AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Nicole Savy (Traducteur)
ISBN : 2742755918
Éditeur : Actes Sud (02/06/2005)

Note moyenne : 3.85/5 (sur 17 notes)
Résumé :
C'est en 1850, à la fin de sa vie, que la marquise de Franqueville écrit ses Mémoires. A la veille de la Révolution, la petite Nanon, pauvre paysanne illettrée, devient l'amie du "petit moine" Emilien de Franqueville, bientôt rendu à l'état laïque par la fermeture des couvents. L'écho de la Révolution ne parvient que très assourdi dans ces campagnes reculées, mais la vieille société féodale chancelle, les biens nationaux sont vendus et Nanon va pouvoir, à force de c... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (5) Ajouter une critique
PiertyM
  28 avril 2017
A travers une petite paysanne, bergère, illettrée mais voulant apprendre à lire et écrire, George Sand nous fait vivre l'atmosphère dans les campagnes pendant que le vent de la révolution sévit dans les villes. La chute de la monarchie se vit d'abord avec beaucoup d'ignorance, tout se focalise sur les ouï-dire, tout le monde a peur, il est question de fuir, c'est la panique, et on ne sait pas pourquoi! L'écriture est paisible, d'un calme plat comme si on marchait dans un chant de maïs malgré les perturbations qui surviennent dans la campagne et aussi dans la vie de nos personnages notamment la vie d'Émilien, un moine révoqué qui est tout le temps en opposition avec ses parents royalistes en fuite...
Commenter  J’apprécie          220
jcfvc
  25 octobre 2009
Une jeune paysanne traverse la période de la terreur avec sagese et dignité. Ce roman, écrit juste après la commune de Paris, est une sorte de testament politique, une condamnation sans appel de la terreur et de la violence révolutionnaire en général. Les principes d'égalité, de liberté de de fraternité de la déclaration des droits de l'homme sont réaffirmés. L'ancien despotisme de l'aristocratie et de l'église sont bien sûr rejetés fermement. La terreur précédente a engendré la haine envers les nobles et les prêtres, mais ne peut en aucune façon être un levier pour construire une sociét plus juste. Bien au contraire, elle ne peut que se retourner contre les principes même ayant inspiré la révolte des opprimés et contre ceux-la mêmes qui utilisent la haine du peuple pour éliminer les anciens oppresseurs. Etrangement, le livre fait rétrospectivement écho à des interrogations plus modernes, voire contemporaines après les échecs du communisme. On ne peut s'empêcher de penser à l'homme révolté, dans lequel Camus oppose la révolte, légitime et humaniste, et la révolution, qui trahit trop souvent ses généreuses origines et dérive vers des tyrannies plus terribles encore que celles qu'elle a renversées. Les passages donnés en citations illustrent très bien comment les révolutionnaires romantiques deviennent des tyrans en voulant conserver à tout prix le pouvoir, en confiant les basses besognes à des cohortes de bourreaux, préoccupés plus d'éliminer leurs adversaires et ennemis personnels ou simples concurents et rivaux, sous le prétexte de lutter contre les ennemis du peuple. Les leaders qui parviennent à se maintenir au pouvoir en se débarassant successivement de leurs "amis" politiques" ne sont d'ailleurs jamais des romantiques. Je trouve que le roman est d'une actualité brûlante, au moment ou la haine des riches et des patrons, le ressentiment contre les polliticiens, censés être "tous pourris", tous complices d'un grand complot contre les humbles, semblent consituer le seul programme d'une masse déboussolée ayant perdu toute confiance en nos institutions démocratiques. Certains partis (à droite comme à gauche, pas seulement à l'extrême droite ou à l'extrême gauche d'ailleurs) surfent allègrement sur cette vague de poujadisme franchouillard et propose, à défaut de solutions, de couper à nouveau les têtes pour appaiser la colère du peuple, symboliquement d'abord, juridiquement aussi, avant de les couper "pour de vrai". Décidément, aujourd'hui comme hier, l'enfer totalitaire et souvent pavé de bonnes intentions progressistes. Les passages donnés en citation devraient convaincre aisément ceux qui les liront de l'actualité et de la pertinence des propos tenus par les protagonistes des dialogues.
