AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Dominique de Mestral (Illustrateur)
ISBN : 2253084379
Éditeur : Le Livre de Poche (09/01/2008)

Note moyenne : 3.64/5 (sur 174 notes)
Résumé :
" J'ai trouvé ces contes merveilleux de fraîcheur, d'émotion et de profondeur. Ils sont légers, stimulants et en les écoutant j'ai pensé à tel ou tel enfant en difficulté, et j'avais envie de raconter celui-ci ou cet autre qui semblait justement fait pour lui. C'est à leurs parents surtout que je souhaiterais offrir ces métaphores si claires qui leur ouvriraient le monde intérieur caché, intense et parfois douloureux de leur enfant. Je me suis reconnue dans plusieur... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (22) Voir plus Ajouter une critique
faery
  21 février 2010
Premier des livres sur les contes que Mr Salomé ait écrit, ce fut une révélation pour moi quand par hasard j'ai ouvert ce livre dans le magasin avant de l'acheter et que j'ai pu lire le conte sur les migraines. J'ai acheté ce livre, je l'ai lu, relu et je le relis encore souvent. Chacun des contes qu'il contient ne vous concernera pas personnellement, mais plusieurs le feront et plus profondément que ce que vous pouvez le croire. Ce livre remue votre enfant intérieur, il lui remémore son existence, son droit à s'exprimer et vous donnera les clefs pour soigner l'adulte que vous êtes aujourd'hui. Il vous aidera à décrypter certaines souffrances chez vos proches, chez des enfants et vous pourrez ainsi leur transmettre la sagesse de ces contes en leur prêtant le livre ou en leur lisant le conte approprié. A consommer sans modération.
Commenter  J’apprécie          90
Bluelune
  04 octobre 2014
Visiblement, c'est un live dont on parle notamment lorsque l'on lit certains sites sur le bien-être ou la psychologie. Donc, je me le suis procuré, je l'ai lu... je ne suis pas fan du tout.
Sur le moment, je me suis demandé ce qui avait fait le succès de ce livre. Avec le recul, je ne suis toujours pas persuadée d'autant que je ne garde le souvenir d'aucun de ces contes. Peut-être faudrait-il que je le relise pour mieux m'attarder sur l'aspect psychologique. Franchement, je n'en ai aucune envie d'autant que je suis persuadée que je vais m'ennuyer.
Et puis, un conte, par définition, pour moi, ça fait un peu rêver. Là, que nenni !
Si vous dites que ces contes ont un pouvoir guérisseur, je veux bien vous croire, mais visiblement, il n'agit pas sur moi. Je dois être immunisée !
Commenter  J’apprécie          60
Pirouette0001
  21 septembre 2013
Ce n'est vraiment pas le livre de Jacques Salomé que j'ai préféré. Ces contes sont bien au-dessous de ce qu'il nous a proposé dans d'autres ouvrages. A la longue, on a l'impression qu'il tire toujours sur les mêmes ficelles. Et ces contes me donnent l'impression qu'il sous-évalue ses lecteurs. Opinion très personnelle bien sûr.
Commenter  J’apprécie          90
lilicrapota
  21 octobre 2011
la principale difficulté du livre, c'est qu'on ne sait pas à qui il s'adresse (ce qui est le principe d'un conte, ça s'adresse à tout le monde). Mais là c'est trop difficile pour un enfant, décalé pour un ado et trop simple pour un adulte... N'empêche que c'est assez sympa, que chacun peut y retrouver un peu de sa vie là-dedans, qu'il y a des jeux de mots plutôt bien trouvés, même si la simplicité des images et surtout le fait que tout soit bien expliqué en long en large en travers de peur qu'on ne comprenne pas laisse un peu à désirer.
Le principe d'un conte, c'est de fonctionner par métaphores et libre à chacun ensuite d'interpréter à sa guise : là l'interprétation est déjà donnée, détaillée, le conte a été écrit dans un but bien précis (mais l'auteur ne s'en cache pas). Mais pourquoi pas, j'essaierai d'en lire un en classe, voir ce que ça donne...
Commenter  J’apprécie          30
Chantilly34
  11 mars 2016
Il est plutôt difficile de résumer ce livre car chaque conte tente de trouver un remède à un symptôme, ou comment parler de ses peurs, de ses angoisses, comment expliquer le divorce, la séparation, les maladies symptomatiques, comment trouver les mots pour dire ce que l'on ressent, la culpabilité, l'abandon, la vérité su nos origines.... Comment mettre des mots sur nos maux...
Ces petits contes qui s'adressent aux enfants comme aux adultes qu'ils sont devenus, permettent de dire et d'entendre l'indicible. Adorables, profonds, émouvants.... de belles leçons de vie.....
Commenter  J’apprécie          41
Citations et extraits (16) Voir plus Ajouter une citation
isabiblioisabiblio   09 mars 2010
Et d'ailleurs, ceux qui savaient laisser germer et laisser fleurir chacune de leurs moitiés de graine d'amour, avec intensité, avec passion, avec enthousiasme et respect, ceux-là découvraient plus tard qu'ils pouvaient à la fois s'aimer et aimer, aimer et être aimés. Ceux qui ne développaient qu'une moitié de graine, soit en s'aimant trop, soit en n'aimant que les autres, soit encore en n'aimant qu'une seule personne au monde, ceux-là avaient des mi-graines qui durcissaient, qui durcissaient tellement leur cœur… que parfois leur tête éclatait de douleur. Ah ! Vivre seulement avec une mi-graine d'amour, cela doit être terrible ! (extrait du conte des maux de tête).
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          580
SunySuny   15 mai 2011
Il [est] nécessaire, dans toute relation, d'oser se dire, de nommer ses sentiments, son vécu, ses émotions ou ses désirs, d'aller au-delà du silence des mots pour dépasser la violence des maux. (...) Toutes les maladies (mal-à-dit) sont des langages symboliques, avec lesquels une personne en difficulté de santé tente de dire ou de ne pas dire l'insupportable, l'indicible.
Commenter  J’apprécie          410
DanieljeanDanieljean   20 mars 2016
Dans ce pays là, que je connais bien pour l’avoir visité, tous les enfants naissaient avec une graine d’amour, qui ne pouvait germer que dans leur coeur.

