AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet
EAN : 9782203243774
208 pages
Casterman (16/11/2022)
4.39/5   244 notes
Résumé :
Dans Le Poids des héros, David Sala retrace sa trajectoire personnelle très tôt marquée par les figures tutélaires, mais non moins écrasantes, de ses grands-pères, héros de guerre et de la résistance.
En convoquant son point de vue de petit garçon, il nous plonge dans une majestueuse et foisonnante exploration de l'enfance et de l'adolescence. Le recours à l'imaginaire permet d'approcher les zones d'ombre et les failles à bonne distance, tout en recomposant ... >Voir plus
Critiques, Analyses et Avis (49) Voir plus Ajouter une critique
4,39

sur 244 notes
5
40 avis
4
5 avis
3
1 avis
2
1 avis
1
0 avis

berni_29
  27 mai 2022
Le Poids des héros est une merveilleuse BD qui nous raconte davantage qu'une histoire. Son auteur, David Sala, nous invite par les mots et le dessin à nous plonger avec nostalgie dans le souvenir d'un récit autobiographique, qui a illuminé sa famille.
Antonio Soto de Torrado était son grand-père maternel, né à Oliva de la Frontera, au sud de l'Espagne. Il a survécu à la guerre d'Espagne, il a survécu au camp de concentration de Mauthausen.
Mais bientôt il va mourir et en mourant il va accomplir l'objectif qu'il s'était assigné : ne pas mourir avant Franco.
Son autre grand-père, Josep Soca, était espagnol aussi et tout comme le grand-père maternel il fut un héros de la guerre et de la résistance.
C'est six mois après l'annonce du décès du « Caudillo », qu'Antonio Soto s'éteint paisiblement dans son sommeil.
Nous sommes dans les années soixante-dix et l'auteur se souvient de ces années-là, les années de son enfance, où, petit garçon, il allait grandir avec le poids presque écrasant de ses deux figures familiales, qui échapperont de peu à la barbarie et à la mort, fuiront vers la France, connaîtront le déracinement, mais aussi l'amour et la transmission de leurs engagements politiques.
Ce sont ces années-là qui sont peintes et dépeintes dans cette formidable bande dessinée, une période qui représente pour l'auteur des jours heureux mais aussi une prise de conscience qui sera sans doute déterminante dans sa trajectoire personnelle.
David Sala convoque ses souvenirs d'enfance pour retrouver les figures tutélaires de ses grands-pères, c'est peut-être aussi une manière pour lui de se libérer du poids parfois oppressant qu'ils ont marqué dans la destinée familiale.
Alors nous voici plongés avec jubilation dans le décor kitsch des années soixante-dix, les tables d'école avec l'encrier de porcelaine, la Citroën ami 8, la même que celle que possédait mon père, les pantalons pattes d'éph et aussi ce pull-over jacquard que porte ce petit garçon sur la couverture, je suis sûr que j'en ai porté un aussi, un comme celui-là à son âge...
Mais ce décor est aussi fait de l'imaginaire de l'auteur, un déferlement de couleurs psychédéliques, de vagues et de fleurs, de paysages oniriques, alternant avec le récit, comme pour mieux cacher l'émotion, comme pour mieux faire passer des messages intimes et touchants avec pudeur.
Certaines pages sont d'une beauté à couper le souffle, ce sont pour certaines de vraies peintures, tantôt enchanteresses, tantôt agressives, toujours lumineuses et poétiques.
Mais quels sont ces messages ? Quel est le propos du texte au-delà du récit familial ? Quel est son sens ? Voici un livre dédié à la mémoire, à l'identité, au déracinement et à la transmission. David Sala rend hommage à ses grands-parents, de vrais héros au sens noble et historique du terme, mais il se déleste aussi du poids que de ces deux hommes, qui a pesé sur l'héritage familial. Car il n'est pas simple de faire son chemin plus tard, de creuser son sillon, lorsqu'on est un petit-fils de héros, comment avancer dans sa vie ordinaire avec ce poids sur les épaules ? Comment donner du sens à une vie « ordinaire » ?
