AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet
EAN : 9782234093966
270 pages
Stock (29/03/2023)
3.92/5   1325 notes
Résumé :
C'est une histoire d'amour, de vie et de mort. Sur quel autre trépied la littérature danse-t-elle depuis des siècles ? Dans Son odeur après la pluie, ce trépied, de surcroît, est instable car il unit deux êtres n'appartenant pas à la même espèce : un homme et son chien. Un bouvier bernois qui, en même temps qu'il grandit, prend, dans tous les sens du terme, une place toujours plus essentielle dans la vie du narrateur.
Ubac, c'est son nom (la recherche du just... >Voir plus
Que lire après Son odeur après la pluieVoir plus
Critiques, Analyses et Avis (247) Voir plus Ajouter une critique
3,92

sur 1325 notes
Pinpin tombe sous le coup de quelques mots d'une annonce de journal : des chiots bouviers bernois en vente. Comment résister ? La suite est une histoire d'amour entre un homme et un chien, une histoire un peu semblable à la mienne, celle avec ma chienne depuis un peu plus de trois ans.
Plus que l'histoire elle-même , c'est la prose singulière et enchanteresse saupoudrée d'humour de Sapin-Defour qui rend ce livre délicat et émouvant. Pourtant il n'est pas vraiment poète, ses réflexions et ses ressentis sont très terre à terre mais étrangement il a toujours les mots justes pour les exprimer , et la composition phrasée de ses mots est surprenante et plaisante. Une prose naturelle, singulière, imagée, qui rend une histoire au fond courante , la vie tout simplement d'un homme avec son chien, passionnante . Un texte pudique qu'accompagnent de très belles réflexions sur nos sensibilités perdues que notre cohabitation avec les animaux aident à raviver, “Ce chien me réapprend à lire le vivant autour, à écouter les musiques de la nature, ses amplitudes, ses respirations, à mesurer ses états, à déchiffrer ses codes.”
Très touchant aussi la solidarité du trio de chiens, Pinpin ajoutant au Bouvier bernois deux autres, dont un labrador et l'autre sa fille.
Un monde magique, magnifique, un amour illimité qu'on partage avec eux quand on les aime , le tout un texte bouleversant avec une fin d'une tristesse et beauté infinies. Sapin-Defour est un homme émouvant dont l'espèce sur cette terre est en voie de disparition , un écrivain à suivre dans ses pérégrinations à travers La Vie.


« …. à quoi bon la vie si ce n'est un peu la manoeuvrer. »

Merci infiniment aux Éditions Stock et NetGalleyFrance pour l'envoie de ce livre magnifique !

