AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet
EAN : 9782017140313
384 pages
Hachette (06/04/2022)
4.51/5   72 notes
Résumé :
Laurie vit avec son frère, Eliott, et leur mère, gravement malade, qui requiert une attention de tous les instants. Refusant de l’abandonner, Laurie décide de s’occuper entièrement d’elle, quitte à mettre sa propre vie entre parenthèses.
A dix-neuf ans, Laurie devient aidante, tout comme son frère. Mais pour Eliott, qui vient d’entrer au lycée, le quotidien est de plus en plus difficile à la maison. Quant à Laurie, sans se l’admettre, elle s’épuise.
T... >Voir plus
Critiques, Analyses et Avis (20) Voir plus Ajouter une critique
4,51

sur 72 notes
5
13 avis
4
6 avis
3
1 avis
2
0 avis
1
0 avis

Un grand merci à Babelio et aux éditions Hachette...

Laurie, à 19 ans, est une étudiante pas comme les autres. En effet, depuis que l'état de santé de sa maman, atteinte de sclérose en plaque depuis une quinzaine d'années, s'est fortement dégradé, elle gère, comme elle peut, aussi bien ses études qu'elle suit à domicile, les courses, l'administratif, les factures, l'emploi du temps du personnel soignant qui vient à domicile. Si elle peut compter sur l'aide sans faille de son petit frère, Eliott, elle peut aussi s'appuyer sur Maria, l'aide-soignante qui vient deux fois par jour. Malheureusement, au petit matin, celle-ci vient juste de l'appeler pour l'informer, que victime d'un accident de travail, elle est en arrêt pour plusieurs semaines. Mais elle rassure aussitôt Laurie en lui promettant de lui trouver une remplaçante très vite...

Xander lui aussi jongle entre ses deux boulots de mannequin et d'aide-soignant. Juste avant de partir en shooting, il reçoit un appel de sa collègue, Maria, lui demandant de la remplacer chez madame Samely, certaine qu'il s'entendra très bien avec elle et ses deux enfants. L'ayant pris sous son aile lorsqu'il a débuté dans cette boite d'auxiliaires de vie, trois ans auparavant, le jeune homme ne peut décemment pas le lui refuser...

Depuis le départ de leur père, il y a deux ans, Laurie et Eliott, aidés par du personnel médical, font tout pour pouvoir garder leur maman à domicile. Mais, depuis son AVC qui a fait qu'elle ne marche plus, qu'elle peine à manger seule et parler, son besoin d'aide et de soutien s'est renforcé. Et Laurie s'épuise. Elle voit alors d'un très mauvais oeil l'arrivée de Xander, en remplacement de Maria. Sur la défensive et peu aimable, les premiers contacts ne se passent pas bien. C'est, évidemment, sans compter le professionnalisme, l'intégrité et la bonne volonté du jeune homme. Au coeur de ce roman, Célia Samba donne la parole, à tour de rôle, à Laurie, Eliott et Xander, et montre, avec intelligence et émotions, la dure réalité du quotidien des aidants, plus particulièrement des jeunes aidants (manque de soutien aussi bien financier que psychologique, statut parfois non reconnu, lourdeurs administratives...). Trois personnages très réalistes et authentiques que la vie n'a pas épargnés mais qui gardent la tête haute et savent s'armer de courage. Trois personnages qui peu à peu se dévoilent et livrent, avec pudeur, leurs émotions, leurs états d'âme, leurs difficultés... Ce roman, très touchant et profond, empreint de tendresse et d'espoir, met intelligemment sur le devant de la scène un sujet peu traité.

Il y a 11 millions d'aidants en France dont 700000 jeunes, comme Laurie et Eliott.

Pour 1 livre acheté, 1€ est reversé à l'association JADE (Jeunes AiDants Ensemble)

Commenter  J’apprécie          687

Tout d'abord, merci à Babelio et aux éditions Hachette pour l'envoi de ce livre lors de la masse critique jeunesse jeunesse de mai. Plus que quelques jours pour rédiger cette critique. Même en vacances, je me connecte ;-)

C'est un roman qui aborde un thème important, sur lequel j'ai appris beaucoup de choses : les aidants et tout particulièrement ceux qui sont jeunes, 11 millions de personnes en France dont 700 000 ont moins de 18 ans.

Laurie a 19 ans, l'age des sorties entres copains, des retours à l'aube, des études, de l'insouciance. Elle ne connait pas tout cela. Sa mère, atteinte de sclérose en plaque, a fait de plus un AVC. Et pas de père à la maison. Depuis elle n'est plus autonome, et pour Laurie, il n'était pas envisageable qu'elle vive ailleurs qu'avec eux. Alors, du jour au lendemain, Laurie est devenue l'adulte de la maison. Elle a géré la mise en place des aides, elle étudie par correspondance, elle gère l'emploi du temps et jongle avec toute l'infrastructure nécessaire. Elle chérit d'autant plus ces moments où sa mère la réprimande, lui donne des ordres, elle aime alors redevenir tout simplement la fille de sa mère.

