette époque grâce à dessins simples et parlants.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
LiliGalipette
  14 mai 2019
Miyamoto Usagi recroise le chemin de la valeureuse Tomoe, de Gen l'opportuniste, du farouche cochon aveugle et des ninjas nekos. Tous doivent d'allier pour déjouer le complot du seigneur Tamakuro contre le shogun et mettre de côté leurs rancoeurs personnelles. « Nous autres ninjas sommes aussi des gens d'honneur. Nous avons notre propre code, tout comme vous avez le code guerrier, le bushido. » (p. 97) Il s'agit d'éviter une guerre civile et de préserver l'équilibre des forces entre les seigneurs, même si l'usage des armes à feu fait défavorablement pencher la balance du mauvais côté. L'affrontement final sera terrible et les pertes douloureuses.
Avec ce quatrième volume, l'auteur développe une histoire unique en plusieurs chapitres et c'est assez plaisant de ne pas sauter du coq à l'âne comme dans les volumes précédents qui enchaînaient une succession d'aventures. Les combats sont toujours très dynamiques et très visuels, magistralement servis par le noir et blanc. Et cerise sur le gâteau, la préface élogieuse d'Alejandro Jodorowsky donne ses lettres de noblesse à un cycle romanesque et à un personnage des plus attachants.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          140

Citations et extraits (12) Voir plus Ajouter une citation
AlfaricAlfaric   12 août 2018
- Peut-il y avoir une circonstance où la rébellion contre son seigneur soit justifiée ?
- Aucune !
- Ah... Mais la rébellion peut être justifiée, si elle est un succès !
Commenter  J’apprécie          131
LiliGalipetteLiliGalipette   14 mai 2019
« Nous autres ninjas sommes aussi des gens d’honneur. Nous avons notre propre code, tout comme vous avez le code guerrier, le bushido. » (p. 97)
Commenter  J’apprécie          20
AlfaricAlfaric   28 août 2018
Nous autres ninjas sommes aussi des gens d’honneur. Nous avons notre propre code, tout comme vous autres samouraïs avez votre code guerrier, le Bushido.
Commenter  J’apprécie          10
AlfaricAlfaric   14 août 2018
- Nous sommes comme ce moineau : libres et insouciants !
- Mais même un oiseau construit un nid qu'il nomme son foyer. Nous que possédons-nous ?
Commenter  J’apprécie          10
AlfaricAlfaric   27 août 2018
- Tu parles trop, chasseur de primes !
- Ma voix sera la dernière que tu entendras !
Commenter  J’apprécie          20

Videos de Stan Sakai (2) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Stan Sakai
Découvrez une fable de science-fiction étrange et fascinante avec "Kanon au bout du monde", manga culte de Kyo Yoneshiro !
Depuis qu?une nuée d?extraterrestres s?est abattue sur le pays, une sempiternelle pluie tombe sur Tokyo. le peuple vit désormais séparé en deux : ceux qui vivent à la surface, et des privilégiés vivant sous terre. Kanon, jeune femme qui travaille dans un petit café, fait partie de ceux de la surface. Sous ses airs fragiles, elle cache en réalité un caractère pour le moins unique : malgré la situation du monde, son unique préoccupation est Sôsuke Sakai, l?homme qu?elle aime en vain depuis le lycée. Des retrouvailles inattendues lui permettront-elles d?enfin conquérir le coeur de son idole ? Rien n?est moins sûr... Car Sôsuke, véritable héros national engagé dans la lutte contre l?invasion des « gelées », est de surcroît un homme marié... Kanon aura-t-elle le courage de courir après cet amour interdit ?
Plus d'infos : http://akata.fr/actus/annonce-kanon-au-bout-du-monde
Suivez-nous sur les réseaux sociaux : Suivez-nous sur les réseaux sociaux : Twitter : https://twitter.com/AKATAmanga Instagram : https://www.instagram.com/akatamanga/ Facebook : https://www.facebook.com/akata.fr/
+ Lire la suite
autres livres classés : samouraïsVoir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura





Quiz Voir plus

Les personnages de Tintin

Je suis un physicien tête-en-l'air et un peu dur d'oreille. J'apparais pour la première fois dans "Le Trésor de Rackham le Rouge". Mon personnage est inspiré d'Auguste Piccard (un physicien suisse concepteur du bathyscaphe) à qui je ressemble physiquement, mais j'ai fait mieux que mon modèle : je suis à l'origine d'un ambitieux programme d'exploration lunaire.

Tintin
Milou
Le Capitaine Haddock
Le Professeur Tournesol
Dupond et Dupont
Le Général Alcazar
L'émir Ben Kalish Ezab
La Castafiore
Oliveira da Figueira
Séraphin Lampion
Le docteur Müller
Nestor
Rastapopoulos
Le colonel Sponsz
Tchang

15 questions
4147 lecteurs ont répondu
Thèmes : bd franco-belge , bande dessinée , bd jeunesse , bd belge , bande dessinée aventure , aventure jeunesse , tintinophile , ligne claire , personnages , Personnages fictifsCréer un quiz sur ce livre