AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9782702183533
270 pages
Calmann-Lévy (02/03/2022)
4.44/5   243 notes
Résumé :
Il n’est jamais trop tard pour dire merci
Gina, charmante vieille dame d’origine italienne qui mène une existence modeste à Paris, a un péché mignon que tout le monde ignore : elle va chaque mois jouer aux machines à sous. Et voilà qu’un jour, elle gagne…

Aussitôt, Gina prend une folle décision : cet argent, elle va le partager avec chacune des personnes qui ont joué un rôle dans sa vie et qu’elle n’a jamais pu remercier. Alors sans rien révéle... >Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura
Critiques, Analyses et Avis (71) Voir plus Ajouter une critique
4,44

sur 243 notes
5
50 avis
4
18 avis
3
3 avis
2
0 avis
1
0 avis

Fabienne1809_Des_livres_dans_mon_coeur
  18 avril 2022
❤ Enooorme coup de coeur ❤
Merci, Grazie, Thank you, Julien Sandrel !
J'ai tous vos livres, mais c'est le premier que je lis. Et vous m'avez fait passer par des émotions incroyables.
Je m'attendais à un récit plus léger et j'ai découvert des personnages attachants (des personnages secondaires autant que les personnages principaux). J'ai cheminé avec les personnages, plongé avec eux dans les difficultés de leur présent et de leur futur proche ainsi qu'investigué avec eux dans leur passé familial.
Il y a tellement de choses dans ce roman que l'évocation de tous les thèmes pourrait éventer les éléments importants de ce roman.
Que dire alors, si ce n'est que les secrets de famille, le silence sur ce qui est douloureux dans le présent et la filiation sont les questions qui sont au centre de tout ce que l'on va découvrir dans ce livre.
Cette l'histoire d'une famille d'origine italienne, contrainte à l'exil, s'inscrit aussi dans L Histoire avec un grand H. Cela permet de donner une assise totalement crédible à une base de départ qui n'est finalement qu'un prétexte à la réflexion des personnages.
J'ai beaucoup aimé aussi la structure de ce roman choral, où Gina, la grand-mère, et Chloé, la petite-fille, sont les narratrices en alternance de chapitre en chapitre.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          250
llamy89
  13 mars 2022
Julien Sandrel a la faculté de nous entraîner dans des histoires à l'intrigue menée tambour battant, chargées d'émotions, pleines d'humanité, peuplées de personnages aux caractères bien trempés.
Ce roman n'y déroge pas. Gina est de ces personnages qui prennent vie, vous embobinent dans sa joie de vivre, pour cautériser ses plaies.
Elle est persuadée qu'elle ne survivra pas longtemps à son gain, selon la prédiction d'une diseuse de bonne aventure, tout doit donc aller très vite.
Alors que vous vous attendez à lire un roman feel-good qui ne vous encombrera pas la mémoire, vous êtes happés par la profondeur sous-jacente à cette histoire délicieusement acidulée, l'auteur vous embarque d'abord dans la quête des origines de Gina au coeur à Ellis Island. On y apprend le sort réservé aux migrants venus d'Italie et d'ailleurs, un Babel où la misère est exploitée où la simple humanité est niée aux arrivants rebaptisés, pour les plus chanceux, qui auront droit de fouler le sol de New York. C'est ainsi que Gina devient Virginie.
La plume délicate et tendre de Julien Sandrel essaime des touches d'humour pour aborder l'amour, l'amitié, la filiation, la maternité, l'homosexualité, la transmission, avec délicatesse, en nous offrant des personnages touchants, vrais, avec leurs fêlures, leurs peurs, leurs secrets. Nos peurs sont-elles transmises aux générations à venir dans nos familles ?
Tant de questions de fond sont abordées dans ce roman sans qu'on y prenne garde, c'est là le talent de Julien Sandrel : nous offrir une histoire douce, pleine de rebondissements, qui nous donne à réfléchir, si on choisit de le faire.
On peut simplement choisir d'accompagner Gina avec bienveillance dans cette fiction. Mais son histoire rencontre celles de bien des lecteurs parce qu'elle fait écho à la grande Histoire, cela fait toute la différence.
