AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2253183903
Éditeur : Le Livre de Poche (20/01/2016)

Note moyenne : 4.19/5 (sur 50 notes)
Résumé :
Stephen Leeds, surnommé "Légion", est un homme aux capacités mentales singulières lui permettant de générer une multitude d'avatars : des hallucinations aux caractéristiques individuelles variées et possédant une vaste gamme de compétences très spécifiques.

Leeds est investi d'une nouvelle mission : retrouver un corps qui a été dérobé à la morgue locale. Il ne s'agit pas de n'importe qui. Le cadavre est celui d'un pionnier dans le domaine de la biote... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (24) Voir plus Ajouter une critique
Tatooa
  07 novembre 2016
Je trouve B. Sanderson assez fascinant, comme auteur. Il a des idées géniales, et un immense talent pour nous les transmettre dans ses romans.
Déjà le tout premier "Légion" était prenant et intrigant, mais alors dans ce second tome, plus long et plus abouti, on a un exposé encore plus complexe, que ce soit dans l'enquête qui est proposée ou dans les interactions de Stephen avec ses "aspects", comme il les nomme.
C'est énorme comment je suis ressortie de ce bouquin avec plus de questions que je n'y suis entrée, mais complètement enthousiaste à la fois sur le déroulement de l'histoire et l'ingéniosité de l'auteur à nous faire conjecturer tant et plus sur ce que sont ces "aspects". On ne peut s'empêcher de penser que Stephen se trompe quand il les qualifie d'hallucinations ou d'aspects de lui-même, tant ils sont bien différenciés et attachants.
On a perdu la surprise, on a gagné en profondeur et en questionnements. Bref, j'attends la suite avec impatience, en espérant que Sanderson sait parfaitement où il va !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          180
Kenehan
  22 janvier 2016
"Légion : A fleur de peau" est le second tome qui suit les missions de Stephen Leeds et de ses avatars hallucinés. Après un premier texte très court (96 pages à peine), Brandon Sanderson nous offre une enquête bien plus aboutie et surtout d'une longueur bien plus appréciable (222 pages cette fois).
Bien que non dénué de défauts, le premier opus de "Légion" m'avait charmé grâce à son personnage principal et à l'objet de sa mission. le charme opère de nouveau ici car c'est un vrai plaisir que de retrouver Stephen en interaction avec ses "aspects". Petit à petit, son fonctionnement psychique se précise tout en soulevant quelques interrogations alléchantes. On ne peut qu'espérer d'autres suites.
L'intrigue prend la forme d'une nouvelle mission. Après l'appareil photo capable de prendre des clichés du passé, c'est au tour de la transformation des cellules humaines en espace de stockage. Imaginez que vous puissiez devenir une clef USB. Imaginez que le cerveau ne soit plus votre seul disque dur. Imaginez que vous puissiez sauvegarder l'ensemble de vos données, quelles qu'elles soient, dans des cellules de votre peau, de vos os, etc. Les possibilités seraient incroyables et potentiellement dangereuses...
Stephen est engagé pour retrouver le cadavre du scientifique à l'origine de cette découverte. Cadavre que beaucoup de monde recherche puisque la rumeur voudrait qu'il contienne l'ensemble des travaux de recherches sur le sujet du stockage.
Brandon Sanderson prend cette fois plus de temps pour nous présenter les enjeux, le fonctionnement et les possibilités de la technologie abordée. Le rythme est plus apaisé que dans le tome précédent. L'auteur prend du temps et des pages supplémentaires pour construire une enquête plus classique mais de meilleure qualité que la précédente.
En conclusion, "Légion : A fleur de peau" est une suite de meilleure qualité où l'on retrouve les personnages attachants qui faisaient l'intérêt du premier tome. S'y ajoute une nouvelle idée intéressante, créative, bien mieux traitée. Vivement la suite !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          110
meygisan
  25 février 2016
Je retrouve avec plaisir le personnage de Stephen Leeds, aux prises avec une nouvelle mission.Cette fois ci Brandon Sanderson nous propose plus de 200 pages pour construire un récit basé sur le stockage de données, stockage qui pourrait se faire sur les corps humains... Idée alléchante, technologiquement novatrice et potentiellement révolutionnaire... ou pas!!
La question est soulevée même sans avoir lu le roman dans son intgralité.
Le roman, justement, est construit comme une enquête policière somme toute banale, le héros Stephen Leeds, cherchant et découvrant les indices qui le mèneront à la résolution du mystère. Mais là n'est pas la question car même s'il ne s'agit de son genre habituel, plus connu pour exceller dans la fantasy, Brandon Sanderson nous emmène, quoi qu'on en dise, sur le chemin de la réflexion avec cette histoire de procédé révolutionnaire permettant à tout un chacun de stocker une infinité de données. Imaginez vous un peu dans la peau de votre ordinateur, votre cerveau, vos cellules, vos muscles fonctionnant selon les mêmes procédés mécaniques, logiques qu'une machine. Mais là où il va plus loin c'est lorsqu'il pose la question de l'existence à travers biensûr la présence des "aspects" de son héros. Ces aspects sont des avatars de sa personnalité. Autant d'avatar que de fragments de sa psyché. Stephen Leeds est conscient que ses aspects sont des illusions créés par son cerveau, qu'ils ne sont réels que pour l'aider à rendre cohérent tous ces fragments et permettre à a personnalité et donc à sa santé mentale, de ne faire qu'une. Il le dit très bien lorsqu'il ne peut pas "gérer" les 47 aspects qu'il se connaî en même temps. C'est bien là l'illustration de l'effort monumental et conscient qu'il doit fournir pour rassembler sa personnalité. Sans quoi il sombrerait dans la folie.
Je disais plus haut que Brandon Sanderson aborde la question de l'existence, de l'identité à travers le personnage de JC qui se cherche des raisons de ne pas exister, mais également à travers la théorie rocambolesque émise par Stephen leeds sur l'immortalité des êtres humains.
Ce roman va bien au delà d'une simple enquête policière, et c'est ce que j'aime chez des auteurs tels que Brandon Sanderson car à travers un sujet somme toute banl, il provoque la réflexion, qu'on le veuille ou non, et à certains degrés selon nos propores personnalités et sensibilités. Avec seulement 200 pages, il va à l'essentiel, nous montre l'essence même de son récit, en n'oubliant de nous rappeler le combat de son personnage principal, qui n'est autre que le combat que nous menons nous mêmes chaque jour face à une réalité trop violente... Sanderson a trouvé là une idée fascinante dans ce personnage et son traitement, respectueux en plus de toute personne présentant un handicap conscient ou non, force l'admiration, la sympathie et l'attachement. On en redemande et on attend la suite avec impatience.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
bountyfrei
  28 avril 2016
Stephen est un homme particulier. Personne ne sait ce qu'il est - ce qu'il a. En tout cas, c'est très proche de la schizophrénie, mais n'en est pas une. Des troubles schizoïdes ? Peut-être. Toujours est-il qu'il voit des personnes qui n'existent pas et qu'il nomme "aspects". Chacun de ces aspects a une compétence particulière : psychologue, garde du corps, légiste... Et ils lui sont très utile pour l'aider à résoudre des enquête, mais aussi interagir avec le monde qui l'entoure.
Ce deuxième tome de Légion est mon tout premier Brandon Sanderson, un auteur dont j'entendais que du bien, mais je n'osais pas franchir le pas. C'est donc chose faite ! Mais en commençant une saga par son deuxième tome, car rien ne m'indiquait qu'un premier existait. Cependant, on peut lire ces tomes indépendamment sans se retrouver perdus, puisque l'auteur démarre en douceur et rappelle qui est Stephen et son drôle d'entourage.
Stephen est un personnage très intéressant. Lui et ses aspects sont très bien amenés, et apportent vraiment un plus à l'histoire. Ce sont des personnages à part entière. Beaucoup de choses m'intriguent et m'interpellent, notamment le passé de Stephen, mais j'imagine que nous en saurons plus dans le prochain tome ! En tout cas, je vais lire le premier en attendant, peut-être que j'y trouverais quelques éléments de réponse.
Autant le thème d'un personnage hanté par ses multiples personnalités est très original, autant l'enquête l'est plus ! En effet, Stephen court après le corps d'un homme, un corps où est enregistré dans ses cellules des informations très sensibles, à la manière d'une clé USB géante. C'est très rafraichissant, on se trouve en terrain inconnu avec qu'une seule envie : en savoir plus !
Mon seul regret est que A fleur de peau se lit trop vite ! On est tellement absorbés par l'enquête et les aspects qu'on arrive à la fin, en ayant lu d'une traite l'histoire de Stephen, sans s'en rendre compte. Et j'en veux encore !
En bref, Légion : A fleur de peau est une histoire très intéressante, que l'on peut lire indépendamment du premier tome. le thème et son histoire sont très originaux, et celle donne envie de découvrir un peu plus l'auteur et ses autres livres. A quand la suite ?
Lien : http://onceuponatime.ek.la/l..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          90
Le_chien_critique
  05 mai 2017
Sur un sujet d'actualité posant quelques questions éthiques, le corps humain comme espace de stockage, Brandon Sanderson préfère s'attarder sur son exploration ludique de la psyché de Stephen Leeds. Et on en redemande.
Deuxième épisode des aventures de Stephen Leeds, détective schizophrène, dont les hallucinations sont un aspect à part entière de sa personnalité et de son entourage.
A fleur de peau peut se lire de manière indépendante, mais vous ferez l'impasse de la connaissance atypique de certains de ses aspects. Dans cette enquête, il va devoir sortir de son manoir isolé pour affronter le monde. Pas facile la vie quotidienne quand chaque mouvement devient une péripétie : ouvrir une porte et attendre que toutes ses hallucinations passent, commander à boire et à manger pour des personnes invisibles, faire en sorte que la réalité ne distorde l'irréel. Et encore faut-il se coltiner les réactions des gens face à ces incongruités. Comment se comporter face à un anormal ? Chargé ici de résoudre la disparition d'un cadavre d'un ingénieur d'une société de bio ingénierie sur le stockage de donnes dans nos cellules. Cadavre qui travaillait de son vivant sur un nouveau virus...
Mais le sujet principal reste Stephen Leeds et sa gestion de sa schizophrénie plurielle. Sans compter des hallucinations à la santé mentale défaillante, voir schizophrène aussi. Et comme dans le premier épisode, ses aspects ont l'air de prendre quelques indépendances vis à vis de leur créateur.
Avec en fil rouge non dénoué, la recherche de Sarah, son ex qui posséderait quelques révélations sur le passé de Stephen.
Quelques pages supplémentaires par rapport à la novella d'origine, ce texte se lit tout aussi rapidement. Pas de prise de tête, ça se lit comme une petite friandise, soulève pour celui qui le désire quelques questions autour de l'identité, des biotechnologies et de la santé mentale. Les relations entre ses différents aspects sont autant d'occasions de nous faire sourire. Des dialogues souvent enlevés...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
Citations et extraits (18) Voir plus Ajouter une citation
Le_chien_critiqueLe_chien_critique   05 mai 2017
— Donc, tu es immortel.
— Mes atomes, peut-être, répondit-il. Mais ce n’est pas moi. Ne commencez pas à me raconter de conneries métaphy…
— Ce n’est pas de la métaphysique, juste une théorie. Si le temps est infini, alors tout ce qui peut se produire va se produire – et s’est déjà produit. Ce qui signifie que tu as déjà existé, Dion. Comme nous tous. Même s’il n’existe aucun Dieu, même à supposer qu’il n’y ait pas de réponses, aucune divinité là-haut, nous sommes immortels.
Il fronça les sourcils.
— Réfléchis un peu, lui dis-je. L’univers a jeté ses dés cosmiques et c’est toi qui es apparu – un assemblage semi-aléatoire d’atomes, de synapses et de produits chimiques. Ensemble, ils créent ta personnalité, tes souvenirs et ton existence même. Mais si le temps continue éternellement, cet assemblage aléatoire finira forcément par réapparaître. Ça prendra peut-être des centaines de milliers de milliards d’années, mais ça reviendra. Toi, avec tes souvenirs, ta personnalité. Dans le contexte de l’infini, gamin, on continuera à vivre, encore et encore.
— Je… Franchement, je ne sais pas en quoi c’est censé me réconforter. Même si c’est vrai.
— Ah, bon ? m’étonnai-je. Parce que moi, je trouve que c’est une hypothèse extraordinaire. Tout ce qui est possible est en fait une réalité à l’échelle de l’infini. Donc, non seulement tu reviendras, mais tout le champ des possibilités se déploiera. Parfois, tu seras riche. Parfois, tu seras pauvre. En fait, il est même plausible qu’à cause d’une anomalie du cerveau, tu aies parfois dans le futur certains de tes souvenirs actuels, même si, dans ce futur-là, tu n’as jamais vécu ces souvenirs-là. Donc tu seras de nouveau toi, entièrement, et pas à cause d’absurdités mystiques – mais pour de simples questions de mathématiques. Même la plus petite chance, multipliée par l’infini, est elle-même infinie.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
KenehanKenehan   20 janvier 2016
- Elle est canon, crevette. Bien joué !
- La moitié de son corps est en plastique, lança Ivy d'une voix sèche.
- La moitié de ma bagnole aussi, répondit J.C. Ça ne l'empêche pas d'avoir de la gueule. (Il gratifia Ivy d'un sourire forcé, puis se pencha vers moi.) J'imagine que tu ne peux pas...
Il désigna Ivy d'un signe de tête, puis mima deux globes au niveau de sa poitrine.
- J.C., lui lança Ivy d'une voix glaciale. Est-ce que tu viens d'essayer de convaincre Steve de m'imaginer avec de plus gros seins ?
J.C. haussa les épaules.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          80
TatooaTatooa   05 novembre 2016
- Après quoi est-ce qu'elle court ? demanda Ivy qui faisait les cent pas autour de la table, les bras croisés. Ses cheveux blonds était aujourd'hui relevés en un chignon sévère, traversé de plusieurs épingles menaçantes.
Je tentai vainement de l'ignorer.
- Chasseuse de fortune, peut-être ? suggéra Tobias. [...] Beaucoup de femmes sont davantage attirées par la fortune de Stephen que par sa perspicacité.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
TatooaTatooa   06 novembre 2016
- Nous allons le regretter, hein ? pressentit Tobias.
Je hochai la tête en pensant aux heures que je passerais à me faire questionner par un psychologue cherchant à se faire un nom. Un papier de plus dans un journal de plus qui me traiterait comme une étrange espèce de concombre de mer à disséquer et à exposer.
Commenter  J’apprécie          80
lutiniellelutinielle   15 avril 2016
Vas-y, tire moi dessus. Et comme ça n'aura aucun effet, vu qu'on est tous les deux imaginaires, tu seras obligé d'admettre la vérité : à savoir que tu es cinglé, même si tu n'es que le produit du psychisme d'un déséquilibré. Qu'il t'a imaginé pour lui servir de dépositaire. Que tu n'es toi-même qu'une clé USB.
Commenter  J’apprécie          20
Videos de Brandon Sanderson (21) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Brandon Sanderson
Rediffusion du live facebook de la rencontre avec Brandon Sanderson à la librairie La dimension fantastique (106 rue La Fayette, 75010 Paris) le 22 octobre 2016 .
autres livres classés : enquête policièreVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

Fils des brumes* : L'Empire Ultime

Comment Vin appelle-t-elle sa capacité à influencer les autres gens au début de l'histoire ?

Allomancie
Porte-bonheur
Ferrochimie
Porte-chance
Allomencie

12 questions
55 lecteurs ont répondu
Thème : L'empire ultime, (fils-des-brumes*) de Brandon SandersonCréer un quiz sur ce livre