AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet
EAN : 9782205072914
128 pages
Dargaud (07/05/2015)
3.39/5   113 notes
Résumé :
Après Campagne présidentielle, découvrez les coulisses de l'Elysée!

Après avoir suivi la campagne présidentielle, Mathieu Sapin fait des pieds et des mains pour s'incruster à l'Élysée. Baladé d'un bureau de communiquant à l'autre, il finit par envoyer un SMS à François Hollande lui-même pour obtenir l'autorisation. Le président le reçoit, accepte le projet et introduit Mathieu au "château", comme l'appellent ceux qui y travaillent. Un reportage except... >Voir plus
Que lire après Le Château : Un an dans les coulisses de l'ElyséeVoir plus
Critiques, Analyses et Avis (22) Voir plus Ajouter une critique
3,39

sur 113 notes
5
4 avis
4
9 avis
3
4 avis
2
3 avis
1
1 avis
Vous estimez avoir une VDM ? L'échangeriez-vous ne serait-ce que quelques jours contre celle de François Hollande ? Réfléchissez bien : agenda surbooké, emploi du temps minuté (réceptions, réunions, visites, discours, parades de pingouins), réactivité et endurance à toute épreuve exigées, moindre comportement relayé, épluché, gaussé, pas un pas autorisé sans "gorilles". Bref, contraintes à gogo, liberté zéro et pas beaucoup de fun - vive les escapades nocturnes à califourchon sur un scooter, tiens !

Sans lien de parenté avec le ministre Michel Sapin, Mathieu Sapin est l'auteur de trois BD documentaires : une sur le fonctionnement du journal Libération, l'autre sur la campagne présidentielle de François Hollande, et cette dernière sur les coulisses de L'Elysée, où il a été accueilli pendant un an, de juillet 2013 à juillet 2014. L'auteur n'est pas un analyste politique, il observe et présente le fonctionnement du "Château" - cuisine, déco, comm, gestion du protocole - avec moult anecdotes, beaucoup d'humour, d'auto-dérision et une certaine tendresse pour François Hollande. Si les "problèmes de communication" de ce Président apparaissent de manière récurrente dans ces pages, l'auteur s'amuse plus à le photographier/dessiner aux côtés de Kiki, de la Schtroumpfette et des Lapins Crétins lors du goûter de Noël qu'à pointer les défauts du personnage.

Comme dans les autres albums de Mathieu Sapin, le texte et le dessin sont très denses, ce qui rend bien compte du côté ruche/fourmilière du fonctionnement de L'Elysée mais se révèle aussi, hélas, terriblement fouillis et indigeste. Il m'a fallu quatre jours pour venir à bout de cette BD de 130 pages, alors que j'en ai apprécié le propos et le ton. Découragement croissant en avançant dans ma lecture, toutes les planches étant plus chargées les unes que les autres...
Commenter  J’apprécie          230
Ce petit bijou de plus de 130 pages très très fournies va vous occuper longtemps (rien à voir avec un Alix Senator). Vous apprendrez plein de choses plus ou moins indispensables :
- l'existence d'une kitchenette à côté du bureau présidentiel, pour le cas où le président voudrait se faire un truc à manger sans passer par les cuisines de l'Élysée
- la présence d'un bunker à l'Élysée
- la présence dans l'avion présidentiel d'une chambre à coucher et d'une salle de bain
- qu'il a fallu 6 mois pour préparer la venue de la reine d'Angleterre à l'Élysée (on a invité Line Renaud au repas de 220 convives, repas servi par 80 maîtres d'hôtel, avec en entrée du potage « tortue »)
- qu'il faut 70 personnes pour gérer la correspondance du président (par pitié arrêtez de lui écrire si vous voulez préserver les finances publiques)
Tout au long du récit, on relève l'acquiescement répétitif du héros aux propos qu'on lui tient, ce qui souligne l'absurdité du discours des employés des lieux, qui ont décidé de respecter certaines traditions uniquement par suivisme ou par crainte de leur hiérarchie. Une morale se dégage : tout ceci n'est que de la com'.
Ce qui est drôle : en fil rouge de la BD, on a l'écriture de l'ouvrage lui-même par l'auteur, personnage principal, et les membres du personnel de l'Elysée qui l'interrogent sur l'avancement de la BD.
Un petit regret : le dessin presque enfantin des personnages (mais on s'y habitue) très loin de la virtuosité et de l'outrance de Aurel dans Hollande et ses 2 femmes.
A noter la fin, plus grave, abordant les attentats de Charlie Hebdo. L'occasion de croiser Macron (pour la première fois de la BD je crois), avec quelques poils de barbe.
Commenter  J’apprécie          180
Mathieu Sapin a passé environ une année à l'Elysée, de mi-2013 à mi-2014. Son projet était d'observer les coulisses du palais présidentiel, et de le restituer sous forme de journal illustré. le résultat est plutôt réussi, malgré quelques longueurs en fin d'ouvrage. Pas tant sur le dessin, lequel, à l'exception des bâtiments et monuments, est plutôt basique. En revanche, on apprend pas mal de choses sur le fonctionnement même de l'Elysée, les multiples métiers qui y travaillent (y compris tapissiers et fleuristes). On pénètre dans les cuisines du château (les régimes et intolérances alimentaires de ses habitants sont connus, les cuisines en tiennent compte, y compris lors des réceptions). Cet aspect-là est vraiment passionnant… et effarant aussi. On se rend bien compte que le Président, traité comme un roi, devient vite totalement déconnecté de la vie réelle, en dépit de toutes ses bonnes intentions initiales (prendre le TGV plutôt que l'avion, c'est bon pour l'image en début de mandat. Après…). Comme toujours, je suis effrayé de la place prise par la communication dans l'action publique (combien de personnes travaillent auprès du Président au niveau de la Communication ? J'ai renoncé à les dénombrer…). Les séances « off » apparaissent d'une hypocrisie absolue. L'ouvrage s'achève sur la tuerie de Charlie Hebdo, que l'auteur, revenu à l'Elysée pour cette occasion, qualifie de cauchemar. On vit depuis l'intérieur du Palais ces terribles journées, et l'organisation de la grande marche du 11 Janvier. le Président ne se doutait pas que le pire était encore à venir, un funeste 13 Novembre…
Commenter  J’apprécie          150