Elle est secondée par son frère, Eliott, ado de 15 ans qui va au lycée, et puis il y a le kiné, les médecins, et l'auxiliaire de vie, Maria, qui va être arrêtée pour blessure et remplacée par un jeune homme, Xander, à l'itinéraire atypique.

J'ai beaucoup aimé le récit de leur quotidien, avec ses difficultés mais aussi ses moments de bonheur. Il y a beaucoup d'amour entre les membres de cette famille, et c'est cet amour qui leur permet d'aller de l'avant, même quand c'est difficile. L'auteure analyse finement la complexité et l'ambiguïté parfois des sentiments que Laurie et son frère éprouvent, l'amour, mais aussi la lassitude, un sentiment fort d'injustice, l'envie parfois d'être débarrassé de cette charge, la rancoeur et aussitôt le remords à l'idée d'avoir pu penser qu'ils seraient mieux sans elle.

J'ai d'autant plus regretté la fin où les évènements s'enchainent, parfois un peu rocambolesques, où les sentiments évoluent trop vite, où certaines réactions m'ont paru surjouées. Peut-être cette fin plus animée que le reste du livre a été appréciée par les lecteurs plus jeunes, mais j'ai trouvé quant à moi qu'elle diminuait la portée du livre.

J'ai aimé cependant cette lecture et les personnages si attachants, tellement humains.

Commenter  J’apprécie          526

J'avais lu ''La rue qui nous sépare'' l'été dernier et j'avais frôlé le coup de coeur. Donc, quand j'ai vu que l'autrice avait donc sorti un autre roman, je me suis dit qu'il me le fallait absolument, et je me suis lancée avec impatience dans la lecture.

Et… je dois dire que j'ai été relativement déçue.

Il ne faut pas croire que ce roman n'est pas bien, juste que je m'attendais à un peu plus.

Parce que ce livre aborde des sujets sensibles et que je n'ai jamais lu ailleurs : celui des aidants (particulièrement des jeunes) et j'ai trouvé très intéressant de suivre le quotidien de Laurie et d'Eliott. Je pense notamment que ce livre va sensibiliser pas mal de monde à ce problème relativement méconnu des gens.

Mais on parle ici d'un livre censé être émouvant, nous impacter et rester dans notre tête, et le thème m'a frappé mais pas assez touché.

Je n'ai pas réussi à éprouver d'empathie pour Laurie à cause de ses choix qui m'agaçaient. Je sais que ça rend l'histoire plus réelle et que ses choix sont compréhensibles mais j'ai eu l'impression de tourner en rond avec elle et, malgré mes efforts, je n'ai pas réussi à m'attacher à elle.

J'ai apprécié Eliott et Xander mais j'aurais préféré que ces personnages soient un peu plus profonds et complexes : on comprend leurs choix, le cheminement de leurs pensées et on éprouve de la peine pour eux mais personnellement, je n'ai pas réussi à m'y attacher totalement parce que je trouve qu'il manquait un petit quelque chose dans leur personnalité pour qu'ils soient ‘'réels''.

Chaque chapitre du roman a un point de vu différent : on alterne entre celui de Laurie, d'Eliott et de Xander, ce qui est très bien car on peut les comprendre plus intimement et ça permet d'aborder davantage de thématiques.

Maintenant, il faut revenir sur les sujets abordés dans cette histoire.

Il y en a plein et c'est vraiment super intéressant, mais j'ai trouvé que la manière dont certaines choses et leçons étaient dites faisaient un peu trop du style ‘'on pose cette phrase là parce qu'elle est utile pour mon sujet'' et ça devient un petit peu lourd à force.

Mais à part ça, les thématiques abordées sont clairement le point fort du roman, elles sont vraiment importantes, nous sensibilisent et très rares à trouver dans d'autres romans.

Malgré les quelques points négatifs dont j'ai parlé, c'était quand même un bon livre à lire, important, et que je recommanderai à tous, au moins pour les sujets vraiment impactants. Et puis, la fin m'a mis les larmes aux yeux donc j'ai réussi à bien aimer les personnages et à m'y attacher au final !