David Sala est un passeur à sa manière. Quand je referme ce magnifique livre, séduit par le talent de cet auteur, je me dis qu'il a réussi avec brio sa mission et que sa vie est loin d'être ordinaire.
Et comment ne pas apprécier la citation si inspirante de l'écrivain Romain Gary, choisie comme épigraphe par l'auteur : « Lorsque vous écrivez un livre sur l'horreur de la guerre, vous ne dénoncez pas l'horreur, vous vous en débarrassez. » ?
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          6116
marina53
  23 octobre 2022
Ancien coiffeur engagé volontaire dans la cavalerie de l'armée républicaine afin de combattre les forces du Général Franco, Antonio Soto de Torrado est dénoncé par son oncle, bras droit de Franco. Prévenu par sa tante, condamné à mort, il n'a d'autre choix que de fuir son pays et quitter sa famille, avant le lever du jour. Arrivé en France, il est incorporé dans la 15è compagnie des travailleurs espagnols volontaires. Il participera à la campagne de France, puis se fera prisonnier par les Allemands avant d'être déporté au camp de concentration de Mauthausen, dont il sortira vivant en mai 1945... Aujourd'hui, sur son lit d'hôpital, il reçoit la visite de sa fille et de son petit-fils, David. Si son état de santé est préoccupant selon son médecin, pour lui, il est hors de question de mourir avant Franco. Il décèdera paisiblement pendant son sommeil... 6 mois après la mort du Général... Tout gamin à l'époque, David se souvient encore de ce grand-père maternel, dont le portrait, d'une infinie tristesse, ornera pendant longtemps un mur de la maison familiale.
C'est son histoire mais aussi celle de son grand-père paternel, espagnol résistant dans le maquis, que David Sala nous raconte avec forces et émotions au coeur de cet album. Une histoire familiale touchante qui trouve ses racines dans l'Espagne de Franco, que ses deux grands-pères ont combattu ou fui. Une histoire, évidemment, lourde à porter, inscrite elle-même dans L Histoire. Mais aussi un devoir de mémoire que l'auteur a dépeint, d'abord avec son regard d'enfant, lui qui a eu la chance de côtoyer ses grands-parents et écouter un pan de leur passé, puis avec son regard d'adulte, saisissant alors l'importance, la portée de ce passé, ô combien tragique et éprouvant. Une portée aussi bien historique, personnelle que familiale. Aussi, David Sala questionne-t-il sur le poids des héros, que furent ses deux aïeux. Un héritage tout aussi important que précieux. Ce récit, sensible, intime, est servi par un graphisme détonant. Les planches sont tantôt très colorées, fleuries, pleines de vie, tantôt beaucoup plus sombres, parfois violentes.
Un album profond et salutaire, pour tout simplement, ne pas oublier...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          638
Cigale17
  23 janvier 2023
L'aspect autobiographique s'affirme d'emblée. Ce roman graphique, dédié aux grands-pères de David Sala, raconte une partie de l'histoire de ces deux républicains espagnols et témoigne à la première personne du Poids des héros sur la vie de l'artiste. Son grand-père maternel, Antonio Soto de Torrado, a fui l'Espagne de Franco et rejoint clandestinement la France. Après un passage au camp d'Argelès-sur-Mer, il est incorporé puis il combat à Dunkerque. Fait prisonnier, il sera déporté à Mauthausen dont il sortira vivant. Vieillissant, très malade, il se refuse à mourir avant Franco ! Si le parcours du grand-père paternel, Josep Sala, ressemble à celui de Antonio, il ne subira pourtant pas le même sort, car il réussit à rejoindre le maquis. David raconte ses grands-parents, ses parents, son enfance, l'école, les copains, un terrible fait divers, l'adolescence, l'école de dessin, ses débuts de Bédéiste, le passage à l'âge adulte, et toujours reviennent les souvenirs des deux grands-pères, le grand-père maternel occupant la plus grande place…
***
Les décors et les éléments réalistes des années 70 (les papiers peints, la blouse de la grand-mère !) alternent avec des paysages issus de l'imaginaire de David enfant, par exemple quand il se représente la fuite de Antonio volant à cheval au-dessus des Pyrénées. Même si l'enfance est souvent représentée comme un magnifique jardin empli de fleurs de toutes le couleurs et de toutes les tailles, à tout âge, le poids des générations passées et la force des souvenirs suscitent parfois chez David questions, reconnaissance et rancune, révolte et colère. Des aplats de rouge servent d'arrière-plans aux images où règne la violence. Plus David avance en âge, plus les couleurs respectent le réel et deviennent plus sombres, sauf quand on replonge dans l'imaginaire de l'enfant. le Poids des héros m'a semblé rempli de clins d'oeil à des mouvements picturaux et à de nombreux peintres : Van Gogh (les deux cases de la page 6, entre autres), Chagall (le cheval volant et les paysages de nuit en général), Magritte avec la colombe qu'on retrouve plusieurs fois, Schiele et Munch pour les représentations des camps, Klimt (la petite fée) et beaucoup d'autres qu'il serait fastidieux de tous énumérer, sans compter ceux que je n'ai pas reconnus… David Sala s'appliquera, comme l'avaient fait ses propres parents, à transmettre le passé, aussi douloureux et dramatique soit-il, à sa propre fille, une transmission habilement réifiée par le tableau, lui aussi rescapé. Je voudrais signaler les pages 156-157 qui m'ont bouleversée par leur force de suggestion pour exprimer le deuil, l'absence, le vide et le désarroi. À peu de détails près, la table de travail représentée sur la dernière double-page aurait pu être la mienne à la même époque… Un magnifique album qui touche à l'essentiel !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          332
blandine5674
  29 novembre 2022
J'avais déjà apprécié les dessins de ce scénariste dans le joueur d'échecs. le regard est tout de suite attiré par un festival de couleurs où les planches n'ont aucun vide. Ce roman graphique est une merveille ! Un homme reçoit sur son lit d'hôpital sa fille et son petit-fils et il n'est pas question qu'il meurt avant Franco !
David Sala rend hommage à ses grands-pères résistants espagnols ainsi qu'aux autres membres de sa famille. C'est avec pleins d'émotions, qu'avec ses yeux d'enfant, il nous fait revivre, à nous aussi, une certaine époque comme ces papiers peints ornés de gros motifs. Dessins et couleurs nous en mettent plein la vue. Prodigieux, talentueux, sublime, puissant, etc. etc.
Détaillez la dernière double page. Que de nostalgie !
Beaucoup de prix Goncourt sont adaptés en B.D. alors quand le roman graphique pourra-t-il concourir aussi ? Ce poids des héros l'aurait plus que mérité.
Commenter  J’apprécie          390
diablotin0
  10 juillet 2022
Je ne vais qu'ajouter ma voix aux éloges déjà faits sur ce magnifique et original album.
On est dès les premières pages subjugué par les couleurs, les formes et l'agencement des étiquettes.
Les dessins de David Salsa m'ont par moment fait penser à Andy Warhol . Les couleurs vives , viennent titiller l'oeil du lecteur pris dans un mélange de choses graves , les tortures , la guerre, et le monde l'enfance.
David salsa s'est vu confier par sa mère la lourde tâche de transmettre la mémoire de son grand père.
C'est donc sous le prisme de l'enfance que nous découvrons la vie de ses 2 grands-pères.
Ses deux grands pères etaient des républicains espagnols. le grand père paternel a été interné dans le camp d'Argelès-sur-Mer et le grand père maternel, apres avoir été condamné à mort par Franco, réussira à s'enfuir d'Espagne mais il sera attrapé et déporté au camp de Mathausen en Autriche.

