AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet

Stéphanie Estournet (Traducteur)Sean Seago (Traducteur)
EAN : 9782070316755
288 pages
Gallimard (31/08/2006)
3.71/5   60 notes
Résumé :
En quittant Memphis pour une petite ville isolée du Tennessee, le flic Turner croit avoir tourné la page d'un passé trop lourd à porter. Certes, les habitants regardent d'un drôle d'oeil l'arrivée de ce solitaire, mais Turner n'a que faire des qu'en-dira-t-on qui semblent le poursuivre depuis toujours...
Malheureusement, les vieux démons ne tardent pas à resurgir quand le shérif du coin lui demande son aide sur une affaire de meurtre : un jeune vagabond qui z... >Voir plus
Que lire après Bois mortVoir plus
Critiques, Analyses et Avis (17) Voir plus Ajouter une critique
3,71

sur 60 notes
5
5 avis
4
7 avis
3
5 avis
2
0 avis
1
0 avis
M'dames et m'sieurs voulez-vous écouter l'histoire de Jeremiah Johnson...
oups pardon je me suis trompée.
M'dames et m'sieurs êtes vous prêt à écouter l'histoire de John Turner.
Il n'est pas trappeur, ni ne vit dans les montagnes rocheuses,
lui, est une capitale de la douleur et vit dans le Tennessee.

Prenez une chaise, la meilleure, ou un rock in chair
et laissez vous bercez par un air
un air de country, de blue grass ou de western swing.
Et cherchez l'accord, l'accord parfait
cherchez encore et vous trouverez l'accord ouvert,
le SAWMILL.

Impardonnable de ne pas avoir ouvert avant une livre de James Sallis!
C'est beau, c'est noir, c'est la vie.
La vraie vie, celle qui fait mal
celle qui fait du bien aussi!

Waouh, quelle lecture!
Incroyable comme ce roman m'a submergé:
Bois mort bois vert,
suis devenue un bois flotté,
dérivant dans des courants contraires,
naviguant entre deux états,
glissant d'un monde à l'autre...

Une Amérique passée au scalpel,
L'âme humaine disséquée.

Grâce au talent et à la sensibilité de James Sallis, je suis tombée en totale empathie avec son antihéros, John Turner: vétéran du Viêt Nam, ancien flic, ex taulard et thérapeute, consultant en devenir auprès du sherif Bates... dans une petite bourgade rurale à quelques heures de Memphis.

Turner, un naufragé qui refait surface, réfugié dans une cabane près d'un lac, loin de toute agitation, dont la seule activité sociale est à présent de partager le silence avec un vieil homme, le seul proche voisin, sous un magnifique pacanier farci d'écureuils.
Mais cette retraite solitaire va être vite rompue car dans le bourg d'à côté la mise en scène de la mort d'un jeune marginal va donner du fil à retordre et, la bobine est exceptionnelle, le lecteur l'apprendra! Vu ses qualifications, le shérif du coin vient lui demander de l'aide...

L'enquête matérielle et physique se double vite d'une enquête existentielle qui se matérialise dans l'écriture par une alternance à chaque chapitre entre présent et passé ainsi, peu à peu, comme le fait John Turner avec les gens, nous le saisissons de l'intérieur.

Un coup de coeur pour John Turner
Un coup de chapeau pour James Sallis

Un roman noir réaliste très émouvant et poétique.

Premier volet d'une trilogie, j'ai hâte de découvrir la suite.
Commenter  J’apprécie          822
Dans sa critique une lectrice dit : " c'est écrit simplement ".
Tellement simplement que je me suis salement ennuyée, soir après soir.
Cela ressemblait à ces rendez-vous que vous avez accepté à contre coeur pour ne pas blesser. Un, deux, trois soirs... Hier j'ai dit Stop ! Je n'en peux plus ! Ma PAL est immense et je me tape ce bouquin ? Ma pauvre, mais t'es maso ou quoi ?
Surtout que j'avais encore en tête ce passage d'anthologie : "Savez- vous ce que c'est qu'une truffe, monsieur Turner .
- Plus ou moins, je pense.
- C'est un tubercule. ça pousse sous terre, sur les racines d'arbres qui ont passé des années à se faire une place, à lutter, à s'ouvrir un chemin jusqu'à la lumière. le tubercule profite de l'arbre et ne donne rien en retour.
- D'accord.
- Émily est une truffe."

Je crois bien qu'Émily n'est pas la seule.
Commenter  J’apprécie          290
.

SERIAL LECTORS AIMEZ-VOUS LES UNS LES AUTRES LE CHIFFRE TROIS ?

Trois, pour trilogie. Mot magique. Vous connaissez la chanson ?
Pour ne pas faillir à la règle, celle-ci est assez sublime.

James Sallis nous sort trois petits titres. Comme un testament. Cyprès chauve et Noms de rivières. Trois titres qui baignent dans ses reflexions sur la vie. Comme s'il était sur sa fin.

James-Sallis nous fait une Valse (Triste) en trois temps. Trois minutes Fruits of the Gloom.
Presque du Sibelius, mais pas transcription Cziffra, ni Bernstein ni (moins mieux) André Rieu.
Plutôt Willie Nelson, Always on my Grind, co-chanté avec J.J. Cale. Vous voyez l'ambiance.

James-Sallis aurait pu n'en faire qu'un, un gros bouquin. Il nous en fait trois. Qui vont en rétrécissant, pas plus rapides à lire. Cela prend autant de temps qu'il faut prendre comme notre cher Turner, et tourner lentement les pages.

