AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
Critiques sur La maîtresse de Carlos Gardel (18)
Classer par :   Date   Les plus appréciées  



Ajouter une critique
saphoo
  10 février 2019
Un grand merci aux éditions Zulma pour ce beau partage et à Babelio qui m'a permis de recevoir ce livre.

Avant tout, je félicite les éditions Zulma pour leurs superbes couvertures, c'est toujours appréciable d'avoir cet assortiment coloré, original et chaleureux dans une bibliothèque. Pour un peu, on deviendrait collectionneur des livres Zulma rien que pour les couvertures et en faire une immense fresque.

Après, j'apprécie presque toujours, les auteurs qui ont la chance d'être retenus, car ils offrent aux lecteurs une parenthèse de voyage, d'originalité, et de grande qualité.

Présentement, nous partons dans les îles caraïbes, au rythme du tango et son roi Carlos Gardel, né Charles Romuald Gardés à Toulouse et oui point Argentin juste immigrant vers ce pays qui l'a formaté au son du tango.
Le roman nous permet de faire un bout de chemin sur les traces de ce chanteur, et de découvrir par la même occasion la pauvreté et les difficultés de tout un peuple miséreux.

Puis par le biais de la maîtresse nous pénétrons dans un autre univers, celles des guérisseuses et toute la panoplie qui va avec, les herbes, les potions et autres remèdes et connaissances qui se transmettent de génération en génération gardés bien jalousement. C'est d'ailleurs grâce à ce secret que la grand-mère va pouvoir faire un marché afin que sa petite fille puisse accéder aux portes de l'université et devenir médecin.
Ce n'est pas une mince affaire à cette époque, plusieurs barrières à franchir dont certaines semblent impossibles : être femme de peau noire, pauvre et habitée sur une île !
C'est aussi le début des contrôles des naissances avec des expérimentations plus ou moins bien menées.

J'ai bien apprécié le parcours de Micaela, son courage et sa détermination.
J'ai moins aimé le personnage de Carlos Gardel.