David Sala arrive à recréer l'ambiance
des années 60, les moindres détails sont reconstruits, les vêtements, les objets, la tapisserie, et la musique, c'est un véritable bond en arrière.
Il nous fait partager les grandes discussions des parents et l'ambiance .
Je trouve que c'est un album innovant mais aussi tellement en accord avec les yeux d'un enfant .
C'est vraiment un album lumineux qui parle d'un sujet bien sombre.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          361


critiques presse (8)
BDGest   02 mai 2022
Rarement, bande dessinée et peinture se sont si subtilement confondues et de même si David Sala a encore beaucoup de choses à raconter, à dessiner ou à peindre, Le poids des héros marquera probablement, l'homme comme l'artiste, ne serait-ce que par la forme d’aboutissement qui en émane.
Lire la critique sur le site : BDGest
BoDoi   17 mars 2022
« Il paraît que les gènes ont une mémoire », se souvient David Sala dans ses déambulations au parc de la Tête d’or. Lui a hérité d’une colère induite par la violence de ce qu’ont vécu ses grands-parents. En leur dédiant cet album qui lui sert d’exutoire, David Sala se déleste d’un poids. En témoigne la citation de l’écrivain Romain Gary choisie comme épigraphe : « Lorsque vous écrivez un livre sur l’horreur de la guerre, vous ne dénoncez pas l’horreur, vous vous en débarrassez. »
Lire la critique sur le site : BoDoi
SudOuestPresse   01 mars 2022
La nouvelle BD de David Sala est une splendeur ! Malgré la transmission du passé qui pèse sur les épaules du jeune David, l’illustrateur a peint des planches lumineuses et poétiques. Toutes ses influences picturales y sont déclinées. Bref : grand coup de cœur !
Lire la critique sur le site : SudOuestPresse
LaLibreBelgique   16 février 2022
David Sala nous livre un ouvrage très personnel, d’une sensibilité exceptionnelle.
Lire la critique sur le site : LaLibreBelgique
FocusLeVif   16 février 2022
Le Français David Sala passe à l'autofiction pour raconter autant l'héroïsme de ses grands-parents que son propre cheminement. Un récit profond, plastique et saisissant sur la transmission, entre poids et grandeur.
Lire la critique sur le site : FocusLeVif
LeFigaro   31 janvier 2022
L’auteur convoque ses souvenirs et retrace à hauteur d’enfant près de quarante ans de vie familiale, dans ses propres yeux puis dans ceux de sa fille. Le résultat est d’une rare puissance évocatrice.
Lire la critique sur le site : LeFigaro
Telerama   24 janvier 2022
En 1941, son grand-père antifranquiste, émigré en France, a été déporté au camp de concentration de Mauthausen, en Autriche. De ce héros, mort quand il était enfant, David Sala a entendu sa mère arpenter, cultiver et défendre la mémoire. […] Il en tire aujourd’hui un album intime et touchant, au dessin et aux couleurs somptueux.
Lire la critique sur le site : Telerama
LigneClaire   19 janvier 2022
ALBUMS

