AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet

Judith Vernant (Traducteur)
EAN : 9782330117047
324 pages
Actes Sud (02/01/2019)
3.81/5   54 notes
Résumé :
Quand Piedad de la Viuda, séduisante héritière et dévote, au seuil de la cinquantaine, s'éveille ce lundi-là, elle ignore que sa vie va basculer à jamais. Brusquement, elle s'aperçoit que son époux n'était pas celui qu'elle croyait. Que l'accident dans lequel il est décédé un mois plus tôt n'en était pas vraiment un. Et que les caisses de l'entreprise familiale sont vides. Pour découvrir la vérité, sauver son patrimoine - et sa peau ! -, Piedad la bigote va devoir s... >Voir plus
Critiques, Analyses et Avis (11) Voir plus Ajouter une critique
3,81

sur 54 notes
5
1 avis
4
8 avis
3
1 avis
2
0 avis
1
0 avis

marina53
  29 avril 2019
Il y a un mois que Benito, son mari, est mort près de l'épave de sa BMW, encastrée dans un mur. À la tête d'une grosse entreprise d'affaires, dont Piedad ne connaissait au final rien de ses activités, Benito faisait fructifier l'argent de la belle-famille, notamment en investissant dans des filiales russes. du moins, c'est ce que pensait Piedad jusqu' au jour où l'avocat de l'entreprise lui annonce de but en blanc que l'entreprise est en faillite et que les propriétés ou encore les champs en Andalousie ont déjà été saisis. C'est Ortega, l'ancien bras droit et cousin de Benito, qui la sort de son évanouissement. Et lui non plus n'a pas de bonnes nouvelles ! Apparemment, c'est elle qui aurait signé les papiers pour l'écarter du conseil d'administration. Et cerise sur le gâteau, Benito se tapait sa femme ! Une parmi tant d'autres, Piedad l'apprendra très vite. D'ailleurs, son cher et tendre comptait s'enfuir avec sa jeune maîtresse russe. Déjà ébranlée par toutes ces nouvelles, elle apprend par les enquêteurs de la police que l'accident de voiture n'en serait pas tout à fait un. Bien décidée à sauver l'entreprise familiale, Piedad va se transformer en femme d'affaire redoutable et fatale et par là même tâcher de récupérer l'argent détourné par son mari...
Une semaine avant ses cinquante ans, Piedad de la Viuda, tombe des nues lorsqu'elle apprend toutes les affaires juteuses (magouilles et aventures extra-conjugales) de feu son mari, Benito. Plus remontée que jamais et bien décidée à remettre sur pieds l'entreprise de son père, la jeune veuve va se métamorphoser. La Piedad de Jamais va sortir de l'ombre après des années de naïveté et de cocufiage. Exubérante, sans état d'âme, sensuelle, serial-killeuse, la nouvelle Piedad va montrer à tous de quel bois elle se chauffe. Dans ce roman déjanté et jouissif, Carlos Salem nous entraine dans des aventures extraordinaires et abracadabrantes. Qu'importe la crédibilité de certains faits et gestes, Piedad, cette cinquantenaire haute en couleurs, emporte tout sur son passage. Autour d'elle gravitent des personnages tout aussi barrés ou pour certains touchants. Amoral, bourré d'humour noir et de situations rocambolesques, ce roman, à la narration enjouée, se révèle tout aussi fantaisiste que surprenant.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          782
Bazart
  05 décembre 2017
Auteur espagnol dont les romans sont remplis d'inventivité et de fantaisie, Carlos Salem a récemment sorti chez Actes Sud dans la collection Actes Noirs un nouveau polar tout aussi déjanté et plein de fantaisie que les précédents, " attends moi au ciel". dont l'héroîne est une certiane Piedad, quinquagénaire dont la vie va basculer totalement
