AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2820317006
Éditeur : Kazé Editions (07/05/2014)

Note moyenne : 3.67/5 (sur 35 notes)
Résumé :
Il y a des cauchemars dont tu ne peux pas te réveiller, quels que soient les efforts que tu fasses. Moi, j’étais prisonnier d’un cauchemar, et peu importe le nombre de fois où je me réveillais, j’étais toujours piégé à l’intérieur. Savoir que j’étais pris dans une boucle, une boucle temporelle dont je ne pourrais plus sortir, était pire que tout. (…). Aucune importance si je gardais tout ça pour moi, si personne ne me croyait jamais. Ça n’en était pas moins vrai. (…... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (11) Voir plus Ajouter une critique
fnitter
  16 décembre 2017
All You Need Is Kill
Un light novel (roman YA japonais) illustré à la base. Nous n'aurons nous pas droit aux illustrations. Adapté en Manga plusieurs années plus tard, puis on en fera un film (Edge of Tomorow).
J'avais commencé par le Manga. Il fallait donc que je retourne à la source de cette histoire. On oubliera pour le coup l'adaptation cinématographique. Roman et Manga se complètent, l'un apportant l'aspect visuel à l'autre et l'autre apportant une densité scénaristique un peu plus complète.
L'humanité a quasiment été éradiquée par une vilaine espèce envoyée par les ET pour terraformer la terre à leur profit, les Mimics. Seules quelques bases militaires internationales, très opérationnelles, luttent encore contre l'invasion. Kiriya Keiji , petit soldat de base, dans sa combi, armure mécanique, destiné à devenir chair à canon, revit toujours la même journée avec comme unique conclusion : sa mort. Mais comme les samouraïs, il va livrer de nombreuses batailles, tuer d'innombrables adversaires, accumuler de l'expérience sur le terrain, parfaire son entraînement jusqu'à acquérir des automatismes. Kiri-oboeru : le fait d'apprendre en tuant ses ennemis au sabre. (piqué de ma critique du Manga). Rita, fullmetal Bich à la tête des forces spéciales Américaines envoyées en renfort au Japon, spéciale elle-aussi, permettra-t-elle à notre héros de se sortir de ce bourbier ?
De la pure sf militaire, bien grasse (mais sans scène à caractère sexuel) à faire fuir les amateurs de poésie. Une histoire réellement originale avec les explications qui vont bien pour la boucle temporelle. On en regrettera la brièveté du roman. J'aurais aimé la même histoire avec 300 pages de plus pour poser le background, pour développer la psychologie des personnages, pour une immersion encore plus forte. Disons que nous avons un concentré en 150 pages.
C'est violent, rapide, sans temps mort, sans originalité sur ce que pense un bon soldat de base de ses officiers et des bureaucrates. Ah, c'est sûr, on est loin en ce qui concerne la littérature asiatique en matière d'invasion extraterrestre du problème à trois corps de Liu Cixin (chinois - Hiroshi Sakurazaka est japonais, je sais c'est pas pareil).
Mais ce roman est destiné à un public YA, masculin pour divertir, réfléchir un tout petit petit peu et il remplit parfaitement son office.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          755
Wiitoo
  30 juin 2014
Quelle honte d'avoir eu le culot de mettre cette couverture qui n'a rien à voir avec le contenu du livre. Pour tout dire j'ai eu l'impression d'être pris pour un imbécile dès la première page.
Le héros (Tome Cruise sur la couverture) est Japonais ! Oui, oui, c'est sûr, ce n'est pas si évident sur la couverture... L'histoire se déroule au Japon, plus précisément sur une île japonaise ou des troupes militaires de différents pays sont présentes pour lancer une attaque contre les Mimics. Les Mimics étant des bestioles sorties des océans et qui ont pour but d'anéantir la race humaine.
Alors évidemment que toute la partie du livre qui concerne la vie de Keiji Kiriya, ses traditions japonaises et autres est un peu déroutante. de même lorsqu'il rencontre Rita, qui elle, fait partie des forces spéciales militaires US. On est face à une femme aux cheveux rouges, qui se bat au moyen d'une hache géante dans une combinaison totalement rouge. Tout cela à une raison d'être bien détaillée dans le livre mais c'est très loin de cette image ou elle pose sur la couverture avec son fusil à la main.
