AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2740426631
Éditeur : Mango (12/03/2010)

Note moyenne : 3.83/5 (sur 76 notes)
Résumé :
Je m'appelle Alcatraz. J'ai treize ans, je suis orphelin et je ne suis pas un gentil. Laissez-moi vous dire une bonne chose : si un vieux bonhomme à la santé mentale douteuse débarque chez vous sous prétexte qu'il est votre grand-père et que vous devez l'accompagner dans une espèce de quête mystique... refusez sans hésiter. J'ai été obligé d'enfreindre cette règle ; c'était un cas de force majeure. Mais croyez-moi, c'est à ce moment-là que mon destin a basculé, dire... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (31) Voir plus Ajouter une critique
Witchblade
  06 novembre 2013
Livre découvert comme d'habitude en furetant au Centre Culturel du Leclerc. Je l'ai repéré au nom de l'auteur grâce à sa trilogie « Fils-des-Brumes » qui me tente depuis quelques temps malgré la longueur de chaque tome !! Je plaisante, je me restreint de l'acheter surtout à cause de la hauteur de ma PAL.
Le résumé de ce roman a titillé ma curiosité car il a l'air complètement barré et loufoque dans son monde fantastique. Une bonne manière pour découvrir cet auteur et son style.
L'avertissement de l'auteur nous met directement dans le bain et nous prévient qu'on est tombé sur un livre complètement absurde mais non dénué d'humour. L'absurdité réside principalement dans le fait que l'auteur dit ne pas s'appeler Brandon Sanderson et que le livre est classé en fantasy alors qu'il s'agit d'un roman autobiographique. le ton est donc donné dès les premières lignes !!
Nous commençons donc ce tome avec la jeunesse de « l'auteur », il a alors 13 ans et casse tout ce qu'il touche. Il apprendra plus tard grâce à son grand-père qu'il s'agit de son Talent, celui de son papi étant d'être constamment en retard. C'est un Talent surtout bien utile quand on lui tire dessus... L'auteur a créé un monde et une logique bien à part pour son roman et certaines répliques sont vraiment très cocasses.
Au début du tome, le jeune Alcatraz est orphelin et est baladé entre plusieurs familles d'accueil car il est un désastre ambulant jusqu'au jour de ses 13 ans. Ce jour-là, il reçoit un curieux cadeau de ses parents et découvre qu'il a un grand-père un peu zinzin. Celui-ci va petit-à-petit lui expliquer qui il est vraiment, le monde dans lequel il vient d'atterrir avec toutes ses subtilités.
De temps en temps, « l'auteur » adulte fait des digressions dans son texte pour nous remonter les bretelles par rapport à certains points et nous mélanger encore un peu plus les pinceaux avec ses informations sur les Royaumes Libres, le Chutland, les Bibliothécaires, …
Au moins, l'avantage de ce tome, c'est qu'on est aussi paumé que le personnage principal et qu'on utilise toute notre bonne volonté pour essayer de comprendre ce qu'il se passe. C'est néanmoins un tome bourré d'humour et où le personnage principal, Alcatraz, n'a pas le temps de s'ennuyer grâce à son grand-père et à son équipe pour récupérer son cadeau d'anniversaire dérobé par de méchants Bibliothécaires.
Alors ! Que je vous explique la logique de certains éléments de ce monde. Tout ce qui se trouve dans notre monde moderne (armes à feu, ascenseur, électricité...) est primitif et notre monde s'appelle le Chutland. Papi Smedry et compagnie viennent des Royaumes Libres, non contrôlés par les Bibliothécaires. À l'opposé de ce qui est primitif chez nous, aux Royaumes Libres, les épées, les escaliers et torches sont sophistiqués... Quand on a compris ce principe de base, tout y est plus compréhensible et les pages défilent toutes seules malgré les interventions de « l'auteur » adulte dans le fil du récit pour nous expliquer ou nous embrouiller davantage.
