AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Danielle Schramm (Traducteur)
ISBN : 2742792465
Éditeur : Actes Sud (06/10/2010)

Note moyenne : 3.76/5 (sur 153 notes)
Résumé :
Juanito Pérez Pérez, bientôt quadragénaire, timide et divorcé, est cadre supérieur dans une multinationale. Mais il est aussi Numéro Trois, un redoutable tueur à gages qui ne s'est jamais posé de questions sur son métier. Jusqu'à ce jour. Au cours des premières vacances qu'il passe seul avec ses enfants, il devra remplir un contrat de dernière minute : surveiller une future victime dans un camping de nudistes sur la côte sud de l'Espagne. Là, Juanito/Numéro Trois va... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacCulturaLeslibraires.frMomox
Critiques, Analyses et Avis (53) Voir plus Ajouter une critique
marina53
  22 juillet 2013
Juanito Pérez Pérez, quadra timide, divorcé, père de deux enfants, est un homme somme toute banal lorsqu'on le croise dans la rue. Parce qu'il est ce qu'il veut bien montrer... Il est cadre dans une multinationale qui vend des couches ou des compresses pour les hôpitaux, pas très glamour tout ça aux yeux de sa femme, Leticia!... du moins en apparence... Parce que derrière ce masque se cache Numéro Trois, un grand tueur à gages dont la réputation n'est plus à faire au sein de l'Entreprise qui l'emploie. A la fin d'une mission, il a pris la décision de s'arrêter un mois, histoire de se prélasser au soleil avec ses enfants. Mais voilà qu'au moment du départ, Numéro Deux l'afflige d'un nouveau contrat: surveiller la propriétaire de la voiture dont le numéro d'immatriculation n'est autre que celui de sa femme. Hasard ou coïncidence? Numéro Trois n'a pas d'autre choix que de changer la destination de ses vacances. Ainsi, il se retrouve dans un camp de nudistes! Ayant repéré la voiture en question qui n'appartient finalement plus à sa femme qui l'a vendue, quelle n'est pas sa surprise de découvrir que celle-ci appartient désormais à son ami d'enfance qu'il a blessé à deux reprises, croyant le sauver. le voilà donc coincé dans ce camping, entouré de ses enfants, de son ex-femme qui se pavane nue avec son nouveau petit ami qui n'est autre que le fameux juge Beltràn que Juanito vénère... A lui maintenant de découvrir qui est vraiment cette personne qu'il doit surveiller....
Au propre comme au figuré, notre héros va devoir se mettre à nu dans sa mission. Puisqu'il en va de la vie de sa famille et de ses proches, il va devoir se montrer plus malin que les autres et savoir déjouer avant tout le monde ce qui se trame. Ce polar fantaisiste et subtil, avec pour lieu de décor un camp de nudiste, s'avère d'autant plus efficace que la plume et l'imagination de Carlos Salem sont tout simplement redoutables. D'une écriture simple et sagace, l'auteur a su planter son décor minutieusement, laissant au lecteur une sensation très agréable au fil des pages. Plein d'humanité, d'esprit et de rebondissements en tout genre, ce polar allie parfaitement détente et vraies réflexions sur la vie et les apparences, souvent bien trompeuses.
Nager sans se mouiller... j'enfile un maillot et j'arrive!
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          5717
nameless
  10 septembre 2017
Pour son épouse et ses enfants, Juan est un cadre banal, vendeur d'articles paramédicaux. Sans ambition, falot, sa femme se lasse de cet homme au charisme d'huître et au regard de poisson, et le quitte. Tous ignorent que sous son aspect inoffensif se cache Numéro 3, tueur à gages au palmarès exceptionnel, travaillant pour l'Entreprise. Aveuglément, il remplit des contrats contre de confortables dédommagements financiers.
Pour les vacances, Leticia, pressée d'aller folâtrer sexuellement avec son nouvel amant, impose à Juan de respecter son droit de garde sur leurs enfants en les prenant en charge. Malheureusement, au moment du départ, Juan ne peut se soustraire au diktat de Numéro 2 qui lui impose d'aller exécuter une cible dans un camping naturiste. C'est donc au milieu des nudistes que Juan et ses gosses s'installent pour un séjour mouvementé.
C'est à partir de ce moment-là que tout part en vrille. L'auteur ne lésine pas sur les coïncidences, rendant le lecteur complice et ravi de son effronterie : dans le camping, Juan retrouve avec surprise, dans une tente voisine de la sienne, Leticia accompagnée par un juge, un copain d'enfance borgne et unijambiste, un ancien flic, et même Andrea Camilleri à qui Carlos Salem rend un hommage touchant en lui attribuant le rôle d'une sorte de sage-philosophe. Il faut compter aussi avec Yolanda, une belle serveuse dont il tombe amoureux. Et voilà le papa-poule-tueur-à-gages embarqué dans des aventures loufoques et délirantes, nu comme un ver, encombré de ses réactions physiologiques lorsqu'il croise de jolies femmes, et bien embêté, car démuni de poches pour transporter son arme. Le nombre de cibles potentielles perturbe la boussole tueuse de Juan. Et si lui-même était la cible ?
