AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
EAN : 9782953118285
Éditeur : les Joueurs d'astres (30/06/2009)

Note moyenne : 4.5/5 (sur 2 notes)
Résumé :
- Lauréate des 2emes Gouttes d’Or de la nouvelle organisée par l’association Du Souffle sous la Plume !


Extrait

"Je viens d’atterrir à Suvarnabhumi, l’aéroport de Bangkok, pardon, Krungthep, comme on dit ici.
J’ai suivi à la lettre les conseils de Laborit, et j’ai pris la fuite. Je prenais le métro pour Oberkampf quand j’ai brusquement décidé de changer de ligne, l’impulsion qui conserve. Au fond, il s’agit là de mon mode... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (2) Ajouter une critique
Seraphita
  11 mars 2012
« Et Dieu créa Bangkok ! » regroupe 5 nouvelles qui prennent Bangkok pour point de départ / d'arrivée, terre d'Asie lointaine. Khun San, l'auteure, convie ici le lecteur au déplacement, en adoptant 5 portes d'entrée différentes et singulières.
La première, nommée « Bangkok Jingle », déconcerte : l'ambiance décrite est poisseuse, les désirs troubles, équivoques, les situations décrites sibyllines, les mots restant résolument imperméables à toute quête de sens. Ici, Khun San est nommée « farang », étrangère. C'est cette impression d'étrangeté qui m'est apparu, de prime abord.
L'Asie lointaine, sous la plume de l'auteure, devient, au fil des nouvelles, une contrée un peu moins étrange. L'ailleurs est dépeint en mots qui rendent moins radical « le visage de l'Autre ». le sentiment de distance première se métamorphose progressivement en proximité.
En ce sens, ma nouvelle préférée est « Impressionniste de l'inopportun » : l'humour grinçant sonne juste, la causticité des mots est rendue encore plus jubilatoire par une mise en abyme habile : l'auteure nous convie à rire du langage (le sien, celui des autres), en s'appuyant sur le champ lexical… du langage ! A cet égard, les trouvailles linguistiques qu'elle crée sont particulièrement réussies :
« Suite à un ex aequo au lancer d'acidités sémantiques, chacune était restée convaincue que son rapport à la beauté des hommes était le plus juste. » (p. 27)
Ou encore, un peu plus loin :
« A la réflexion, je me demandais quand même si je n'en avais pas touché mot à un archétype de surfeur sur le retour, sorte de skate border des couloirs du vent, qui prit grand soin de se ternir à distance de ma personne et de mes éruptions langagières tout le restant de la soirée. » (p. 28.)
Les mots grinçants n'éludent cependant pas l'émotion poétique des instants vécus, ici ou là. Ils savent dire, explicitement ou non, l'importance du silence :
« les choses les plus belles se disent sans point d'interrogation, et le plus souvent en silence. » (p. 17.)
Dont acte.
Merci, Khun San, pour cette invitation au déplacement, qui peut résumer ce que cherche, plus ou moins consciemment, tout lecteur : lire à distance de soi, pour mieux se retrouver.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
thenextmohican
  27 juillet 2009
Khun San nous déballe de sa besace de particuliers souvenirs. Souvenirs d'Asie moites et collants comme le riz, dans lesquels nous déambulons via l'oeil mordant et satirique de notre conteuse. Nous sommes littéralement pris dans les ambiances pesantes et anarchiques des grandes villes de là-bas. Prisonnière entre les feux d'un regard européen désemparé mais tenace et celui, inflexible et nonchalant que lui renvoi ses hôtes, Khun San nous offre sur un plateau, grâce à sa retranscription incroyable, ses péripéties comme si nous y étions.
Lien : http://www.rezobook.com/aute..
Commenter  J’apprécie          00
Citations et extraits (3) Ajouter une citation
SeraphitaSeraphita   11 mars 2012
A la réflexion, je me demandais quand même si je n’en avais pas touché mot à un archétype de surfeur sur le retour, sorte de skate border des couloirs du vent, qui prit grand soin de se ternir à distance de ma personne et de mes éruptions langagières tout le restant de la soirée.
Commenter  J’apprécie          20
SeraphitaSeraphita   11 mars 2012
Suite à un ex aequo au lancer d’acidités sémantiques, chacune était restée convaincue que son rapport à la beauté des hommes était le plus juste.
[…]
Je ménageais mes effets, dévoilant de petites touches de la vie quotidienne sur fond d’enfer du décor, au gré des haltes, à la manière d’une impressionniste de l’inopportun.
Commenter  J’apprécie          10
SeraphitaSeraphita   11 mars 2012
les choses les plus belles se disent sans point d’interrogation, et le plus souvent en silence.
Commenter  J’apprécie          10
autres livres classés : nouvellesVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Compléter les titres

Orgueil et ..., de Jane Austen ?

Modestie
Vantardise
Innocence
Préjugé

10 questions
15770 lecteurs ont répondu
Thèmes : humourCréer un quiz sur ce livre