La forme de ce roman est complètement fantaisiste mais est néanmoins très agréable à lire car l'auteur se fout des conventions et a écrit le délire qu'il souhaitait. Les personnages ont de la personnalité et un caractère bien à eux mais suivant les situations, ils évoluent. Les personnages sont vraiment très bien construits malgré l'histoire un brin frappa-dingue. L'univers imaginé est également bien construit et part d'une certaine logique très intéressante comme le fait que les Bibliothécaires cachent « l'information » aux Chutlandais. Même le nom de ce monde veut tout dire!!
L'auteur fait référence à certains auteurs connus de fantasy dans des dérivés de « mille millions de mille sabords » de notre cher Haddock en incluant leurs noms de famille... (Hobb, Gemmell, …). Cela m'a d'ailleurs beaucoup amusé !!
J'ai trouvé quelques coquilles dans ce roman mais comme je m'en suis doutée de par la forme de celui-ci, l'auteur a fait exprès de les inclure malgré le travail de correction de la maison d'éditions d'origine (Scholastic).
Comme vous l'aurez compris, je vous conseille donc plus que fortement de découvrir ce roman et sa suite de Brandon Sanderson qui s'est livré à un bon délire pour un roman jeunesse bourré d'aventures et d'humour. Pour ma part, je vais lire sous peu la suite des aventures rocambolesques d'Alcatraz, de son papi et de ses amis, avant d'entamer les pavés que cet auteur a écrit pour « Fils-des-Brumes », dont j'ai vraiment apprécié l'écriture et la folie qui vous met le sourire aux lèvres pour la journée !! Un bon coup de coeur donc !!
Sur ce, bonnes lectures à vous :-)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          260
Crunches
  11 avril 2012
Avis à toi qui passe sur ce blog ! Sache que les bibliothécaires ne sont pas ceux qu'ils semblent être ! Non ! Ils nous dissimulent des informations !
Vous croyez que les dinosaures sont éteints ? FAUX !
Vous croyez qu'il y a 6 continents ? FAUX !
Vous ne croyez pas à la magie ? Elle EXISTE !
Ce livre, qui parait anodin, là sur son rayon Fantasy Jeunesse, est tout simplement les mémoires d'Alcatraz Smerdy !
Qui donc ?
C'est vrai qu'ici, au Chutland, son nom ne nous est pas famillier, pas comme dans les Royaumes Libres. le Chutland regroupe les pays qui sont sous le joug des Bibliothécaires (USA, France, Grande-Bretagne, Canada etc...). Ce sont eux qui contrôlent notre accès à l'information et qui depuis des années siècles nous font croire des choses absurdes : que la magie n'existe pas, que les ascenseurs sont plus évolués qu'une volée de marche, que les bazooka et autres armes à feu sont modernes au contraire des épées ! Sottises que tout cela !
Et c'est ce qu'Alcatraz va découvrir le lendemain de ces 13 ans ! Lui qui a grandit dans différentes famille d'accueil (27 au total) et qui est considéré comme une véritable catastrophe : il casse tout ce qu'il touche !! Il ouvre une porte, la poignée lui reste en main; il veut se faire chauffer des pâtes, il met le feu à la cuisine... et ce n'est qu'un échantillon ! Bref, Alcatraz n'est pas franchement le genre de gamin qu'on souhaite avoir chez soi.
Du coup, il est plutôt étonné lorsqu'un vieux monsieur apparement zinzin débarque le lendemain de ses 13 ans pour lui annoncer qu'il est son grand-père et qu'il doit l'accompagner afin de réccupérer son héritage. Première réaction : tout refuser en bloc et mettre le papi dehors. Mais dites moi, si après ça, un homme tente de vous tuer, vous faites quoi ?
Al, lui, a suivi ce vieux monsieur un peu zinzin aux lunettes bizarres... et il nous entraine à sa suite !
Ainsi, on va découvrir avec Alcatraz, que les membres de la famille Smerdy ont tous un Talent. Différents et bizarres au premier abord, on se rend vite compte l'utilité de Savoir Trébucher, d'Arriver en Retard ou de Raconter du Charabia... sans parler de Casser des Choses ! Ces Talents permettent aux Smerdy de lutter contre les Bibliothécaires et de protéger les Royaumes Libres.
