AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2742772405
Éditeur : Actes Sud (30/01/2008)

Note moyenne : 3.6/5 (sur 5 notes)
Résumé :

Le narrateur de ce livre vient d'arriver à Rome. Nommé dans une ambassade, ce jeune Français issu de la grande bourgeoisie découvre avec délices la splendeur de la cité italienne et, non sans ironie, l'indolence des fonctionnaires en poste. Très vite, il s'installe dans un palazzo romain, un lieu où tout serait parfait si ce nouveau locataire n'était sans cesse dérangé par une multitude d'appels t... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (5) Ajouter une critique
marieberchoud
  17 septembre 2018
Je ne dépouillerai pas les lecteurs du plaisir de la découverte en leur racontant l'histoire. Celle-ci se passe à Rome, l'atmosphère entre ombre et lumière et les lieux sont là, palpables : ou plutôt nous y sommes. Voici notre héros à Rome, il porte en lui un passé complexe (seuls quelques détails le font affleurer, odeurs, fleurs… on les devine merveilles et vénéneuses.
Entre un travail qu'il prend avec détachement et ses balades dans la ville éternelle, le héros est victime d'un accident de la circulation. Banal, dirait-on. Prémédité, calculé ? Oh, mais non ! le héros semble s'en relever aisément. La vie continue… ou plus exactement elle se déploie comme un éventail où tantôt, la mémoire remonte le temps, et tantôt se fait errance, rencontres, mystères de boutiques obscures au plus près des sens et sensations. La fin est stupéfiante de surprise et de logique. Chut ! Lisez plutôt.
D'abord au plus près des détails d'espace, de temps, puis, passé l'événement susnommé, au fil des sensations, rêves, mots et merveilles. Réel, imaginaire ? Cet entre-deux à ne pas nommer, fil ténu ou no man's land entre vie et mort, est aussi celui de la création pour ce roman. En quelque sorte, au fil des boutiques obscures et des scènes flamboyantes, le lieu où tituber, aller, venir, se souvenir (odeurs, images, scènes), errer, choisir. Vivre ? Mourir ? En tout cas aimer qui on aime, et pas, s'y faire, s'y laisser aller (celle qui a donné la vie, peut aussi donner la mort, si froide, cette reine des neiges)
Est-ce qu'il y a d'autre choix dans un roman – je ne le crois pas.
J'ai aussi u en arrière-plan de la Signora W. (ou le souvenir d'enfance, façon Perec) une machine -terme non péjoratif- de création littéraire. Au fil de la lecture, une énergie s'est donnée à voir, et un mode de progression. D'abord au plus près des détails d'espace, de temps, puis, passé l'événement, au fil des sensations, rêves, mots et merveilles. Réel, imaginaire ? Cet entre-deux à ne pas nommer, fil ténu ou no man's land, est aussi celui de la création pour ce roman.
Une citation extraite de la p. 113 (éd. Actes sud) :
« - Comment es-tu entré ? Tu as une clé ?
– Je n'ai pas besoin de clé.
Oui, évidemment, des ces conditions et devant cet argument, toute discussion est inutile. Personne n'a besoin de clefs dans cette histoire, sauf moi. »
Autrement dit, le héros est objet, et le sujet est une reine froide, la signora Wilson, c'est elle qui donne la vie - et la mort. Pour des motifs dérisoires et dramatiques, que le lecteur découvrira...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
LiliGalipette
  01 novembre 2009
Le narrateur vient d'être nommé dans une ambassade à Rome. Dandy, bourgeois et habitué au luxe, il mène une vie de faste et d'indolence. Dans le superbe palazzo où il loge, il est très régulièrement dérangé par des appels téléphoniques. Les interlocuteurs anonymes demandent toujours à parler à la Signora Wilson. Au gré de ses déambulations dans la cité éternelle, il en découvre les splendeurs architecturales et s'initie au libertinage latin. Violemment renversé par une voiture lors d'une de ses promenades, il se relève, et son quotidien rassurant fait place à un voyage onirique au coeur de son enfance, de ses peurs et des chefs d'oeuvres antiques et iques. Au terme de son périple, il comprendra qui est la Signora Wilson et quelle place elle tient dans son existence.
Gros problème avec Actes Sud, en ce qui me concerne. C'est une maison d'édition que j'adore, et dont chaque nouvelle publication trouve grâce à mes yeux. Donc, quand je reste en butte sur un des titres de cette maison, je ne peux m'empêcher d'être persuadée que c'est moi le problème, et pas le livre. Parce qu'Actes Sud ne publie que des très bons textes. Me voilà toute dépitée à la fin de la lecture de ce livre. Parce que je ne l'ai pas aimé.
Prendre le lecteur pour un couillon, tout de même, ça ne peut se faire qu'avec des pincettes! Réécrire les mythes antiques, ça demande aussi de ne pas utiliser une truelle! Un peu de finesse que diable! Passe encore que l'oeuvre des Parques soit de détricoter un pull jacquard pour signifier au pauvre mortel qu'il est en bout de course, mais faire de Charon un chauffeur de taxi qui râle sur le pourboire, ça pousse un peu loin le pastiche.
L'auteur est mélomane, on le saura. Pas une page sans qu'un morceau de musique ique rythme la scène. Dans un film, ça serait super. La musique intradiégétique, ça a toujours plus de corps qu'un banal accompagnement musical. Mais sur le papier, ça ne donne pas grand-chose pour qui n'a pas l'intégrale de la musique ique à portée d'oreille... C'est très agaçant de ne pas connaître le morceau dont il est question quand on sait bien que ça nourrit l'intrigue. La synesthésie perd tout son sens.
Il y a tout de même des passages superbement travaillés. Notamment la description des tenues de soirée féminines, dans le magasin de confection. La profusion d'étoffes, de camaieux de couleur, de coupes et de modèles me rappelle le naturalisme de Flaubert, quand il décrit la pièce montée du mariage Bovary ou la casquette de Charles jusqu'à ce que l'abondance de détails annule la fonction première de la description. On sort de là tout étourdi, plein d'images.
Attendre la toute dernière ligne du livre pour en comprendre le sens, c'est tout de même dommage. Parce que si j'avais cédé à la paresse, le livre me serait resté totalement hermétique.
Dernier point: comme toujours chez Actes Sud, les premières de couverture sont sublimes!

