AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
Critiques sur Les cancres de Rousseau (25)
Classer par :   Date   Les plus appréciées  



Ajouter une critique
letilleul
  04 janvier 2018
L'auteur propose avec ce nouveau titre une "comédie humaine" qui reflète les cultures urbaines contemporaines. On retrouve des personnages à la suite de Sarcelles-Dakar, du plomb dans le crâne, Gueule de bois et Dady est mort. J'avoue, je suis moins fan de la nouvelle maquette proposée chez Sarbacane.
Ici, on est au coeur de la cité avec leur code d'honneur et leur façon d'exprimer leurs joies, leurs peines, leurs rêves. On a envie d'écouter ses espérances d'adolescents tout en déplorant que les adultes ne les écoutent pas davantage.
Commenter  J’apprécie          230
Sanchan
  21 octobre 2017
L'année de terminale d'une petite bande de Sarcelles en 1994. Avec une langue qui mélange habillement les registres (comme je kiffe), qui s'amuse à passer de l'un à l'autre, Insa Sané vous propose Un roman canon. On y parle de la banlieue avant qu'elle ne brûle et qu'elle ne soit encore plus abandonnée, Quand il y avait encore de l'espoir. Des gamins comme les autres, ni mieux ni pire, une vision réaliste qui nous montre le meilleur des fleurs de bitume et la violence du paysage. Un big up pour ce roman qui vous donne Envie de réécouter le Ministre Amer et I Am a fond dans le walkman.
Commenter  J’apprécie          60
ninon16
  23 mai 2018
les cancres de Rousseau est un peu comme un roman coup de poing qui permet de se rapprocher de certaines réalités dont on parle beaucoup et de prendre à contre-pied les clichés sur les habitants des cités

On découvre dans ce livre une bande d'amis dont l'un deux est le narrateur, Djiraël. Ils sont lycéens dans une banlieue francilienne et tentent de vivre leur vie de Terminale tant bien que mal malgré les épreuves que la vie familiale impose à chacun. Que ce soit Sacha, Jazz, Rania, Armand, Doumam ou Djiraël, chacun a sa personnalité propre et l'auteur a pris soin de donner à tous une place importante dans le livre. J'ai adoré découvrir ces personnages développés qui se démarquent tous à un moment ou à un autre. Aucun n'est à l'ombre par rapport aux autres et c'est assez rare pour ne pas être souligné.

Venons-en à l'intrigue, qui est bien fournie ! J'avoue que j'aime bien ces romans qui traitent de l'année de terminale car la vision du lycée et de cette année spéciale qui y est montrée est toujours différente. Ici, c'est dénonciation en force et j'ai adoré ça. L'éducation nationale est remise en question, à travers l'humanité touchante de certains personnages et le mépris obtus et irrémédiable qu'affichent d'autres. Mon coeur s'est serré plusieurs fois à la lecture de ces clichés des gens de la cité issus de l'immigration face aux petits français propres sur eux qui vont réussir dans la vie, mais je ne doute pas malheureusement qu'ils soient vrais dans certains lycées.

Djiraël est un personnage particulièrement fort. Fort par ce qu'il a vécu et fort pour ses convictions. Cela ne veut pas dire néanmoins qu'il est sans défaut tel le Robin des bois moderne ou qu'il représente le type du héros parfait. Il agit aussi pour son intérêt, commet des erreurs et c'est une sorte d'exercice pour nous lecteurs que de lui pardonner puisqu'on doit garder à l'esprit que tout le monde en fait. Je ne pense pas qu'il y ait une morale particulière que l'auteur a voulu faire ressortir de son livre, néanmoins il y a des moments forts qui m'ont marqué. Certains événements finaux sont juste géniaux !

Il s'en passe des choses en 331 pages et, si j'ai parfois trouvé que certains scènes traînaient un peu en longueur ou que Djiraël en faisait un peu trop, la plupart des situations sont drôles à souhait et montrent toute l'ingéniosité des personnages. Je ne connaissais pas du tout Insa Sané avant recevoir ce livre-là et je suis très contente d'avoir pu faire cette découverte qui alterne avec brio entre légèreté et sérieux, en dénonçant sans tomber dans l'excès. J'étais ulcérée (carrément, ouais) quand j'ai vu que l'histoire s'arrêtait là, puis j'ai réalisé qu'il y avait une suite écrite avant ce roman-là, Sarcelles-Dakar. Il n'y a pas fauté, je la lirai aussi !