Le roman contient également de très beaux passages descriptifs sur une région que je connais bien pour l'avoir sillonnée de long en large dans mon enfance et mon adolescence et dont je parle dans mon roman, le Prince des parquets salons. Cela fait toujours plaisir de voir des paysages banals, connus des seuls autochtones, embellis sous la plume d'un écrivain célèbre. Cela leur donne une "légitimité", une existence même dans le coeur de ceux qui les chérissent mais n'osaient, sans cette caution littéraire, les élever au rang de sites dignes d'intérêts. Il s'agit en l'occurence d'une région comprise entre la Creuse, l'Allier et le Berry, où sont situés d'autres romans de Sand, et notamment le meilleur de ses roamns champêtres à mon avis : Les maîtres sonneurs. ans Nanon, il est beaucoup question du village de Crevant, où l'on trouve des pierres granitiiques disposés comme des dolmens, sorte de refuge celtique et druidique pour Nanon et ses compagnons qui fuient les violences et les persécutions. Je recommande la lecture des passages donnés en citations, qui donnent une bonne idée du lyrisme de Sand lorsqu'il s'agit de parler de cette région.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
aouatef79
  09 juillet 2016
Georges Sand , nous montre dans ce roman, la détermination et la volonté
d' une petite fille de la campagne, qui ne sait ni lire, ni écrire c' est à dire
illettrée d' apprendre et à avancer dans la vie .Cette réussite dans la vie en
tant que femme et femme lettrée, elle les doit, avant tout, à son intelligence, sa ténacité et sa volonté inflexible d' arriver au but qu' elle voulait atteindre .
Commenter  J’apprécie          130
LaForceduTemps
  13 juillet 2014
Si petit nom pour une si grande personne
C'est un prénom que l'on garde longtemps, sur les lèvres après la fermeture du livre
Il vol dans le vent comme celui de Lizzie, Jo, Jane, Fanny!! Nanon
Des personnages attachants, jeunes filles pauvres, passionnées, intelligentes, amoureuses du savoir, de la littérature, vérité, sincérité, justice, liberté
Elle va tout bouger a part les montagnes, pour ses principes et sa fidélité à son amour
Enfant avec une brebis, a sa mort avec une immense famille et un domaine
En tant de révolution, elle côtoiera, la guillotine au nom de la justice
Nous portera, au bord d'une rivière en Berry, avec des farfadets et des sorcières pour construire un nid en granit à son amour !!!
passionnée et pure
Elle ne nous laisse pas le temps de nous ennuyer, ni de nous poser
Une révision complète de notre histoire de la révolution
(la petite Nanon, pauvre paysanne illettrée, devient l'amie du "petit moine" Emilien de Franqueville, bientôt rendu à l'état laïque par la fermeture des couvents. L'écho de la Révolution ne parvient que très assourdi dans ces campagnes reculées, mais la vieille société féodale chancelle, les biens nationaux sont vendus et Nanon va pouvoir, à force de courage et d'intelligence, conquérir son destin de femme)
On ne m'a pas pris pour la réquisition, mais je peux m'engager et je le veux ; c'est un devoir bien clair, à présent que la moitié, sinon les deux tiers de la France sont en révolte contre le gouvernement révolutionnaire et que l'ennemi du dehors arrive de tous les côtés pour rétablir la monarchie.
J'ai cru longtemps que nous pouvions avoir une république sage et fraternelle.
Je ne sais pas ni nous l'aurions pu avec de meilleurs chefs et des adversaires moins acharnés ; mais le temps marche vite et la ruine approche, à moins d'un grand effort de courage et de soumission.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
