AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Pierre Reboul (Éditeur scientifique)
EAN : 9782070429257
608 pages
Éditeur : Gallimard (15/09/2003)

Note moyenne : 3.39/5 (sur 50 notes)
Résumé :
Ce roman (1833) est inspiré, moins par la vie que par la personne de George Sand. L'héroïne est une femme d'action, mais dévorée du démon de l'analyse, et dont le charme opère sur bien des hommes : le poète Sténio (on songe à Musset), l'ancien aventurier converti, Trenmor, l'ermite Magnus. Lélia cherche la paix en devenant l'abbesse d'un couvent. Sténio l'y retrouve et c'est le drame. George Sand distinguait elle-même dans son livre une question psychologique, une q... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (8) Voir plus Ajouter une critique
arnaud_m
  08 juillet 2013
Ma découverte de George Sand s'est faite avec Lelia, chemin risqué et plutôt éloigné du parcours plus traditionnel de ses contes et autres romans champêtres.
Si c'était à refaire, je recommencerai à l'identique et sans hésitation !
'Lelia' est puissant, profond, intense, cynique, noir, sublime, magique, délicat ; tout ça à la fois - un chef d'oeuvre.
J'ai connu deux chocs dans ma courte vie de lecteur qui me font dire "il y a un avant et un après telle oeuvre" : le premier avec Anna Karénine, le second avec Lelia.
Dès les premières lignes, je me suis senti en phase, en connexion avec George Sand, ou devrai-je dire Lelia. A la fois mentor, amie, amante et guide, Lelia m'a emporté à bras ouverts ; j'étais comme hypnotisé par sa sagesse, sa connaissance, ses visions et autres lucidités.
Lelia est noire. Lelia est 'fanée' par la vie et les Hommes mais qu'importe. je suis tombé éperdument amoureux.
Ce livre est sublime.
Commenter  J’apprécie          150
iarsenea
  19 juin 2016
Acheté à l'époque de mon cégep, c'est-à-dire il y a une dizaine d'années, alors que je m'étais prise d'une passion pour les classiques qui s'est vite calmée quand j'ai constaté que seules quelques-unes de ces oeuvres me plaisaient, ce livre a vite été oublié dans ma bibliothèque.
Non seulement le moment n'était jamais opportun pour lire cette oeuvre, mais en plus son épaisseur, des multiples notes de bas de pages et les caractères minuscules m'intimidaient grandement. Au mois de janvier dernier, j'ai décidé qu'il était grand temps de le lire. J'étais loin de me douter que j'en ressortirais seulement cinq mois plus tard.
En effet, Lélia est une oeuvre extrêmement dense, pas du tout le genre qu'on lit pour se changer les idées le soir avant d'aller se coucher. Sa lecture demande une attention de tous les instants, ne serait-ce que pour décoder toutes ces longues phrases interminables ponctuées de figures de style pas toujours évidentes.
La lecture de ce roman demande aussi une assez bonne connaissance de la religion chrétienne, en particulier catholique, de même que de l'époque dont il est question, car les personnages baignent dans une religion qu'ils mettent en doute tout en se voyant obligés de s'y contraindre.
Finalement, il ne faut pas s'attendre à une histoire avec une intrigue en tant que telle. Il n'y a pas du tout d'action, ce qui peut être ennuyant.
À vrai dire, j'ai eu l'impression de lire une succession de litanies de personnes de la haute société qui ont beaucoup trop le temps de penser et qui en oublient de vivre. le personnage de Lélia, apparemment à l'image de Sand, m'a paru froid, hautain et terriblement pessimiste. le personnage de Sténio m'a paru encore plus pathétique dans son amour désespéré pour une femme incapable d'aimer. Par moments, j'ai pensé aux tragédies de Shakespeare, tellement les paroles des personnages manquent de naturel.