Là sur le coup, ça doit vous paraître un peu déjanté non ? Mais ce n'est pas terminé ! parce que, la magie existe bien ! Après tout, Papi Smerdy a une voiture qui se conduit toute seule et qui n'a pas besoin de carburant ! Et elle se trouve une place de parking toute seule (ça, c'est de la vraie magie !).
Il y a des Sables spéciaux qui peuvent être fondus afin de fabriquer des Verres. Verres qui peuvent être offensifs ou défensifs... Il y a les Verres Traqueurs (qui vous permettent de suivre les empreintes de pas), des Verres Boutefeu (un rayon laser est émis lorsqu'on les active), des Verres de Combats.... etc...
D'ailleurs c'est pour récupérer des Sables (les Sables de Rashid) que Papi Smerdy et Alcatraz vont pénétrer dans la bibliothèque centrale. Pas tous seuls non.. Ils seront accompagnés de Sing et Quentin (2 cousins d'Al) et de Bastille, une Crystalliote (si vous voulez savoir ce que c'est, lisez le livre !!).
Après tout, ces Sables sont le cadeaux d'anniversaire du père d'Alcatraz, il est donc normal que celui-ci reprenne son héritage.
Et maintenant, vous pouvez vous dire que c'est un peu déjanté ! Mais ça l'est encore plus dans la façon dont l'histoire nous ait narrée ! Il faut dire qu'Alcatraz prend un malin plaisir à nous faire tourner en bourrique. Les extraits que je vous ai mis plus haut ont effectivement le don de nous agacer, nous pauvres lecteurs qui voulons à tout prix connaitre la suite, et en même temps de nous faire sourire : il est rare qu'un auteur rie à nos dépends. Et puis, il y a parfois du vrai : quand l'auteur vous dit que, grâce à ses stratagèmes, vous êtes encore en train de lire alors que l'heure du couvre-feu est largement dépassée et qu'il est presque 2h du matin, vous ne pouvez qu'hocher la tête, sourire et poursuivre votre lecture non ?
Donc, non seulement la façon d'écrire est complètement hors norme, mais les personnages le sont aussi. Entre la jeune fille qui est garde du corps pour mettre ses beignes à tout ce qui bouge, le vieux papi fier d'être toujours en retard et les dinosaures en costumes trois pièces, on a de quoi s'étonner !
Et puis, l'histoire est très originale ! Les bibliothécaires en secte de méchants voulant contrôler le monde.... Je pense à ceux que je connais, et ça me fait bien sourire !!
Bref, c'est un ouvrage que je vous recommande fortement, parce qu'il est réellement prenant, facile à lire et très original ! Et bien qu'Alcatraz nous répète à tort et à travers qu'il n'est pas un type sympa, nous on finit par bien l'apprécier et à vouloir lire la suite de ses mémoires !!!
Lien : http://plaisirsdelire.blogsp..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          130
Missbouquin
  20 novembre 2015
Alcatraz est un jeune garçon de treize ans, tout ce qu'il y a de plus normal. Sauf son nom qui rappelle une célèbre prison. Sauf qu'il est orphelin. Sauf qu'il a une étrange propension à casser tout ce qu'il touche, ce qui lui a valu de changer de famille d'accueil tous les ans depuis qu'il est petit. Tous ces saufs auraient dû nous mettre la puce à l'oreille : Alcatraz n'est pas un garçon tout ce qu'il y a de plus normal ! Mais il ne le sait pas encore … jusqu'au jour de ses treize ans où il reçoit un cadeau inhabituel : un sac de sable … envoyé par son père qu'il n'a pas connu ! Dans la foulée, apparaît un étrange vieillard qui affirme être le grand-père d'Alcatraz et que ce dernier vient d'un monde magique …
Jusque-là, vous allez me dire, ce n'est qu'une moche copie d'Harry Potter ! Mais très vite, Brandon Sanderson s'éloigne de ce modèle pour partir dans un délire littéraire dans lequel j'ai sauté à pied joints pour deux cent pages de pur rire. Car dans ce roman, les ennemis ne sont pas Voldemort ou les méchants sorciers à la magie noire … mais les bibliothécaires ! Ces derniers sont en effet les maîtres du monde car ils contrôlent toute l'information : ils peuvent ainsi cacher au commun des mortels qu'il existe un monde où la magie est quotidienne ; ils peuvent ainsi maintenir l'humanité dans une ignorance crasse … Bref ils sont tout-puissants, même si tout le monde l'ignore !