Gabrielle_Dubois
  15 avril 2019
« Les moutons n'ont pas grand jugement, il faut bien le dire ; ils broutent où ils se trouvent et ne quittent la place que lorsqu'il n'y a plus que de la terre à mordre. C'est bien d'eux qu'on peut dire qu'ils ne voient pas plus loin que leur nez, à cause de leur paresse à regarder. »
Connaissez-vous l'opposé d'un mouton ?
George Sand !
Dieu que cette femme était grande, puissante, intelligente, merveilleuse, visionnaire ! Je l'admire et je l'aime !
Et j'ai aimé Nanon, pour tant de raisons :
Des raisons affectives : c'est une très belle histoire de femme, d'amour, d'aventure.
Des raisons d'Histoire : au travers des différents personnages si bien campés, si profond, on comprend les enjeux, aspirations, contradictions de cette période troublée qu'était la Révolution de 1789 les années qui l'ont suivie.
Des raisons de coeur : le personnage de Nanon et les hommes qui l'entourent sont éminemment féministes.
Des raisons de révolte : pourquoi, mais pourquoi donc a-t-on des dizaines de films des Trois Mousquetaires, de le Rouge et le noir, de Madame Bovary, de Germinal, des Misérables et autres romans d'hommes et pourquoi aucun film n'a été tiré de Nanon ?
Est-ce parce que George Sand a osé penser autrement que les autres, alors que les femmes étaient nées pour être malheureuses ? George Sand en avait, du courage, et elle ne s'est jamais apitoyée sur elle-même. Espérons que les penseurs de l'Éducation Nationale qui font les choix des auteurs dans les manuels de français des lycéens, aient un jour un centième du courage de George Sand et osent lui donner une place plus importante que le 0,1% qu'elle y a actuellement !
Parce qu'on ne pourra pas vivre toujours en ne laissant que 8 voire, 2% de place aux auteurs femmes dans les manuels de français des lycéens. Faire croire que les auteurs hommes sont toute la pensée du 19ème siècle est un mensonge. Aujourd'hui, au 21ème siècle, cela étouffe 50% de la population qui ne le permettra plus bien longtemps !
Le temps est venu d'achever ce que des femmes telle George Sand avait commencé : signifier aux femmes qu'elle sont en droit d'avoir 50% de place dans le monde.
(Heureusement, les femmes de THE 51 FUND seront d'une grande aide dans ce beau projet !)
Bref, lisez Nanon, il y a tant de belles choses dans ce roman historique, tant de profit personnel à lire George Sand ! C'est aussi bon pour l'esprit que pour le coeur !
Grâce à George Sand, le futur est féminin.©
Gabrielle Dubois©
Lien : https://www.gabrielle-dubois..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Citations et extraits (15) Voir plus Ajouter une citation
armand7000armand7000   12 mai 2019
Nous revînmes, ce jour-là, par le bois de la Bassoule, et, comme nous étions en train d’admirer, nous fûmes frappés de l’étrangeté de ce bois. Il était traversé par un joli ruisseau qui s’arrêtait dans le côté creux et formait un marécage plein de plantes folles : le terrain était si frais et si bon, que tout voulait pousser pêle-mêle. À de grands arbres que le trop d’humidité avait forcés de perdre pied et qui vivaient encore tout couchés à terre, de belles fougères avaient monté sur le corps ; et puis, se trouvant bien là, elles s’étaient ressemées sur les arbres voisins qui étaient encore hauts et droits, elles les avaient couverts jusqu’au faîte et s’y épanouissaient comme des palmiers. Sur la hauteur du bois, de grandes éclaircies s’étaient faites toutes seules, car les arbres morts n’avaient point été enlevés et rien n’était entretenu ni recueilli. Les gros cailloux reparaissaient dans cette région. Il y en avait que d’antiques châtaigniers avaient enlevés de terre en étendant leur chair à l’entour, et qu’ils portaient fièrement dans leur ventre ouvert, montrant cet oeuf monstrueux avec orgueil, comme pour accuser la force de leur sève.

Mais le plus beau, c’était la partie moyenne du bois, qui, n’ayant ni trop de rochers ni trop d’eau, avait produit des hêtres d’une taille colossale, droits comme des cierges et tellement feuillus à la cime, que la clarté du jour semblait verte sous leur ombrage, comme un clair de lune. Un moment, Émilien en fut saisi.

– Est-ce que c’est la nuit ? me dit-il ; il me semble que nous sommes dans une forêt enchantée. Peut-être que les forêts vierges dont j’ai ouï parler sont faites comme cela, et que, si nous allions bien loin pour les voir, nous serions surpris d’en avoir déjà vu un échantillon au coeur de la France.

Ce bois merveilleux a existé longtemps encore
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
jcfvcjcfvc   25 octobre 2009
Eh bien, vous me demandez ce que c’est que les jacobins. Autant que je peux le savoir et en juger, ce sont des hommes qui mettent la Révolution au-dessus de tout et de leur propre conscience, comme les prêtres mettaient l’Église au-dessus de Dieu même. En torturant et brûlant des hérétiques, le clergé disait : « C’est pour le salut de la chrétienté. » En persécutant les modérés, les jacobins disent : « C’est pour le salut de la cause », et les plus exaltés croient peut-être sincèrement que c’est pour le bien de l’humanité. Oh ! mais, qu’ils y prennent garde ! c’est un grand mot, l’humanité ! Je crois qu’elle ne profite que de ce qui est bien et qu’on lui fait du mal en masse et longtemps quand on lui fait un mal passager et particulier. Après ça, je ne suis qu’un pauvre homme qui voit les choses de trop loin, et qui mourra bientôt. Vous jugerez mieux, vous autres qui êtes jeunes ; vous verrez si la colère et la cruauté qui sont toujours au bout des croyances de l’homme réussissent à amener des croyances meilleures. J’ai peine à le croire, je vois que l’Église a péri pour avoir été cruelle. Si les jacobins succombent, pensez au massacre des prisons, et alors vous direz avec moi : On ne bâtit pas une nouvelle Église avec ce qui a fait écrouler l’ancienne.
Émilien lui observa que les massacres de et les persécutions n’étaient peut-être pas l’oeuvre des jacobins, mais celle des bandits qu’ils n’avaient pu contenir.
– C’est possible, et Dieu le veuille ! répondit le prieur. Il peut y avoir de bonnes intentions chez ceux qui nous paraissent les plus terribles : mais retenez ce que je vous ai dit, quand vous aurez à les juger par la suite. Ceux qui auront trempé leurs mains dans le sang ne feront rien de ce qu’ils auront voulu faire, et, si le monde se sauve, ce sera autrement et par d’autres moyens que nous ne pouvons pas prévoir. Ma conclusion à moi, c’est que tout le mal vient du clergé, qui a entretenu si longtemps le régime de terreur que ses ennemis exercent à présent contre lui. Comment voulez-vous que les victimes de la violence soient de doux élèves reconnaissants ? Le mal engendre le mal !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          80
jcfvcjcfvc   25 octobre 2009
C’est que, vois-tu, Nanette, ce n’est pas une tête de plus ou de moins qui changera le cours des destinées ; meurtre inutile, fatalité plus pesante ; la guillotine fait plus de mal à ceux qu’elle épargne qu’à ceux qu’elle supprime. Si on ne faisait que de tuer des hommes ! mais on tue le sens humain ! on cherche à persuader au peuple qu’il doit voir sacrifier une partie de lui-même déclarée mauvaise, pour sauver une autre partie réputée bonne. Rappelle-toi ce que nous disait le prieur : c’est avec cela qu’on recommence l’inquisition et la Saint-Barthélemy, et ce sera comme cela dans toutes les révolutions, tant que régnera la loi du talion. Moïse avait dit : « OEil pour oeil et dent pour dent » ; le Christ a dit : « Tendez la joue aux insultes et les bras à la croix. » Il faudrait bien une troisième révélation pour mettre d’accord les deux premières. Se venger, c’est faire le mal ; se livrer, c’est l’autoriser. Il faudra trouver le moyen de réprimer sans punir et de combattre avec des armes qui ne blessent point. Tu souris ? eh bien, ces armes sont trouvées et il n’est besoin que d’en connaître l’usage : c’est la discussion libre qui éclaire les esprits, c’est la force de l’opinion qui déjoue les complots fratricides, c’est la sagesse et la justice qui règnent au fond du coeur de l’homme et qu’une bonne éducation développerait, tandis que l’ignorance et la passion les étouffent. Il y a donc un remède à chercher, une espérance à entretenir. Aujourd’hui, nous n’avons que des moyens barbares et nous les employons. La cause de la Révolution n’en est pas moins bonne en elle-même, puisqu’elle a pour but de nous donner ces choses, et peut-être Robespierre, Couthon