Ne vous méprenez cependant pas, je sais que ce livre est le reflet d'un passé révolu, et que pour son époque, Sand avait une pensée remarquablement divergente des autres femmes de son époque. Je comprends aussi que toutes ces phrases longues et difficiles à décoder sont le reflet d'une mode passée.
Malgré tout, je ne peux pas dire que j'ai apprécié ma lecture. Trop de religion, trop de négativisme, trop de drame, trop de plaintes. Ce n'est pas pour rien que j'y ai mis cinq mois, entrecoupant chacune des parties d'un ou deux livres plus légers. Si je m'étais écoutée, je l'aurais abandonné une bonne centaine de fois.
N'empêche que j'y ai trouvé plusieurs belles citations, que j'ai trouvées réfléchies et habiles. C'est sans doute ce qui m'a permis de résister pendant toute ma lecture.
Il est à noter que mon édition contient une réécriture de Sand faite six ans après la première parution de Lélia. Je n'ai tout simplement pas pu me résoudre à la lire. Je ne peux donc pas donner mon opinion sur cette réécriture qui est apparemment plus optimiste. Tant pis.
J'ai lu quelque part que Lélia n'est pas le bon livre pour commencer à lire Sand. J'ai malgré tout commencé avec celui-ci, et sa lecture m'a effectivement découragée pour un bon bout de temps. Mais puisque je sais que ses autres livres sont différents, je leur donnerai peut-être une seconde chance un de ces jours. Mais pas avant longtemps.
Lien : http://lecturesdisabelle.blo..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          61
MarcelP
  28 mars 2020
"Qu'est-ce donc que Lélia ? Une ombre, un rêve, une idée tout au plus. Allez, là où il n'y a pas d'amour, il n'y a pas de femme."
Étrange objet que celui-ci ! Touffu, foisonnant, ce roman de jeunesse au lyrisme gothique ne cesse d'interpeller. La première partie est intrigante qui voit se dérouler un dialogue désincarné par chapitres interposés : on ne comprendra que plus tard qu'il ne s'agit pas là d'un échange entre télépathes mais d'une correspondance tronquée entre une glaciale adorée et son ardent admirateur. le rideau du castelet ouvert, se meuvent alors des marottes figées et le lecteur est plongé dans un roman faussement vampirique : l'exsangue Lélia, escortée de l'austère Trenmor ("Traîne-Mort" ?), fascine Sténio l'enfançon a[sthéni]que. le ton, éthéré et distancié, semble celui d'une fable ésotérique quand une ligne de points, coupant abruptement le livre, nous plonge dans un récit soudain au présent, comme pour nous mettre à l'épreuve du réel.
Revenue du royaume des ombres, strige cruelle ("Voyez, on s'écarte de vous, on craint de toucher votre linceul, on ose à peine vous regarder au visage ; le silence de la crainte plane autour de vous comme un oiseau de nuit. Votre main est aussi froide que le marbre d'où vous sortez."), Lélia suce métaphoriquement le sang de sa pauvre victime, Sténio qui, ballotté entre amour et répulsion, se vide petit à petit de ses talents de poète et se dessèche. C'est que la désirable goule est en fait une femme frigide, blessée par un premier amour et qui ne connaîtra jamais l'extase des sens. Allumant les désirs autour de son image de sphynge (le prêtre Magnus, tout droit sorti de chez Lewis avec ses yeux exorbités par la lubricité, ne s'est-il pas damné pour elle ?), Lélia s'est enfermée dans un sarcophage d'orgueil et de dédain pour mieux nier son anaphrodisie. Toute pièce ayant son revers, Pulchérie la soeur de notre iceberg est une courtisane sensuelle : leur rencontre au mitan du roman résonne comme les dialogues de Justine et Juliette, les frangines sadiennes, chacune défendant ses infortunes et ses prospérités.