« Dans cette guerre que nous menons, les épées ou les fusils n'ont pas d'importance. Ce qui compte, c'est l'information, répondit Papi. Voilà le vrai pouvoir. L'information. Les Bibliothécaires la contrôlent dans cette ville. Dans ce pays. Ils contrôlent ce que les gens lisent, ce qu'ils voient au cinéma ou à la télévision, ce qu'ils apprennent à l'école ou ailleurs. C'est ce qui leur donne leur puissance, que nous allons briser, toi et moi. »
Alcatraz va donc devoir les affronter pour comprendre qui il est et pourquoi ses parents l'ont abandonné, et pour cela il va devoir s'introduire dans le plus dangereux des endroits : une bibliothèque publique !
« Vous n'avez peut-être jamais eu l'occasion de visiter une vraie bibliothèque, dans toute sa glorieuse et étouffante majesté … Dans ces espaces, les bouquins sont sagement alignés, rayonnage après rayonnage. Ils sont montrés sous leur meilleur jour. Un peu comme les chatons, qui sont siiiii mimis. C'est pour mieux vous attirer avant de vous bondir dessus et de vous dévorer.
Sérieux. Méfiez-vous des bébés chats.
Les bibliothèques publiques existent dans le seul but de vous aguicher. Les Bibliothécaires veulent que tout le monde lisent leurs livres … En fait le seul titre qu'ils ne vous laissent pas lire est celui que vous avez entre les mains. »
Par la même occasion, Alcatraz dynamite le mythe de l'écrivain gentil, celui qui veut du bien à ses lecteurs : « Nous autres écrivains produisons des ouvrages pour une seule et unique raison : parce que nous aimons torturer nos lecteurs…. La vérité, simplement, c'est que les écrivains adorent mettre les gens à l'agonie. Si ce n'était pas le cas, nos romans n'auraient pas d'autre sujet que les fêtes d'anniversaires des petits lapinous. ». Et en passant, il se moque de nous quand nous nous attendons à ce que les héros soient héroïques, qu'ils apparaissent toujours au bon moment. Cette critique des romans planplan m'a fait grandement plaisir, tout comme cela devrait être le cas pour les lecteurs adolescents qui s'ennuient en lisant les romans que les adultes leur conseillent … J
Avec finesse, humour déjanté et maîtrise de la langue, Brandon Sanderson, par la bouche de son anti-héros ultra-attachant, marche dans les pas du grand Terry Pratchett en nous offrant un roman parfaitement addictif pour les adolescents (et pour les adultes !)
« Vous voyez, le dernier chapitre se terminait sur un suspense terrible. A présent, il est sans doute très tard dans la nuit et vous avez décidé de veiller afin de lire ce livre alors que l'heure de l'extinction des feux est passée. Si tel est le cas, je vous félicite : vous êtes tombé dans mon piège ! ça fait partie des grands plaisirs de l'écrivain d'apprendre qu'une de ses oeuvres a tenu un lecteur éveillé jusqu'à l'aube. Ça a à voir avec la méchanceté des romanciers, qui se délectent des souffrances d'autrui. Et aussi, les producteurs de café nous filent un pot-de-vin. »
Amoureux des livres et des bibliothèques, n'hésitez plus, enlevez vos oeillères et contemplez la vérité : les bibliothécaires sont les maîtres du monde !
(bon ok peut-être que je n'étais pas très objective lors de la rédaction de cet article … mais j'espère que vous le lirez quand même !)