DÉDICACES / INTERVIEWS

FESTIVALS / EXPOSITIONS

La vie et ses joies, ses drames, une paire de lunettes pour voir la TV en relief, un Walkman, l’horreur d’un meurtre, les commémorations, la survie dans le camp, David Sala aura aussi son autre grand-père en référence, espagnol, républicain que Vichy veut livrer aux nazis, qui comprend et rejoint la Résistance. Leur importance mémorielle est énorme. C’est aussi David l’auteur en devenir, le portrait qui va le guider et enfin cet album révélateur d’un passé lourd à porter mais incontournable, une histoire à transmettre. Un grand moment en tout point.
Lire la critique sur le site : LigneClaire
Citations et extraits (19) Voir plus Ajouter une citation
Cigale17
Cigale17  
Je n'avais pas connu la peur, le froid, la faim, l'humiliation, l'exil, la torture. Personne ne m'avait craché dessus parce que j'étais espagnol. Personne ne m'avait mis de corde autour du cou. Je ne connaissais pas l'odeur de la mort, ni celle des corps empilés et des fours crématoires.
Pourtant je ressentais ces blessures comme si c'étaient les miennes.
Ces images me revenaient comme des flashs et me donnaient la nausée, l'envie de hurler;
(p. 125)
Commenter  J’apprécie          120
berni_29
berni_29  
Quand ils sont venus chercher les communistes, je n'ai rien dit , je n'étais pas communiste. Quand ils sont venus chercher les syndicalistes, je n'ai rien dit ; je n'étais pas syndicaliste. Quand ils sont venus chercher les juifs, je n'ai rien dit ; je n'étais pas juif. Quand ils sont venus chercher les catholiques, je n'ai rien dit ; je n'étais pas catholique. Puis ils sont venus me chercher, et il ne restait plus personne pour protester.
Commenter  J’apprécie          325
blandine5674
blandine5674  
- Celui qui obéit sacrifie son intelligence et finit par perdre l’essence même de ce qu’il est. C’est pour ça que je dis que l’anarchie est le moyen de rendre au peuple son intelligence !Mais... les nantis, les grands patrons, les hommes politiques, la classe dominante, quel intérêt auraient-ils d’écouter ceux qui veulent changer le monde ? Mais aucun ! Ils savent pertinemment que ce serait leur chute !
Commenter  J’apprécie          190
Arwen78
Arwen78  
J'ai été récupéré par un autre groupe de résistants et soigné dans la ferme de la famille Gourinal.
C'est là que les maquisards venaient se reposer, se nourrir, leurs vêtements y étaient lavés, ravaudés, leurs armes cachées.
Antoine Gourinal, le père, récupérait la nuit le matériel qui était parachuté par les anglais.
C'est sa fille qui m'a soigné, Denise, ta grand-mère !
Commenter  J’apprécie          110
BurjBabil
BurjBabil  
Tout à coup, il y avait ce SS devant moi, avec ces œufs, qu'il venait certainement de voler dans une ferme voisine.

Le dilemme. Lâcher ses œufs ou prendre son arme?

Son hésitation m'a permis de prendre une avance suffisante.
Commenter  J’apprécie          140

Lire un extrait
Videos de David Sala (9) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de David Sala
David Sala nous présente LE POIDS DES HÉROS. Un sujet vertigineux, un devoir de transmission familial auquel il ne pouvait échapper.

Son roman graphique a été multi-récompensé cette année :
Grand Prix de la BD ELLE
Prix Landerneau BD
Bulles d'Humanité – Prix de la BD citoyenne
LE POIDS DES HÉROS est en librairie en version classique et en édition luxe.
autres livres classés : déportationVoir plus
Notre sélection Bande dessinée Voir plus





Quiz Voir plus

Les personnages de Tintin

Je suis un physicien tête-en-l'air et un peu dur d'oreille. J'apparais pour la première fois dans "Le Trésor de Rackham le Rouge". Mon personnage est inspiré d'Auguste Piccard (un physicien suisse concepteur du bathyscaphe) à qui je ressemble physiquement, mais j'ai fait mieux que mon modèle : je suis à l'origine d'un ambitieux programme d'exploration lunaire.

Tintin
Milou
Le Capitaine Haddock
Le Professeur Tournesol
Dupond et Dupont
Le Général Alcazar
L'émir Ben Kalish Ezab
La Castafiore
Oliveira da Figueira
Séraphin Lampion
Le docteur Müller
Nestor
Rastapopoulos
Le colonel Sponsz
Tchang

15 questions
4710 lecteurs ont répondu
Thèmes : bd franco-belge , bande dessinée , bd jeunesse , bd belge , bande dessinée aventure , aventure jeunesse , tintinophile , ligne claire , personnages , Personnages fictifsCréer un quiz sur ce livre