C'est un livre qui montre : que le racisme est toujours bel et bien là, que ceux qui partent avec un désavantage peuvent réussir quand même, que la solidarité c'est beau, qu'il faut toujours essayer de comprendre plusieurs points de vue et ne pas rester concentré sur soi. Les cancres de Rousseau est un roman qui réussit à faire sourire malgré la réalité à laquelle il réfère, un de ces romans indispensables pour comprendre notre réalité, pour ne jamais tomber dans le jugement de ceux qu'on croit différents.
Lien : https://livresdecoeur.blogsp..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
orbe
  22 février 2018
L'année de Terminale est une année charnière pour repenser son parcours et se projeter dans l'avenir.

Pour Djiraël et sa bande d'amis, elle est significative de leur envie de porter leurs valeurs au-delà de leur cercle. C'est pourquoi, pour en faire une année inoubliable, le jeune homme choisit de se présenter à l'élection de président des délégués.

Il s'agit à la fois de faire main basse sur l'argent disponible afin d'insufler plus de vie dans l'établissement et d'assouvir des projets plus personnels.

Car Djiraël et ses copains vivent en banlieue et sont souvent victimes de préjugés et de discriminations et chacun doit supporter le poids de l'espoir de sa famille en terme de réussite scolaire.

Une aventure d'une année où il faudra convaincre, les siens et les autres, s'organiser, prendre ses responsabilités et gérer à la fois ses sentiments et les émois du corps.

Une fresque bien écrite, avec des moments émouvants et des moments burlesques, qui nous interroge sur le regard que nous portons sur l'école, les jeunes, la banlieue.

A lire !
Lien : http://www.nouveautes-jeunes..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
Lagagne
  25 octobre 2017
Difficile de trouver plus éloigné de l'ado que j'étais que ces ados là ! Et pourtant je me suis attachée à eux. Sacha et son âme de catcheuse, Armand le cancre, Jazz le DJ, Doumam l'intello, Rania le belle effacée et Djiraël le boy scout. L'auteur les fait vivre sous sa plume avec un réalisme épatant. Leur humour percutant fait du bien ! Ils ont de ces répliques !
Cela fait du bien d'avoir parfois ce ton léger, cette amitié forte. Tout n'est pas léger pourtant, loin sans faux. On a de la réflexion autour des premiers amours, de la démocratie, du rôle de l'enseignant, du rôle de mère, de père, des rêves, des projets, de l'amitié, de la vie en banlieue...en 95.
Il y a un petit badge "une comédie urbaine" sur la couverture. Et oui, il y a un peu De Balzac là-dedans, du Balzac de banlieue, et beaucoup d'érudition, de clins d'oeil, de références. Et, comme pour la comédie humaine, il y a plusieurs tomes que je ne manquerais pas de saisir quand ils seront à portée de ma main !
Commenter  J’apprécie          50
MissPerle
  06 novembre 2018
Je n'avais encore jamais lu une histoire d'Insa Sané alors j'étais curieuse de découvrir sa plume qui m'a transportée sans difficulté dans une histoire haute en couleurs au côté d'un protagoniste qui semblait vrai avec des qualités tout comme des défauts !


Je ne m'attendais pas à rencontrer et à m'attacher à des personnages aussi forts avec un vécu, un passé, une vie tourmentés. J'ai découvert une bande d'amis soudés, basée sur la confiance et l'humour, car même si leur contexte familial est compliqué, cela n'empêche pas au groupe de s'éclater et de se fourrer parfois dans les ennuis... D'ailleurs, si je me souviens bien, Djiraël évoque ses amis comme sa deuxième famille.


Des personnages plaisants à découvrir au caractère bien trempé même si j'aurais apprécié que les personnages secondaires prennent davantage de place et soient encore plus approfondis car l'ébauche commencée était intéressante !
Au début, ce n'était pas évident de s'immerger dans le récit avec leur langage mais je m'y suis faite, puis le cadre se révèle réaliste.


Le récit va durer le temps d'une année scolaire, mais pas n'importe laquelle puisque c'est celle de la terminale pour Djiraël et ses amis qui ont prévu d'en faire un évènement inoubliable, de créer de fameux souvenirs ! Et je peux vous certifier que ce sera le cas, sans vous spoiler, évidemment. Entre amitiés, amours, coups bas, rigolades, colères, disputes et bagarres, cette dernière année de lycée est jonchée de péripéties et d'émotions qui n'amèneront pas moins les personnages à grandir, à se découvrir, à s'amuser, à prendre des responsabilités, à vivre leur adolescence d'une manière plutôt intense. Je n'étais pas prête à être autant captivée par l'intrigue remplie de rebondissements !