Lien : http://missbouquinaix.com/20..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
Nelja
  21 septembre 2014
Le narrateur - qui est le héros quelques années plus tard - a décidé de rédiger ses mémoires, pour montrer que contrairement à la croyance populaire, il n'est pas un héros, et est même un assez odieux personnage. Il compte le montrer de deux façons : d'une part en racontant toute la vérité (ou presque) sur sa vie, afin de prouver que ses actes d'"héroïsme" sont le plus souvent des mouvements de panique ou assimilés. Et d'autre part, avec la structure de son livre, en torturant ses lecteurs, faisant de grandes digressions aux moments de suspense, et pire.
J'adore la façon dont il se moque du lecteur et fait lourdement remarquer ses propres figures de style. J'ai ri pendant tout le tome à cause de ça. Les "mais non, je ne suis pas un gentil" sont un peu lourds à force de répétition, mais cela se calme peu à peu.
Mais sinon, l'histoire : notre monde est dominé par une conspiration de bibliothécaires, qui essaient, "pour notre propre sécurité", de nous cacher la vraie nature du monde, qui inclut des super-technologies (ou magies, ce n'est pas certain) basées sur le verre, et un continent caché dans l'océan Pacifique. Au début, je m'"inquiétais", je me demandais un peu à quel degré étaient les histoires de théorie du complot, mais non, c'est juste du délire.
Le héros le découvre le jour de ses 13 ans, le jour aussi où il découvre que sa famille vient des Royaumes Libres (de la domination bibliothécaire). Aussi, en tant que descendant de l'illustre famille Smedry, il a un Talent. le sien est de casser des choses.
En treize ans, il avait déjà remarqué. Ce n'est pas toujours agréable à vivre, comme super-pouvoir. Mais ce n'est pas grave, parce que ce Talent peut facilement être utilisé avec une intensité et une imagination qui en font un pouvoir très puissant ! Et il en est de même d'une bonne partie des Talents de sa famille (arriver en retard, se perdre, trébucher et se casser la gueule, etc... Il ne va pas tarder à les rencontrer). J'adore ce système de "magie".
L'ambiance, malgré les dangers et les conspirations, reste joyeuse - l'auteur est clair sur le fait qu'il veut écrire une histoire pour enfants qui n'est pas une tragédie. Les personnages sont tous agréables et amusants, sans qu'aucun m'ait touchée personnellement. Ceci dit, ça a largement suffi pour m'embarquer dans une nouvelle série !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
Le_chien_critique
  31 mars 2017
Un complot mondial ourdi par des bibliothécaires. Heureusement que j'emprunte en numérique, sinon, j'aurais mordu les mollets de ces infâmes !
Un orphelin à la découverte d'un monde caché où la magie est présente, de quoi avoir peur d'une énième resucée de Harry Potter. Mais Mister Sanderson s'en sort avec les honneurs. Son atout principal : celui de ne pas se prendre au sérieux. Jouant la carte du pastiche de la fantasy, la magie noble en prend pour son grade : la baguette magique remplacée par des lunettes; des talents magiques plus incongrus les uns que les autres : pouvoir de casser, de trébucher, d'arriver en retard, de parler de manière incompréhensible... Des talents aux apparences plus nulles les uns que les autres.
Ajouter des dinosaures so british, une garde du corps adolescente, un anthropologue à la gâchette facile,... Bref, une fine équipe de bras cassés.
Et le fameux complot. le monde visible est dirigé secrètement par les bibliothécaires. Sous leurs oripeaux fidèles à l'imagerie populaire, ils manipulent l'information pour mieux nous guider comme des moutons. le vrai nom de notre monde : le Chutland !
Et pour mieux nous faire prendre nos vessies pour des lanternes, ils ont décidé de classer l'autobiographie d'Alcatraz Smedry au rayon Fantasy, alors que sa place devrait être au rayon Témoignage.
Bref, de quoi donner l'envie de retourner dans nos bibliothèques contrôler ce qui s'y passe. Et pourquoi pas en profiter pour emprunter quelques lectures imaginaires...