J'ai peiné à pénétrer au coeur du roman par un début lent, puis le rythme s'est accéléré et les différents sujets m'ont intéressée.
Par ailleurs, il y a de très beaux passages poétiques. Dans l'ensemble je me suis laissée porter par la plume agréable et sensible de l'auteure.
Une très belle découverte pour résumer aux couleurs du tango et des Caraïbes.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          261
Lagagne
  28 avril 2019
C'est un portrait de femme singulière que nous avons ici. "Negra" portoricaine, petite fille d'une guérisseuse renommée, étudiante infirmière, future chirurgienne, amante du grand Carlos Gardel, Micaela a une destinée peu ordinaire.
La narratrice nous livre ici son histoire emplie de senteurs, d'odeurs, de sensualité, de musique, où se mêle tradition et modernité. Connaisseuse des plantes et de leurs bienfaits, assistante lors de soins à la limite de l'ésotérisme, elle deviendra une spécialiste du contrôle de la natalité, fascinée par une opération des trompes de Fallope.
Parfois très sensuel, parfois lent, ce roman se laisse gagner progressivement, installant son atmosphère dans l'esprit du lecteur.
Commenter  J’apprécie          150
rosacalifronia
  22 août 2019
Déjà, je rejoins certaines critiques et commentaires louant la jolie couverture du livre qui en fait un bel objet. Avec La maîtresse de Carlos Gardel, nous sommes plongé.es dans différents univers qui se côtoient : le luxe du show-biz, la pauvreté des quartiers défavorisés, les guérisseuses, la médecine et sa recherche sur fond de contrôle des naissances et de racisme. En tendant l'oreille, on perçoit les sons du tango argentin. Vous l'aurez compris, beaucoup de thématiques apparaissent dans ce beau roman relatant le destin d'une femme forte.
Commenter  J’apprécie          130
traversay
  31 mars 2019
Le début de la maîtresse de Carlos Gardel n'est pas très engageant dans le sens où le récit semble partir dans plusieurs directions à partir des souvenirs de Micaela, une vieille dame portoricaine au crépuscule de sa vie, qui se souvient de sa jeunesse. de sa liaison éphémère avec le roi du tango, de sa grand-mère guérisseuse, de son amour des plantes et de leur potentiel curatif, de sa carrière d'infirmière qui débute et de son ambition de devenir chercheuse, de la condition de la femme noire dans les Caraïbes. Tout ces sujets sont bien dans le roman de Mayra Santos-Febres et, après un début cahoteux (mais c'est sans doute le lecteur qui a besoin d'un temps d'adaptation), ils se déploient dans une grande harmonie, sertis dans un style capiteux et langoureux. Mais Gardel, bien entendu, est au centre du livre, même s'il est là aussi pour compléter le portrait de Micaela, jeune femme émancipée combattant le racisme des années 30 et bien décidée à se forger son propre destin. Quand la romancière raconte les succès de Gardel en Espagne, son passage par Paris, sa tournée portoricaine, c'est passionnant. Lorsque Mayra Santos-Febres évoque plus particulièrement le parcours de son héroïne et la façon dont elle unit dans une même passion les progrès de la médecine moderne et les traditions ancestrales de son île, en utilisant les vertus de ses plantes, c'est tout aussi captivant !
Lien : https://cin-phile-m-----tait..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          120
Aufildeslivres
  26 février 2019
Alors qu'elle se meurt, le docteur Micaela Thorné se souvient de sa jeunesse, dans les années 30, à Porto Rico où, élève infirmière, elle vécut une passion aussi torride qu'éphémère avec le grand Carlos Gardel, figure renommée du Tango Argentin.
Les souvenirs sur l'homme se fondent dans la danse érotique de leurs corps et se heurtent au regard lucide que porte la narratrice sur la société portoricaine de l'époque, parce qu'au-delà de l'amour et de l'éveil sensuel d'une jeune femme, se dresse avant tout le portrait éclairé de l'île.
L'écrit se lit comme un roman mais également comme un précieux documentaire dans lequel on découvre, intéressé, un récit sur la confrontation de la médecine scientifique aux pratiques traditionnelles ancestrales, l'exploitation de la pauvreté à des fins expérimentales, le racisme et le destin d'une femme hors du commun.
L'ensemble est bouillonnant et passionné et, si quelques longueurs m'ont un peu perdue dans ma lecture au ¾ de ce livre, j'ai vite été « réabsorbée ».
A lire.
Lien : http://aufildeslivresblogetc..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          122
Audrele
  05 avril 2019
Très beau roman de Mayra Santos Febres sur Carlos Gardel, chanteur de tango célébrissime et sur la femme qui fut son amante le temps d'une tournée portoricaine. Amante qui est une jeune femme, Micaela, étudiante en médecine tropicale qui deviendra la première gynécologue boricua noire et qui travaillera sur la contraception. L'auteure écrit très bien, il y a quelques longueurs de temps en temps, mais l'aspect historique et les sujets développés sont très intéressants.
Commenter  J’apprécie          100
MaminouG
  01 février 2019
Lors de la dernière Masse Critique proposée par Babelio, beaucoup de titres m'intéressaient. J'ai jeté mon dévolu sur le nouveau roman de Mayra Santos-Febres, "La maîtresse de Carlos Gardel". Je suis passionnée par le tango argentin. Non pas que je le danse, hélas, mais j'en adore la musique. Entendre Gardel chanter, accompagné d'Astor Piazzolla au bandonéon est une merveille et admirer les figures des tangueros, un plaisir immense. le roman est à la hauteur de mes attentes.

L'auteure nous propose le récit d'une destinée hors du commun : celle de Micaela Thorné. Arrivée à la fin de sa vie, elle nous raconte… elle la petite-fille de la célèbre guérisseuse Clementina de los Llanos Yabò, plus connue sous le nom de Mano Santa. A vingt ans, alors qu'elle était élève infirmière et rêvait de devenir médecin elle a rencontré l'immense Carlos Gardel, elle l'a même soigné, lui qui souffrait de syphilis, avec la plante "Coeur-de-vent" dont sa grand-mère connaissait les secrets. Elle se revoit dans les bras de cet homme qu'elle admirait tant. Elle se revoit dans son lit l'espace d'un petit mois, le temps d'une tournée sur son île, Porto Rico, délaissant un temps sa campagne pour des palaces luxueux.

Elle nous parle des herbes guérisseuses, des difficultés de prétendre à une belle carrière parce qu'elle a la peau foncée. Elle nous parle de sa proximité avec le docteur Martha Roberts de Romeu et de l'avenir médical auquel elle rêve. Elle nous parle aussi de Callimaque, sculpteur et architecte athénien du 5ème siècle avant J. C. qui inventa le chapiteau corinthien décoré de feuilles d'acanthe, mais aussi d'André Pierre Ledru, botaniste et prête français qui constitua un herbier lors de ses voyages dans les îles lointaines. Elle raconte les luttes entre médecine traditionnelle et savoirs ancestraux, la découverte de la pilule contraceptive avec les erreurs qui furent fatales aux femmes de Porto Rico, cobayes en quelque sorte.

Vous l'aurez compris, ce roman est vibrant, fourmillant, coloré, luxuriant, érudit. Il vous fera voyager dans les îles lointaines sur fond de désir, de chaleur et de musique lancinante, une musique envoûtante qui fait danser et se pâmer. J'ai beaucoup aimé l'écriture pétillante, le rythme des phrases, le son vibrant des mots qui se prêtent au sujet, les couleurs, les odeurs.

A lire en écoutant "Por una cabeza", un des plus beaux tangos de Gardel et se laisser aller…

Je remercie infiniment le site Babelio et les Editions Zula pour cette belle découverte.

Lien : https://memo-emoi.fr
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          80
amandinebulle
  12 janvier 2019
Micaela est studieuse, étudiante infirmière, assistante de recherche et disciple de la prodigieuse Mano Santa : la plus grande guérisseuse de l'île de Porto Rico, sa grand-mère. Déterminée à s'élever de sa condition de femme, elle s'applique à comprendre, oscillant entre traditions et progrès, l'importance de l'héritage.
Un homme pourtant va embraser sa vie. Carlos Gardel chanteur de tango mondialement célèbre en tournée sur son île. Ces quelques jours bouleversent la jeune fille.

Ce roman beau et sensuel envoûte. Emporté dans un tourbillon, irrémédiablement attiré par ces pages merveilleuses on ne peut plus lâcher ce livre
Commenter  J’apprécie          70
CATHY69
  02 octobre 2019
Excellent moment passé en compagnie de ce couple passionné, roman moderne sur la reussite de la femme dans des pays ou elle est vouée à la médiocrité, une passion amoureuse, une ambiance bossa nova, une époque, tout y est. Allez y
Commenter  J’apprécie          53
cornelia-online
  30 juillet 2019
« La maîtresse de Carlos Gardel » de l'auteure portoricaine Mayra Santos-Febres retrace le destin de Micaela Torne, dont le chemin croise brièvement celui du célèbre chanteur de tango, décédé peu après dans un accident d'avion à l'âge de 44 ans. Cette liaison fugace entre deux êtres que tout oppose est le pivot autour duquel Mayra Santos-Febres esquisse, avec une grande tendresse, une fresque foisonnante de la vie à Porto Rico dans les années 30.
Au crépuscule de sa vie, Micaela Torne raconte ses souvenirs de jeunesse, et revient sur sa liaison éphémère (vingt-sept jours) et intense avec Carlos Gardel, déjà une immense vedette lorsqu'il vient se produire sur l'ile de Porto-Rico. Formée par sa grand-mère guérisseuse, Mano Santa, elle est appelée au chevet de l'artiste qui souffre de la syphilis. Etudiante infirmière, la jeune fille connaît bien les vertus des plantes. Elle deviendra ensuite médecin et participera à la mise au point de la première pilule contraceptive.
Micaela Torne est un personnage très attachant et complexe, car elle se situe en fait au coeur de plusieurs paradoxes : tiraillée entre son respect pour les pratiques ancestrales de sa grand-mère et les enseignements scientifiques, entre un caractère volontaire, lucide, et son embrasement de midinette pour la star, elle raconte avec fraîcheur et simplicité son parcours incroyable. Bizarrement, alors que j'ai été charmée par sa voix, celle de Gardel, qui raconte à son tour son existence, m'a beaucoup moins intéressée – peut-être la tournée de Gardel à Porto-Rico n'est-elle finalement qu'un levier scénaristique permettant à Mayra Santos-Febres de nous emmener à la découverte de l'histoire méconnue de son île. Faisant fi du tango, je garderai donc de ce livre le souvenir de Micaela, cette jeune femme hardie, courageuse, émouvante, érudite. Les références à la botanique, à la médecine, sont instructives; et la question de la condition féminine, du contrôle des naissances, de la recherche médicale pour éviter les grossesses à répétition et/ou les avortements qui tournent en boucherie, me semble bien plus captivante que les déboires d'un chanteur – fût-il adulé par toutes les femmes de l'époque. Pour la suite, cliquez sur le lien !
Lien : https://bit.ly/2K9sJ2u
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20


Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox

Autres livres de Mayra Santos-Febres (2) Voir plus




Quiz Voir plus

Ecrivain et malade

Marcel Proust écrivit les derniers volumes de La Recherche dans une chambre obscurcie, tapissée de liège, au milieu des fumigations. Il souffrait

d'agoraphobie
de calculs dans le cosinus
d'asthme
de rhumatismes

10 questions
178 lecteurs ont répondu
Thèmes : maladie , écriture , santéCréer un quiz sur ce livre