et Saint-Just rêvent-ils encore la paix fraternelle après ces sacrifices humains. En cela, ils se trompent ; on ne purifie pas l’autel avec des mains souillées, et leur école sera maudite, car ceux qui les auront admirés sans réserve garderont leur férocité sans comprendre leur patriotisme ; mais ils n’auront pu persuader le grand nombre, et le besoin de se tolérer et de s’aider mutuellement renaîtra toujours à tout prix dans le peuple. Il perdra plutôt la liberté que la charité, et il appellera cela vouloir la paix. Les jacobins sont puissants aujourd’hui, tu as vu rendre à leurs fantaisies religieuses un culte imbécile ; eh bien, il n’y a rien de vrai et de durable au fond de cette prétendue rénovation. À l’heure qu’il est, je suis bien sûr que d’autres partis ruinent la toute-puissance de ces hommes, et le peuple, épouvanté de leur cruauté et de celle de leurs agents, est prêt à acclamer leur chute. Il y aura une réaction tout aussi sanguinaire et elle se fera au nom de l’humanité. Le mal engendre le mal, il faut toujours en revenir à l’idée du prieur. Mais après cela viendra le besoin de s’entendre et de sacrifier les sophismes de la fièvre à la voix de la nature. Peut-être qu’en ce moment Robespierre fait mourir Danton, il écrase son parti ; mais souviens-toi de ce que je te dis : l’année ne se passera pas sans qu’on fasse mourir Robespierre. Forcés d’attendre, attendons ! Puisse-t-il ne pas emporter la République ! mais, si cela arrive, ne nous étonnons pas. Il faudra, pour qu’elle renaisse, qu’elle soit humaine avant tout et que le meurtre soit devenu un crime aux yeux de tous les hommes.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
jcfvcjcfvc   25 octobre 2009
Un jour, nous sentant plus confiants que de coutume, et ne pouvant nous défendre du plaisir d’explorer, nous montâmes dans une région qui nous sembla, d’après le cours des ruisseaux, devoir être la plus élevée du Berry et confiner à notre pays marchois. Il n’y avait plus guère de rochers à fleur de terre. Le terrain se moulait par-dessus en grosses buttes, et, sur une des plus hautes, qui était couverte d’arbres énormes, nous vîmes enfin autour de nous, une grande étendue de pays. Ce qui nous frappa fut que c’était partout la même chose. S’il y avait quelques chaumières au loin, on ne les voyait pas, cachées qu’elles étaient sous les arbres ou dans des creux pleins de grands buissons. On n’apercevait même presque pas les nombreux ruisseaux qui sillonnent ce terrain tout déchiré, ils se perdaient sous les feuillages. Le sol se creusait en mille petits vallons qui formaient en somme une grande vallée, et ensuite il se relevait en buttes arrondies comme celle où nous étions et montait très haut. c’était toujours pareil, toujours un désert de belle et grande verdure, des arbres monstrueux, de l’herbe fraîche, des bruyères roses, des digitales pourpres, des genêts en fleur, des hêtres dans les fonds, des châtaigniers dans les hauts, un horizon tout bleu à force d’être vert, et noir à force d’être bleu. On n’entendait que le chant des oiseaux, pas un bruit humain. On n’apercevait pas même la fumée d’une habitation.
– Sais-tu, me dit Émilien, que c’est un pays surprenant ? Dans notre pauvre Creuse si aride, dès qu’il y a un petit vallon tant soit peu fertile, un coin où le rocher ne perce pas la terre, on voit un chaume, une étable, un misérable petit verger avec ses arbres tortillés par le vent ; et voici une terre profonde, légère, noire, excellente puisqu’elle nourrit cette profusion d’arbres, ces châtaigniers dont la souche se renouvelle depuis trois mille ans, peut-être davantage, car tu sais bien que le plant du vieux châtaignier ne meurt jamais à moins d’accident comme le feu du ciel : et pourtant ce pays est comme inconnu au reste du monde. Nous avons pu y vivre plus de six mois sans relations avec personne. Il ne s’y est rien construit, il n’y a pas seulement de chemins tracés sur des espaces qui échappent à la vue. Qu’est-ce que cela veut dire, Nanon ? Y as-tu songé, toi qui, en cherchant tes chèvres, avait déjà vu comme notre désert est grand et beau ?
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
LaForceduTempsLaForceduTemps   14 juillet 2014
Père, voici une âme de moins sur la terre.
Si c’était une bonne âme, ne faites point qu’elle soit perdue pour nous.
Donnez- nous sa justice et son courage pour que nous fassions en ce monde le bien qu’elle aurait fait. »
C’est que, vois-tu, Nanette, ce n’est pas une tête de plus ou de moins qui changera le cours des destinées ; meurtre inutile, fatalité plus pesante ; la guillotine fait plus de mal à ceux qu’elle épargne qu’à ceux qu’elle supprime.