Au final après avoir subi moult conversations métaphysiques, discours mystiques, débauches cythéréennes, prêches enragés ou envolées poétiques, le trop fragile Sténio, en bon "enfant du siècle" se suicidera-t-il d'avoir trop et trop mal aimé. So romantisch !
Boursoufflé (avec ses tunnels interminables), crispant, provoquant, ce terrible roman n'a cependant rien du pensum grâce au style de Sand d'une maîtrise totale, qui alterne lyrisme romantique et sécheresse philosophique. Il flamboie tout au long de son récit certes mal fichu ("j'écrivis Lélia, sans suite, sans plan, à bâtons rompus (...)" mais dans lequel la féministe culottée explore des thèmes stupéfiants pour son époque : le plaisir sensuel, la sexualité des femmes, le sapphisme,... Liberté, égalité, sororité !
Ses personnages ont beau être de carton-pâte (abstraits, ils sont avant tout des "types"), on est touché par Lélia qui se refuse à Sténio comme Dieu se refuse à elle et dont l'absolue impossibilité de vibrer comme une harpe éolienne aux souffles du désir la condamne à une morgue inaltérable et à une éternelle errance.
Bon mais indigeste...
Lien : http://lavieerrante.over-blo..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
Taraxacum
  21 avril 2019
Voici la première fois que je n'apprécie pas un livre de George Sand, et me voilà toute marrie! Cela a été une lutte d'arriver jusqu'au bout, et je crois que c'est vraiment par esprit de contradiction que je ne l'ai pas abandonné en cours de route. D'ailleurs, la première partie finie, ça a été un peu plus facile, et heureusement, sinon je crois que j'aurais craqué!
De quoi ça parle? Et bien du jeune poète Sténio, qui est fou de Lélia mais ne la comprend pas du tout, et se trouve jaloux du mystérieux Trenmor, du prêtre Magnus à qui la beauté de Lélia a enlevé la foi, ça parle de religion, de liberté des peuples, de séduction et de philosophie...et c'est interminable et verbeux. Lélia a bien trop de temps libre et trop de moyens, finalement. Quand elle explique qu'elle veut se retirer seule dans une abbaye abandonnée pour se couper du monde, c'est tout de même avec ses serviteurs qui lui déposent le nécessaire tout le jour sans qu'elle les voit, il ne faudrait pas exagérer.
Il y aurait sans doute plus intelligent à dire sur ce roman très dense: dans toute cette matière, il y a de très belles pages qui auraient mérité que je m'y arrête plus. Cependant, rien à faire, tous ces personnages qui font leur propre malheur, et le malheur des autres, plus par orgueil qu'autre chose, n'ont su que me lasser et m'ennuyer, et les constants débats philosophiques épistolaires de Lélia n'ont franchement pas aidé!
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
Carosand
  03 décembre 2010
C'est le livre le plus difficile que j'ai lu de George Sand mais il est très profond et révèle beaucoup de nos pensées spirituelles. C'est triste mais c'est beau. Un grand livre.
Commenter  J’apprécie          90

Citations et extraits (56) Voir plus Ajouter une citation
farudjafarudja   26 août 2012
J'oubliais d'être jeune,la nature oublia de m'éveiller.mes rêves avaient été trop sublimes;je ne pouvais plus redescendre aux appétits grossiers de la matière.Un divorce complet s'était opéré à mon insu entre le corps et l'esprit.J'avais vécu en sens inverse de la destinée naturelle.Au lieu de commencer par la jouissance et de finir par la réflexion,javais ouvert le livre de la vie au chapitre de la science,je m'étais enivrée de méditations et de spiritualisme,et j'avais prononcé l'anathème des vieillards sur tout ce que je n'avais pas encore éprouvé.Quand vint l'âge de vivre,il fut trop tard:j'avais vécu mais si la jeunesse des sens,mais si la vie du corps n'a qu'un jour,qu'il faut saisir et qui ne revient plus,la jeunesse de l'âme est longue et la vie de l'esprit est immortelle.Mon coeur survivrait à mes sens et je me dévouerai en pâlissant et en fermant les yeux.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          130
CarosandCarosand   26 février 2011
Combien de fois, à l'entrée de la nuit, au lever de la lune, aux premières clartés du jour, combien de fois, dans le silence de minuit et dans cet autre silence de midi si accablant, si inquiet, si dévorant, n'ai-je pas senti mon coeur se précipiter vers un but inconnu, vers un bonheur sans forme et sans nom, qui est au ciel, qui est dans l'air, qui est partout comme un aimant invisible, comme l'amour ? Et pourtant, Sténio, ce n'est pas l'amour ; vous le croyez, vous qui ne savez rien et qui espérez tout ; moi qui sais tout, je sais qu'il y a au-delà de l'amour des désirs, des besoins, des espérances qui ne s'éteignent point ; sans cela que serait l'homme ?
Il lui a été accordé si peu de jours pour aimer sur la terre !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          120
Omabellemaitresse3Omabellemaitresse3   25 octobre 2014
Je fus infidèle en imagination, non seulement à l'homme que j'aimais ; mais chaque lendemain me vit infidèle à celui que j'avais aimé la veille. Bientôt un seul amour de ce genre ne suffisant point à remplir mon âme toujours avide et jamais rassasiée, j'embrassai plusieurs fantôme à la fois. J'aimai, dans le même jour et dans la même heure, le musicien enthousiaste qui faisait vibrer toutes mes fibres nerveuses sous son archet et le philosophe rêveur qui m'associait à ses méditations. J'aimai à la fois le comédien qui faisait couler mes larmes et le poète qui avait dicté au comédien les mots qui arrivaient à mon coeur. J'aimai même le peintre et le sculpteur dont je voyais les oeuvres et dont je n'avais pas vu les traits. Je m'enamourai d'un son d'une voix, d'une chevelure, d'un vêtement ; et puis d'un portrait seulement, du portrait d'un homme mort depuis plusieurs siècles.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
CarosandCarosand   26 février 2011
L'amour, Sténio, n'est pas ce que vous croyez ; ce n'est pas cette violente aspiration de toutes les facultés vers un être créé ; c'est l'aspiration sainte de la partie la plus éthérée de notre âme vers l'inconnu. Etres bornés, nous cherchons sans cesse à donner le change à ces cuisants et insatiables désirs qui nous consument ; nous leur cherchons un but autour de nous, et, pauvres prodigues que nous sommes, nous parons nos méprisables idoles de toutes les beautés immatérielles aperçues dans nos rêves. Les émotions des sens ne nous suffisent pas. La nature n'a rien d'assez recherché, dans le trésor de ses joies naïves, pour apaiser la soif de bonheur qui est en nous ; il nous faut le ciel, et nous ne l'avons pas !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
iarseneaiarsenea   29 mai 2016
Lélia était plus forte en apparence qu'aucune créature de son sexe. Jamais, depuis qu'elle était Lélia, personne n'avait surpris les secrets de son âme sur son impassible visage ; jamais on n'avait vu couler une larme de souffrance ou d'attendrissement sur sa joue sans couleur et sans pli.
Elle avait horreur de la pitié d'autrui et, dans ses plus grandes détresses, elle conservait l'instinct de s'y dérober. Elle cacha donc sa tête dans son manteau de velours ; et, loin du monde, loin de la lumière, blottie dans les hautes herbes d'un coin abandonné du jardin, elle répandit sa souffrance en larmes vaines et lâches.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70

Videos de George Sand (35) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de George Sand
Professeure émérite d'histoire contemporaine, elle avait commencé sa carrière avec une thèse sur les grèves ouvrières au XIXe siècle et s'est peu à peu orientée vers l'histoire des femmes dont elle est une des pionnières. Son dernier essai George Sand à Nohant (Seuil, 2019), au croisement de l'histoire et de la littérature, illustre à lui tout seul l'élégance d'écriture, l'érudition et la curiosité d'une magnifique historienne.
autres livres classés : romantismeVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox






Quiz Voir plus

Quizz George Sand

George Sand est un pseudonyme pour :

Stéphanie-Félicité de Crest
Marie-Antoinette de Nohant
Amantine-Aurore-Lucile Dupin
Anne-Claire De Paris

10 questions
227 lecteurs ont répondu
Thème : George SandCréer un quiz sur ce livre