Lien : http://lililectrice.canalblo..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
BMSierre
  16 février 2010
Je n'ai pas trop apprécié cette histoire étrange et inquiétante. Un jeune arrive à Rome pour travailler dans une ambassade. Il est logé dans un magnifique appartement et apprécie la splendide cité romaine. Bientôt cette vie plaisante est troublée par des appels téléphoniques répétés destinés à une mystérieuse signora Wilson. Puis il est victime de nombreux phénomènes très étranges et même effrayants. Peu à peu le lecteur découvre des clés qui l'amèneront aux révélations finales. M.C.
Commenter  J’apprécie          12
kikibaba
  10 septembre 2014
Un homme part travailler en Italie. Il s'installe dans un appartement où quelqu'un appelle continuellement la signora Wilson. Après un accident de voiture, il se penche sur son passé et sa relation avec sa mère. Une histoire de famille qui flirte parfois avec le fantastique. Mais au bout du compte une roman un peu décevant.
Commenter  J’apprécie          11
ClaireRoig
  15 novembre 2013
J'ai lu et j'ai beaucoup aimé. Une de mes hypothèses s'est vérifiée à la fin de l'histoire... Cependant, je reste impressionnée par la tournure de l'histoire. Très bien écrit aussi.
Commenter  J’apprécie          10
Citations et extraits (3) Ajouter une citation
LiliGalipetteLiliGalipette   16 mai 2012
« Où suis-je ? Et quelle heure est-il ? Cette fois, lorsque je me réveille, j’ai du mal à me rassembler. C’est étrange, quand même, cette narcolepsie. J’ai le sentiment de ne plus exister qu’en pointillé, par des accès de veille dans un long tunnel ténébreux et velouté. En tout cas, cette sieste a chassé mes hésitations. J’irai à cette fameuse représentation – peu importe qui m’y a convié – et j’obtiendrai peut-être le fin mot de cette histoire. »
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
LiliGalipetteLiliGalipette   16 mai 2012
« Oublier ce qui vous donnera du tourment ou vous fait de la peine, c’est une technique que j’emploie depuis des années avec un certain succès. »
Commenter  J’apprécie          30
ClaireRoigClaireRoig   15 novembre 2013
Cette fois, lorsque je m'éveille, j'ai du mal à me rassembler. C'est étrange, quand même, cette narcolepsie. J'ai le sentiment de ne plus exister qu'en pointillé, par des accès de veille dans un long tunnel ténébreux et velouté.
Commenter  J’apprécie          10
autres livres classés : italieVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr