AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2875683527
Éditeur : Espace Nord (18/01/2018)

Note moyenne : 5/5 (sur 1 notes)
Résumé :
Bruxelles, été 1932. Alors que des mouvements de grève mettent le pays sens dessus-dessous, le docteur Gasparri reçoit les Guareschi, un couple de jeunes exilés originaires de la même région que lui en Italie.Entre le médecin et ses patients, des trajectoires analogues et des souvenirs communs tissent des liens affectifs. Jusqu'au jour où débarque Oreste, le frère cadet de Madame Guareschi, qui a fui l'Italie fasciste dans des circonstances troubles.Dès lors, la des... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (1) Ajouter une critique
saigneurdeguerre
  05 octobre 2019
Bruxelles été 1932.
Que nous ont appris 5 jours d'audition du docteur Fernando Gasparri ?
D'origine italienne, le docteur Gasperri compte parmi ses patients un jeune couple d'Italiens, les Guareschi.
Madame Guareschi est en danger de mort à cause de son travail à l'usine de ballons où elle inhale du sulfure de carbone. Malgré les recommandations du médecin, la femme y est retournée. Les Guareschi ont-ils le choix ? La crise, venue des USA s'étend au monde entier. La Belgique, pays qui exporte l'essentiel de sa production, est durement touchée. Nombre d'entreprises se cassent les dents. Monsieur Guareschi n'a plus de travail qu'un à deux jours par semaine. En peu de temps, on est passé du plein emploi au chômage de masse.
Le docteur se fait beaucoup de soucis pour madame Guareschi. Or, le couple, déjà bien empêtré dans les problèmes, va voir sa situation encore s'aggraver avec la venue d'Oreste, le frère cadet de madame Guareschi qui a fui l'Italie fasciste dans des circonstances qui ne sont pas claires…
Critique :
Les années de l'entre-deux guerres sont mal connues du grand public, particulièrement pour ce qui touche à la Belgique. Ce roman, fort bien documenté, nous plonge dans l'ambiance de ces années-là, au milieu des conditions de vie déplorables de la classe ouvrière, des grèves, des grèves pour soutenir les grévistes, des immigrés, en particuliers les Italiens qui fuient la misère pour les-uns, le fascisme pour les autres, voire les deux, des syndicats qui appuient le fait de renvoyer les étrangers sans famille vers leur pays d'origine, quel que soit le régime politique qui le gouverne, au nom de la défense des intérêts de leurs affiliés belges. Ces conditions confrontent un honnête homme à des cas de conscience, lui qui est très empreint de la foi catholique, lui qui a, lui aussi, connu des difficultés énormes quand il était jeune avec son épouse mais qui a su s'élever dans la société en devenant médecin.
On découvre aussi toute la puissance du patronat qui est aux abois et d'un gouvernement qui est complètement dépassé par les événements, les caisses de l'Etat étant vides et l'extrême pauvreté faisant exploser le taux de criminalité, sans oublier les anarchistes qui n'ont pas tous des idées pacifiques…
Et puis, il y a aussi le fait que les réunions politiques sont strictement interdites aux étrangers. Tout étranger surpris dans une réunion de ce type est aussitôt arrêté par la police.
Giuseppe Santoliquido, l'auteur, dépeint merveilleusement bien la vie du docteur Gasparri en le plaçant dans un quartier bien réel, celui de la rue de la Tulipe à Ixelles, où il a une patientèle variée, tout en étant proche de quartiers populaires où sévit une grande misère dans les années trente.
Le roman place le brave docteur face à toutes sortes de dilemmes l'obligeant à sortir de sa zone de confort, à savoir sa routine quotidienne, ses visites régulières à la tombe de son épouse à qui il raconte tout ce qui lui arrive et qui compte, les soins qu'il apporte à sa soeur handicapée, et… J'en ai assez dit. Je ne puis que vous inviter à découvrir le livre si ces thématiques vous intéressent : mouvements sociaux, montée du fascisme, cas de conscience, …
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          237
Citations et extraits (3) Ajouter une citation
saigneurdeguerresaigneurdeguerre   05 octobre 2019
Le policier à la moustache lança un sourire ironique à son collègue.

- J'ai toujours su que les ritals n'avaient pas grand-chose dans la caboche, pas besoin de les cuisiner bien longtemps pour qu'ils se mettent à table.
Commenter  J’apprécie          70
saigneurdeguerresaigneurdeguerre   25 octobre 2018
[...] le climat social était alors à l'agitation, en raison des nombreuses fermetures d'usines et des baisses de salaires des dernières semaines; ou encore le fait que les forces de l'ordre étaient sans cesse sur le qui-vive, qu'elles intervenaient le plus souvent avec force et fermeté, comme quelques jours auparavant à La Louvière, où elles avaient dispersé une bonne centaine de manifestants en chargeant au sabre.

NB: L'histoire se passe en 1932, en pleine catastrophe économique.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
saigneurdeguerresaigneurdeguerre   05 octobre 2019
- Une cause, jeune homme, ça ne veut rien dire, du moins en ce qui me concerne ; c'est une expression creuse et bien trop abstraite à mon goût. La seule cause qui vaille la peine, si l'on peut utiliser une telle expression, est celle qui tend à faire le bien, un bien concret et mesurable.
Commenter  J’apprécie          10
Lire un extrait
Videos de Giuseppe Santoloquido (2) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Giuseppe Santoloquido
Giuseppe Santoliquido présente son Voyage corsaire
autres livres classés : fascismeVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox