AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Jeanne Guyon (Traducteur)Patrick Raynal (Traducteur)
EAN : 9782070439430
256 pages
Éditeur : Gallimard (14/10/2010)

Note moyenne : 3.7/5 (sur 33 notes)
Résumé :
A La Nouvelle-Orléans, on peut se réveiller dans un hôpital et y être comme dans une prison. On peut être payé par des militants pour les droits civiques pour retrouver une jeune femme jamais descendue d'un avion, enquêter sur la disparition d'une gamine parfaite puis, dans la foulée, devenir l'écrivain de sa propre vie. Lew Griffin, privé black, ancien soldat discrètement remercié, amant d'une prostituée de grande classe, est un solitaire épris de justice. Compassi... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (8) Voir plus Ajouter une critique
lyoko
  01 mai 2018
James Sallis est un auteur que j'aime beaucoup, je me suis enfin décidée a lire son premier roman.
On retrouve un détective privé noir pendant 4 périodes phares de sa vie qui s'étale sur 26 ans. Ce roman est très pessimiste et un peu trop stéréotypé a mon goût. Néanmoins au fond du tunnel il reste une petite lueur d'espoir.
Je reste réservée sur cet écrit qui est assez noir (sans vilain jeu de mot pour ceux qui l'ont déjà lu !). Je n'ai pas été envoutée par la plume de Sallis comme je l'ai déjà été jadis.
Je le garde néanmoins comme un auteur de polar très bon, avec sa façon de faire et d'écrire. Ses personnages sont plutôt taciturnes et solitaires. On le retrouve ici également. Mais je n'ai pas eu cette affinité que j'avais eu avec Turner.
Commenter  J’apprécie          630
Sharon
  02 janvier 2016
Ce que j'apprécie dans l'oeuvre de James Sallis (oui, je parle d'oeuvre, et non simplement de romans), c'est que l'auteur a vraiment conçu les romans qui mettent en scène Lew Griffin comme un ensemble, et non comme un empilement de romans, utilisant le privé/garde du corps/romancier comme personnage principal.
Lew n'est plus le jeune homme bagarreur du Frelon noir, mais un romancier, un enseignant qui aime la littérature française et transmet sa passion à ses étudiants. Il est surtout un homme, avec un passé qu'il assume, des erreurs qu'il a commise, comme celle de perdre La Verne, qui fut l'amour de sa vie. Elle est morte, et ceux qui l'ont aimé la pleurent. Si nous étions dans un mélo, elle emporterait son secret dans sa tombe. Ce livre se veut au plus près du réel, et le lecteur découvre, comme Lew, qu'elle a eu une fille, Alouette. Pas de mélo, vous dis-je, mais la stricte réalité : avec beaucoup d'argent et d'avocat, on peut séparer définitivement une mère de son enfant. Et son cas ne semble pas isolé. Pas de leçon de morale non plus, juste, en filigrane, le fait que l'argent ne fait pas tout et que personne ne peut décider pour quelqu'un ce qui est bien, ou pas. Et Alouette de disparaître, laissant derrière elle un bébé prématuré. J'oubliai : Alouette est une junkie, et son bébé n'est qu'un enfant de plus dans ce qui devrait être un service de grand prématuré, mais se révèle être un mouroir pour ces bébés littéralement abandonnés par leurs parents.
Il en faut du talent pour ne pas verser dans la sensiblerie, dans la leçon de morale. James Sallis nous montre des parents dépassés, des enfants à la dérive, des couples qui ne savent pas ce qu'ils veulent et qui se rendent compte trop tard qu'ils ont fait les mauvais choix. La misère, qui n'est pas seulement matérielle, n'est jamais très loin, et Lew, qui n'hésite jamais à payer de sa personne, ne dira pas le contraire.
Après cette seconde lecture, je reste persuadée que James Sallis est un auteur à découvrir absolument.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
zembla
  01 juin 2014
Roman noir découpé en quatre histoires se passant a quatre époque différentes. le héros, Lew Griffin, est un privé noir dans une Amérique ségrégationniste dont le but est de réussir a se sortir vivant de ses enquêtes. Des enquêtes qui ont pour toile de fond la violence, la prostitution, l'alcool, la drogue et une ville sombre et glauque. Dans la première histoire on voit Lew Griffin enquêter en 1964 sur la disparition d'une jeune femme des droits civiques a la sortie de son avion où elle devait participer a un meeting. Dans la deuxième qui se passe en 1970 on retrouve un Lew Griffin qui est chargé par les parents d'une jeune fille modèle de 16 ans de retrouver sa trace. Dans la troisième on fait un bond dans le temps puisque ce n'est qu'en 1984 que l'on retrouve notre détective et le moins que l'on puisse dire c'est dans un état pitoyable qu'on le retrouve, interné a l'hôpital pour avoir trop consommé de drogue et d'alcool. Mais c'est aussi un Lew Griffin qui tel un phoenix va renaitre de ses cendres en changeant de profession pour devenir recouvreur de fond et qui va tomber amoureux . Dans la quatrième en 1990 c'est un Lew Griffin assagi devenu écrivain de polar et professeur de français que l'on découvre mais qui doit faire face a une tragédie personnel puisqu'il doit enquêter sur la disparition de son propre fils.
Un polar sombre très intéressant a lire. Pas pour les enquêtes menées par Lew Griffin qui, si elles sont très agréables a lire, restent très classiques. L'intérêt principal réside dans la capacité de l'auteur a restituer une atmosphère très sombre et une époque compliquée pour les noirs dans cette Amérique inégalitaire. Il nous plonge dans un univers glauque où pour vivre on n'hésite pas a écraser ou a utiliser son prochain pour s'enrichir ou pour simplement survivre. le deuxième grand intérêt du livre est le personnage principal de Lew Griffin, cet enquêteur solitaire que l'on voit évoluer au fil de la lecture et de ses aventures. Et cerise sur le gâteau, c'est très bien écrit. Ma note 8/10.
Lien : http://desgoutsetdeslivres.o..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
Lve
  15 juillet 2020
C'est une relecture de l'oeuvre de James Sallis que j'entame.
Je n'avais pas fini la série de Lew Griffin.
Autant repartir de zéro. Et quel plaisir de retrouver la plume de Sallis.
J'aime vraiment cet auteur pour sa plume, pour la galerie de ses personnages et cette vision du monde, peuplée de noirceurs mais aussi d'espoirs.
Un excellent recueil de nouvelles s'étalant sur 26 ans. 4 nouvelles qui posent les bases des personnages de la série Lew Griffin.
Commenter  J’apprécie          30
Nanne
  17 juin 2011
S'il existe une ville où les cafards sont presque aussi nombreux que les crimes crapuleux, ou inversement, c'est bien La Nouvelle-Orléans. Et ce n'est pas Lewis Griffin qui dira le contraire ! Détective privé noir, Lew surnage dans un univers glauque, pesant, désespéré, d'une cruauté sans fin et sans fond. Il en a fait son fonds de commerce. Lew ne court après l'argent. Il n'aspire à une seule chose : tout faire pour rester en vie le plus longtemps possible, entre alcool, drogue et règlements de compte. Et dans une cité comme La Nouvelle-Orléans, ce n'est pas une sinécure !
Une première fois, Lew Griffin avait été contacté par deux membres actifs des droits civiques pour les Noirs, « La main noire » proche du mouvement Black Panthers, pour rechercher Corene Davis, militante engagée, mystérieusement disparue. Elle devait faire une conférence à La Nouvelle-Orléans, était bien montée dans l'avion de New York, mais n'en n'était jamais descendue. Les deux membres avaient chargé Lew Griffin de la retrouver. Pensez d'une guigne !
Lien : http://dunlivrelautredenanne..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40