Je veux bien comprendre que le film soit différent et que ça fait vendre de mettre la tronche de Tom Cruise sur un livre, alors cher éditeur je vous propose un truc. Tant qu'à faire et au point ou vous en êtes, pourquoi ne pas mettre la couverture de Titanic avec Léonardo di Carpacio la prochaine fois que vous voulez vendre un livre qui traite de la pêche intensive dans l'atlantique ? Non parce que à ce stade tout est possible.
Pour revenir à notre roman de SF militaire, il y a un autre défaut qui a rendu cette lecture relativement désagréable. La première moitié du livre, chaque mot qui sort de la bouche d'un soldat est un ramassis d'injures. L'auteur considère manifestement qu'un soldat n'est autre qu'un profond débile qui ne peut pas ouvrir la bouche sans prononcer des énormités très lourdes et très "grasses". Les femmes y sont décrites comme des objets sexuels sans aucun respect. Evidemment quand ces mêmes soldats ferment les yeux, il n'est pas possible que leur imagination voit autre chose qu'une paire de jambes écartées. Au final cela rend les personnages antipathiques et minables. Heureusement les choses se calment à partir de l'arrivée de Rita vers la moitié du livre.
Au Final, le roman manque d'enjeux, les personnages ne sont en aucun cas attachants au point que ça nous fait ni chaud, ni froid de les voir mourir.
C'est bien dommage car l'histoire, elle, est intelligente, intéressante, complexe et tout à fait originale. Je me réjouis de voir le film car cela pourrait être une très bonne surprise, si les défauts du livre y sont gommés.
Certified Bof-Bof by Wiitoo Takatoulire
Wiitoo.over-blog.com
Note 3/6
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          5724
martinperez
  22 mars 2015
Kikou à tous, voici le roman qui a inspiré le film avec Tom Cruise : "Edge of Tomorrow". Je précise qu'il a inspiré car le film ne reprend que l'idée principale du roman que l'on a mijoté à la sauce ricaine pour les yeux du public (oui je t'aime toi).
Roman Japonais s'il en est , l'auteur Hiroshi Sakurazaka a un style d'écriture assez réactif et descriptif.
L'histoire commence avec celle de Keijy Kiriya , jeune recrue qui va partir au combat contre les mimics , genre de crapaud extra-terrestre venu nous botter les fesses. Équipé d'une armure biomécanique du plus bel effet, il s'en va-t-en guerre avec tous ses amis soldats sauf qu'il extermine un mimic "spécial" qui va l'entraîner dans une boucle temporelle le forçant à revivre les mêmes journées ad-vitam aeternam jusqu'à son prochain décès inopiné.
Au début, impuissant, révolté, et même au bord du suicide (qu'il testera histoire de voir si la boucle se termine), il prendra finalement le taureau par les cornes, en révolte envers cette destinée sans issue ,en devenant une vraie machine de guerre apprenant de ses propres erreurs ... et ce jusqu'à sa rencontre avec Rita Vrataski, fer de lance de l'armée et guerrière émérite, qui va briser sa solitude et chambouler tous ses plans!
Chapitré en 4 gros chapitres, intelligemment écrit et avec un style facile directement inspiré du monde manga; l'histoire souffre à mon avis de personnages un poil trop stéréotypés (la mécanicienne , ex-ingénieur, à lunettes où le meilleur pote qui est toujours là pour vous protéger) , mais n'oublions pas que l'auteur est Japonais et exprime d'ailleurs dans la préface, qu'il a puisé son inspiration dans le monde vidéo-ludique et comics nippons.
Hormis ce détail, l'histoire est bien foutue , nous montre quelques bribes poétique sur le Japon , ses traditions , le sens de la vie; et est assez intéressante pour nous emporter vers les pages suivantes. Et ce sans compter un dénouement assez sombre mais qui plaira aux puristes.
"All you need is kill" est un roman aux antipodes du film , original et destiné aux amoureux de SF légère. Pas le bouquin de l'année non plus hein, mais tout de même assez bon pour rester dans votre classement quelques temps.
Quant au manga lui-même, graphiquement il a l'air très bien mais je ne saurais vous en dire plus pour l'instant car pas lu ^^
Concernant le film, moi j'ai beaucoup aimé :)
PS : A noter que le roman ne mérite pas cette couverture ridicule qui risque d'ailleurs d'en faire fuir plus d'un au détriment du roman lui-même.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
pichoune
  03 février 2015
Après la sortie du film inspiré du roman, ainsi que du manga en deux volumes qui lui reprend l'histoire, j'ai voulu lire All you need is kill de Hiroshi Sakurazaka. J'étais donc ravie de le trouver en format poche accompagné des illustrations de Yoshitoshi Abe un dessinateur que j'apprécie beaucoup.
