AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet
Elantris tome 0 sur 4
EAN : 9782253159919
800 pages
Le Livre de Poche (13/04/2011)
4.15/5   435 notes
Résumé :
Il y a dix ans, la sublime cité d'Elantris, capitale de l'Arélon, a été frappée de malédiction. Ses portes sont désormais closes et nul ne sait ce qui se passe derrière ses murailles. Kaë est devenue la première ville du royaume. Quand la princesse Sarène y arrive pour épouser Roaden, l'héritier de la couronne, on lui apprend qu'il vient de mourir. Veuve d'un homme qu'elle n'a jamais vu, Sarène choisit pourtant de rester à la cour, et tente de percer le mystère d'El... >Voir plus
Que lire après Elantris - IntégraleVoir plus
Critiques, Analyses et Avis (91) Voir plus Ajouter une critique
4,15

sur 435 notes
5
36 avis
4
36 avis
3
9 avis
2
7 avis
1
0 avis
Je suis très déçu de l'auteur qui ma ravi avec "Fils-des-Brumes". J'aurais pu le lire avec plaisir ou tout du moins sans déplaisir, si je n'avais levé les yeux au ciel et poussé de gros soupirs à chaque chapitre devant l'idéologie balourde, le prosélytisme lourdingue et les trucs qui seront réutilisés dans tous ses livres postérieurs, parfois tels quels…
Donc c'est parti pour une critique 100% mauvaise foi. Donc si vous avez aimé l'oeuvre, passez directement à la conclusion, car pire que les poncifs de la Big Commercial Fantasy ou le conservatisme d'une certaine Fantasy, on a affaire ici à de la Christian Fantasy tant j'ai lu des romans consacrés au christianisme moins curaillons que celui-ci (je n'ai aucune haine contre le truc hein, mais j'aime être prévenu quand un bouquin a été conçu par et pour des grenouilles de bénitiers).

Brandon Sanderson comme J.J Abrams veut réconcilier l'Amérique moderne et l'Amérique profonde autour des valeurs de l'Amérique éternelle, mais la mise en avant de l'anarcho-capitalisme, des mérites de la libre entreprise, de la supériorité de la démocratie représentative par rapport à la démocratie participative (jugée dangereuse car égalitariste donc crytpo communiste), de la destinée manifeste du Nouveau Monde par rapport au Vieux Monde qui a failli et autres « God Bless America » et « In God We Trust »… ne me parlent absolument pas, mais doit ravir un lectorat qui connaît par coeur les discours des Pères Fondateurs. (Gros soupir.)
L'auteur se trahit, oubliant ça et là son univers médiéval fantastique censé servir de paravent aux opinions politiques, économiques, religieuses et morales, reprises en coeur par les sermons du Prince Raoden et les prêches de la Princesse Sarène, cousin et cousine de Richard Cypher et de Kahlan du cycle de "L'Epée de vérité". (Gros soupir.)
Sinon, on devine aussi facilement que l'auteur fait partie de l'Église de Jésus-Christ des saints des Derniers Jours… (Gros soupir.)