Merci pour ce joli moment de lecture.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          160
gruz
  11 mars 2022
Le pouvoir d'un merci peut être infini. Et il n'est jamais trop tard pour en offrir un.
A lire cette quatrième de couverture, on pourrait s'imaginer être en terrain connu. Ce serait mal connaître Julien Sandrel, car la réponse est clairement non.
Chacun de ses livres possède sa propre personnalité, ses propres secrets. Entre générations, entre une grand-mère et sa petite fille. Que sait-on réellement de ce que chacun a vécu de plus fort, de plus dur dans la première partie de sa vie ?
Par pudeur, ou parce que les événements passés sont trop douloureux, le silence se fait souvent. Qui peut devenir une chape de plomb sans le vouloir.
Alors quand une vieille dame de 85 ans décide de partir à la quête de son passé, en France comme à l'étranger, les révélations familiales remontent d'un coup à la surface.
Les émotions prégnantes affleurent, et le lecteur est rapidement embarqué dans un vrai tourbillon.
Rendons grâce au talent et à la sincérité de l'auteur qui ne tombe jamais dans le pathos. Et surtout joue avec brio et sensibilité d'une large palette d'émotions.
Le roman a beau être catalogué feelgood, avec la couverture en tête, la subtilité de cette histoire touche au coeur par bien des chemins.
Julien Sandrel est un magicien, capable de diffuser des bonnes ondes, mais aussi de créer des personnages avec une réelle profondeur, y compris dans leurs failles et douleurs.
Et de surprendre ! Vous n'imaginez pas une seule seconde de ce qui vous attend dans ce récit des pérégrinations de Gina. Avec des rebondissements savamment orchestrés, qui tombent au bon moment. Et rendent cette aventure follement ludique autant qu'émouvante.
Une fois de plus, l'écrivain a su me toucher au coeur, autant que me distraire, avec des protagonistes très attachants. Et aussi par l'ancrage historique de ce qu'a vécu sa mamie. Car il insuffle du réel dans sa fiction, pour lui donner une autre dimension.
Par touches subtiles, Sandrel met en perspective des événements du passé, pour donner de la force à ses personnages et à son histoire. Un joli équilibre. Aucun doute qu'il y a mis beaucoup de lui et de ses parents proches ou lointains.
Lancez-vous dans ce récit qui est bien plus profond qu'il n'y paraît, le gain d'argent de Gina n'étant qu'un prétexte à un voyage dans le monde, le passé et les émotions.
Une lecture d'une jolie profondeur émotionnelle. Julien Sandrel fait une nouvelle fois le bonheur de ses lecteurs, tout en variations autour de la notion de remerciement. Il mérite qu'on lui envoie un chaleureux merci, dans toutes les langues imaginables !
Lien : https://gruznamur.com/2022/0..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          170
Exuline
  21 juin 2022
En quelques mots :
Julien Sandrel nous offre encore un roman plein d'espoir, d'altruisme sans méchanceté, ou quand celle-ci existe, arrive à trouver les mots pour apaiser la peine, mettant du soleil dans nos vies et dans nos coeurs pour aller encore et toujours en avant.
En beaucoup plus de mots :
Lorsque je me prépare à ouvrir un livre de Julien Sandrel, je suis maintenant partagée entre deux émotions contradictoires : l'excitation de me plonger dans la plume de cet auteur à l'imagination débordante et la peur d'être déçue puisque les autres m'ont tellement surprise par leur réalisme, leur délicatesse et leur intensité émotionnelle, provoquant à chaque fois, des larmes, des rires, du bien-être tout simplement.
Alors oui, je n'ai pas pu lire toute la bibliographie de cet auteur et en particulier les deux derniers, mais La chambre des merveilles et La vie qui m'attendait avaient été des coups de coeur, qu'en est-il donc de ce cinquième roman ?