L'histoire est simple et se lit facilement. Je l'ai d'ailleurs lu d'une traite.
Elle nous mets dans la peau de Kiriya Keiji un jeune japonais, jeune recrue de l'armée engagé dans un conflit pour combattre les mimics des créatures étranges qui déciment la race humaine. Suite à un incident, ce dernier ce retrouve à revivre en boucle la même journée, sans savoir comment en sortir.
Le roman s'ouvre sur une courte présentation des principaux personnages avant d'entamer le récit. Jusqu'à la moitié du roman tout est basé du point de vu de Keiji, son histoire, sa vie, ses pensées, ses doutes...Il nous est présenté comme un type lambda sans vocation pour l'armée qui s'est engagée après une déception amoureuse ( de là à y voir un lien) qui sort tout juste de sa formation et doit être envoyé au combat.
Contrairement au film tout se passe au japon et si la bataille qui va se jouer est importante, elle n'est pas décisive. Puisque l'on nous fait rapidement comprendre que ce n'est pas la première et ne sera pas la dernière.
Pour en revenir à Keiji, après sa rencontre avec un mimic différent des autres, il se retrouve coincé dans des boucles temporels. A partir de là, nous allons le voir passer par différentes phases. Croyant d'abord à un rêve, il va se rendre compte que ce qui lui arrive est bien la réalité. Réalité qu'il tentera de fuir par tout les moyens, quitte à passer pour un lâche et à abandonner ses camarades, avant d'envisager le suicide (à quoi bon puisqu'il ne peut pas mourir vraiment?), puis d'enfin prendre son destin en main. Son évolution psychologique est marquée à travers le style d'écriture des chapitres qui passent de long à très courts et se contentent parfois de quelques mots.
Keiji va devenir plus mature mais aussi plus cynique, écartant également les bons sentiments pour se concentrer sur la bataille, devenant ainsi une vrai machine de guerre comme son modèle Rita Vrataski, la fameuse Full Metal Bitch. Ce personnage est d'ailleurs l'autre point central du roman, puisque tout une partie lui est consacrée et raconte son ascension comme héroïne des champs de bataille. La rencontre de Keiji et de Rita était donc inévitable.
Le roman nous permet d'en apprendre plus sur Rita mais aussi sur les mimics, d'où ils viennent et leur véritable but.
Si j'ai apprécié ce roman il n'est pas exempt de défauts, on pourra trouvé certains personnages très clichés, d'autant plus si vous êtes habitués aux jeux vidéos et aux mangas. La mécanicienne de Rita par exemple, petite femme à lunettes cul de bouteille et nattes, aura un goût de déjà vu.
De même, si les boucles temporels est un sujet que j'apprécie, il est aussi très casse gueule. Et plusieurs choses m'ont fait tiquer à ce niveau là. Keiji pour avoir tué le mimic spécial et le seul à « vivre » la boucle temporel alors que tout les autres la subisse sans s'en rendre compte.

Le roman se termine sur une postface de l'auteur qui nous permet de mieux comprendre sa volonté d'avoir écrit ce livre à travers son expérience vidéo-ludique.
Au final un roman, sympathique. Loin des chef d'oeuvres du genre certes mais qui fait passer un agréable moment.
Lien : http://outsitoutsi.over-blog..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          21
temps-de-livres
  22 mai 2014
Enrôlé dans les FDU (Forces de Défenses Unifiées), le deuxième classe Keiji Kiriya se bat contre les Mimics. Alors qu'il se réveille d'un mauvais rêve, les évènements de la journée le font tiquer. Il n'a pas rêvé, il revit les mêmes journées, encore et encore où il se fait tuer...
Composé de quatre chapitres basés chacun sur un personnage, l'intrigue semble simple. le personnage principal est coincé dans une boucle temporelle et ne sait pas comment en sortir. La seule chose qu'il sache faire : tuer (d'où la résonance avec le titre original : All Your Need Is Kill). le concept a déjà été utilisé dans les films Un Jour Sans Fin et Source Code. le principe de ce genre de roman est de s'améliorer (ici le débutant devient un vétéran) et de trouver le pourquoi de la boucle temporelle (là, on ne dira rien). Si l'intrigue semble simple, elle réserve quelques surprises. Au fur et à mesure que l'histoire avance, les angles (et le récit) diffèrent. On connaîtra une partie de l'histoire de Keiji, raconté par le deuxième personnage principal qu'est Rita Vrataski, la "Full Metal Bitch". On s'apercevra des particularités des envahisseurs (dont celle d'imiter les organismes vivants)...
Avec des descriptions de femmes basées sur leur opulence mammaires, des accolades fraternelles viriles dignes d'un Officier et Gentleman, des armes nommées par le calibre, ce roman pourrait être un récit extrêmement simple, mais on aurait tort. L'auteur Hiroshi Sakurazaka écrit un roman pas si simpliste et si, superficiellement, on comprend qu'il soit compréhensible part tout le monde, on s'aperçoit qu'il y a beaucoup de détails japonais (la nature, le sens du devoir, l'art de la cuisine, etc.). On recommandera au lecteur de bien lire la postface pour comprendre toute la réalité, l'horreur et la noirceur de l'intrigue.
Adapté au cinéma, on sait déjà que plusieurs détails importants ne seront pas respectés. Dans le roman Rita Vrataski est âgée de 19 ans, l'action a lieu essentiellement dans la base... Mais le pitch semble assez intéressant pour se laisser tenter. Est-ce que les scénaristes et le réalisateur vont saborder l'histoire ou garder la substantifique moelle ?
Sans être le roman de l'année, Edge of Tomorrow est une sympathique découverte. Si l'action prédomine, l'auteur ne montre pas moins qu'un soldat fait un travail de Sisyphe. Un livre plein de noirceur et de fureur.
EDGE OF TOMORROW
AUTEUR : HIROSHI SAKURAZAKA
EDITIONS : KAZE
Lien : http://temps-de-livres.over-..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
Citations et extraits (12) Voir plus Ajouter une citation
finitysendfinitysend   18 décembre 2017
Je vais crever sur un putain de champ de bataille. Sur une île paumée, sans amis, sans famille, sans copine. Dans la douleur, la peur, couvert de ma propre merde à cause de la terreur. Et je ne peux même pas lever la dernière arme qui me reste pour descendre le bâtard qui me fonce dessus. On dirait que tout le feu qui restait en moi s’est éteint quand j’ai tiré mon ultime balle.
Commenter  J’apprécie          390
fnitterfnitter   16 décembre 2017
La mort vient sans crier gare, en un battement de cœur, et elle ne fait pas la difficile.
Les soldats qu’elle prend vite – avant même qu’ils ne sachent ce qui les a touchés – sont les plus chanceux. La plupart crèvent dans d’atroces souffrances, les os fracassés, les organes déchiquetés, dans une mare de sang qui imbibe le sol. Ils attendent tous seuls dans la boue que la Mort s’approche dans leur dos et arrache leur dernière étincelle de vie de ses mains glacées.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          300
WiitooWiitoo   27 juin 2014
Il faut avoir plus que des yeux dans une bataille. Tu dois sentir l'impact qui traverse les couches de céramique et de métal jusque dans ton corps. Apprécier la résistance de la détente. Percevoir le sol à travers la semelle de tes bottes. Absorber tous les chiffres que t'envoient tout un tas de capteurs pour connaître l'état du champ de bataille instantanément. Mais je ne savais rien de tout cela. Une recrue à sa première bataille, elle sait que dalle.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          2813
fnitterfnitter   20 décembre 2017
Les images ne sont ni de bon ni de mauvais goût. Si en cliquant sur un lien, l’image d’un cadavre apparaît, une bonne mère de famille aurait de quoi faire un procès. Mais si la même photo apparaît à la une du New York Times, elle pourrait valoir le Pulitzer.
Commenter  J’apprécie          470
fnitterfnitter   18 décembre 2017
Dans une opération impliquant ving-cinq-mille combis, si une compagnie de cent quarante-six hommes était éradiquée, cela ne mériterait pas même un mémo sur le bureau des cadres du ministère de la Défense. Nous étions les agneaux du sacrifice dont le sang allait graisser les rouages de la machinerie de la guerre.
Commenter  J’apprécie          320
Lire un extrait
Videos de Hiroshi Sakurazaka (3) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Hiroshi Sakurazaka
FMA - Full Manga Anime - All You Need Is Kill
autres livres classés : science-fictionVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

Les plus grands classiques de la science-fiction

Qui a écrit 1984

George Orwell
Aldous Huxley
H.G. Wells
Pierre Boulle

10 questions
2721 lecteurs ont répondu
Thèmes : science-fictionCréer un quiz sur ce livre