Un divertissement pour ceux qui ont gardé leur âme d'enfants, sans prétention, intelligent, plein d'inventivité, de références et d'humour. Peut être quelques bémols sur les digressions du narrateur qui émaillent régulièrement (trop ?) le récit. Mais bon, rien d'insurmontable.
Plein de choses ne sont qu'à peine effleurées dans ce premier tome (la magie silimatique, les royaumes libres, ...), heureusement, il en reste trois (quatre dans la langue de Shakespeare)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
Citations et extraits (22) Voir plus Ajouter une citation
WitchbladeWitchblade   17 février 2014
Peut-être qu'on vous a déjà donné des conseils de lecture. Peut-être même que des amis, des parents, des profs vous ont mis un bouquin entre les mains en vous disant : « Tu dois lire ça. » Ces livres sont systématiquement décrits comme « importants », ce qui, d'après mon humble expérience, signifie qu'ils sont d'un ennui mortel. (Des mots comme « significatif » ou « réfléchi » sont aussi de bons indices.)

(autre digression du personnage).
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          310
WitchbladeWitchblade   22 février 2014
Vous voyez, le dernier chapitre se terminait sur un suspense terrible. À présent, il est sans doute très tard dans la nuit et vous avez décidé de veiller afin de lire ce livre alors que l'heure de l'extinction des feux est passée. Si tel est le cas, je vous félicite : vous êtes tombés dans mon piège ! Ça fait partie des grands plaisirs de l'écrivain d'apprendre qu'une de ses œuvres a tenu un lecteur éveillé jusqu'à l'aube. Ça a à voir avec la méchanceté des romanciers, qui se délectent des souffrances d'autrui. Et aussi, les producteurs de café nous filent un pot-de-vin.

(digression de l'auteur au milieu d'une scène intéressante...)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          200
WitchbladeWitchblade   16 février 2014
Au Chutland (cet ensemble de nations contrôlées par les Bibliothécaires, comme les États-Unis, le Canada ou la France), ce livre sortira dans la catégorie Fantasy. Ne vous laissez pas abuser ! Ceci n'est pas un ouvrage de fiction et je ne m'appelle pas Brandon Sanderson. Il ne s'agit que d'un subterfuge, afin que ce livre n'apparaisse pas sur le radar des agents Bibliothécaires.

(Avertissement de l'auteur...)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          270
WitchbladeWitchblade   19 février 2014
Apparemment, dans les Royaumes Libres, on considérait les armes à feu ou les voitures, par exemple, comme « primitives ». Complètement ridicule ! Ça n'avait rien d'antique, c'était... c'était ce que je connaissais. Pour moi qui avait grandi aux États-Unis, tout ce que j'avais (et tout ce que je faisais) était ce qui se trouvait de mieux, de plus perfectionné, de plus nouveau sur la planète.
Commenter  J’apprécie          180
WitchbladeWitchblade   21 février 2014
Je m'étais toujours imaginé dans le rôle du rebelle. En réalité, je n'étais qu'un pleurnichard qui piquait des colères et cassait pour blesser les autres avant qu'ils ne le blessent. Fichue humilité ! Elle produisait des effets vraiment bizarres. J'aurais dû me sentir écrasé sous le poids de la honte, tel un misérable vermisseau. Curieusement, ce ne fut pas le cas.
Commenter  J’apprécie          180
Videos de Brandon Sanderson (21) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Brandon Sanderson
Rediffusion du live facebook de la rencontre avec Brandon Sanderson à la librairie La dimension fantastique (106 rue La Fayette, 75010 Paris) le 22 octobre 2016 .
autres livres classés : humourVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacCulturaMomoxLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

Fils des brumes* : L'Empire Ultime

Comment Vin appelle-t-elle sa capacité à influencer les autres gens au début de l'histoire ?

Allomancie
Porte-bonheur
Ferrochimie
Porte-chance
Allomencie

12 questions
50 lecteurs ont répondu
Thème : L'empire ultime, (fils-des-brumes*) de Brandon SandersonCréer un quiz sur ce livre