Si on ne faisait que de tuer des hommes ! mais on tue le sens humain ! on cherche à persuader au peuple qu’il doit voir sacrifier une partie de lui-même déclarée mauvaise, pour sauver une autre partie réputée bonne.
Rappelle-toi ce que nous disait le prieur :
c’est avec cela qu’on recommence l’inquisition et la Saint-Barthélemy, et ce sera comme cela dans toutes les révolutions, tant que régnera la loi du talion.

Moïse avait dit : « OEil pour œil et dent pour dent » ;
le Christ a dit : « Tendez la joue aux insultes et les bras à la croix. »
Il faudrait bien une troisième révélation pour mettre d’accord les deux premières. Se venger, c’est faire le mal ; se livrer, c’est l’autoriser.
Il faudra trouver le moyen de réprimer sans punir et de combattre avec des armes qui ne blessent point.
Tu souris ? eh bien, ces armes sont trouvées et il n’est besoin que d’en connaître l’usage :
" c’est la discussion libre qui éclaire les esprits, c’est la force de l’opinion qui déjoue les complots fratricides, c’est la sagesse et la justice qui règnent au fond du cœur de l’homme"
et qu’une bonne éducation développerait, tandis que l’ignorance et la passion les étouffent. Il y a donc un remède à chercher, une espérance à entretenir.

Aujourd’hui, nous n’avons que des moyens barbares et nous les employons.
La cause de la Révolution n’en est pas moins bonne en elle-même, puisqu’elle a pour but de nous donner ces choses, et peut-être Robespierre, Couthon et Saint-Just rêvent-ils encore la paix fraternelle après ces sacrifices humains.

"En cela, ils se trompent ; on ne purifie pas l’autel avec des mains souillées",

et leur école sera maudite, car ceux qui les auront admirés sans réserve garderont leur férocité sans comprendre leur patriotisme ; mais ils n’auront pu persuader le grand nombre, et le besoin de se tolérer et de s’aider mutuellement renaîtra toujours à tout prix dans le peuple.

Il perdra plutôt la liberté que la charité, et il appellera cela "vouloir la paix."
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
Videos de George Sand (39) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de George Sand
Retrouvez vos "Live Books" du seizième numéro saison 2 de Gérard Part En Live ici :
Les Bidochon T22 : Les Bidochon relancent leur couple de Binet aux éditions Dargaud https://www.lagriffenoire.com/1002032-achat-bd-les-bidochon---tome-22---les-bidochon-relancent-leur-couple.html
Où se cache Mickey aux éditions Hachette Jeunesse https://www.lagriffenoire.com/1002564-divers-jeunesse-mickey---ou-se-cache-mickey-.html
Les os des filles de Line Papin aux éditions Stock https://www.lagriffenoire.com/146805-divers-litterature-les-os-des-filles.html
Le fils de L?Usari de Xavier-Laurent Petit, Cyril Pommet et Isabelle Merlet aux éditions Rue de Sèvres https://www.lagriffenoire.com/147052-achat-bd-fils-de-l-ursari-bd-le.html
Mort par la France de Pat Perna, Nicolas Otéro aux éditions Les Arènes BD https://www.lagriffenoire.com/112865-achat-bd-morts-par-la-france.html
La tuerie de Nicolas Otéro, Laurent Galandon aux éditions Les Arènes BD https://www.lagriffenoire.com/1000376-achat-bd-la-tuerie.html
Bad Man de Dathan Auerbach aux éditions Belfond https://www.lagriffenoire.com/142091-nouveautes-polar-bad-man.html
Les délices de Tokyo de Durian Sukegawa aux éditions Livre de Poche https://www.lagriffenoire.com/79237-divers-litterature-les-delices-de-tokyo.html
Le rêve de Ryôsuke de Durian Sukegawa aux éditions Livre de Poche https://www.lagriffenoire.com/?fond=produit&id_produit=109362&id_rubrique=338
L?enfant et l?oiseau Durian Sukegawa aux éditions Albin Michel https://www.lagriffenoire.com/1001195-divers-litterature-l-enfant-et-l-oiseau.html
O Senseï de Edouard Cour aux éditions Akileos https://www.lagriffenoire.com/42701-bd-o-sensei.html
Madame Zola d?Evelyne Bloch-Dano aux éditions Livre de Poche https://www.lagriffenoire.com/14853-poche-madame-zola.html
Madame Proust d?Evelyne Bloch-Dano aux éditions Livre de Poche https://www.lagriffenoire.com/15018-poche-madame-proust.html
Le dernier amour de George Sand d?Evelyne Bloch-Dano aux éditions Livre de Poche https://www.lagriffenoire.com/7050-poche-le-dernier-amour-de-george-sand.html
Une jeunesse de Marcel Proust d?Evelyne Bloch-Dano aux éditions Livre de Poche 9782253091639
La fabuleuse histoire des légumes d?Evelyne Bloch-Dano aux éditions
+ Lire la suite
autres livres classés : révolution françaiseVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr






Quiz Voir plus

Quizz George Sand

George Sand est un pseudonyme pour :

Stéphanie-Félicité de Crest
Marie-Antoinette de Nohant
Amantine-Aurore-Lucile Dupin
Anne-Claire De Paris

10 questions
213 lecteurs ont répondu
Thème : George SandCréer un quiz sur ce livre