Ne cherchons pas le rationnel et le naturalisme dans ce roman comme dans tous ceux de Salem : l'intrigue de son nouveau roman est le pretexte d'une folle intrigue qui multiplie les rebondissements les plus surprenants et burlesques que l'auteur décrit avec un ton amusé et une amoralité d'autant plus savoureuse qu'elle est clairement assumée!
Un roman complètement loufoque qui ne plaira pas aux amateurs de réalisme et d'enquête minitieusement dosée mais qui ravira forcément les autres!
Lien : http://www.baz-art.org/archi..
Commenter  J’apprécie          241
mosaique92
  19 février 2020
« Chandler revu par Almodovar » a écrit Philippe Lemaire (onlalu.com)… Un résumé on ne plus juste de ce polar déjanté, au scénario abracadabrant pimenté par un érotisme burlesque.
Commenter  J’apprécie          160
jfponge
  08 juin 2019
Doña Piedad de la Viuda, une grenouille de bénitier madrilène approchant la cinquantaine, vient d'apprendre la mort brutale de Benito, son mari, décédé dans un accident de voiture alors qu'il s'apprêtait à partir au Brésil au bras de sa dernière conquête. Personne ne donne cher de sa peau à la tête de l'entreprise que dirigeait son mari, elle qui se contentait de signer sans les lire les chèques et les ordres qu'on lui présentait. Mais c'est sans compter sur ce double qui l'habite, celui d'une véritable bombe anatomique qui n'a pas froid aux yeux (ni ailleurs) et n'hésite pas à braver tous les dangers pour arriver à ses fins. le combat de l'ange et du démon va commencer, pour le plus grand plaisir du lecteur qui va aller de surprise en surprise. Les fans de Carlos Salem vont même retrouver un personnage d'un de ses précédents polars, un certain Raúl Soldati (voir "Aller simple"), qui apparaît ici avec une personnalité totalement différente. Une plaisanterie de plus de l'auteur, qui n'en est pas avare dans ce polar un peu moins déjanté que les précédents mais tout aussi cocasse et surprenant…
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
Seraphita
  26 mai 2019
Benito, le mari de Piedad, vient de mourir tragiquement dans un accident de voiture. La quasi quinquagénaire a hérité de sa famille une fortune que son mari a mise à profit dans une entreprise. Or, la pieuse Piedad va découvrir au fur et à mesure d'une enquête qui s'impose à elle une image de Benito à mille lieues du gendre idéal : juste avant l'accident, il projetait de s'exiler au Brésil avec sa jeune maîtresse ; il avait aussi sympathisé avec un mafieux russe et détourné de colossales sommes d'argent. C'est ainsi que Piedad découvre que l'entreprise familiale qu'elle croyait prospère est en fait à l'agonie. Alors la nouvelle veuve décide de prendre son destin en main et de retrouver les millions que son mari a cachés. Il lui faudra, pour ce faire, venir à bout de bien des parasites qui gravitaient autour de son mari…
« Attends-moi au ciel » est un roman de l'argentin Carlos Salem qui vit à Madrid depuis plus de vingt ans. Il s'agit d'un policier au ton et à l'intrigue particulièrement décalés. En une semaine, Piedad la bigote va se convertir en une femme fatale qui multiplie les conquêtes et les meurtres. Dans sa quête du magot caché, elle va être aidée par un double d'elle-même, une voix intérieure démoniaque qui la pousse à commettre le pire. Au fur et à mesure que l'image de Benito s'écorne, Piedad cède du terrain à son double diabolique et, s'abîmant dans une luxure consentie, elle se libère et s'épanouit.
Résolument déjantés, le style et l'intrigue qui, au début, peuvent séduire, lassent peu à peu, l'histoire s'enlisant dans les plus folles invraisemblances. A conseiller aux amateurs de burlesque et à ceux qui n'ont pas peur de se perdre dans les méandres fantaisistes d'une enquête immorale.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10