J'ai adoré cette lecture pour les idées et thèmes abordés qui font réfléchir et ouvrent l'esprit, à travers les différences sociales, les discriminations encore présentes aujourd'hui malheureusement..., la vie dans certaines banlieues,... On en ressort mûri, révolté mais en souhaitant vivre avec plus de bienveillance, sans émettre de préjugés !


Pour conclure, j'ai passé un excellent moment avec Djiraël en partageant ses émotions, en essayant de le comprendre, en ayant envie de le secouer *parce que son idéalisation de Tatiana, une fille hautement détestable !, était très frustrante !!!* ! Les rapports entre les enfants, la famille, l'école, les amis et la société sont traités avec sensibilité et un dynamisme qui ne peuvent laisser indifférent, un livre que je recommande vivement !


Petite dédicace à Monsieur Fèvre, le professeur (ici, d'économie) qu'on aimerait tous avoir ! Il sait parler aux élèves en les considérant comme des individus singuliers et rendre un cours intéressant. Un personnage inspirant, au top !
Lien : https://un-univers-de-livres..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
l-ourse-bibliophile
  21 août 2018
Les cancres de Rousseau, c'est l'histoire d'une bande de cabossés de la vie. Leur quotidien varie et se ressemble : certains dealent avec l'alcoolisme ou la violence d'un père, celui d'un autre s'est fait la malle, une autre, adoptée par une famille blanche, est devenue invisible à la naissance d'un enfant tout aussi blanc… Et en dehors de la maison (ou de l'appartement plutôt) ? On découvre (ou on redécouvre) ce que signifie réellement être noir.e ou arabe. le racisme ordinaire, la discrimination, les contrôles au faciès, le mépris des enseignants qui ont abandonné, la violence et n'avoir personne vers qui se tourner…
Un tableau riche et nuancé de la banlieue parisienne qui permet de la voir autrement que par l'oeil des caméras du JT.
Un autre monde pour moi avec mes yeux bleus et ma famille modèle.

Pourtant ce qui frappe au milieu de toutes les embrouilles, ce sont les plans malins, les vannes, le rire plutôt que les larmes, la pirouette plutôt que le lâcher-prise. Djiraël et ses amis sont formidablement solidaires et, s'ils se charrient à longueur de journée, c'est simplement parce qu'ils se connaissent parfaitement et tiennent les uns aux autres. Certes, parfois de petites trahisons viennent bouleverser cette magnifique amitié – car cette année de terminale, ce sont aussi des histoires de coeur qui touchent les uns et blessent les autres – mais on sort malgré tout de ce roman avec la conviction que nous sommes plus forts à plusieurs. Les personnages sont encore à un âge plein de rêves et de fureurs, ils refusent de suivre la résignation lasse de leurs parents. Ils y croient encore, pour un temps du moins.

(L'histoire se passe en 1994, mais elle est parfaitement actuelle. D'ailleurs, j'oubliais sans cesse ce détail, même si c'est vrai que les portables sont absents. C'est une histoire des années 1990, des années 2000 et des années 2010. Peut-être avant, peut-être après.)

Les personnages sont merveilleusement personnifiés. Leurs points forts (si divers, si colorés : l'impertinence, une réserve dissimulant une explosivité insoupçonnée, la force, la tchatche, l'humour, l'optimisme…), leurs faiblesses, leurs hésitations, leurs espoirs… la bande est attachante et vivante (j'ai l'impression de me répéter un peu avec les Exprim', mais que voulez-vous, à chaque roman, je tombe amoureuse des personnages !). Autour d'elle, des personnages réalistes – de la brute au professeur sadique en passant par l'élève modèle – qu'on reconnaîtra tous plus ou moins.
Heureusement, la bande peut aussi compter sur une personne incroyable, Monsieur Fèvre, prof d'économie. Monsieur Fèvre, c'est le top de la crème du haut du panier des professeurs. Juste derrière Mr. Keating (Robin Williams) dans le cercle des poètes disparus, vous voyez ? Humain, enthousiaste, il croit en eux et en leur intelligence comme aucun prof n'a jamais cru en eux, ces « cancres » abandonnés par le système scolaire.