A la fin des vacances, Juan sera bien obligé de nager en se mouillant, de faire des choix.
Dans un malicieux clin d'oeil qu'il s'adresse à lui-même dans l'épilogue, Carlos Salem se décrit comme un auteur extravagant, ce que je suis en mesure de confirmer après la lecture de Nager sans se mouiller, roman original, farfelu, drôle, brillant, intelligent.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          533
latina
  02 décembre 2017
« Il vous reste encore des moments à lire. Ne laissez personne vous en priver »
Les moments de Juan Pérez Pérez, je viens de les lire, et ma foi, je suis contente d'en être débarrassée. Pas que c'était horrible, mais je me suis passablement ennuyée.
Pourtant, les premières pages m'avaient fait rire, oui, rire ! Chaque phrase est une surprise, et pleine d'humour noir. Mais après, l'ennui m'a gagnée, ennui mêlé à une perplexité de plus en plus grande.
Je m'explique.
Juan (Juanito pour les intimes, mais il déteste qu'on l'appelle comme cela) fait partie de l'Entreprise, càd qu'il est tout simplement tueur à gages. C'est un tireur exceptionnel, d'ailleurs. « On » l'envoie dans un camping de naturistes, en Murcie, afin de surveiller un futur « colis ». Flanqué de ses enfants, (bizarre qu'on l'ait chargé d'une mission alors qu'il est normalement en vacances avec eux), il tombe sur son ex-femme et son amant, un juge renommé, voisins de sa tente. Il y rencontre aussi son plus grand ami qu'il n'a plus croisé depuis des années, en compagnie d'une bombe sexuelle aux seins refaits. Et puis il y a Yolanda...la belle, la savoureuse, la tendre, la passionnée Yolanda... N'oublions pas le maître-nageur Sven, ainsi que – surtout – Camilleri, un vieil écrivain aux sages paroles. Tout ce petit monde se croise, tout nu comme il se doit, a des relations sexuelles en veux-tu en voilà, et finalement, Juan les soupçonne tous. Qui sont-ils vraiment ? Que vient-il faire dans ce camping aux coïncidences troublantes ?
Si les premières pages, comme je l'ai dit plus haut, promettaient nombre de rebondissements, je dois dire que le soufflé est vite retombé. Juan n'arrête pas de se poser des tonnes de questions, de songer à son passé avec mélancolie, à son présent avec beaucoup d'incertitudes. Finalement, après quelques jours de défiance et d'indécision, mâtinés de sexe à tout-va, quelque chose se passe, et là, c'est la grosse artillerie à la James Bond.
Bref, si je reconnais à Carlos Salem une qualité de style indéniable (il écrit très très bien !), je n'ai pas tellement adhéré à son concept de polar un peu fou, fantaisiste en tout cas.
Il faut dire que les polars ne provoquent jamais beaucoup d'enthousiasme chez moi, et si j'en lis certains, c'est parce que d'autres lecteurs les disent originaux. Je veux bien croire que ce n'est pas du tout un polar classique, ça oui. Mais le côté déjanté du début m'avait par trop émoustillée et ma déception a été à la mesure de ce plaisir des premières pages.
En conclusion, il me reste beaucoup de moments à lire. Je ne laisserai personne m'en priver.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          474
koalas
  27 juin 2016
Juanito la petite quarantaine, divorcé a un job de cadre pas bien palpitant dans une entreprise de papier toilettes mais c'est une couverture hygiénique...parce qu'il bosse incognito comme Numéro 3 pour l'Entreprise de liquidation à domicile. Son poste : Tueur à gage. Divorcé de fraîche date, il doit parfois s'occuper de sa progéniture, cela tombe bien, Numéro 2 lui a réservé pour les vacances en famille une place dans un camping... nudiste. Un contrat à la clé, filer le propriétaire d'une la voiture qui porte à sa stupéfaction un numéro de plaque d'immatriculation ...qui lui est familier voir familial.
L'intrigue rocambolesque sans dessus dessous est menée par un Carlos Salem en pleine verve désopilante
Les personnages exotiques et décalés - un pote qui a tout d'un pirate , une ex et des ex blondes girls, un juge vénérable géné, , un ours mal leché, un inspecteur à coté de ses pompes et une araignée exotique qui tisse sa toile et...pique - défilent sans temps mort mais pas sans quelques cadavres. Les rencontres dénudées sont électriques et font parfois court jus..au grand dam de Juanito.
Les dialogues fusent ainsi que les quiproquos et situations absurdes et gênantes pour le héros et ses parties intimes - qu'il a d'abord du mal à sortir de son slip de bain kangourou.
Juanito maîtrise son art presque sur le bout des doigts grâce sa partition apprise par un défunt maître dans l'art de la liquidation avec armes mais sans état d'âmes : on ne peut pas nager sans se mouiller.
C'est déjanté mais l'histoire bien campée dans un camping de nudistes tient la route.
Carlos Salem ose sans rougir mettre ses ouailles dans des situations les plus improbables face à leurs plus simples appareils...et évite par son style tout en finesse, son scénario rocambolesque son humour noir l'écueil de la lourdeur.
Poilade garantie pour un polar à poil.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          460
torrac
  28 juin 2016
T'es un mec pas mal, pas con non plus , c'est donc normal que tu te maques avec une gonzesse canon et pas conne non plus. Tu ramènes pas mal de pognon, tu lui fais deux gosses: tout devrait être parfait mais ta gonzesse, elle commence à en avoir ras les seins de ton coté has been, de ta moustache ringarde, de ton dos vouté; en plus t'es jamais là et elle en a marre de dire à ses cops que t'es cadre sup dans une boite qui vend des couches culottes et que c'est pour ça que tu découches souvent. Alors, elle se casse, puis elle trouve un autre mec, un vrai cette fois çi: grand juge renommé anti corruption, anti mafia.
Toi, t'as l'air vraiment con mais tu peux quand même pas lui dire que tu es le "numéro trois" d'une grande entreprise de tueur à gages, que t'as 15 macchabées à ton actif et ton air con et ta vue basse, c'est ta meilleure protection.
Quand elle te refile les mômes, pour les grandes vacances, afin de pouvoir roucouler peinarde avec son juge, t'en profites pour les amener camper, t'as prévu un petit coin tranquille mais ton "numéro deux" change tes plans: il t'as réservé un emplacement dans un autre camping et tu dois surveiller le proprietaire d'une bagnole . Il te donne l'immat mais y'a un blème: c'est l'immat de ta propre tire que t'as donne à ton ex.
Et tu te retrouves dans un camping naturiste sur un emplacement jouxtant celui de ton ex et de son juge et tu retrouves ton vieux pote que t'as rendu borgne et estropié et tu rencontres une superbe serveuse qui te promet pas que de la sangria, puis y'a un autre tueur de ton entreprise "numèro 13", pis y'a une superbe blonde genre iceberg, puis un suédois genre swarzy pis y'a des morts.... et t'es pas dans la merde!
Deuxième roman de Carlos Salem qui confirme son immense talent: intrigue noire, complexe mais fluide et un humour noir décapant.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          440
Citations et extraits (31) Voir plus Ajouter une citation
kuroinekokuroineko   11 octobre 2018
J'ai fini par choisir un livre intitulé Aller simple, premier roman de Carlos Salem, auteur inconnu et extravagant à en croire la quatrième de couverture. Au moins ce type n'était pas un présentateur télé, ni un homme politique se prenant pour un romancier, ni une pétasse prête à raconter ses pipes people comme s'il s'agissait de prouesses.
Commenter  J’apprécie          140
le-mange-livresle-mange-livres   05 mai 2012
Toi, tu aimes nager mais pas de mouiller, me disait toujours le vieux numéro Trois. Tant que ça fonctionne, mon gars, il n'y a pas de problème. Le problème c'est qu'un jour ça risque de ne plus marcher, et il faudra t'assumer, te demander qui tu es. Personne n'y échappe. Pour l'instant tu joues le père de famille timide, tu te laisses emmerder par ta femme, mais tu sais qui tu es ... même si tu ne veux pas le savoir. Parce que les balles, elles, le savent.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          90
kuroinekokuroineko   11 octobre 2018
Quand on passe sa vie à lire, on finit par croire que la vie est un livre, qu'on peut revenir en arrière si l'on perd le fil de l'histoire. Mais ce n'est pas comme ça. La vie, notre propre vie, on ne peut la lire qu'une fois, tout en avançant. Et connaissez-vous quelque chose de plus difficile que de lire en marchant?
Commenter  J’apprécie          110
marina53marina53   22 juillet 2013
Celui qui dit que la peau n'a pas de mémoire ment ou n'a jamais été amoureux. Les corps n'oublient jamais. L'esprit, oui.
Commenter  J’apprécie          310
moustafettemoustafette   11 novembre 2011
Quand on passe sa vie à lire, on finit par croire que la vie est un livre, qu'on peut revenir en arrière si l'on perd le fil de l'histoire. Mais ce n'est pas comme ça. La vie, notre propre vie, on ne peut la lire qu'une fois, tout en avançant. Et connaissez-vous quelque chose de plus difficile que de lire en marchant ?
Commenter  J’apprécie          90
Videos de Carlos Salem (56) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Carlos Salem
Diego Ojeda & Carlos Salem el 05/09/2015 en Galileo Galilei - Por culpa de la poesía
autres livres classés : naturistesVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacCulturaLeslibraires.frMomox





Quiz Voir plus

Compléter les titres

Orgueil et ..., de Jane Austen ?

Modestie
Vantardise
Innocence
Préjugé

10 questions
14368 lecteurs ont répondu
Thèmes : humourCréer un quiz sur ce livre
.. ..