Reprenons commençons par le commencement…
Il existe plusieurs écoles et courants assez marqués géographiquement dans la SFFF américaine, comme le southern gothic du Vieux Sud, l'urban fantasy des scriblies de Minneapolis ou l'écurie grimm & gritty de Santa-Fe dirigée par GRR Martin... Brandon Sanderson fait partie lui de la mormon connection du Middle West (à laquelle appartient Stephenie Meyer par exemple). Quand il se lance dans son premier roman, il a 30 ans, il est diplômé en écriture créative et a été plusieurs années assistant de Dave Wolverton, le précurseur de la fantasy néo classique américaine, à l'université mormonne de Brigham Young localisée dans l'Utah Nous avons donc affaire à un écrivain professionnel qui connaît toutes techniques des ateliers d'écriture. Que fait-il pour son 1er roman ? Il pioche largement chez David Eddings, le best-seller des années 1980, chez Robert Jordan, le best-seller des années 1990, et chez Terry Goodking, le best-seller des années 2000. Comment voulez-vous que je croie ici en la sincérité de sa démarche ?
Raoden c'est Garion, Sarène c'est Ce'Nedra, Téos et Arélon pourrait appartenir à l'Alorie et les Fjordiens c'est bien sûr les Murgos… Mais là où David Eddings mettait en scène dans Belgariade et Mallorée une allégorie de l'opposition entre un Occident capitaliste et une URSS communiste avec une évolution allant de la Guerre Froide à la Détente, ici l'auteur oppose un Nouveau Monde libéral et protestant à un Vieux Monde autoritaire et catholique, avec son pape dictatorial, ses templiers sans pitié, ses inquisiteurs sans coeur et ses missionnaires jésuites sans âme. Et on en rajoute une couche avec un naming teuton pour faire une analogie avec l'Allemagne nazie, histoire de bien comprendre que le catholicisme c'est le mal absolu. La preuve, Hitler était catholique… (ironie inside)
L'auteur essaie de brouiller les cartes en intervertissant certaines caractéristiques de l'Angleterre et des Etats-Unis puisqu'après une Glorieuse Révolution on enchaîne avec une Guerre d'Indépendance opposant « Loyalistes » et « Patriotes », mais bon au final, on se retrouve avec l'union sacrée anglo-saxonne contre le débarquement imminent de l'Axe du Mal. A ce jeu d'ailleurs la République Duladène reprend le rôle jadis dévolu à feue la IIIe République durant les années 1930. Et pour faire bonne mesure on a affublé ses habitants de tous les clichés habituellement attribués aux frenchies (une dualité arrogance / insouciance, une dualité aristocratie / citoyenneté, un peu antinomique celle-ci, mais ce n'est pas bien grave puisqu'on nous juge très galants et sont très portés sur la bonne cuisine…)
Du coup, C'était bien la peine d'avoir cédé à la tentation d'un naming aussi inutilement compliqué où Jindoais = Juifs, Shu-Késeg = christianisme, Sku-Déreth = catholicisme, Sku-Korath = protestantisme, Wyrn = pape, Jaddeth = Jésus, Domu = Dieu…
Oui car en plus on fait tout ce qu'il ne faut pas faire en fantasy avec ce chapitre 3 digne d'une caricature de Boulet : http://www.bouletcorp.com/blog/2010/05/21/fantasy/
Cela ne serait pas si dégoulinant de religiosité, si un POV entier du roman était dédié à un évangéliste en pleine crise existentielle, une récurrence de bondieuseries diverses et variées (je n'ai osé compté les « bénit soit-Il » et cie, sinon j'aurais fait une syncope), un sermon par chapitre, et ce détestable chapitre 11 qui m'a donné l'impression d'être à l'église avec ce « Comment convertir une population à sa religion pour les nuls » remplis de discussions métaphysiques, de débats théologiques, de réflexions sur la bonne manière d'allier passion et logique pour faire un bon sermon et de questionnements sur les intonations et les gestuelles à utiliser pour prêcher devant ses ouailles… (Gros soupir.)
Cela sent vraiment le vécu. Effectivement l'auteur connaît bien la question puisqu'il a été 2 ans missionnaire au service de la foi mormone à Séoul en Corée du Sud… Donc question sermons, prêches, évangélisation, gestion de congrégation, querelles de clochers entre différentes confessions et tout le toutim il connaît ses classiques !
Dis donc Brandon, tu ne serais pas en train de nous vendre le mormonisme par hasard ? Et au lieu de faire du catholicisme bashing pour brosser ton lectorat attendu dans le sens du poil, tu aurais pu faire un détour par les écoles de redressement protestantes dans les Îles Philippines, là tu aurais été servi niveau brimades et lavages de cerveaux… Encore que, je me demande si le personnage du missionnaire traumatisé par son passage au monastère de Dakhor, qui leur ressemble étrangement, ne serait pas une forme de catharsis ? mystère et boule de gomme


Revenons ensuite sur l'histoire construite autour de 3 personnages principaux, qui accélère au fil de chacune des 3 grandes parties. En effet les chapitres raccourcissent au fil de l'histoire, pour ne faire plus que 2 à 3 pages à la fin du roman.