J'avoue avoir eu plus de mal à rentrer dans ce livre. Au début je n'étais pas séduite par Gina dont la quatrième couverture annonçait comme étant une charmante vieille dame. Pour moi, elle n'était qu'une inconnue croisée dans une rue sans avoir d'opinion particulière sur ce personnage. Je n'ai pas ressentie une affection particulière pour ce personnage, et étais plutôt sceptique pour sa passion des machines à sous et surtout par la prémonition de la voyante rencontrée.
Mais c'est sans compter sur la plume de Julien Sandrel qui a le don de savoir capter l'intensité des émotions de ses personnages et de les traduire avec tant de justesse, de vérité que finalement et bien, je me suis attachée à ce petit bout de femme, cette petite pomme ridée pleine d'énergie et qui va tout mettre en oeuvre pour vivre ou revivre son passé !!!
Une fois encore, l'auteur nous propose un road trip pas comme les autres et justement il ne s'agit pas d'un réchauffé de ses autres romans. Même si le thème de prédilection de Julien Sandrel est la décision de tout quitter pour aller vers des lieux inconnus pour se découvrir soi-même, ici Gina sait qui elle est, et surtout d'où elle vient. Son âge mature lui apporte un regard en arrière extrêmement éclairé sur ce qui a été sa vie que nous allons découvrir au fur et à mesure de son périple.
Et puis n'oublions pas, que toujours il y a l'amour au centre de ces romans, avec un grand A, avec un petit a, l'amour fraternel, l'amour filial, l'amour véritable, l'amour secret. Une palette de milles couleurs que Julien Sandrel partage, peint une histoire pleine de vie.
Avec beaucoup d'émotions nous allons découvrir ce personnage à milles vies qui n'a jamais baissé les bras malgré l'adversité, la chance qu'elle a pu provoquer dans ses rencontres, et devenir la Gina que nous découvrons.
Moins séduite également par sa petite fille, je suis restée en retrait de ce personnage tout en ayant une réelle affinité pour l'amie de sa grand-mère : Olga. Un personnage beaucoup plus casanier qui décide de suivre Chloé dans sa recherche de sa grand-mère parce qu'elle aussi s'inquiète et ne peux continuer à rester inactive face au départ soudain de son amie.
C'est donc encore un concentré d'émotions qui nous ait présenté ici avec beaucoup de rebondissements même s'ils sont un temps soit peu, beaucoup, passionnément rocambolesques et donc moins crédibles. Mais peu importe, le principal c'est qu'en refermant le livre j'ai passé un moment tellement agréable à découvrir les secrets de ma vieille pomme, que les petits défauts sont gommés par la pureté de l'âme de Gina.
Je ne recommanderai pas ce livre pour un lecteur qui ne connait pas l'auteur, je pense qu'il faudrait commencer dans l'ordre d'écriture, mais pour les grands amateurs, c'est le livre à emmener cet été dans sa valise et pourquoi pas, si vous en avais l'opportunité de refaire le road trip de Gina... Bon passez au casino avant, avec un peu de chance vos vacances seraient transformées et votre vie aussi.
Lien : https://exulire.blogspot.com..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
audelagandre
  03 mars 2022
Au crépuscule de sa vie, Gina, fantasque grand-mère de 85 ans continue à se rendre en secret au casino où elle adore jouer aux machines à sous. Cette journée du 30 juin 2018 restera exceptionnelle puisqu'enfin, elle gagne. Que faire avec un million d'euros lorsque l'on a déjà vécu une longue vie et que posséder davantage n'est plus la priorité. Gina a alors une idée : remercier celles et ceux qui, d'une façon ou d'une autre, ont contribué à rendre sa vie plus belle. « Ces personnes auxquelles j'ai toujours voulu exprimer ma gratitude, sans en avoir eu l'occasion ni la possibilité. Je crois qu'il n'y a pas pire regret, à la fin d'une vie, que de n'avoir pas su, pas pu dire merci. » Merveilleuse idée de Gina qui, du haut de ses 85 ans, ne vit plus dans la rancune, mais dans une certaine forme de sagesse inhérente à l'âge, merveilleux hommage de Julien Sandrel à sa famille.
On ne connaît jamais réellement les personnes qui nous entourent. Leurs blessures, leurs joies, leurs traumatismes, leurs espérances. Encore moins leurs chemins de vie. Que l'on ait 24 ans ou 85, certains secrets restent profondément enfouis, par peur du jugement de l'autre, par honte, ou pour sauvegarder les apparences. Dans la folle épopée de Gina, le lecteur se retrouve projeté dans sa vie, à des moments clés où sans l'aide des autres, les choses auraient pu mal tourner. Parce que dans les moments de grandes douleurs se cachent aussi de petits bonheurs, qui, avec le temps, s'observent sous un autre angle. Parallèlement, dans sa course éperdue pour rattraper sa grand-mère, Chloé sa petite-fille réalise que si Gina ne connaît pas vraiment sa vie, elle-même ne connaît pas le passé de sa grand-mère. « Comment peut-on se sentir aussi proche de quelqu'un sans rien connaître de sa vie.(…) on accepte cette méconnaissance du passé avec une facilité déconcertante concernant ses propres grands-parents. L'adulte raconte ce qu'il souhaite à l'enfant, et si la tendresse est là, l'enfant n'a pas besoin d'en savoir plus pour être heureux. » Une occasion unique se présente de se construire grâce à l'autre…
Dans « Merci, Grazie, Thank you », Gina et Chloé sont à la recherche de leurs racines. Pour l'une, les ramifications sont multiples et enchevêtrées. Pour l'autre, la méconnaissance de l'histoire familiale engendre angoisses et hantises d'un futur à construire. « Est-il possible de construire son propre avenir en occultant les zones d'ombre de sa famille ? » Chacune apporte sa pierre à l'édifice, Gina en cherchant la paix de son âme, Chloé en posant les pierres de sa vie future. Se construire grâce et à travers l'autre est une idée souvent oubliée dans notre société, mais c'est certainement celle avec laquelle je suis le plus en phase. Lorsqu'il s'agit de sa propre famille, de son histoire dont nous trimballons inconsciemment les casseroles, c'est encore plus important. Les ressentis de Chloé face à une échéance qui lui est propre et personnelle en sont le parfait reflet. Pour savoir où elle va, elle a besoin de savoir qui elle est, de lever les « malédictions » familiales qu'elle ressent sans pouvoir réellement les expliquer. L'épigénétique est une thématique très intéressante et à laquelle je crois profondément : nos émotions laissent des traces sur nos gènes. En donnant la vie, nous transmettons inconsciemment ces émotions qui sont un lourd bagage pour celui qui les reçoit puisqu'il en hérite sans les comprendre. Connaître ses racines pour grandir et être pleinement soi devient donc essentiel. Gina l'exprime très bien : « Le secret est un sport de compétition, dans cette famille. » Ne laissons pas les secrets menacer le destin de nos enfants.
Encore une fois, Julien Sandrel est parvenu à conquérir mon coeur. Sous couvert d'une histoire qui peut paraître simple, il aborde pourtant des choses essentielles. D'abord en offrant comme base de son roman cette proposition si élémentaire de remerciement. « À notre âge, remercier, s'excuser… cette sorte de bilan comptable de son existence, je trouve ça merveilleux. » Ensuite, pour la salve d'émotions qu'il nous envoie en cadeau. Cette grand-mère touchante, tendre, souvent cocasse qui maîtrise l'art de l'insulte comme personne (que j'ai ri !) a un coeur en or. Difficile de ne pas se souvenir de nos grands-parents et de les faire revenir dans nos quotidiens le temps d'un roman. Pour cela, moi aussi je dis Merci. Pour la relation bienveillante entre Gina et Chloé, encore Merci. Savoir écouter sans juger est le don des rois. Pour les liens si profonds entre Gina et Olga (personnage que je vous laisse découvrir), parce que l'amour triomphe de tout, Merci. « Merci, Grazie, Thank you » est un roman délicat, tout en nuances, émouvant et drôle, qui laisse son empreinte dans nos coeurs, comme un tatouage sur la peau. Je lui souhaite de traverser les temps. Je réitère mes mots de l'année dernière pour « Vers le soleil », on a tous besoin d'un Julien Sandrel dans sa vie, un Julien avec un coeur gros comme ça qui envoie de bonnes ondes. « Merci, Grazie, Thank you ».
Lien : https://aude-bouquine.com/20..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30


critiques presse (1)
LeJournaldeQuebec   20 juin 2022
Un roman phénoménal, émouvant, où l’auteur rend hommage à ses ancêtres italiens à travers l’histoire de Gina.
Lire la critique sur le site : LeJournaldeQuebec
Citations et extraits (29) Voir plus Ajouter une citation
ExulineExuline   21 juin 2022
Je suis une rationnelle. Une cartésienne. J'ai besoin de me représenter l'ampleur de la béance entre Gina et moi. Ma grand-mère est en vie depuis 85 ans, soit plus de 31 000 jours. Admettons que j'aie passé en moyenne 4 jours par mois avec elle pendant 14 ans, puis de moins en moins, disons quelques jours par an seulement, sur la dernière décennie. Cela représente environ 800 jours. c'est considérable bien sûr, suffisant pour créer un lien indéfectible. Mais les chiffres ne mentent pas : techniquement, ma grand-mère a vécu 98% de sa vie sans moi. Seule la pointe de l'iceberg de son existence m'est accessible.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
ExulineExuline   21 juin 2022
Les femmes ont des qualités très particulières. Elles sont capables de réaliser des travaux extrêmement répétitifs qui lassent les hommes. comme mettre des enveloppes sous bande." De nos jours, une telle pensée archaïque susciterait des vagues d'indignation. En 1960, ce genre de commentaire était la norme.
Commenter  J’apprécie          00
ExulineExuline   21 juin 2022
L'émotion me gagne, bien sûr. C'était prévu.
Je la laisse venir. Je l'accueille. Je la Chéris.
Pleurer, cela signifie aussi que l'on a aimé.
J'ai aimé très fort. J'ai pleuré beaucoup.
Commenter  J’apprécie          00
Fabienne1809_Des_livres_dans_mon_coeurFabienne1809_Des_livres_dans_mon_coeur   16 avril 2022
Est-il possible de construire son propre avenir en occultant les zones d’ombre de sa famille ? Et si l’un des maillons de la chaîne atavique ressentait confusément qu’il y a, quelque part, quelque chose de l’ordre de la transmission, qui l’empêche d’avancer ?

(Page 110)
Commenter  J’apprécie          80
Fabienne1809_Des_livres_dans_mon_coeurFabienne1809_Des_livres_dans_mon_coeur   18 avril 2022
Elle ne s'apitoie pas sur son sort, non, elle est bien trop consciente de la chance qui a été la sienne, tout au long de sa vie. Mais elle est également très consciene d’avoir été, sous bien des aspects, une femme empêchée.

(page 237)
Commenter  J’apprécie          60

Videos de Julien Sandrel (28) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Julien Sandrel
La touchante histoire de Julien Sandrel prend forme dans une bande dessinée adaptée par Philippe Pelaez et Patricio Angle Delpech !
Rendez-vous en octobre en librairie : https://www.angle.fr/bd/grand_angle/la_chambre_des_merveilles/la_chambre_des_merveilles_-_histoire_complete/9782818986943
autres livres classés : feel good bookVoir plus
Notre sélection Littérature française Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura





Quiz Voir plus

La vie qui m’attendait

Quelles sont les initiales de l’auteur de se livre ?

V.H
A.L
J.S
A.G

11 questions
8 lecteurs ont répondu
Thème : La vie qui m'attendait de Julien SandrelCréer un quiz sur ce livre