Un autre ingrédient de ce délice littéraire : la plume d'Insa Sané. Formidable. Fascinante. La langue est imagée, rythmée et en parfaite harmonie avec le contexte et ses protagonistes. Rapidement, les mots deviennent musique et poésie. Il a la verve du conteur, le bagout de ses personnages, l'humour qui dédramatise, la colère qui gronde. Par le rire et l'émotion, il fait passer son message avec justesse et sans clichés.

Cette « Comédie urbaine » se hisse illico parmi mes romans Exprim' préférés et j'ai hâte d'en poursuivre la découverte avec Sarcelles-Dakar. C'est un roman intelligent, humain, engagé, qui mêle les sujets classiques des histoires de lycée – amours, amis, premières fois, cours, parents… – à l'univers plus atypique de la banlieue.
Lien : https://oursebibliophile.wor..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
IreneAdler
  22 novembre 2017
Un roman loin des clichés de la banlieue, où s'il y a souvent plus de misère et d'histoires sordides qu'ailleurs, il y a aussi de la solidarité, des rires, de l'entraide et surtout des amitiés solides. En fait, c'est ça qui aide à tenir lors des galères. Parce que même si on les évite, elles ne se gênent pas pour nous exploser dans la gueule. Qu'elles soient amoureuses ou qu'elles viennent des mecs qui tiennent les murs, elles font autant mal. Mais les potes sont là pour aider à gérer les galères, même les plus graves ; même s'il faut pour cela respecter les règles, stupides et violentes parfois, de la rue.
La crédibilité tient également à l'écriture et à l'utilisation du langage de la rue, tant dans les dialogues que dans le reste de la narration ; il est utilisé à bon escient, et cela évite l'aspect artificiel que cela aurait pu avoir. Insa Sané n'en abuse pas et sais quand et comment l'utiliser : si vous n'êtes pas un-e habitué-e du parler bitume, pas d'inquiétude, tout est parfaitement clair quand même. Je ne sais pas si je peux aller jusqu'à le comparer à Céline, mais il a beaucoup travaillé ce point pour que le rendu soit naturel.
Une immersion réussie dans une cité dite dure, mais sans entrer dans les facilités comme la violence et la drogue. Un souffle positive sur une réalité difficile.
Je remercie Babelio et les éditions Sarbacane pour cet envoi.


+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
Boom
  26 septembre 2017
J'ai bu les paroles de Djiraël, de sa soif d'apprendre, de son intelligence et ses idées pas toujours aussi folles. Je n'ai qu'une chose à rajouter : je remercie l'auteur de nous offrir la possibilité de lire encore notre héros car oui, vous l'avez bien compris, il y a une suite ! Je n'ai aucun commentaire négatif à relever sur cet ouvrage, j'ai été bercée par la plume oscillant entre dureté et poésie à chaque page, par les protagonistes à la vie boitillante et par le message qu'il véhicule : l'espoir d'une vie meilleure, d'un système politique où il suffit peut être juste de s'investir et de persévérer pour sortir du lot et se battre. À lire et relire, je vous invite à lui laisser sa chance car il ne vous décevra pas !
Lien : https://booksetboom.blogspot..
Commenter  J’apprécie          41
Aproposdelivres
  16 décembre 2017
Sarcelles, en 1994, cette année sera exceptionnelle pour Djiraël, car il entre en Terminale et il se retrouve dans la même classe que tous ses copains : Sacha, Jazz, Rania, Armand, Doumam et avec leur professeur préféré comme prof principal : Monsieur Fèvre, le seul qui s'intéresse d'abord aux élèves avant de s'intéresser à leurs résultats !
Djiraël est un élève intelligent, mais il en fait le strict minimum. Il a du coeur et il promet à ces potes une année inoubliable.
[...]
Lors de cette dernière année qu'ils vont passer tous ensemble, Djiraël va devoir prouver qu'il est devenu un garçon responsable, il organisera avec la bande une grande fête pour le lycée, mais pas seulement…
Le lecteur pourrait être gêné par le langage assez cru et le style parlé du livre, mais les nombreux personnages sont si attachants qu'on oublie le vocabulaire parfois fleuri…
Lien : https://aproposdelivres.word..
Commenter  J’apprécie          30


Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Livres et auteurs chez PKJ (pocket jeunesse)

Qui est l'auteure de "Eleanor & Park" et "Carry on" ?

Cat Clarke
Marika Gallman
Rainbow Rowell
Jo Witek

20 questions
68 lecteurs ont répondu
Thèmes : jeunesse , littérature pour adolescents , jeune adulteCréer un quiz sur ce livre