AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizForum
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 9791022606516
Éditeur : Métailié (04/05/2017)

Note moyenne : 4/5 (sur 3 notes)
Résumé :
Tout commence en 2012 à Madrid avec le cadavre d'un bijoutier égorgé, un message épinglé sur la poitrine. Il vendait et achetait de l'or aux familles victimes de la crise, il était aussi usurier. Mais c'est le troisième cadavre de la série. Le jeune inspecteur Alarde, perspicace et réfléchi, est chargé de l'enquête, et il tente de recomposer le puzzle.

Les suspects sont nombreux et les mécanismes complexes de la cupidité prennent des formes variées : ... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle
Critiques, Analyses & Avis (4) Ajouter une critique
Mylou
23 mai 2017
La crise touche le monde entier. Les espagnol.e.s triment pour survivre.
Un des moyens de se faire un peu d'argent, c'est de revendre nos objets en or chez un bijoutier-prêteur sur gages.
Seulement voilà, les bijoutiers aussi galèrent. Certains ont vite fait d'arnaquer de pauvres gens pour s'enrichir.
Et fatalement, ça ne plaît pas. Trois bijoutiers sont ainsi retrouvés morts en plein Madrid.
Un tueur en série à l'âme d'un Zorro vengeur de pauvres ? C'est la seule piste, alors l'inspecteur Alarde l'exploite à fond.
Il faut trouver un lien entre ces trois victimes. Un même client, n'importe quoi.
Alors on piétine, on avance doucement. Et peu à peu, certains petits secrets se dévoilent, des liens sont mis à jour. Jusqu'à ce qu'on découvre toute la vite. Qui est le coupable, pourquoi et comment ?
J'ai beaucoup apprécié ce roman. Un peu court selon moi, mais la culture espagnole est quelque chose de fabuleux.
L'inspecteur Alarde est très attachant, c'est un personnage très humain.
L'écriture est agréable aussi, ça coule tout seul, le roman se lit très rapidement. Surtout parce qu'on crève d'envie de savoir qui est derrière tout ça.
Et je dois dire que j'ai adoré toute cette magouille, c'est drôlement bien trouvé, bien ficelé et bien mené.
Je suis juste un peu déçue par le manque d'action. On s'attarde aussi un peu trop sur les interrogatoires des témoins ou proches, pas assez sur le reste de l'enquête.
Mais j'ai tout de même passé un bon moment avec Alarde et pas mal d'autres personnages (même la personne coupable). Merci beaucoup à Babelio-Masse Critique ainsi qu'aux éditions Metailié
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Nimgarthielle
16 juillet 2017
Tout d'abord, je remercie chaudement Babelio et les éditions Métaillé, grâce à qui j'ai pu avoir le livre (via Masse Critique).
Ensuite, je suis désolée du gros retard pour la critique!
Revenons-en au sujet principal: le roman "La règle de l'or"!
Cet ouvrage est excellent! Un roman noir que l'on dévore d'une traite (lu en une soirée pour ma part).
En plus d'une intrigue bien pensée avec un héros très attachant, dont on aimerait lire d'autres aventures d'ailleurs, on est immergé dans la culture Espagnole avec délice.
La plume de l'auteur est fluide, fort sympathique, ce qui permet une plongé totale dans le roman.
Le seul reproche que je fais au roman, est l'action manquante. Bien que l'enquête soit bien menée, que l'on soit en haleine de bon en bout, un peu de mouvement en plus serait préférable car parfois l'attention est porté trop longuement sur certains détails (l'interrogatoire des témoins qui tire en longueur, par exemple).
Ce fut un bon moment de lecture, on en redemande même!
Alarde (l'inspecteur héros du roman) sera t-il de retour? Ce serait top! Même les personnages secondaires sont intéressants et attachants que l'on aimerait aussi les revoir!
Une auteur que je ne connaissais pas mais que je vais suivre avec plaisir à présent.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
PLOOM
11 juin 2017
La règle de l'orJuana Salabert est un roman noir qui s'enracine dans une Espagne travaillée par une interminable crise économique. Nous sommes en 2012 et l'on retrouve à Madrid dans le quartier de Salamanca le cadavre d'un bijoutier qui rachetait de l'or aux familles victimes de la crise. Mais le jeune et méthodique inspecteur Alarde ne va pas tarder à relier ce meurtre à deux autres affaires du même type. Pour les policiers il faut faire vite car les médias s'enflamment rapidement à Madrid et une série de trois crimes non résolus pourrait rapidement tourner au grand cirque médiatique. Les fausses pistes sont nombreuses et l'enquête s'avère complexe dès les premières investigations. Mais Alard est un flic entêté et perspicace qui n'a pas peur de recomposer le puzzle d'une affaire où les suspects sont un peu nombreux et les coupables introuvables.