Commenter  J’apprécie          71

À 19 ans, Laurie a mis son existence entre parenthèses pour pouvoir prendre soin de sa mère à domicile plutôt que de la placer dans un établissement spécialisé. Atteinte de sclérose en plaques, cette dernière est en fauteuil roulant, perd de plus en plus son autonomie et peine même à parler. Pour l'aider dans cette mission qu'elle défend bec et ongles, Laurie peut toutefois compter sur Eliott, son frère de 15 ans, et Maria, l'auxiliaire de vie qui passe chez eux deux fois par jour. du moins, jusqu'à ce que celle-ci se blesse à l'épaule et se voit contrainte de poser un arrêt-maladie. Pour Laurie qui vit constamment sous tension, c'est la goutte de trop. Allergique au changement, accrochée à une routine qu'elle voudrait gravée dans la pierre pour éviter toute déconvenue, elle aurait tant besoin de contrôler au moins un aspect de cette vie de famille chaotique où les rôles sont inversés. Elle voit donc d'un très mauvais oeil l'arrivée de son remplaçant. Xander n'a que 23 ans, un physique de mannequin… et surtout, c'est un homme qui évolue dans un milieu majoritairement féminin. Elle le prend immédiatement en grippe, au grand dam de sa mère et de son cadet qui apprécient la spontanéité et la gentillesse du nouveau soignant. Pourtant, à force de la confronter, Xander cheminera dans les méandres de l'esprit de Laurie, déjouera ses angoisses pour lui prouver qu'elle n'a pas à tout abandonner pour rester auprès de sa mère. Qu'il est temps pour elle de vivre ! Pour ses amis, pour ses amours, pour la danse, ses études, son avenir. Pour son bonheur, tout simplement.

Ce roman représente tout ce qui me séduit dans la littérature young-adult engagée. Les personnages sont touchants et bien campés. Ils ont bien plus à raconter que ce que les premières pages laissent à penser. Célia Samba peaufine leurs différents parcours avec beaucoup d'amour et de sensibilité. Tout se fait avec un naturel irréprochable. Les dialogues sonnent juste, font tour à tour rire et pleurer. Personne n'est laissé pour compte : Laurie, Eliott et Xander ont voix au chapitre à parts égales et parviennent chacun à nous surprendre à leur manière. L'autrice entretient également une part de suspense à travers le père de ces enfants, qui a apparemment pris la fuite lorsque l'état de santé de sa femme a commencé à se dégrader, ainsi qu'à travers le passé de Xander qu'il nous dévoile peu à peu, non sans quelques réticences. Accessible à tout âge, ce livre est un bijou à mettre entre toutes les mains tant il nous immerge dans le cocon familial des Samely, si spécial, si fort et si fragile à la fois. Il nous confronte au danger de se fier aux apparences ou de juger de la situation d'autrui selon notre propre échelle de valeurs, notre propre vécu. Il y a toujours deux faces sur une même pièce et l'autrice retranscrit tout ceci avec exactitude et équilibre, loin de tout manichéisme ou autres facilités scénaristiques.

À une époque où le milieu peine de plus en plus à recruter, Célia Samba définit la réalité des métiers du soin et de l'accompagnement. le quotidien des aidants, qu'ils soient adultes ou mineurs, salariés ou membres de la famille. Je fais partie de ces gens qui ont remis leur vie en question au moment du premier confinement. J'ai plaqué un CDI pour me réorienter dans le médico-social ; ce roman a donc forcément trouvé en moi un écho particulier. En EHPAD ou foyer occupationnel, c'est ce même rapport à l'autre. Dans son intimité, dans sa vulnérabilité. Ce sont les heures supplémentaires à n'en plus finir, les remplacements au pied levé, les salaires qui ne suivent pas toujours, les contrats précaires et les blessures vite arrivées lors des transferts ou à cause de la fatigue qui s'accumule inexorablement. Et pourtant, c'est aussi cette richesse, ces rires spontanés, ces moments de complicité qui donnent envie de revenir le lendemain malgré l'épuisement et l'impression de se battre parfois contre des moulins à vent quand on en vient à l'administratif ou aux hospitalisations. Ces métiers, on sait pourquoi on les exerce, et pour qui. Célia Samba nous raconte tout ça à travers cette histoire que l'on sent parfaitement documentée, sans jamais plonger dans le misérabilisme ou au contraire dans une version trop épurée de la réalité.

Ce roman, c'est un cri du coeur. Un appel à une prise de conscience à échelle nationale afin de mieux accompagner les aidants, en particulier les mineurs qui ne rentrent dans aucune case prévue à cet effet. Célia Samba nous invite à rencontrer deux d'entre eux chez les Samely et nous livre leurs plus beaux moments de tendresse, leurs disputes, leurs mensonges aussi pour se préserver eux-mêmes ou pour préserver les autres. Elle nous ramène à tout ce qui fait de nous des êtres humains, avec nos qualités et nos défauts, nos forces et nos faiblesses. Elle nous encourage à briser le mur du silence derrière lequel certains se réfugient pour une plus grande solidarité, car c'est à cela que l'on devrait mesurer la valeur d'une nation.