Ce qu’il faut savoir c’est que cette graine avait une particularité… très originale en ce sens qu’elle était constituée de deux moitié de graines. Une moitié de graine d’amour pour soi et une moitié de graine d’amour pour autrui.

Vous allez tout de suite me dire: « Ce n’est pas juste, c’est disproportionné, ça ne peut pas marcher! Une moitié pour un, d’accord car il aut s’aimer. Mais une seule moitié de graine d’amour pour autrui, pour tous les autres, ah non alors! Cela va bien au début de la vie, quand un enfant n’as pas beaucoup de personnes à aimer, seulement sa mère, son père, un ou deux grands-parents…. Mais plus tard, vous y pensez, plus tard, quand devenu adulte chacun est susceptible d’aimer beaucoup de personnes, celà est déséquilibré. Une seule moitié de graine d’amour à partager entre tant d’amours… Cela est invivable! »

Oui, vous me diriez tout cela avec passion, mais c’était ainsi dans ce pays! Et d’ailleurs, ceux qui savaient laisser germer et laisser fleurir chacune de leurs moitiés de graine d’amour, avec intensité, avec passion, avec enthousiasme et respect, ceux-là découvraient plus tard qu’ils pouvaient à la fois s’aimer et aimer, aimer et être aimés.

Ceux qui ne développaient qu’une moitié de graine, soit en s’aimant trop, soit en n’aimant que les autres, soit en ne s’aimant pas ou en ayant peur d’aimer autrui, soit encore en n’aimant qu’une seule personne au monde, ceux-là n’avaient que des migraines qui durcissaient, qui durcissaient tellement leur coeur…. que parfois leur tête éclatait de douleur.

Ah! vivre seulement avec une mi-graine d’amour, cela doit être terrible! d’autant plus qu’il n’y a aucun remède à ces migraines et qu’elles sont susceptibles de durer des années.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
brigittelascombebrigittelascombe   07 juin 2012
Ma grand-mère disait:
-On ne voit ses problèmes qu'avec ses yeux.
Et comme elle inventait ses propres dictons, elle ajoutait:
-Nul n'est plus sourd que celui qui entend...
Car le plus difficile dans la recherche de la vérité,c'est que parfois...on la trouve!
Commenter  J’apprécie          210
laetitiaHlaetitiaH   03 décembre 2012
Quand elle se sentait ainsi meurtrie, elle "partait". Elle s'absentait d'un seul coup, sans bouger, comme si soudain elle n'était plus dans la pièce. Plus rien ne l'a touchait, ne pouvait l'atteindre, elle n'entendait plus rien, ne voyez rien. Le monde autour d'elle devenait transparent, intouchable. Ce qui se passait en fait, c'est qu'elle s'enfermait dans un sac de silence. Personne autour d'elle ne voyait ce sac, mais il était aussi vrai que ses propres mains ou que sa robe. Elle entrait dedans en mettant un pied, puis l'autre, s'asseyait au fond puis refermait le sac au-dessus de sa tête. Elle pouvait ainsi rester dedans des heures, parfois des jours et une fois même toute une semaine. Coincée dans ce sac de silence, elle n'entendait plus rien, ne voyait rien, ne sentait plus rien du tout, ni souffrance ni plaisir.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
Videos de Jacques Salomé (15) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Jacques Salomé
Jacques Salomé : pour ne plus vivre sur la planète TAIRE !
autres livres classés : contesVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Freud et les autres...

Combien y a-t-il de leçons sur la psychanalyse selon Freud ?

3
4
5
6

10 questions
297 lecteurs ont répondu
Thèmes : psychologie , psychanalyse , sciences humainesCréer un quiz sur ce livre
.. ..