Citations et extraits (3) Ajouter une citation
NanneNanne   17 juin 2011
Dans une ville déjà réputée pour sa violence, il fut un temps, qui dura certes longtemps, où la violence du Channel l’emportait sur tous les autres quartiers : les bars y avaient des noms évocateurs comme le Bain de Sang, les étrangers qui s’incrustaient malgré tout étaient accueillis à coups de briques et les flics s’y faisaient flinguer. A chaque fois qu’il pleuvait – c’est-à-dire presque tout le temps dans cette foutue ville de La Nouvelle-Orléans – la flotte en provenance du Garden District, au nord de la ville, ce qui explique sans doute le nom du quartier. Oubliez les Long et leurs magouilles politiques, oubliez la mafia, les pétroliers, l’Eglise ou la municipalité : à La Nouvelle-Orléans, les vrais patrons, c’est les cafards.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
NanneNanne   17 juin 2011
De deux choses l’une : ou nous n’existons qu’à travers les liens que nous réussissons à créer, ou alors nous nous en persuadons, pour réussir à les recréer. C’est ainsi que nous nous efforçons de ne pas simplement survivre, mais de nous trouver des raisons – l’amour par exemple – qui nous permettent de nous abuser, de nous donner l’illusion d’avoir choisi la survie.
Commenter  J’apprécie          20
cvd64cvd64   08 septembre 2018
Mon Dieu Lew. Tu es comme cet homme qui cherchait son chapeau et qui a pris le pot de chambre à la place. Et pour une raison quelconque, cette phrase m'a mis en joie.
Commenter  J’apprécie          20

Videos de James Sallis (14) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de James Sallis
À l'occasion du Quai du Polar 2019, rencontre avec James Sallis autour de son ouvrage "Willnot" aux éditions Rivages/noir.
Retrouvez le livre : https://www.mollat.com/livres/2284977/james-sallis-willnot
Notes de Musique : Bibliothèque Audio Youtube
Visitez le site : http://www.mollat.com/ Suivez la librairie mollat sur les réseaux sociaux : Facebook : https://www.facebook.com/Librairie.mollat?ref=ts Twitter : https://twitter.com/LibrairieMollat Instagram : https://instagram.com/librairie_mollat/ Dailymotion : http://www.dailymotion.com/user/Librairie_Mollat/1 Vimeo : https://vimeo.com/mollat Pinterest : https://www.pinterest.com/librairiemollat/ Tumblr : http://mollat-bordeaux.tumblr.com/ Soundcloud: https://soundcloud.com/librairie-mollat Blogs : http://blogs.mollat.com/
+ Lire la suite
autres livres classés : nouvelle-orléansVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Retrouvez le bon adjectif dans le titre - (6 - polars et thrillers )

Roger-Jon Ellory : " **** le silence"

seul
profond
terrible
intense

20 questions
2014 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature , thriller , romans policiers et polarsCréer un quiz sur ce livre