AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
EAN : 9782253191230
768 pages
Éditeur : Le Livre de Poche (20/05/2015)

Note moyenne : 4.34/5 (sur 197 notes)
Résumé :
Roshar, terre de pierres et de tempêtes. Des siècles ont passé depuis la chute des Chevaliers Radieux, mais leurs avatars, des épées et des armures mystiques qui transforment des hommes ordinaires en guerriers invincibles, sont toujours là.
Au cœur des Plaines Brisées, Kaladin lutte depuis dix ans dans une guerre insensée. Dalinar, le chef d’une des armées, est fasciné par un texte ancien, La Voie des rois. Au-delà de l'océan, la jeune Shallan apprend la magi... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (43) Voir plus Ajouter une critique
Stelphique
  23 mai 2017
Ce que j'ai ressenti:…Une voie vers le Coup de Coeur…
« Ne te contente pas des rêves mesquins des autres hommes. »
20 ans d'écriture pour cette histoire et près de 2000 pages, ça force le respect. Surtout que Brandon Sanderson réinvente tout, dans Roshar, même la couleur du vin…Dans ce tome 1, nous voilà avec un petit pavé de 1000 pages, et un grand roman épique…
Chaque personnage est intéressant à suivre: ils ont tous comme une urgence à vivre, une désespérance dans leurs actions, un magnétisme intense qui nous donne mille émotions diverses. Les suivre, c'est se confronter à tout une expérience de vie, et différentes façons de penser…On suit autant les Princes, que les plus insignifiants hommes, les érudites autant que les plus vils assassins. Tout tourne autour d'un Roi assassiné, sa politique et son royaume laissé en plein chaos… Finalement, on pressent la richesse d'un ancien monde mais aussi, celui en devenir dans les regards de ces personnages: on en ressent chaque inspiration, chaque souffrance, autant que leurs espérances…Flashs-backs et Présent actif, rendent ce récit captivant!
« Agissez avec honneur, et l'honneur vous aidera. »
Un roman de Capes et d'épées, où l'honneur est le mot d'ordre et où les personnages sont tous plus intéressants les uns que les autres, voilà tout un beau programme de lecture! Je ne vous dis pas comme il est bon de lire des scènes de combats où le sang ne coule pas, où les monstres s'invitent dans les lieux sombres, où les stratégies se jouent sur les champs de batailles immenses. La magie s'invite aussi dans ses pages ce qui rend d'autant plus fabuleux, le moment, et finalement on ressort de cette lecture, des étoiles pleins les yeux, le coeur palpitant, et déjà avide de lire le prochain tome, car malgré l'épaisseur du livre, on est finalement qu'au milieu de l'action…C'est un fort roman de Fantasy, où tous les bons ingrédients sont réunis, mais comme tout bonne chose se mérite, il faudra prendre le temps de découvrir tout le folklore et les coutumes, pour mieux en apprécier l'inestimable richesse et complexité de cette saga…
« Toutes les guerres sont des jeux. le meilleur jeu qui soit, où les pièces perdues sont des vies véritables, où les trophées valent une véritable fortune! C'est là l'existence à laquelle aspirent les hommes. Se battre, tuer, gagner. »
Je trouve que l'auteur a su rendre son histoire très attrayante de par la construction de son intrigue, mais aussi la force de ses petits détails. Par exemple, je suis totalement sous le charme des Sprènes. Je visualise parfaitement ses menues apparitions. Après la grandeur de ses guerres à l'arme blanche, sont époustouflantes. Les lieux battus par les vents et les tempêtes ravageuses, ajoutent encore à l'épaisseur de cette ambiance à couper à l'épée…Quand on rentre dans cet univers, il est incroyablement difficile d'en sortir! On est pris dans les actions, les tourments intérieurs des personnages, la beauté réinventée de ses terres hostiles. Minutieusement conté, l'auteur gère d'une main de maître, son milieu, en y mettant de très belles valeurs en avant!
« Il n'y a aucun profit à tirer de la paix. »
Je finis donc ce premier tome, en totale euphorie et très curieuse de découvrir les secrets qui se cache derrière :Porte-Eclat, Lames, Voie des rois, Coeur de-Gemme, Spiricante, Fulgiflamme…Encore donc de belles heures d'aventures que je vais m'empresser de découvrir! Vite le Tome 2!!!!!
Meilleurs moments du livre:
•La scène Dix battements de coeur. Cette bataille contre le démon des gouffres est sensationnelle, autant au niveau visuel que émotionnel. On est totalement hypnotisé par cet instant de fureur et, synchroniser cette lutte à coup de pulsions organiques, rend un effet encore plus viscéral!
•Les illustrations: J'ai adoré trouver au détour des pages, et même en début de chaque chapitre, ces dessins. Elles apportent encore du « plus », à la qualité de l'ouvrage.
Ma note Plaisir de Lecture 10/10

Lien : https://fairystelphique.word..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          300
Maks
  16 mai 2016
J'ai commencé ce pavé le jour de sa sortie française, puis ayant du mal à rentrer dans l'histoire (complexe au premier abord de suivre et de savoir de quoi et de qui on parle exactement), je l'ai mis en pause sur ma table de nuit.
Il y est resté jusqu'au moment il y a 6 jours où j'ai voulu remprendre la ou j'avais stopper c'est à dire aux environs de la page 80.
Impossible de me souvenir de la trame j'ai finalement tout repris et ai encore eu du mal avec le début.
Et qu'est-ce que je regrette de ne pas avoir poussé un peu plus loin dès le départ,car passé les 120 pages à peu près, tout devient clair, et ce livre de pure Fantasy est une merveille, je m'explique :
Une intrigue qui tiens en haleine par le biais de chapitres assez courts, passant de l'oncle du roi à l'ouvrier du pont 4 à la jeune apprentie érudit, le tout cycliquement et on se prend au jeu de vouloir toujours connaître ce qui va se passer car chaque personnage (principaux comme secondaires) sont tous intéressants.
Les sujets traités sont eux aussi bien menés dans un rythme ni trop speed ni trop lent (justement grâce à ce système de cycles dans les chapitres) on passe de la stratégie guerrière à la manipulation, à l'apprentissage érudit en passant par la survie des esclaves condamnés à se faire trouer la peau à la place des soldats. Entre autres bien-sûr.
Les contrées et paysages de Roshar sont aussi très détaillés et recherchés, on s'imagine très bien ce décors tantôt désertique et hostile, tantôt ces villes grouillantes de monde.
Le bestiaire est au dela de ce que j'espérais, du classique mais du convainquant, avec une chasse épique a un moment de l'histoire dont je me souviendrais longtemps.
L'écriture est maîtrisée malgré mon souci pour rentrer dans l'histoire, une fois habitué à la plume de l'auteur (très détaillée mais laissant aussi pas mal de place à l'imagination), tout à fonctionné.
De plus en fin de livre on a quelques aide de compréhension notamment sur les fonctions principales des gemmes de pouvoir, et le roman est rempli d'illustrations détaillées, de cartes, de citations explicatives, sans compter que c'est un très bel objet avec des intérieurs de couverture illustrées en couleur par des glyphes.
J'ai finalement adoré, comme quoi des fois on ne passe pas loin de l'occasion de raté une merveille, juste pour une intro un peu déroutante.
Je vais m'empresser d'acheter le volume 2 et je conseille ce gros pavé à tout amateur de Fantasy, n'aillez pas peur de l'épaisseur du livre, lancer vous et accrochez-vous, au final vous ne le regretterez pas !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          220
Tatooa
  25 février 2020
Je l'ai fini voilà un petit moment, hélas pas eu le temps de faire ma chronique de suite.
J'ai bien aimé. Si l'histoire est lente et met du temps à se mettre en place, suivre chaque personnage m'a bien plu.
La magie est intéressante, le monde très bien construit, complexe et complet.
Je n'ai pas de soucis de "voir les ficelles" avec Sanderson car je ne les lis que très espacés dans le temps (et d'ailleurs je n'ai pas lu la saga fils des brumes donc je suis sans doute un peu protégée de ça, car tout ce que j'ai lu d'autre de lui est imaginatif et intéressant).
C'est bien écrit, très bien traduit, chaque personnage est bien caractérisé et très cohérent, et je ne me suis pas du tout ennuyée (ce qui était le risque, d'après ma fille à qui sont ces livres). Pour moi, c'est de la fantasy d'un très bon niveau, et l'envie de connaître la suite est bien présente, ainsi que "l'image" de chaque personnage principal Shallan et Kaladin et leurs aventures, dont le souvenir me reste malgré tous les autres livres lus depuis...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          282
Basilio
  05 mai 2019
La Voie des rois est ma grande déception de ce début de l'année. Dans ce roman de fantasy médiévale, l'action – ou plutôt l'inaction – se situe dans un univers un peu différent du nôtre, un monde minéral, battu par d'énormes ouragans, où certaines énergies sont visibles à l'oeil nu. le récit, éclaté, sans grande cohérence, suit quatre personnages qui ne se rencontrent pas dans ce volume (mais deux se croiseront dans le suivant) : Kaladin, un très jeune guerrier devenu esclave ; Shallan, une adolescente missionnée pour sauver sa famille ; Dalinar, un général d'âge mûr en proie à des visions ; et Szeth, dont les pouvoirs magiques sont utilisés pour commettre des assassinats.
Dans sa version d'origine, le livre est long de plus de mille pages. Il a été découpé en deux parties (de 700 pages en livre de poche) à l'occasion de sa traduction en français. Ce choix est une aberration. Les péripéties se concentraient à la fin - qui devient chez nous le volume 2 - et en conséquent il ne se passe presque rien dans le premier.
J'avancerais l'idée que les sources d'inspiration de la Voie des rois sont plutôt à chercher dans la culture geek (jeu vidéo, manga) et cette modernité expliquerait en partie son succès. L'autre raison est assurément un marketing réussi, selon lequel - entre autres - le « worldbuilding » - la création de l'univers - de l'oeuvre aurait nécessité des années de travail. Je suppose que l'éditeur en rit encore. Et, pour moi, qu'on me permette d'en douter : l'impression qui ressort à la lecture est, bien au contraire, celle d'une pauvreté imaginative masquée par un peu de poudre aux yeux ; une dizaine de détails répétés de façon lassante : quelques points de toilette (manche gauche plus longue des vêtements féminins, chevelures immanquablement « tressées selon des motifs complexes », barbiches en pointe ou carrées) ; une faune et une flore à peu près limitées aux herbes rétractiles, aux « chulls », aux démons des gouffres et aux sempiternels « crémillons ».
Pour le contexte, la Voie des Rois semble se dérouler dans un jeu vidéo. Plusieurs chefs de guerre (dont un soutient d'ailleurs que la guerre est un jeu) tentent d'accéder les premiers à des plateaux où des monstres « spawnent » aléatoirement ; ces créatures, une fois tuées, contiennent des gemmes à « looter ». Des énergies visibles tourbillonnent autour des personnages. Les couleurs de peau de certains, orange, verte, semblent tirées aléatoirement comme des « skins ». Les sourcils d'autres, démesurément longs, rappellent les illustrations d'Arena Of Valor. Les pouvoirs des épées et des armures bleu fluo se déclenchent après un compte à rebours.
Les failles et les incohérences d'un tel univers, qui paraitraient inaperçues dans un jeu vidéo, ressortent dès qu'il est mis en écriture. On se demande comment, dans ces contrées très fréquemment balayées d'ouragans destructeurs, existent des ports et une marine marchande. de quoi se nourrissent les chevaux puisque le paysage est presque exclusivement minéral ? Grâce à quelle curieuse loi physique volent les « anguilles volantes » ? On reste stupéfait de l'invraisemblance du système de télécommunication, un improbable standard téléphonique médiéval où des gemmes magiques clignotent comme nos diodes, etc.
Pour la psychologie, c'est sans doute dans les mangas qu'il faut chercher l'inspiration du comportement des personnages, fondé sur une motivation prépondérante qui frise l'idée fixe. C'est en effet un cliché des shonen. Mais encore une fois, ce qui est adapté à une forme d'art ne l'est pas toujours à une autre. Formulées en mots dans la Voie des Rois, ces obsessions laissent l'impression malsaine d'un délire monomaniaque. Elles rendent les protagonistes plus ou moins antipathiques. Seul un personnage est réellement original et attachant, Syl, l'élémentaire qui suit Kaladin. Les autres, Shallan, Jasnah, Szeth, Dalinar ont l'air d'un défilé de cas psychiatriques. La mentalité de Kaladin évoque celle d'un adulte névrosé, pas celle d'un jeune homme de dix-neuf ans sain d'esprit. Les comportements étonnent, les décisions surprennent. Mais un exemple sera plus clair : un professeur tue froidement cinq personnes sous les yeux de sa jeune élève de dix-sept ans… afin de lui donner un cours de « philosophie pratique » ! Après réflexion, l'élève reproche à son maître cet acte immoral. On le félicite d'avoir compris la leçon. Cette scène est d'autant plus aberrante et stupide que le professeur n'est pas supposé être un dangereux psychopathe. On nous l'a présenté, au contraire, comme une personne remarquable, sage et cultivée !
Et pire, ce qui est encore plus consternant dans cette scène, c'est que son seul but était de sortir Sanderson d'une des nombreuses impasses narratives dans lesquelles il s'était enferré.
Car tout est si mal raconté dans la Voie des Rois… Les cent premières pages peuvent faire illusion. En effet les héros sont dès le début du roman confrontés à un dilemme ou placés dans une position intenable. Mais très vite cette tension s'étiole. Les mêmes situations se répètent d'une scène à l'autre, les protagonistes reproduisent les mêmes erreurs jusqu'à l'absurde, rien n'améliore leur situation. Shallan, elle, est carrément oubliée pendant 500 pages ! Rapidement, on perd foi dans la capacité de l'auteur à narrer une histoire intéressante.
Dire qu'il y a des longueurs est un aimable euphémisme. Sanderson « tire à la ligne » sans planifier ce qui ferait avancer son récit ; commence visiblement ses chapitres sans savoir ce qu'il y racontera ; gagne du temps, attend l'inspiration au long de digressions, de dialogues creux ; et le plus souvent n'ayant tout bonnement pas trouvé d'idée, les termine sans que rien n'ait progressé. Ou bien il résout son problème de narration par une ellipse ou encore un retournement dont l'absurdité égale celle de Rocambole.
Et c'est pourquoi plus de la moitié des chapitres sont tout à fait inutiles à l'histoire. On se souviendra, par exemple, des trois scènes identiques dans lesquelles Dalinar et son fils se fixent un rendez-vous pour délibérer d'un point absolument crucial pour tous deux. A l'effarement du lecteur, toutes les trois s'achèvent sans que le sujet capital ait été abordé, après l'échange de quelques platitudes, parce que l'un des protagonistes quitte soudain la pièce comme s'il avait une envie pressante ou un rôti sur le feu. Autres exemples, la plupart des « intermèdes », des historiettes sans intérêt où l'on présente dans le détail des personnages superflus, qu'on ne reverra d'ailleurs pas, ou encore ces interminables chapitres de flashback sans intérêt pour le récit.
En conséquence, à la fin du volume 1 aucune intrigue n'est encore lancée. Kaladin ne s'est toujours pas rendu compte d'un don pourtant évident aux yeux de tous ses camarades ; Shallan se résout à une action qui s'avèrera vaine ; et enfin, après plus de 300 pages de verbeuses délibérations intérieures, l'indécis Dalinar vient juste de prendre une résolution… sur laquelle il reviendra dans le second volume !
Une autre source d'ennui est que tout le récit repose sur des tensions factices. Sanderson introduit des préparations qui ne servent à rien. Notamment, durant ce volume et le suivant, Kaladin et ses hommes descendront à plusieurs reprises dans le Gouffre, un endroit décrit comme tout juste mortel. Heureusement pour eux – et malheureusement pour le lecteur -, rien ne perturbera ces promenades de santé. Dans le même but sont proposées de prétendues énigmes (qui a tranché la courroie de la selle du roi ? qui est le commanditaire de Szeth ?) dont les réponses, quand on les découvrira dans le second volume, se révèleront ridicules tant elles sont abracadabrantes. Assez vite, on comprend que tous ces ressorts sont à vide, pour la forme, que l'auteur ne prendra jamais la peine de chercher une solution intéressante aux complications rajoutées à son histoire.
Autre procédé vraiment désagréable : l'emploi d'un point de vue interne falsifié. le lecteur, qui a constamment accès aux réflexions des personnages, se rend compte à la longue qu'on le gruge : des faits capitaux de leur passé, que leurs pensées auraient dû lui révéler, ont été occultés de façon tout à fait artificielle. Comment Kaladin s'est-il retrouvé esclave ? Chaque fois que Kaladin y pense, Sanderson s'applique pesamment à éviter de nous le dire, à tourner autour du pot, et cela tout au long du volume 1. J'avais fini par croire que Sanderson lui-même ne le savait pas et tentait de nous le cacher ! Pour le personnage de Shallan, c'est encore pire : la description de son caractère à travers ses pensées est entièrement trompeuse.
Sur ce point, il est impossible de soutenir que cette pratique mensongère est une astuce de narration comme une autre : c'est seulement une grave erreur esthétique. Si l'auteur ne joue pas franc-jeu, le lecteur se met à douter de ce qu'on lui présente comme la vérité. le charme est rompu. L'histoire perd tout intérêt.
Voilà pour l'intrigue et la narration. L'écriture, elle, est très médiocre. Sanderson utilise peu de comparaisons et c'est une chance car elles sont déplorables : « Les attentes étaient comme de la poterie fine. Plus on s'y accrochait, plus elles risquaient de se fendiller ». Avec une étonnante constance, toutes les autres sont du même acabit…
Les scènes d'action sont pour la plupart mal racontées. Il y a quelques rares combats. Ceux impliquant Szeth sont surtout ennuyeux ; on comprend mal ce qui se passe. L'action est interrompue par des explications oiseuses ou des détails incongrus, la couleur de chemise ou la forme de la barbe d'un figurant sans importance car il mourra dix lignes plus loin.
Pour les descriptions, il suffit de relire les trois pages où Shallan débarque dans le port de Kharbranth pour se persuader de leur nullité : on s'attendrait naturellement à une vue générale du lieu ; à la place, voilà la description de la manche gauche de Shallan ; de sa robe et ses boutons ; des explications sur l'art de la lecture ; passe un groupe d'esclaves sur le quai, il sert à des considérations ethnographiques ; suit un gros plan sur des petits crabes, puis un dialogue à l'humour niais avec un pousse-pousse et un matelot. Après trois pages, on ne sait toujours pas à quoi ressemble cet endroit que Shallan découvre avec nous, encore moins comment elle le perçoit…
En conclusion, on aura compris que je n'ai pas du tout apprécié La Voie des Rois. Soyons clairs, je l'ai carrément trouvé puéril, attardé, abruti. Aussi, à ceux qui auraient acheté le premier volume, je ne conseille pas le second. Oui, il y aura plus d'action, oui il y aura des rebondissements. Mais tout cela est tellement inconsistant que c'en devient – comme disait l'autre - un conte plein de bruit et de fureur, raconté par un idiot.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          34
Yanoune
  11 février 2020
La voie des rois tome1 : Les Archives de Roshar... Ou le bouquin que tu tâtes un moment avant de t'y mettre, parce que bonjour l'épaisseur de la pavasse, et que y a d'autres tomes derrière, et que en plus t'as un peu comme un rejet vu que tout le monde te dit que c'est vachement bien et dans ces cas-là tu doutes sévère... et des fois c'est un peu con (comme là par exemple).
Pitch :
Hummmm... vu la pavasse... et vu le nombre de point de vue, ça va pas être super simple... vu le temps qui passe, ou même est passé... bon... essayons...
Roshar... Monde de pierres, de vents et de tempêtes... Monde rempli de créatures étranges... Les Radieux se sont barrés après une bataille il y a cela une éternité le côté éons, et ont laissé dans leurs sillages leurs armures et armes, les lames d'Éclats...
Le Roi a été assassiné et depuis que son fils est au pouvoir, c'est la guerre de la vengeance contre les Parshendis, seulement elle s'enlise un peu, faudrait du changement, une autre tactique. ça c'est ce que dit Dalimar Haut-Prince Clarissime, détenteur d'une Lame d'Éclat, mais personne ne l'écoute, faut dire que ce Clarissime a des idées un peu louches qui ne plaisent pas à tout le monde.
Kaladin, lui, bin c'est un soldat, il est pas Clarissime, il est lancier... et il essaie de survivre, et de protéger son escouade..
Ailleurs, une jeune femme nommé Shallan fomente un plan pour sauver sa maison de la ruine et de la misère... Pour cela elle doit retrouver quelqu'un.
Houlalala... diantre, mazette, fichtre que c'est bien foutu !
Alors certes c'est une grosse pavasse, mais ça se lit tranquilou bilou... une écriture super fluide, et très vivante, qui coule ma foi très très bien...
Avec en plus une histoire très prenante, dans un monde très complet, fouillé, construit. Oui tout est construit en amont, tout est pensé réfléchit. Et c'est bien foutu. Le côté où on se dit « tient un monde existant »... et ça j'aime.. les mondes existants, rempli de peuples avec leurs coutumes, de religion, de politique, de géographie, de magie, avec un vrai bestiaire (dont par exemple le Chull mélange entre le cloporte et la vache, enfin pour moi)... Donc un bouquin foisonnant. Sanderson est un bâtisseur de monde. En gros vous aimez le détail qui fait pas avancer la choucroute, ce bouquin est fait pour vous ! ( donc pour moi aussi ^^)
Des personnages ( nous en suivons quatre) vivants, existants, pensants et ressentants des choses, de émotions, se posant des questions... évoluants aussi selon les situations (c'est mieux).
Donc un roman à multiple point de vue ( les trois sus-cités, plus deux, un dont je ne dirais rien, pour la surprise ^^ (accrochez-vous !), et un autre qui ne prendra vraiment son importance que dans la suite, et je sens que celui-là va bien me plaire.)...
On passe de l'un à l'autre, même si on se doute (enfin moi je me doute) que y en a certains qui vont ce rencontrer plus tard... deux vont sûrement se rencontrer, voir peut-être un troisième, même si franchement il vaudrait mieux pas... ( là pour comprendre faut avoir lu le bouquin... mais j'en dis pas plus...), à ce niveau-là, il y a plein de pistes possibles, qui donnent envie de savoir...
Oui malgré le fait que se soit un premier tome, une histoire riche, riche d'intrigues, de complots, de buts pour les différents personnages. Intrigues et monde complexes vous voilà prévenus !
Un roman plein de batailles et c'est quelque chose, ça envoie du pâté ! Où Sanderson pose à travers certain personnage des questions sur la guerre, sur l'honneur, sur les castes, la place des hommes au sein du monde, de l'importance des hommes.. Oui j'ai beaucoup aimé Dalimar, combattant vieillissant, se posant des questions sur tout cela, cherchant des réponses, philosophe humaniste sur le tard... bien sûr il est prit pour un cinglé mâtiné d'une bonne grosse dose de lâcheté... à croire qu'il est entouré de crétins... et oui... c'est moche...
Mais faut dire aussi quand on a des visions cheloues, ça aide pas trop...
Un monde étrange, fait de fleurs de roche, de plantes cheloues qui perso m'ont fait penser aux anémones de mer et autres trucs bizarres et rétractiles... un monde dur comme de la pierre... la pierre, la roche est présente partout.. tant dans les paysages que dans les cœurs... L'esclavage est normal, le racisme ordinaire aussi, préjugés liés à l'ignorance de l'autre (comme d'habitude) ignorance amenant la peur, voir la haine, la bêtise.
L'ignorance... un bouquin sur l'ignorance et ce qu'elle entraîne..
Un bouquin sur plein de sujet, malgré son côté tac tac badaboum je suis de la fantasy épique !
Une magie étrange aussi... si étrange... un mélange entre l'armure à la Iron-man et les possibilités qu'elle donne, tout autant que de l'alchimie, de la transfiguration, jusqu'au coeur des tempêtes...
Mais faut dire aussi j'aime le vent et les tempêtes... j'y ai des affinité certaines,

Alors vous attendez pas à tout comprendre d'un coup, Sanderson distille lentement... en plus pour des raisons éditoriales, ils ont coupé le bouquin en deux, sinon c'était plus la pavasse, mais le bloc que tu peux tuer quelqu'un avec … Donc une distillation certaine, des tenants et aboutissants, des peuples et coutumes, des « magies » et comment que ça marche, de tout un tas de trucs et comment que ça marche... par petites touches Sanderson nous donne des clefs tout au long de son bouquin..
Même si y a des sortes de calamars fax... enfin je les ai imaginé comme des calamars, j'ai peut-être tort..
Alors le seul bémol... j'en ai mare des romans où il y a une si grande différence de traitement entre les femmes et les hommes... Là les mecs n'ont pas le droit ni de lire ni d'écrire, c'est réservé au nanas, et les nanas n'ont bien sûr pas le droit de combattre c'est l'art masculin.. ils bouffent même des trucs différents (la bouffe pour fille est sucrée, celle des mecs épicée à mort) et y a plein d'autres choses dans le genre.. ok Sanderson va peut-être aller vers un changement complet à ce niveau-là, il y a quelques pistes qui peuvent le faire penser... il n'empêche ça me gonfle, à un point vous imaginez pas... je suis pour les meufs en armure, et les gars scribes !...
Mais malgré ce petit bémol... j'ai furieusement envie de savoir la suite, de comprendre certains trucs laissés encore en suspend, de rencontrer mieux le personnage juste effleuré, de savoir ce qu'il va arriver Dalimar tout autant qu'à Kaladin... et là j'ai un sourire retors, je sens que ça va énorme !
Je veux savoir la suite... il y a encore tant et tant de mystères.. tant de choses non élucidées, tant de magie, de pays...
Oui je veux savoir la suite !...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          72

critiques presse (1)
Sceneario   29 mai 2017
On est happé par cette écriture, par cette aventure qui se dessine devant nous et qui nous laisse deviner des livres à venir absolument fascinants !
Lire la critique sur le site : Sceneario
Citations et extraits (22) Voir plus Ajouter une citation
StelphiqueStelphique   20 mai 2017
Toutes les guerres sont des jeux. le meilleur jeu qui soit, où les pièces perdues sont des vies véritables, où les trophées valent une véritable fortune! C'est là l'existence à laquelle aspirent les hommes. Se battre, tuer, gagner.
Commenter  J’apprécie          170
MaksMaks   10 mai 2016
D’un pas étonnamment ferme, elle se mit en marche dans la direction où Jasnah avait disparu. Six mois plus tôt, elle avait exposé à ses frères un plan désespéré. Elle allait devenir l’apprentie de Jasnah Kholin, érudite, hérétique. Pas pour l’éducation. Ni pour le prestige. Mais afin d’apprendre où elle gardait son Spiricante.
Ensuite, elle le volerait.
Commenter  J’apprécie          90
LaDimensionFantastiqueLaDimensionFantastique   27 juillet 2015
Un cheval noir massif galopait droit vers eux, portant un cavalier à l'armure brillante qui semblait dégager de la lumière. Cette armure était faite d'une seule pièce - pas de maille en dessous, rien que des plaques plus petites, d'une incroyable complexité. La silhouette portait un casque intégrale dépourvu d'ornements, et la plate était dorée. Il maniait d'une main une épée massive dont la longueur égalait la taille d'un homme. Ce n'était pas une simple épée droite - elle était recourbée, et le tranchant non aiguisé était crénelé, évoquant des vagues. Des gravures en couvraient la surface.
Elle était magnifique. Pareille à une œuvre d'art. Cenn n'avait jamais vu de Porte-Eclat, mais il comprit immédiatement ce qu'il était.
Comment avait-il pu prendre un simple pâle-iris en armure pour l'une de ces créatures majestueuses ?
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
SioSio   28 juin 2015
- Est-ce Jasnah Kholin qui vous a enseigné ce talent au crayon ?
- Non, ardent, dit-elle, encore debout.
- Toujours aussi cérémonieuse, dit-il en lui souriant. Dites-moi, suis-je donc si intimidant ?
- On m'a appris à témoigner du respect aux ardents.
- Eh bien, je trouve pour ma part que ce respect est semblable au fumier. Utilisez-le où c'est nécessaire, et les cultures s'épanouiront. Répandez-le en trop grande quantité, et les choses se mettront simplement à empester.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
ElwingElwing   01 août 2015
— Père-des-tempêtes !
— Non, je m'appelle Malice. Mais je comprends que la méprise soit facile.
— A cause de l'air que vous brassez, grommela Dalinar, ou du bruit que vous faites ?
Commenter  J’apprécie          121
Videos de Brandon Sanderson (26) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Brandon Sanderson
A l'occasion du salon "Les Utopiales" à Nantes, rencontre avec Brandon Sanderson autour de leur ouvrage "Les archives de Roshar, Volume 3, Justicière. Volume 2" aux éditions le Livre de poche éditions .
Retrouvez le livre : https://www.mollat.com/livres/2321300/brandon-sanderson-les-archives-de-roshar-volume-3-justiciere-volume-2
Notes de musique : Youtube Audio Library
Visitez le site : http://www.mollat.com/ Suivez la librairie mollat sur les réseaux sociaux : Facebook : https://www.facebook.com/Librairie.mollat?ref=ts Twitter : https://twitter.com/LibrairieMollat Instagram : https://instagram.com/librairie_mollat/ Dailymotion : http://www.dailymotion.com/user/Librairie_Mollat/1 Vimeo : https://vimeo.com/mollat Pinterest : https://www.pinterest.com/librairiemollat/ Tumblr : http://mollat-bordeaux.tumblr.com/ Soundcloud: https://soundcloud.com/librairie-mollat Blogs : http://blogs.mollat.com/
+ Lire la suite
autres livres classés : fantasyVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Fils des brumes* : L'Empire Ultime

Comment Vin appelle-t-elle sa capacité à influencer les autres gens au début de l'histoire ?

Allomancie
Porte-bonheur
Ferrochimie
Porte-chance
Allomencie

12 questions
61 lecteurs ont répondu
Thème : L'empire ultime, (fils-des-brumes*) de Brandon SandersonCréer un quiz sur ce livre
.. ..