Réservez vous un long Week-End tranquille. Soyez prêt(e) à sussoter du Bulleit, de préférence le 10 ans, bourbon de seigle, rondeur, longueur, fumé, le Kentucky. Ce n'est pas loin du Tennessee. En l'allongeant il le tiendra, un flacon vous conviendra .

Vous en ressortez un peu déboussolé de cette mise en parenthèse après avoir partagé son passé, ses femmes, ses amitiés, son pas d'éternité.

Mais quel plaisir.



.




Commenter  J’apprécie          207
J'ai lu ce livre sur les conseils de fx131 et franchement je n'ai aucun regret bien au contraire...

C'est écrit simplement, mais de façon très juste. 2 histoires se mèlent : le meurtre et l'histoire de Turner ancien flic et tolard.

C'est le style de bouquin une fois que tu le commences, tu as du mal a t'arreter et si tu essaies tu es irrémédiablement attirée par le livre pour le finir... je lirais bien évidemment beaucoup d'autres oeuvres de cet auteur
Commenter  J’apprécie          220
J'ai pas eu facile en écoutant ce livre de me concentrer sur cet assemblage de chapitres à différentes époques, flic avant ou après son erreur qui lui a coûté la prison, puis adopté par le shérif Lonnie qui gère avec une belle maturité son conté, les collègues et cette petite enquête sur le ciné hard.

Mais j'ai aimé l'humour cool que met James Sallis dans son écriture.
Commenter  J’apprécie          220

Citations et extraits (7) Voir plus Ajouter une citation
- D'ailleurs, t'es d'où, Turner? Un monde tellement éloigné qu'il nous faut un putain de télescope pour le voir. Ton paternel allait bosser tous les matins avec une chemise blanche infroissable?
- En fait, la plus grande partie de sa vie, pendant près de quarante ans - jusqu'à ce que ça ferme -, il a travaillé à la scierie du coin. Après ça, il a plus fait grand-chose, pas même se lever de la table de la cuisine. Les vieux joueurs de banjo utilisaient un accord ouvert qu'ils appelaient sawmill*. Parce que c'est là qu'ils bossaient tous, dans des scieries, et qu'il y en avait tellement qui avaient perdu des doigts. Avec l'accord ouvert sawmill, on peut presque tout jouer avec un doigt ou deux.

*sawmill: scierie
Commenter  J’apprécie          601
...
Réfléchis-y. C’est une raison qui en vaut bien d’autres. Je me suis dit qu’un homme qui vénérait George Jones (*) devait avoir quelque chose de spécial. L’homme que tu aimes va perdre son travail et tout intérêt pour toi, grossir et péter sur le canapé. Ces cassettes-là seront toujours là, toujours pareilles, ce vieux George qui déverse son cœur dans chaque note. On a toujours l’impression qu’il se fait violence, qu’il expulse les notes à travers une espèce d’obstruction émotionnelle ou physique. Sa voix qui trébuche, qui se tapit et bondit, toujours aux limites de ce qu’une voix doit être, de ce qu’un homme peut ressentir.
...







(*) ou Willie Nelson, ou Bill Staines et Quelques Autres
Commenter  J’apprécie          118
Savez- vous ce que c'est qu'une truffe, monsieur Turner ?
- Plus ou moins, je pense.
- C'est un tubercule. ça pousse sous terre, sur les racines d'arbres qui ont passé des années à se faire une place, à lutter, à s'ouvrir un chemin jusqu'à la lumière. Le tubercule profite de l'arbre et ne donne rien en retour.
- D'accord.
- Emily est une truffe.
Commenter  J’apprécie          192
- Je ne me suis jamais senti chez moi, je n'ai jamais trouvé ma place nulle part. C'est comme quand vous utilisez une clé mal ajustée, le mauvais tournevis. Ca va à peu près, ça fait le boulot. Mais ça rend les choses plus difficiles pour la fois suivante. Le pas de vis est abîmé, la tête de vis est complètement niquée.
Commenter  J’apprécie          100
"La vie, a dit quelqu'un, c'est ce qui vous arrive pendant que vous attendez que d'autres choses arrivent, qui, elles, n'arriveront jamais"
Commenter  J’apprécie          220

Videos de James Sallis (15) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de James Sallis
Dans cet épisode, c'est Annaïk, libraire au rayon polar de Dialogues, qui nous partage ses coups de coeur du moment.
Bibliographie :
- Les Survivants de Jane Harper (éd. Calmann-Lévy) https://www.librairiedialogues.fr/livre/18784055-les-survivants-jane-harper-calmann-levy
- Trompe-l'oeil d'Anne Mette Hancock (éd. Albin Michel) https://www.librairiedialogues.fr/livre/19502072-trompe-l-il-roman-anne-mette-hancock-albin-michel
- Sarah Jane de James Sallis (éd. Rivages) https://www.librairiedialogues.fr/livre/18909747-sarah-jane-james-sallis-rivages
- La Consule assassinée de Pierre Pouchairet (éd. Filatures) https://www.librairiedialogues.fr/livre/19623734-la-consule-assassinee-pierre-pouchairet-filatures
- L'Espion français de Cédric Bannel (éd. Robert Laffont) https://www.librairiedialogues.fr/livre/18782115-l-espion-francais-cedric-bannel-robert-laffont
+ Lire la suite
autres livres classés : romans policiers et polarsVoir plus
Les plus populaires : Polar et thriller Voir plus


Lecteurs (163) Voir plus



Quiz Voir plus

Retrouvez le bon adjectif dans le titre - (6 - polars et thrillers )

Roger-Jon Ellory : " **** le silence"

seul
profond
terrible
intense

20 questions
2883 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature , thriller , romans policiers et polarsCréer un quiz sur ce livre

{* *} .._..