Juana Salabert - fort bien traduites par Myriam Chirousse - nous propose une peinture de la capitale espagnole qui manifeste la déliquescence d'une société minée par la crise. L'enquête d'Alarde évoque les différentes formes de cupidité qui animent les hommes dans une telle situation : les vols d'héritages, l'évasion des fortunes vers les paradis fiscaux et les fausses croisades contre les usuriers. Salabert fait un bilan sans appel des effets de la crise sur une société qui a perdu une partie de ses repères. La langue qu'elle utilise possède une âpreté et une rugosité qui met en exergue la violence avec laquelle s'impose “la règle de l'or” dans une Espagne KO.
La règle de l'or” est autant un roman qu'une peinture à la mine de plomb d'une société espagnole dont beaucoup de citoyens ont l'impression que la crise les a dépouillés de leurs ressources et de leur dignité. Un très bon roman noir espagnol !
Archibald PLOOM
Lien : http://www.culture-chronique..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Alicej
16 juin 2017
Un bijoutier a été égorgé sauvagement dans cette Espagne actuelle, rongée par la crise, les usuriers qui s'enrichissent en achetant à petit prix les bijoux des familles qui tentent de survivre.
Ce n'est pas le premier meurtre et un sentiment d'insécurité publique, après cette insécurité financière collective, commence à monter. Les clients de ces usuriers, contraints de brader leurs trésors sont tous autant de suspects potentiels, et les moyens de profiter des plus en détresse sont nombreux...
Un roman qui ne m'a pas tenue en haleine, mais qui a le mérite d'être ultra réaliste avec cet ancrage dans les problématiques des madrilènes d'aujourd'hui, pour lesquels la crise fait des ravages.
Commenter  J’apprécie          00
Citations & extraits (5) Ajouter une citation
rkhettaouirkhettaoui10 août 2017
Il est hystérique à cause de la situation et de cette fichue crise, il se sent démotivé et très angoissé, la chose l’affecte bien plus qu’il ne sera jamais prêt à le reconnaître, mais côté santé il va bien. Il est attristé par la situation instable de sa fille, qui n’a rien trouvé en Espagne et a dû repartir à l’étranger, tu vois à quoi ça sert dans les parages d’avoir un dossier universitaire extraordinaire.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
rkhettaouirkhettaoui10 août 2017
Ceux qui n’ont pas su épargner ou investir à temps et qui maintenant en sont réduits à venir ici proposer leur or à la va-vite ne bataillent jamais. Ils parlent très bas, certains chuchotent même, pour ne pas se faire remarquer. Mais même lorsqu’ils discutent au début les estimations et les prix, comme s’ils apportaient des lingots et les joyaux de l’Empire au lieu de bagues bon marché et de broches médiocres, ils sont résignés par avance à ce qu’on va leur donner, ils savent qu’il y a des tarifs. Cette bande larmoyante de ratés ne sait qu’implorer.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
rkhettaouirkhettaoui10 août 2017
De sa vie et ses amitiés en dehors de la boutique il faudra que ce soit ses enfants qui vous en parlent, ni lui ni moi n’étions très portés aux confidences. Plus qu’organisé, il était méthodique. Et parcimonieux. Il l’était même avant de devenir veuf. Il connaissait son métier comme personne dans la profession et il s’en vantait. Il lui suffisait d’un regard pour calculer les carats, la pureté, la taille d’un bijou, comme je vous le disais personne au monde ne pouvait le tromper. Rien ne lui échappait.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
rkhettaouirkhettaoui10 août 2017
Vous savez, les apparences sont trompeuses, nous ne devrions pas trop nous fier aux premières impressions. Cependant, Satan en personne n’aurait pas pu le berner, il possède, il possédait un esprit privilégié, comme il n’y en a pas deux, parce qu’il savait lire dans celui des autres comme, vous connaissez l’expression, dans un livre ouvert.
Commenter  J’apprécie          00
rkhettaouirkhettaoui10 août 2017
Un veuf récent et affligé croit “voir” dans son dernier enfant l’image même de la femme perdue, et ne se rend pas compte qu’en le choyant à l’excès il court le risque de l’éduquer de travers et de le pourrir…
Commenter  J’apprécie          00
autres livres classés : roman noirVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle





Quiz Voir plus

Retrouvez le bon adjectif dans le titre - (6 - polars et thrillers )

Roger-Jon Ellory : " **** le silence"

seul
profond
terrible
intense

20 questions
1158 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature , thriller , romans policiers et polarsCréer un quiz sur ce livre