* Nous suivons l'optimiste et altruiste Prince Raoden âgé de 20 ans, frappé par la malédiction du Shaod et obligé de rejoindre la ville fantôme d'Elantris, autrefois capitale merveilleuse peuplée de demi-dieux aux pouvoirs fabuleux.
Depuis 10 ans la magie s'est éteinte, et si ses habitants sont restés immortels, ils ne guérissent plus, le moindre bobo devenant ainsi éternel. Ils souffrent aussi horriblement de la faim et de la soif, puisqu'étant mis au ban de la société mais immortels quand même, leurs anciens sujets arélois les laissent livrés à eux-mêmes sans eau ni nourriture…
J'ai parfois eu l'impression que la Nouvelle Elantris ressemble à la Nouvelle Orléans. Pourtant le livre écrit en 2005 précède la catastrophe de l'ouragan Katrina… Peu importe, on sent bien le côté post-apo voir zombifique de cité morte. Cela aurait pu être beaucoup mieux, exploité, mais si l'auteur exploitait vraiment ses cadres dans ses romans, on le saurait depuis le temps. Mais c'est quand même se satura.
Officiellement déclaré mort, il change d'identité et redémarre de zéro. Mais à peine ami avec le fidèle et jovial Galadon, il va se mettre martel en tête d'améliorer les conditions de vie matérielles et spirituelles de ses nouveaux citoyens, et refaire fonctionner la magie d'Elantris pour lever la malédiction qui les frappe tous.
Le projet est ambitieux puisque que le ghetto est dirigé par 3 bandes qui rackettent les nouveaux arrivants avant qu'ils ne deviennent des Hoëds, des épaves humaines gémissantes survivant dans une douleur perpétuelle. Raoden va pourtant rallier à tout le monde à lui par la magie de Verbe, qui ressemble bien souvent aux techniques managériales de gestion de groupe. J'ai toujours eu de la sympathie pour la « pensée positive », mais bon là tout le monde adhère aux discours du Prince qui se résument à « I had a dream » (encore que, lesdits discours sont remplis d'aphorismes genre « aide-toi et le Ciel t'aideras » ou « le travail rend libre », enfin plein de trucs qui sentent un peu le libertarisme). Et puis bon, la grosse baston entre bandes rivales qui est évitée par un beau discours sur « aimez-vous les uns les autres »… (Gros soupir.)
On a donc des passages nettoyage, artisanat, construction et agriculture au fur et mesure qu'il réorganise les Elantriens. C'est quand même incroyable que tout le monde ait attendu un prince qui n'a jamais travaillé de sa vie pour se prendre en main. Il n'y avait donc personne pour penser aller récoler les fruits et les légumes dans les nombreux verges et jardins de la cité ??? Raoden (ré)organise la communauté donc, mais ressemble de plus en plus à une congrégation tant on sent l'allégorie du bon berger devant guider son troupeau vers… la rédemption et le Salut ? (Gros soupir.)
En plus, les personnages semblent quitter le récit en se fondant dans la masse au fur et mesure que la communauté grandit. Et le grand mystère d'Elantris et un peu éventé dès la première page, du coup les révélations sont un peu bancales, d'autant plus que cela devient confus tellement les allégories religieuses sont mises en avant : Raoden souffre le martyr (= chemin de croix), il est immergé dans le lac d'Elantris (= baptême), puis après une épiphanie puis il refuse de se laisser mourir (= Résurrection) avant de sauver tout le monde (= Salut).

* Nous suivons la courageuse et résolue Princesse Sarène âgée de 25 ans, rebelle mais pas trop quand même… (Gros soupir.)
Malgré sa position inhabituelle (jeune veuve esseulée en pays étranger d'un homme qu'elle n'a jamais rencontré), je n'avais pas compris pourquoi elle qui est aussi forte de caractère, belle, jeune, intelligente et richissime, se tape un grosse déprime d'entrée, au point que l'auteur se sent obligé de lui adjoint toute une tribu familiale sortie du chapeau pour lui remonter le moral : Oncle Kiin, Daora, Lukel, Jassa, Adien, Kaise et Daorn (je me suis laisser entendre dire que ces derniers seraient les héros d'Elantris 2)
Sarène est veuve avec impossibilité de se remarier : elle le vit comme une malédiction qui ruine son existence présente et à venir. WTF ? Ah oui, mais en fait c'est parce qu'elle est mormone et que dans le mormonisme les rapports sexuels hors mariage sont strictement interdits sous peine d'exclusion de la communauté, donc elle se lamente par avance de mourir vieille fille et pucelle sans avoir connu l'Amoûr… (Gros soupir.)
On a d'un côté des réunions tupperware avec des tirades sur le jardinage, la décoration d'intérieure, la broderie et la cuisine entre 2 leçons d'escrime (car Sarère est sportive et défend la cause féminine), et d'une autre côté un salon de thé sudiste où on discute exportations, productivité des plantations, et possible voire probable abolition de l'esclavage C'est assez déroutant d'entendre des comtes et des ducs parler comme des managers d'entreprise avec le vocabulaire idoine : coût de production, retour sur investissement, taux de rentabilité…
Sarène reprenant la tête du parti de son défunt fiancé, on fait la critique du capitalisme sauvage mis en place par le roi Iadon. Mais que propose-t-on pour y mettre fin ? Un édit d'émancipation qui permettra à chacun d'avoir un lopin de tête et de participer à la Conquête de l'Ouest (Gros soupir).

* Nous suivons également le gyorn Hrathen, un prédicateur envoyé en mission par son maître : il a 3 mois pour convertir l'Arélon à la foi déréthie, après quoi il enverra l'armée s'occuper de la question.
Il veut éviter au pays un bain de sang, puisque c'est lui qui a oeuvré à la conversion de la République duladène qui s'est achevé par une révolution meurtrière (l'allégorie de la France devait forcément connaître une révolution, une guerre civile, et quelques émules de Dupont de Nemours, l'un des plus célèbres nobles exilés en Amérique, sinon on n'aurait pas été raccord).
Il pense avoir trouvé avec Sarène un adversaire à sa mesure de son intellect et va se prêter au jeu de leur confrontation.
Mais il se pose bien de question sur sa foi tout en prêchant et en sermonnant, en achetant des conversions, en organisant de faux miracles où des pogroms anti-élantriens pour souder les gens dans la haine de son prochain (et pas dans l'amour de son prochain et gnagnagna... Et puis zut hein, j'en ai déjà tellement parlé !)

Le prince et la princesse idéalistes font plus jeunes que leur âge dans leur comportement, sans doute parce que trop coulés dans des stéréotypes adolescents de la Big Commercial Fantasy toujours résolument Young Adult. Ils sont chacun accompagné d'un Scooby Gang qui au-delà de péripéties parfois de remplissages, ne servent bien souvent que d'auditoire à l'un ou à l'autre, et une bonne partie des personnages quittera le récit une fois que le Prince et la Princesse pourront se donner mutuellement la réplique. On remet rarement en cause les grands discours des uns et des autres, puisque qu'après tout les héros défendent toutes les causes qui méritent d'être défendues, et régulièrement les personnages servent souvent de chiens de garde aux personnages principaux, et au-delà il n'y a plus que des moutons…
Bergers, chiens, moutons. On est dans l'imagerie chrétienne stéréotypée. Il ne manque plus que les loups s'attaquant au troupeau du Seigneur. Comment s'appelle le méchant déjà ? Wulf, qui veut dire « loup » en allemand… (Gros soupir.)

Chacun dispose néanmoins d'un side-kick pour lui rappeler qu'ils ne sont pas parfait et qu'il faut rester humble :
-on rappelle à Raoden que son optimisme est écoeurant et qu'on son immunité à la résignation est surnaturelle
- on rappelle à Sarène que malgré son intelligence, son art de rhétorique et sa maîtrise des intrigues qu'elle reste une femme avec des sentiments
- on rappelle à Hrathen qu'il n'est malgré son rang, il n'est qu'un serviteur du Seigneur qui doit démontrer sa foi…
On pousse même le vice à respecter les quotas ethniques en intégrant des afro-américains dans un univers médiéval-fantastique 100% anglo-saxon : Galadon et le baron Shuden sont grands, musclés et exotiques avec leur peau noire et leur bonne humeur permanente… (Gros soupir.)


Les 75 dernières pages sont très bien, géniales voire kiffantes. Sauf que j'ai eu l'impression que l'histoire commençait là, tant toute ce qui précède semble n'avoir servi que de remplissage pour atteindre un quota de page à remplir, mas les combats sont un confus et tout déboule de nulle part en même temps avec 1 révélation par page...