Citations et extraits (20) Voir plus Ajouter une citation
missmolko1missmolko1   06 avril 2017
Ça m’a encore rappelé les avant-derniers mots de
Benito :
— Mets-toi ça dans le crâne une bonne fois pour
toutes, Piedad, m’a-t-il dit entre deux quintes : les proverbes et les boléros mentent toujours. Même s’ils le font par charité. Puis il a souri comme s’il s’agissait d’une bonne blague qu’il était le seul à comprendre, et je dois reconnaître que ça m’a un peu contrariée parce qu’après tant d’années de mariage Benito était censé savoir que les proverbes et les boléros étaient tout ce qui me restait de papa et maman. Ça, l’entreprise et les terres en Andalousie, même si ça faisait des années que je n’y avais pas mis les pieds et que je laissais Benito s’en charger.
Mais on ne peut pas se fâcher contre son mari quand il crache du sang et qu’on vient de l’extraire d’un amas de tôle froissée qui, quelques minutes plus tôt, était une BMW métallisée de série limitée. Ça m’a fait de la peine pour le pauvre Benito qui aimait tellement les voitures de luxe. Il prétendait que c’était bon pour l’image, qu’un PDG ne pouvait pas aller au travail dans la même voiture qu’un pouilleux de la comptabilité. Chaque fois qu’il disait ça, je me rappelais en silence l’un des dictons de papa : “L’argent est fait pour être dépensé, et la femme pour être touchée.” Le fait est que Benito ne m’avait pas touchée depuis longtemps, mais l’entreprise l’accaparait tellement que le pauvre était presque à bout de forces et qu’il aurait été égoïste de ma part de le lui reprocher.Benito mourait. Il y a un mois, Benito mourait près de l’épave de sa BMW encastrée dans un mur, entouré de gardes civils, de médecins du Samu et de badauds qui prenaient des photos avec leur portable.
J’ai approché mes lèvres de son oreille et je lui ai chanté, très émue :

Espérame en el cielo, corazón,
si es que te vas primero*...

Benito a voulu dire quelque chose mais ses mots sont restés captifs d’une bulle de sang sortie de sa bouche, ce qui fait que je ne serai fixée que lorsque nous nous retrouverons dans l’au-delà. Sur le coup, j’ai eu l’impression qu’il disait :
— Même pas en rêve.
Mais je me suis sûrement trompée.

[* Attends-moi au ciel, mon cœur, / si tu t’en vas d’abord...]
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          180
BazartBazart   05 décembre 2017
C'est curieux mais elle me manque. Depuis le jour où sa voix a commencé à résonner, forte et claire, après la mort de Toby, L'autre a été une compagne encombrante certes, mais une compagne tout de même. Et maintenant qu'elle est retranchée dans un silence coupable à la suite de ses révélations, j'ai besoin de son timbre cynique et tranchant.
Commenter  J’apprécie          160
marina53marina53   30 avril 2019
Je ne vois que des gens impatients ou qui tentent de dissimuler leur appréhension : (…) des filles et des garçons qui marchent la tête baissée, comme des pénitents, alors qu'en réalité ils rendent un culte à la communication instantanée sur leur portable.
Commenter  J’apprécie          210
marina53marina53   30 avril 2019
Même les oiseaux les plus braves peuvent voler vers le ciel trompeur...(...) Quand ils sont sur la terre, ils sont maladroits, ridicules, même. Mais quand ils volent, quand ils volent, alors on pourrait croire que Dieu existe.
Commenter  J’apprécie          170
marina53marina53   29 avril 2019
Il faut que je demande au père César si un paradis fiscal est l’endroit où vont les chefs d’entreprise catholiques quand ils meurent.
Commenter  J’apprécie          251

Videos de Carlos Salem (53) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Carlos Salem
"1692. Salem, État du Massachusetts aux États-Unis. Accusées de pratiques magiques, de nombreuses personnes sont alors mises à mort. Innocentes ou coupables ? Qui méritait réellement la potence ? de nos jours, alors que Max évite de peu la mort, la voilà sous l'emprise de songes qui semblent tous venir d'une époque lointaine où la sorcellerie et les démons hantaient l'imaginaire du commun des mortels. Quel lien peut alors unir Max à un procès vieux de plusieurs siècles ?"
Sortie le 10 novembre 2015 aux Éditions Plume Blanche Musique crée et composée par Rémi Said pour les éditions Plume Blanche
+ Lire la suite
autres livres classés : espagneVoir plus
Notre sélection Polar et thriller Voir plus





Quiz Voir plus

Retrouvez le bon adjectif dans le titre - (6 - polars et thrillers )

Roger-Jon Ellory : " **** le silence"

seul
profond
terrible
intense

20 questions
2500 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature , thriller , romans policiers et polarsCréer un quiz sur ce livre