Lien : https://dragonlyre.wordpress..
Commenter  J’apprécie          40

Nos coeurs aidants est un roman sur les jeunes aidants (= un enfant, adolescent, ou jeune adulte de moins de 25 ans qui vient en aide, de manière régulière et fréquente, à un membre de son entourage proche qui est malade, en situation de handicap ou de dépendance) qui m'a bouleversée. À travers ce récit, on ressent bien que c'est une cause qui tient à coeur à Celia Samba. J'aime lire des romans engagés de ce genre, on en ressort avec une façon différente de regarder ce qui nous entoure.

Dans ce roman, on suit Laurie, 19 ans et Elliott, 15 ans qui doivent venir quotidiennement en aide à leur maman gravement malade. Ils voient arriver Xander, jeune auxiliaire de vie, qui va leur faire voir la vie autrement. Il va essayer de montrer à Laurie qu'elle doit aussi penser à elle, reprendre goût à la vie et à l'amour ...

Suivre le quotidien de cette famille fut un torrent d'émotions. J'ai ressenti énormément d'empathie tout au long de ma lecture face à des personnages aussi réalistes. En plus d'en apprendre sur le sujet des aidants, je me suis beaucoup attachée à cette famille et à cet auxiliaire de vie.

La seule petite chose qui ne m'a pas plu c'est la façon dont l'association Jade est abordée dans le roman, je l'ai un peu ressenti comme un spot publicitaire, ça manquait un peu de fluidité. J'aurais aimé que son rôle dans l'histoire soit mieux incorporé. Mais vraiment je chipote car c'est un très bon roman à la fois beau et difficile. L'autrice en parle avec tellement de tendresse et de justesse.

Celia Samba a eu la superbe idée de mettre en lumière ces aidants ainsi que le personnel soignant qui fait un travail formidable. J'ai fini ma lecture une larme à l'oeil (fichue poussière). Je ne peux que recommander ce livre ! Une belle découverte !

Commenter  J’apprécie          51

Citations et extraits (25) Voir plus Ajouter une citation

Parfois, les proches d’une personne malade pensent (consciemment ou non) qu’ils n’ont plus le droit de profiter de la vie tant que l’être qui leur est cher traverse une période si difficile. Comme s’ils étaient tenus à la fidélité dans la souffrance. Il leur faut du temps pour s’autoriser à vivre des moments de joie loin du malade, à comprendre qu’être ailleurs et s’amuser ne signifie pas occulter la douleur ou la peine de celui qu’ils aiment et que, au contraire, se ressourcer est une nécessité pour ensuite prendre soin de lui.

Commenter  J’apprécie          141

Comme le disait Laure Grisinger, une ancienne jeune aidante : « Aider, c’est découvrir sa propre puissance face à l’impuissance qui s’abat, pour sublimer et ne pas être écrasé. Aider, c’est donner un sens au non-sens. Aider, c’est prendre le risque de se laisser transformer, c’est prendre le risque de la vie. »

Commenter  J’apprécie          170

La photo nous fige dans le temps. Elle efface nos problèmes, le poids de nos pensées et de nos tristesses. Il ne reste que le beau, que nos corps jeunes et musclés qui ne vieilliront pas. Qui ne tomberont jamais malade.

Commenter  J’apprécie          120

C'est étrange, la joie. Une émotion pétillante, mais délicate, surprenante aussi. Elle peut nous cueillir en plein désert de tristesse, nous arracher un rire et nous rappeler qu'il peut faire bon vivre, en un instant.

Commenter  J’apprécie          120

Être entourée de ceux que j'aime et saisir les étincelles de joie. Peut-être que le bonheur n'est qu'un état d'esprit, finalement ?

Commenter  J’apprécie          180

Videos de Célia Samba (5) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Célia Samba
Hachette Romans organise pour la deuxième fois le concours d'écriture sur le thème de l'engagement qui a révélé Célia Samba avec La Rue qui nous sépare ! Tout au long du concours Célia Samba donnera des conseils d'écriture et répondra aux questions des participants sur l'écriture. De son côté Audrey du Souffle des mots vous parlera à travers ses chroniques de romans engagés qui pourront alimenter votre imagination ! Du 13 septembre 2021 au 13 mars 2022 postez votre roman ado ou young adult engagé sur www.concoursnosfuturs.hachetteromans.fr Un concours en partenariat avec Melty, Phosphore et Babelio !
+ Lire la suite
autres livres classés : auxiliaire de vieVoir plus
Notre sélection Jeune Adulte Voir plus





Quiz Voir plus

Famille je vous [h]aime

Complétez le titre du roman de Roy Lewis : Pourquoi j'ai mangé mon _ _ _

chien
père
papy
bébé

10 questions
1338 lecteurs ont répondu
Thèmes : enfants , familles , familleCréer un quiz sur ce livre