#Sonodeuraprèslapluie #NetGalleyFrance
Commenter  J’apprécie          16822
Stop, arrêtez tout. Vraiment.Faites comme moi, fermez « La chambre des merveilles » et ouvrez ce livre. Voilà le livre que je rêvais secrètement de lire. Un bijou, un pas comme les autres, fendant les codes des romans mièvres et sentimentaux. Ces textes embellis et naïfs. Comment cet ouvrage et son écrivain ne font-ils pas encore la Une? Ce n'est pas seulement le récit de ce lien si intense qui unit le chien à l'homme, ou inversement. C'est une poésie, une ode attendrissante, éloquente et poignante. Il y a d'abord la préface de Jean-Paul Dubois, de laquelle s'échappent déjà des émotions indicibles. Dès lors nous savons que nous danserons dans un festival où l'animal sera roi, où la douceur sera reine. Attention, ce livre s'adresse uniquement à ceux qui, comme moi, considèrent leur chien comme leur double. Il ne tombera certainement pas dans les mains des trop nombreux goujats aux corps gras, usant de leurs chiens comme de leur pauvre vie. L'histoire célèbre l'amour, pour une fois pas conjugal, ni marital, ni filial ni extra conjugal. Et que ça fait du bien de lire autre chose, que c'est jouissif de découvrir une plume si unique, intense et romantique. Je suis de ceux qui vouent aux chiens un amour véritable, préférant le règne animal aux faux-semblants de l'humanité. Tout dans ce texte est beau, noble, et aérien. Cédric Sapin-Defour fait partie des écrivains qui disent avec une facilité déconcertante ce qui unit deux coeurs, c'est fort et sans ambages ; c'est une histoire dont nous rêvons tous. Une histoire dans laquelle on ne vivrait pas la pesanteur de l'autre, mais on la rêverait nuit et jour. Cet autre c'est un chien, une truffe humide, une patte posée au creux de l'aine, un regard fixe qui vous ravit, une odeur après la pluie, la plus fidèle des compagnies.
C'est un des livres dans lesquels je surligne au moins un extrait par page, tant c'est merveilleusement bien écrit. Des formulations si percutantes et si précieuses.
On apprend toujours des chiens les secrets d'une vie apaisée.
« L'amour des chiens, improbable affinité qui dépasse et relie tous les incompatibles de cette terre ».
Bravo et merci pour ça, Cédric Sapin-Defour, c'est un chef d'oeuvre.
Commenter  J’apprécie          1515
Mon premier ,gros coup de coeur de ce début d'année, Un roman magistral époustouflant, à la limite d'un véritable chef d'oeuvre. Chose rare de ma part, le récit m'a bouleversé du début jusqu'au final, qui nous prend aux tripes, j'ai pleuré , les larmes coulées toutes seules , on m'avait pourtant prévenue. C'est l'histoire d'Ubac qui rentre dans la vie du narrateur. Un amour fusionnel qui s'installe dés les premiers jours . Ils deviennent inséparables, ils savent détecter quand l'un des deux ne va pas bien,, une osmose touchante. Ayant un compagnon à 4 pattes j'ai ressenti les mêmes émotions , un être qui est entrée dans ma vie, cela a tout changé de mon quotidien, une véritable aide thérapeutique . Je n'ose imaginer le jour de sa disparition. L'auteur met bien avant sa joie, ses peines envers Ubac.
Il ne tombe pas dans le pathos, pour nous dépeindre cette relation, bien au contraire , c'est en toute sagesse, pudeur, tendresse, à travers une écriture poétique, et sensibilité. Ce roman est une ode à l'amour, à la vie. Un roman magistral, à lire de toute urgence.

Commenter  J’apprécie          13310

Elle s'appelait Grisella. Je l'aimais comme un homme et son chien peuvent s'adorer, sans aucune logique, avec une complicité unique en son genre.
C'était un berger Shetland doux, joueur, magnifique, craintif, fidèle.
Grisella n'a jamais vieilli, elle ressemblait toujours à dix ans à un petit colley en bas âge. La question de sa mortalité ne se posait quasiment pas, d'autant que c'était une survivante.
Opérée d'une tumeur maligne, elle a déjoué les pronostics ne lui accordant au mieux que deux ans de sursis.
Mais l'anecdote que je préfère raconter remonte à l'une de ses toutes premières promenades. Ça ne faisait qu'une semaine qu'elle nous avait rejoint après être restée un an chez l'éleveur. En croisant des chasseurs et leurs molosses en forêt, elle a eu si peur qu'elle a réussi à s'extirper de sa laisse pour détaler plus vite que Bip-bip. Les jours puis les semaines vont passer, on commence à baisser les bras avec pour seule interrogation "Que lui est-il arrivé ?"
Elle ne nous le racontera jamais, mais elle a été retrouvée cinq semaines plus tard, en pleine forme quoique amaigrie, allongée dans la paille d'une grange située à plusieurs kilomètres.

Elle n'avait pas tout à fait douze ans quand elle est partie, le 03 avril de cette année. Quasiment du jour au lendemain. Estomac perforé apparemment, ou autre mystère. J'avais rarement été aussi affecté par une disparition.
"C'est juste un chien" m'a-t-on dit quand la peine était toujours palpable vingt jours plus tard. Est-il nécessaire de classer ses proches en fonction de leur statut, de leur nature ? Notre société semble nous accorder le droit de souffrir bien plus longtemps pour un ami ou un parent. Parce que le chien est soit-disant remplaçable ou parce que nous étions les seuls à lui accorder réellement une quelconque valeur.
Désormais le plus dur est passé mais la nostalgie n'est pas encore de mise et l'absence demeure cruelle. Toutes ces fois où pendant un instant, on pense qu'on va l'apercevoir ou l'entendre. Ces heures où il faut la nourrir, la promener, la sortir avant la nuit. Et aussitôt être rattrapé par la triste réalité.
"Il y aura ces rites disparus et qui, les uns sur les autres, édifiaient notre vie."

Considéré trop sensible pour si peu, j'ai vite du intérioriser mon chagrin. Pas ma colère.
Quand j'ai entendu parler de ce roman, j'ai espéré lire quelqu'un qui m'aurait compris, mettant des mots sur ce que je ressentais. Et ça a bien été le cas.
En racontant son lien unique avec son bouvier bernois Ubac - alors que 2023 est une nouvelle année canine pour les U - j'ai pu constater que ma réaction n'avait rien de disproportionnée comparé à celle de Cédric Sapin-Defour, que mes pensées pouvaient être partagées. Hommes, animaux, chaque relation aura beau se ressembler, elle n'en demeurera pas moins unique.
Ubac ou Grisella ont mis en nous toute leur confiance, ils nous ont permis de nous sentir utiles, aimés sans condition. Qui que l'on soit le chien ne juge pas. le regretter quand il meurt est la moindre des réactions.

Autobiographie parsemée de nombreuses réflexions, Son odeur après la pluie m'aura permis de me retrouver parfois mot pour mot, et surtout de retrouver les habitudes que nous avions avec Grisella. Sa façon d'aboyer comme une damnée quand le téléphone sonnait ou que quelqu'un sonnait à la porte, sa façon de réclamer des promenades à heures fixes chaque jour, quel que soit le temps, ou de mendier la moindre miette de nourriture alors qu'il était rarissime qu'elle ait gain de cause.
J'ai apprécié aussi les réflexions de l'auteur autour de de tout ce qu'on pensait savoir du chien, alors que personne n'en n'avait été un pour vérifier. Bon, penser que le chien pouvait avoir conscience de sa mort à venir parce que d'autres animaux se déplaçaient bien pour mourir n'était pas adroit ( l'imagerie populaire du cimetière d'éléphants a été mise à mal depuis longtemps ), mais si comme on le prétend le chien n'a aucune notion du temps, comment expliquer qu'il ait une horloge interne aussi mystérieusement précise ? Un chien sait indubitablement se repérer dans une journée, il sait quand c'est l'heure de manger, l'heure de sortir, le moment où son maître va revenir. Il comprend deux minutes avant la fin du film que celui-ci va se terminer et avec lui vient le moment de gratter à la porte pour faire le dernier pipi du jour dans le jardin.

En revanche je n'ai pas ressenti d'autre affinité avec l'auteur que son précieux lien avec Ubac. Je n'ai pas eu d'empathie pour Cédric Sapin-Defour auquel je n'ai pas pu m'identifier malgré nos points communs évidents. Disons-le, il m'a beaucoup agacé par moments. Je vais garder un souvenir très nombriliste de ce journaliste plus apte à médire sur ses contemporains qu'à se remettre parfois en cause. Quand on vit en montagne, en retrait de la société, c'est facile d'avoir la langue bien pendue et le jugement hâtif sur son prochain.
L'auteur est toujours d'une morale bien pensante et beaucoup trop politiquement correcte, il déborde souvent du cadre qu'il aurait du fixer dans un témoignage de vie et d'amour, dans un livre hommage à son son bouvier bernois. La puissance du lien entre l'homme et sa bête ne fait aucun doute, juger de la façon dont il convient d'élever et éduquer son chien ça ne passe pas, surtout venant de quelqu'un qui s'est orienté vers une bête de 50 kilos adulte tout en vivant en appartement. Personnellement, je suis convaincu qu'il y a un minimum d'éducation à donner à son chien et que l'instinct ne fera pas tout. Ou que leur donner un nom n'a rien à voir avec une appropriation.
"Donner un nom, n'est-ce pas la première des emprises ?"
Si identifier et accueillir est un acte de manipulation il faut que les parents déclarant les naissances de leurs enfants en mairie se remettent en cause.
Et en parlant d'enfants, j'ai à plusieurs reprises ressenti une forme de mépris pour ces derniers : Une préférence assumée pour les animaux certes mais son plaidoyer demandant d'accepter aussi une compréhension qu'on soit en deuil quand on perd un compagnon, un complice de tous les jours, fusse-t-il à quatre pattes, prend complètement l'eau quand il le compare à la perte d'un enfant.
- Coucou Anty. Hier il est arrivé quelques chose de très grave : Mon fils a été renversé par un poids-lourd sur l'autoroute. Il n'a pas survécu.
- Hello Bérénice. Je suis vraiment désolé mais ça n'est quand même pas si grave. Grisella s'est éteinte il y a cinq mois et c'est autrement plus important. C'est une plaie purulente qui jamais ne se refermera.
Si j'aimerais que les douleurs ne soient pas toujours comparées, que l'affect de quelqu'un soit davantage pris en compte avant de s'autoriser à penser ou dire quoi que ce soit, il y a tout de même des parallèles qui ne se font pas.

Pour parfaire le tout, la personnalité de l'auteur s'est aussi manifestée dans son écriture. Je l'ai trouvée extrêmement pompeuse et parfois alambiquée. Comme si pour être plus littéraire, un livre ne devait plus être accessible qu'à une élite. Les mots inconnus sont trop bien trop nombreux pour vérifier la signification de chacun ( emphythéotique, empour, struklji ... ) et les phrases ont parfois été torturées pour que leur sens, pourtant parfois théâtre de réflexions intéressantes, soit d'abord caché.
"Il n'y a rien, joyeuse ou embarrassante, qui vous date avec autant de précision que la nostalgie et, sans s'annoncer, il arrive qu'elle surgisse au plus inattendu des moments."
"L'âge et son compère l'expérience ne charrient pas que leurs régressions."
"La gentillesse, raillée de toute part, réclame beaucoup plus d'épaisseur que l'éréthisme maussade."

De nombreux lecteurs ont beaucoup apprécié Son odeur après la pluie et ont été sensibles d'un bout à l'autre à cette histoire d'amour inconditionnel, sincère et bouleversante entre Cédric Sapin-Defour et son berger Ubac. Moi-même j'ai souri parfois tant je me reconnaissais dans cette complicité unique, et tant il y avait de points communs dans les façons d'être de nos chiens respectifs.
Et s'il y a plusieurs avis que j'ai partagés, je pense cependant que le rôle d'un tel essai autobiographique, au-delà de se remémorer et de restituer des souvenirs magiques, est de faire réfléchir et sûrement pas d'imposer son point de vue et de condamner sans appel les lecteurs qui auraient un avis différent, ou qui ont parfois privilégié une autre approche dans leur relation avec leur animal. Il y a autant de chiens que de solutions plus opportunes, qui pourront toujours s'opposer les unes aux autres.
Commenter  J’apprécie          10323
D'ores et déjà, un grand merci aux éditions Stock et à Netgalley pour cette très belle lecture.

Ce sont avec des mots d'une constante délicatesse que Cédric Sapin-Defour raconte l'amour profond qui le lie à son compagnon, un bouvier bernois, dénommé Ubac. Un nom qui laisse transparaître la passion de l'auteur pour la montagne.
Car s'il est enseignant d'EPS, je découvre aussi par le biais de ses précédents ouvrages que Cédric Sapin-Defour est un mordu de montagnes, tombé en amour, jeune garçon, des Alpes. D'où des publications de chroniques dans différentes revues, et différents ouvrages mais toujours autour du monde de la montagne.
Mais dans "Son odeur après la pluie", si la montagne est bien présente, elle sert de cadre au récit autobiographique du lien entre un homme et son chien,... à moins que ce ne soit entre un chien et son homme ? Car la réciprocité du lien est entière et l'amour complet.

Nous sommes nombreux à connaître ce sentiment d'amour infini pour un animal et il n'y a pas lieu de se tromper : comment un attachement entre deux espèces différentes pourrait-il être d'une autre nature que l'amour ? Cédric Sapin-Defour en déroulant son quotidien avec Ubac, montre toute l'étendue de cet amour entre deux êtres qui appartiennent à deux mondes différents, n'ont pas le même mode de communication, les mêmes espérances de vie, et pourtant, se portent une affection sincère, naturelle et sans faux-semblants durant le court laps de temps de leur cohabitation.

Il y a dans les mots de ce grand baroudeur, qui aime à se coltiner avec l'apreté de la montagne, une immense douceur et la prévenance d'un être conscient du vivant autour de lui.

Une annonce, dans un journal, d'une éleveuse de bouviers, créé un véritable déclic. Pourtant l'auteur a déjà eu un chien, il a donc déjà vécu la tristesse de sa perte, mais le besoin de cette rencontre est irrépressible.

La première visite est un moment d'une délicate tendresse, toute en émotion fébrile. On sait bien ce qui se joue alors : parmi tous ces petits êtres, boules de poils à aimer, un seul sera lié à nous et deviendra un vrai compagnon de vie. le coup de foudre de l'auteur pour son chien, mais aussi sa culpabilité de l'arracher à la chaleur de sa portée, sont particulièrement émouvants.

À travers son lien avec son chien, l'auteur examine sa propre existence. Il comprend que son animal et lui ne peuvent avoir le même regard et n'hésite pas à remettre en cause sa façon de voir. Ce sont parfois des détails mais le "maître humain- propriétaire" perçoit son chien comme un "maître-enseignant" dispensant des leçons de retour à la simplicité et au pragmatisme :
"Un chien réinvente vos lieux. Il fait peu de cas de vos usages, de votre sens de circulation et de votre place préférée. Ubac ne va pas du tout où je pensais qu'il irait, il redéfinit l'endroit vu de ses yeux et de son importance des choses. Je n'aurai de cesse d'observer sa vision du monde pour me souvenir comme la mienne n'en est qu'une parmi d'autres. La vue lac qui me coûte un bras chaque mois, il s'en fiche. C'est en plein milieu de l'étroit couloir qu'il décide que ces horizons sont à ce jour le plus larges. Il s'y affale".

En réalité , c'est tout le rapport de l'homme à l'animal que l'auteur met en lumière et réinvente, ou plutôt, vit selon sa propre sensibilité. Car Cédric Sapin-Defour ne se perçoit pas comme "le maître", être supérieur et dominant, de son compagnon chien. Il ne se situe pas dans une relation inféodante basée sur le rapport de force. Ils sont juste dans le partage. La relation entre Cédric et Ubac n'est pas celle d'un dominant- dominé, leur amour est partagé et réciproque : "Alors nous allons nous promener, j'y tiens, aucun ne promène l'autre, il s'agit d'une chose équilibrée."

À observer son chien et partager son quotidien, l'auteur en retire des leçons. L'espérance de vie d'un chien est plus courte que celle de l'humain. Peut-être est-ce pour cela que l'animal profite de tout, ancré dans l'instant qu'il vit : "Sa faculté à s'émerveiller est un antidote au désenchantement ".
Leur passion commune pour les grandes balades dans leurs merveilleuses montagnes sont autant d'occasions pour emprunter à l'instinct de liberté et de lâcher-prise de son chien :
"Je m'essaie du mieux possible à sa liberté [...] C'est aussi cela marcher avec un chien, c'est s'éloigner, se rendre aux scènes immuables, les cascades, les forêts et les mares".

Ubac, tout chien qu'il est, n'en illustre pas moins l'élan de vie qu'il apporte au quotidien. "Un chien a vocation à protéger de l'immobilité, il est un antidote à la fossilisation. Méfions-nous, ça tue des vieux cette histoire ; un jour, leur chien meurt, sortir devient triste, inutile et pénible."

À travers les mots de l'auteur se tisse une ode à son chien, mais pas seulement. Cédric Sapin-Defour célèbre la plénitude d'une telle équipe, et encore bien au-delà, parce que son chien lui "fait ouvrir les yeux" sur la vie, le monde, la beauté qui l'entoure, ce récit devient une éloge de l'amour, des êtres aimés. Mais aussi de la vie elle-même, car c'est bien l'amour qui nous révèle les beautés fugaces de cette existence. Celui qui n'est pas heureux ne regardera pas autour de lui. Celui qui partage une véritable relation d'affection a les yeux ouverts et le coeur grand.
"Une couche de hardiesse, voilà ce que ce chien a de plus à son péricarde, une anomalie du coeur et qui luit jusqu'à moi. Car lorsque l'on croit en un être qui croit à ce point en vous, lorsqu'une vie si estimable semble vous estimer, alors on glane, ébahi, de précieux motifs pour s'envisager comme quelqu'un d'à peu près valable. le jour où ce coeur culotté décidera qu'il est temps de flancher, j'ignore dans quel autre être d'os et de chair je pourrai retrouver le centième de cet éloge et le millième de cet élan, ce dont je suis certain, c'est qu'il faudra un second miracle."

L'auteur est constamment ébahi par l'instinct de son compagnon, sa connexion en tant qu'être vivant à la nature. Étonné de voir son chien dormir inhabituellement dehors, son maître comprend le lendemain matin lorsque les journaux titrent sur une secousse tellurique. La présence de son chien dans sa vie le ramène sans cesse à se reconnecter à ses propres sens, à ouvrir les yeux de façon plus attentive lors de ses randonnées et plus largement, à être plus présent à lui-même.
"Avant Ubac, je m'estimais seul dans les forêts et les montagnes, à mon retour, n'ayant pas vu d'homme, à qui voulait l'entendre je claironnais cette solitude. Seul au monde ! En réalité, m'a-t-il appris, des milliers d'êtres m'ont aperçu, examiné, laissé passer, et il s'est joué autour de moi bien des scènes entre résidents, à plume, à poil, à chlorophylle : des diplomaties, des luttes, des séductions, des retrouvailles, des assemblées, des cours d'école, des cérémonies, des tours de garde, des peurs et des joies, des naissances et des massacres, des fins et des débuts. J'étais indifférent à ces silences habités, Ubac m'a délivré quelques clefs pour les saisir un peu, promu d'un être inconscient à celui qui regarde puis voit. Il m'aide à lire ces histoires, il parle cette langue et m'indique comment m'y prendre pour que s'avive ce que je réduisais à un décor. Il suffit de s'immobiliser, de s'effacer, de réveiller ses sens et d'accepter la porosité ; c'est si simple d'être disponible que nous ne savons plus faire."

Aborder le récit d'une fraction de vie sous l'angle de la relation avec son chien, c'est aussi forcément effleurer une forme de gravité de la vie, dont nous prenons conscience, un jour ou l'autre, que nous ayons, ou pas, un chien à nos côtés. La vie, heureusement ce sont les grands bonheurs, les joies plus simples et non moins profondes, mais aussi les tracas, l'inquiétude, l'âge avançant la conscience de notre fin et celle des êtres aimés ; la conscience que les moments partagés sont précieux, car le tic-tac de l'horloge se fait de plus en plus pressant. Mais il n'empêche pas l'intensité des bonheurs, même quand l'âge de raison nous fait prendre conscience qu'en effet, ils ne sont pas éternels.
"Plus aucun vétérinaire ne nous dit qu'Ubac grandit, il vieillit. Heureusement, la vie comme un fleuve est une oscillation, et entre les peurs il y a ces zones où l'on va mieux, où l'on va bien, jusqu'à oublier et ne plus craindre. Heureusement, autour des affolements et qui s'acharnent à les taire, il y a les joies tranquilles, sublimées par ce que l'on sait désormais trop d'elles : leur fugacité."

Ceux qui auront déjà connu la tristesse de perdre un compagnon animal savent que ce chagrin ne se mesure pas au caractère humain de l'être perdu. L'auteur souligne très justement le chagrin de la perte, quelque soit l'être vivant qui nous manque : "Qui classe les raisons d'être en peine ?"

Je ne m'étendrai pas sur ce que nous, qui partageons nos vies avec un animal, redoutons tous. J'ai perdu comme tout à chacun des êtres chers, humains ou animaux. La peine de se quitter après des années de vie commune est infinie. Nos habitudes partagées à deux, vécues soudain seul, les bruits de cette présence constante soudain réduits au silence. Je n'ai jamais autant pleuré que pour un compagnon animal. Pourquoi ? Je ne saurais le dire. J'ai pourtant eu des deuils. Et les raisons de pleurer en regardant les informations sont nombreuses et graves.
Et pourtant je pleure mon animal comme je pleurais enfant, avec un coeur pur. Il n'y a pas de facheries avec un animal. On ne s'en veut pas pour des bêtises. Il n'y a pas de ressentiment. On s'aime tous deux inconditionnellement.

J'ai lu les dernières pages en pleurant, sans pouvoir me retenir. Il n'y a pas d'injonction à retenir ou cacher son chagrin pour son animal. Chaque fois que j'ai perdu un chat ou un chien, j'ai perdu un véritable ami. Les mots de Cédric Sapin-Defour m'ont touchée au coeur, se posant exactement sur ma peine. Mots qui, loin de jouer facilement sur une corde sensible, sont des bijoux d'amour ciselé. Dans sa peine apaisée, celle qui permet de sentir la présence de ceux qui nous ont quittés, l'auteur parvient à trouver cette image:
"L'enluminure, cet art d'orner les récits. D'un matériau moins clinquant que l'or, c'est cela que tu as fait et fais encore, par touches élégantes, tu embellis ma petite histoire. Notre vie commune mérite mieux que de lui trouver des mots qui font joli mais enlumineur te va si bien."

Il y a une grande justesse dans les mots qui peuplent ce récit. Parfois le style très poétique m'a pesé mais il a pris tout son sens et déployé toute sa finesse dans ces dernières pages qui touchent au coeur.

Et je garde au fond du mien ce magnifique passage: "Comment te dire… Si je ne le pouvais pas plus, je n'avais pas tout à fait fini de t'aimer".

#Sonodeuraprèslapluie #NetGalleyFrance
Commenter  J’apprécie          9020


critiques presse (10)
Culturebox
27 mars 2024
Cédric Sapin-Defour, à l'origine d'un best-seller inattendu avec un récit émouvant de la vie de son chien, a été élu auteur de l'année lors des Trophées de l'édition.
Lire la critique sur le site : Culturebox
LeFigaro
27 mars 2024
D'un genre singulier, le roman, qui est parfois également présenté comme un essai, est un véritable phénomène littéraire.
Lire la critique sur le site : LeFigaro
Actualitte
02 février 2024
Alors oui, j’ai ressenti, avec Cédric Sapin-Defour, tous ces moments, tous ces sentiments, toutes ces émotions. D’ailleurs, je les ai aussi partagés d’une manière très semblable avec la petite chienne Labrit qui a rempli notre maison, pendant finalement un nombre insuffisant d’années.
Lire la critique sur le site : Actualitte
Bibliobs
19 décembre 2023
chant d’amour fou à un bouvier bernois.
Lire la critique sur le site : Bibliobs
LaCroix
13 juin 2023
Dans un texte empreint de sincérité, Cédric Sapin-Defour décrit brillamment le lien universel et sacré entre l’homme et l’animal.
Lire la critique sur le site : LaCroix
SudOuestPresse
12 juin 2023
Un bouvier bernois est entré dans la vie du narrateur. Treize années d’un compagnonnage où la vérité de l’un finit par être celle de l’autre.
Lire la critique sur le site : SudOuestPresse
Marianne_
22 mai 2023
Parce que son chien Ubac était le grand amour de sa vie, Cédric Sapin-Defour lui a consacré un roman tout entier (Stock). Cette histoire, la sienne, la leur, universelle autant qu’atemporelle, est une ode alerte et sensible au lien indéfectible entre homme et animal.
Lire la critique sur le site : Marianne_
LeFigaro
16 mai 2023
L’histoire d’un amour qui se passe de mots entre un homme et un chien.
Lire la critique sur le site : LeFigaro
LeMonde
15 mai 2023
Un roman en fusion, qui fait sa révolution, écrit non à hauteur d’homme mais en réalité augmentée, nouant l’humain à l’animal et à la nature tout entière – « il est elle ».
Lire la critique sur le site : LeMonde
Bibliobs
21 avril 2023
Avec « Son odeur après la pluie », l’alpiniste Cédric Sapin-Defour adresse un chant d’amour à Ubac, son bouvier bernois disparu il y a cinq ans. Un récit tendre et griffu, préfacé par Jean-Paul Dubois, prix Goncourt 2019.
Lire la critique sur le site : Bibliobs
Citations et extraits (338) Voir plus Ajouter une citation
L'amour dont il s'agit sera sans conditions. Il s'en fichera de beaucoup, de mon rang, de mes richesses, de mes vertus et de mes manques. Il m'aidera à défricher les importances et nous réduirons ensemble cette existence au luxe de l'essentiel. Il sera là à ensauvager mes jours et ni lui ni moi ne serons plus jamais seuls. Cela peut suffire à être heureux. Qu'il advienne le meilleur ou le pire, les larmes ou les rires, les honneurs ou les blâmes, il voyagera dans sa constance et les ondulations de mon existence sans jamais céder à notre histoire un pouce de sa loyauté, sans me juger, prêt à donner la sienne si nécessaire. Il m'augmentera.
Commenter  J’apprécie          150
Surfiler son existence de la présence d'un chien, c'est entendre que le bonheur façonne la tristesse, c'est mesurer comme le manque est mal soluble dans les mémoires aussi vastes et heureuses soient-elles, c'est accepter que chaque minute volatile soit vécue sept fois plus intensément qu'à l'habitude, c'est se cogner à ce séduisant et vertigineux projet de ne saboter aucun instant et de célébrer la vie de manière forcenée.
Commenter  J’apprécie          240
Ce chien me réapprend à lire le vivant autour, à écouter les musiques de la nature, ses amplitudes, ses respirations, à mesurer ses états, à déchiffrer ses codes.
Commenter  J’apprécie          170
Les vétérinaires sont des êtres supérieurs. Je ne le dis pas, flagorneur, pour que le sort nous cajole, tout est trop tard. C'est une simple réalité.
Ils opèrent un ligament croisé à 8 heures, une tumeur intestinale à neuf, aident à une mise bas à dix, détectent un insondable parasite à onze, soignent un glaucome à douze et sauvent entretemps un écrasé, les pattes à angle droit, hurlant et gouttant de sang. L'après-midi sera semblable en ce qu'elle ne ressemblera en rien au matin et demain encore. Ils sont spécialistes de tout, font chacun ce qu'une cohorte de dix médecins peinerait à honorer, au milieu de patients infoutus de dire où ils ont mal. Ils baladent leurs compétences scintillantes au travers d'un joli désordre qui miaule, aboie, pue, chante, crie et jamais ne remercie. Le soir, ils saluent leurs aides vétérinaires, montent dans leur voiture qui n'est pas grosse, qui n'est pas noire et qui n'a pas sa place réservée au professeur trucmuche et ils rentrent chez eux le plus à la campagne possible. Demain, leurs patients muets seront à nouveau là, alors il faudra remettre sur le métier cette curiosité humble et diverse, ce qui ressemble à l'intelligence même.
Commenter  J’apprécie          00
- Mais au fait, qui es-tu pour classer les amours ? En quoi le mien avec Ubac serait méprisable et celui entre Sartre et Beauvoir d'une noblesse absolue ?
- La réciprocité peut-être !
- De l'aimer me suffit. Car, vois-tu, je ne saurai jamais s'il m'aime, jamais. Et aimer sans certitude de l'être en retour ... je me demande si l'on ne tient pas ici la définition de l'amour véritable.
Commenter  J’apprécie          61

Videos de Cédric Sapin-Defour (17) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Cédric Sapin-Defour
Dans cet épisode de L'Intention, Cédric Sapin-Defour nous emmène sur les traces de son chien Ubac, dont il a partagé la vie pendant 13 années. Dans « Son odeur après la pluie » (Stock), récompensé du Prix 30 Millions d'Amis en 2023, il rend hommage à cette relation unique, intime et singulière.
À la recherche de l'équilibre dans cette relation, dans la nature et dans l'écriture, Cédric Sapin-Defour nous partage son cheminement vers un amour total et horizontal.
Concept éditorial: Hachette Digital en collaboration avec Lauren Malka Voix et interview: Laetitia Joubert et Shannon Humbert Écriture: Lauren Malka Montage, musique originale: Maképrod Conception graphique: Lola Taunay Photo auteur: Ph. MATSAS Extrait musical : Extrait de Anniversary, The Pogues, album Pogue Mahone,1996 Extrait de Rive Gauche, Alain Souchon, album Au ras des pâquerettes, 1999
+ Lire la suite
autres livres classés : chiensVoir plus
Les plus populaires : Littérature française Voir plus


Lecteurs (3520) Voir plus



Quiz Voir plus

Les écrivains et le suicide

En 1941, cette immense écrivaine, pensant devenir folle, va se jeter dans une rivière les poches pleine de pierres. Avant de mourir, elle écrit à son mari une lettre où elle dit prendre la meilleure décision qui soit.

Virginia Woolf
Marguerite Duras
Sylvia Plath
Victoria Ocampo

8 questions
1704 lecteurs ont répondu
Thèmes : suicide , biographie , littératureCréer un quiz sur ce livre

{* *} .._..