D'un côté on a donc une succession de mini intrigues / mini-scènes qui sont là pour faire avancer le schmilblick sans que lecteur ne s'endorme :
* le terrible chef de bande Shaor est… la fille du Duc Telrii !
Gros twist, sauf qu'il ne servira à rien du tout par la suite, le personnage comme tant d'autres disparaissant du récit.
* le roi Iadon qui n'a foi en rien est… un païen jeskeri qui verse dans le satanisme ! Gros twist, sauf que le roi se suicide et que plus personne ne reparler de cette secte sanguinaire.
* Kaloo l'aristocrate duladène en exil est… le Prince Raoden déguisé !
A part nous offrir un détournement du Don Diego de la Vega de Disney, ça n'est finalement qu'une péripétie de remplissage.

D'un autre côté on a donc une avalanche de révélations qui ne peuvent pas être exploitées vu qu'elles surviennent à la toute fin :
* Oncle Kiin est… le seigneur pirate légendaire Dréok Brisegorge et le véritable roi du Téod ! Sauf que comme le personnage a joué les pots de fleurs durant 500 pages...
* « Rainman » Adien est… un Elantrien !
Sauf que le personnage est à peine mentionné 2 fois en 500 pages...
* le gyorn Hrahten est … tombé amoureux de Sarène !
Comme ça n'avait jamais été suggéré en 500 pages, c'est juste là pour justifier son comportement héroïque de chevalier blanc dans le grand final...
* Diraf n'agit pas par fanatisme mais… par vengeance ! D'ailleurs il n'a pas 20 ans mais 70 ans, et il n'y pas arteth mais gradget, et en plus c'était l'instructeur de Hrathen au monastère maudit de Dakhor... WTF !

Bref, l'auteur applique la même formule à tous les livres du coup toute la mise en scène devient artificielle :
début qui plonge tout de suite le lecteur dans le truc => présentation des personnages, de l'univers, des enjeux => scène d'action/intrigue A => interrogation sur nouveaux éléments arrivés dans la scène A => scène d'action/intrigue B => interrogation sur nouveaux éléments arrivés dans la scène B => scène d'action/intrigues C => interrogation sur nouveaux éléments arrivés dans la scène d'action C => final explosif => fin ouverte avec cliffhangers de dernière minute à la J.J Abrams qui nous en apprennent plus que tout ce qui précédé, censés faire le lien avec la/les suite(s) éventuelle(s), Brandon Sanderson franchisant toutes ses histoires comme le réalisateur/producteur.


Et il y a aussi des passages où j'ai eu envie de secouer les personnages tellement ils sont naïfs :
* Eh oh les révolutionnaires en herbe, cela fait des pages et pages que vous complotez à voix haute sans aucune précaution et que rien n'est décidé donc il ne faudra pas vous étonnez si échouez hein...
* Eh oh les patriotes en herbe, il y a aussi cette recrudescence de mystérieux mecs baraqués et encapuchonnés à l'accent germanique qui déboulent tout droit de l'empire totalitaire dont tout le monde craint une invasion imminente…



Conclusion :
Le Prince et la Princesse, grâce à leur courage et leur efforts, aidés par le martyr de Martin Luther Hrathen et par la Divine Providence, refonde le mormonisme pour assurer le Salut de l'Arélon. Si on fait une totale abstraction de la mélasse religieuse prosélyte qui transparait dans ses personnages et transpire 1 page sur 2, c'est un premier roman bien écrit qui se laisse plutôt agréablement lire. L'auteur est un peu magicien, car il est très doué pour donner vie à des personnages et à les rendre sympathiques en quelques pages, mais comme il fait toujours le même tour, on finit fatalement par repérer les trucages et la magie n'opère plus…
Mais Dieu merci, sans mauvais jeu de mot, l'auteur a lâché du lest sur ses convictions religieuses dans ses romans suivants, mais on retrouvera bien souvent la théocratie dictatoriale, le clergé autoritaire, le personnage religieux en pleine crise de foi et la figure christique qui va souffrir et mourir pour la rédemption de son peuple. Il y en a même qui ressuscitent pour délivrer un dernier message à leurs ap
Lien : http://david-gemmell.frbb.ne..
Commenter  J’apprécie          5219
De la cité rayonnante et cosmopolite d'Elantris abritant des êtres pleins de charisme et possédant de grands pouvoirs, il ne reste aujourd'hui que des ruines. La cause ? Une étrange malédiction ayant transformé ces sortes de « demi-dieux » en créatures pathétiques, défigurées et impuissantes, mais immortelles. Abandonnés à leur sort derrière les remparts de leur cité, ces pauvres hères ne retrouvent un peu d'animation que lorsqu'on escorte parmi eux un nouveau « maudit » frappé par la même affliction et venu gonfler leurs rangs. A faible distance des remparts, une autre cité a fini par émerger et asseoir son pouvoir sur la région de l'Arélon. Mais entre les intrigues de cour, la situation préoccupante dans laquelle se retrouve le trône après que la « malédiction » ait frappé un personnage inattendu, et l'arrivée d'un représentant d'une des religions les plus influentes du moment chargé de convertir la population, autant dire que les choses ne vont par tarder à se gâter. Sans être bluffant d'originalité, le scénario laissait présager un roman divertissant mêlant complot, guerre et magie dans un monde de fantasy bien construit. le résultat est cependant loin de ce à quoi je m'attendais et, même si la seconde partie du roman relève un peu le niveau, je dois avouer avoir été plutôt déçue.

Le premier bémol tient aux personnages mis en scène par Sanderson qui, s'ils finissent par prendre un peu d'épaisseur, n'en restent pas moins pendant les trois-quart du roman de véritables caricatures. La belle princesse trop intelligente et indépendante pour son bien, le prince (lui aussi beau et brillant) prenant le parti des plus faibles et tenant tête à son royal père, le prêtre complètement fanatique débordant d'une haine incompréhensible tant elle est véhémente... , j'arrête là, je pense que vous voyez le tableau. Ajoutez à cela des ficelles scénaristiques grosses comme une maison, des rebondissements prévisibles deux cent pages avant qu'ils surviennent et surtout une incroyable naïveté de la part des personnages, et vous obtenez cinq cents pages très indigestes qui vous feront pousser des soupirs d'agacement ou d'ennui (au choix) toutes les cinq minutes. Il faut dire qu'entre la princesse qui met son nez partout sous n'importe quel prétexte et les remarques du style « Très pertinent, madame » ou « comme c'est intelligent ! » après que la dite princesse ait exposée une théorie dont le niveau intellectuel n'excède pas celui d'un enfant de dix ans, il y a franchement de quoi être agacé. Heureusement, l'auteur se fait plus convainquant dans la seconde partie plus rythmée de son récit qui parvient à surprendre davantage et accorde un peu plus de profondeur aux personnages.

Brandon Sanderson signe avec « Elantris » un roman peu captivant bourré de clichés et souvent trop « simpliste », tant au niveau du déroulement des événements que de la mentalité des personnages. le récit parvient cela dit à réveiller l'intérêt du lecteur quelques centaines de pages avant la fin, même si celle-ci reste très convenue et prévisible. A réserver aux lecteurs peut-être peu habitués à lire de la fantasy...
Commenter  J’apprécie          282
Qu'est-ce que je voulais dire déjà ? Ah oui.
ENORME. COUP. DE COEUR.

Ça faisait quelques temps que j'avais envie de découvrir Brandon Sanderson. Fils-des-Brumes et Les Archives de Roshar me faisaient bien envie mais… c'était des séries longues, et je n'avais pas envie de me lancer comme ça sans avoir une idée du style de l'auteur. Alors j'ai décidé de le découvrir avec un oneshot, son premier livre publié de surcroit, Elantris. J'étais contente de démarrer cette lecture, mais avec quelque réserves tout de même, car j'avais vu des avis de lecteurs qui connaissaient les autres oeuvres de l'auteur, et qui disaient que ce n'était clairement pas ce qu'il avait écrit de mieux. Alors du coup, ça m'en bouche un coin, j'en reste scotchée. Que ça ce soit le premier livre publié par un jeune auteur… Wow.
J'ai tout aimé dans ce livre. Les intrigues, les personnages, les lieux, la magie… tout.
Au début, quand j'ai compris qu'on alternait de chapitre à chaque personnage, je me suis dit que ça allait vite être pénible, mais en fait pas du tout. Je me suis calée sur ce rythme, et je lisais les chapitres trois par trois, et au bout de 100 pages, qui sont arrivées très vite, je n'arrivais plus à décrocher. Pourtant, il n'y a pas tant que ça d' « action » pendant les trois quarts du livre. Alors pourquoi cette impossibilité à m'arrêter ?
Je pense que c'est principalement la faute des personnages. Je me suis vraiment attachée à Raoden et Sarène. Contrairement à beaucoup de héros en fantasy, ce sont des personnages assez « simples ». Certes Raoden est un prince, Sarène est une princesse, mais aucun n'a eu un passé terriblement marquant ou quoi que ce soit du genre, ce ne sont pas des âmes blessées. Disons que ce sont des personnes lambda… auxquelles on s'identifie très facilement. Raoden et son optimiste m'ont beaucoup plu, Sarène m'a fait énormément rire, mais aussi un peu pleurer. Je les ai adorés. Et pourtant… le personnage le plus marquant de ce livre reste, pour moi, Hrathen. Ce prêtre d'un pays en voie de conquérir le monde entier, débarque en tant que machine à convertir et à faire tomber les gouvernements. Je n'ai pas l'habitude de suivre les méchants. J'ai encore moins l'habitude de suivre un religieux qui a pour mission de convertir un pays entier en trois mois. Mais s'il y a un personnage dont je peux affirmer que je me souviendrai dans dix ans, c'est le gyorn Hrathen. C'est un personnage complexe que l'on suit à un moment clef de son existence, et si je ne saurais affirmer que j'ai aimé le personnage en lui-même, j'ai aimé le suivre et découvrir son mode de penser.
Ensuite, je blâme la, ou plutôt les intrigues ! Suivre, d'un côté, Sarène et Hrathen au coeur des complots politiques et commerciaux du royaume, et de l'autre Raoden confronté aux mystères d'Elantris, et d'avancer dans le temps à la même allure pour les trois personnages, c'était juste tellement agréable, tellement bien fait et cohérent ! Pour le coup, lire trois chapitres d'un coup a du sens, puisque ça recoupe le même moment vécu d'un autre point de vue ou à un autre endroit. En plus, niveau intrigues, complots et ragots, j'ai été bien servie !
Et puis ce monde… ce monde ! Comme il est bien construit ! Comme il est riche ! de l'Arélon au Théod, en passant par le Fjorden, le Duladel, le Jindo… j'ai vraiment aimé le contexte politique, économique et même religieux, hyper développé et réfléchi. D'ailleurs les carte aux début du livre sont très belles et très utiles : j'y suis revenue plusieurs fois pour me situer.
J'en arrive à la magie. On suit une ville déchue et maudite, donc sans surprise, la magie est en grande partie absente. Pourtant, les concepts de base sont très présents, et j'ai beaucoup aimé le système des aons. Ce que je retiens, et que je trouve très original, c'est d'avoir mis ces espèces de runes en relation avec la topographie du monde d'Elantris. de plus, j'ai trouvé très intéressante l'existence des séons, d'ailleurs j'ai bien apprécié Aché, surtout parce que c'est un peu le garde fou de Sarène !
Enfin, la toute dernière scène du livre… quelle surprise ! Qu'est-ce que ça peut bien vouloir dire ? Qui est Hoid ? Et son seon ? Serait-ce une porte laissée entrouverte pour une suite potentielle ?
Dans la postface, l'auteur explique être très fier de ce livre, qu'Elantris est la preuve que « les personnages et les émotions sont le véritable magie ». Je l'ai ressenti en lisant ce livre, et j'espère bien que Sanderson ne l'oubliera jamais, comme il le dit, car moi je ne risque pas de l'oublier tellement je l'ai aimé !

Petite embêteuse que je suis, je n'ai pas pu m'empêcher de relever quelques petites fautes de frappe :
- p977 : « détaillées sur à chaque chapitre »
- p791 : « au coucher su soleil »
- p696 : « Roaden »
Commenter  J’apprécie          120
Quelle déception !
Je suis entrée dans l'univers de Sanderson avec sa série les Archives de Roshar que je dévore avec plaisir petit à petit.
Il faut dire que l'auteur n'est pas avare en mots ce qui le pousse généralement à accoucher de grosses briquasses.
Elantris ne déroge par à la règle avec ces 985 pages pour l'intégrale.
Le récit reprend les thèmes chers à l'auteur : le courageux , la belle intrépide, le religieux halluciné et un fléau qu'il faut combattre.
Les Archives de Roshar mettent en scène des personnages charismatiques dans lesquels tout à chacun peut s'identifier tant leurs forces et faiblesses touchent un large panel d'émotions.
Emotions que je n'ai pas retrouvé dans Elantris.
Les personnages sont extrêmement caricaturaux. le vilain religieux, la demoiselle qui s'en sort grâce à son intelligence, le vaillant jeune homme qui réussit à rallier le monde à sa cause et à terrasser le vilain.
Sans rire, c'est un trope bateau à souhait.
Le point positif reste la description de la cité en ruines. J'ai aimé cette partie et toute la noirceur qu'elle transporte avec la pourriture de la matière qu'elle soit minérale, végétale ou humaine.
Le parallèle avec les grands épisodes de la peste dans notre monde est bien décrit.
Cependant, cette beauté du sombre ne rattrape pas le manque de nuances des personnages, l'intrigue simpliste et la facilité dont les protagonistes évitent les défaites.
Un roman à conseiller peut-être à ceux qui ne sont pas habitués au genre puisque tout est facile et le récit se suit sans difficulté.
Une grosse déception en ce qui me concerne.
Commenter  J’apprécie          200
Ça y est !! J'ai enfin lu mon premier Sanderson... et je dois dire que j'ai trouvé l'expérience très intéressante... Si bien que dans la foulée, je me suis acheté le premier tome de Fils des Brumes... Malgré l'épaisseur de ce livre, nous ne sentons à aucun moment, une lassitude. L'univers est tellement riche, tellement complet, tellement dense, qu'il ne peut qu'être immersif. Attention par contre, parce que ce livre demande un certain effort, ce n'est pas un livre ''facile''. Nous devons le savourer, le déguster, le digérer et s'y attarder... Il demande concentration et attention... Mais qu'est-ce qu'il peut être bon. J'ai adoré le personne de Sarène, fougueuse, intelligente, forte, en marge... Bref, une très très bonne lecture.
Commenter  J’apprécie          210

Citations et extraits (39) Voir plus Ajouter une citation
"J'imagine qu'un commentaire optimiste ne servirait à rien, dans l'immédiat ?"
Le colosse eut un mince sourire. " A rien du tout, non. Ce qui échappe à l'optimiste, c'est qu'un pessimiste n'a aucune envie qu'on essaie de le réconforter. Ça le rend malade."
Commenter  J’apprécie          230
"Corpulent ? " L'invité en question était si obèse que son ventre débordait par-dessus les accoudoirs du fauteuil.
Kiin sourit. " C'est ainsi que les gros se qualifient les un les autres.
- Allons, mon oncle, dit Sarène avec un sourire suave, tu n'est pas gros, mais... robuste."
Commenter  J’apprécie          100
"La vérité, c'est qu'aucun homme ne veut d'une épouse intelligente.
[...] Nos hommes affirment donner plus de liberté à leurs femmes. Mais pour donner quelque chose, il faut que cela vous appartienne..."
Commenter  J’apprécie          130
"L'existence banale de l'élu s'achevait pour mieux recommencer, quand il allait s'établir en Elantris - Elantris où, dès lors, il vivait dans la joie, régnait avec sagesse et se voyait adulé pour l'éternité.
Voici dix ans que l'éternité a pris fin."
Commenter  J’apprécie          100
"Venu chercher un remède à ses malheurs, il avait trouvé une réponse beaucoup plus simple. La souffrance perdait de son pouvoir lorsque d'autres sujets prenaient plus d'importance."
Commenter  J’apprécie          120

Videos de Brandon Sanderson (46) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Brandon Sanderson
« Manuel de survie du sorcier frugal dans l'Angleterre médiévale » de Sanderson lu par D. Witecka
autres livres classés : fantasyVoir plus
Les plus populaires : Imaginaire Voir plus


Lecteurs (1044) Voir plus



Quiz Voir plus

Fils des brumes* : L'Empire Ultime

Comment Vin appelle-t-elle sa capacité à influencer les autres gens au début de l'histoire ?

Allomancie
Porte-bonheur
Ferrochimie
Porte-chance
Allomencie

12 questions
81 lecteurs ont répondu
Thème : L'empire ultime, (fils-des-brumes*) de Brandon SandersonCréer un quiz sur ce livre

{* *}