Regardez la couverture de l'album. le bonhomme en bas à droite, c'est l'auteur arrivant dans notre haut lieu du pouvoir français. Petit, l'oeil aux aguets, sachant se fondre dans les couloirs et les ors du lieu, il notera tout. Personne ne se méfie de quelqu'un qui ne brandit pas de micro ou de caméra. on parle devant lui sans trop de crainte, il se glisse facilement derrière un groupe. Mais, où d'autres se seraient servis de cette multitude d'informations glanées au fil des mois pour nous balancer un livre choc (et donc forcément chic), Mathieu Sapin, lui, croque, dessine de la façon la plus objective possible, sans appuyer le trait, juste quelques petites flèches précisant des noms de personne ou des petits faits pas facilement illustrables (les bruits, la hauteur d'un ton de voix,...) au coin des cases. C'est finement observé et laisse libre au lecteur de faire son interprétation. Je ne dis pas que son oeil est totalement objectif (impossible) mais on le sent sain et sans affect. Et l'on parcourt ces 130 pages avec gourmandise. Car, en plus de nous remémorer une actualité proche mais déjà si lointaine, il nous apprend quand même des choses (enfin à moi qui ne suis pas un spécialiste des coulisses du pouvoir ni un aficionado des émissions de Stéphane Bern ). Alors, en vrac, j'ai découvert la précision millimétrée de la mise des couverts d'un dîner officiel, quelques petits secrets des caves de l'Elysée et ces bouteilles de saké laissées par les Chirac, les dessous des décors de la table du conseil des ministres ou les prises de tête des décorateurs pour une simple annonce d'un quelconque ministre. Au fil des pages, il croque avec empathie tout ce personnel entièrement dévoué au bon déroulement de la vie à l'intérieur de ce " château". Mais en notant tout, et sans en avoir l'air, il dresse un portrait fabuleux de tout ce monde qui semble vivre dans un univers clos et replié sur lui-même alors que la vraie vie ne franchit jamais ces lourdes portes soigneusement gardées. Mathieu Sapin fait bel et bien un métier de journaliste, un peu comme un Guy Delisle dans " Chroniques de Jérusalem" , le talent et une moindre connivence en plus. D'ailleurs, pour rester sur le thème des journalistes, ils sont ici croqués sans ménagement et il raconte ce que la profession ne dit jamais.
Plus sur le blog
Lien : http://sansconnivence.blogsp..
Commenter  J’apprécie          121
Le dessinateur Mathieu Sapin a été admis dans les coulisses de l'Elysee et décrit l'envers du décor de la présidence de Francois Hollande.
Il livre un témoignage intéressant, souvent assez drôle et bien observé.
Néanmoins je n'ai pas complètement accroché. Je n'ai pas trop aimé la façon dont l'auteur se mettait constamment en scène, je l'ai trouvé un peu agaçant . Mais peut-être est-ce moi qui n'avait pas envie d'entendre parler de politique en ce moment et de voir la façon dont les décisions sont prises....car dans cet album, il est surtout question de communication....
Commenter  J’apprécie          130


critiques presse (4)
BoDoi
26 juin 2015
Drôle et informatif malgré une narration trop linéaire, cet album réussit finalement à dire beaucoup du pouvoir et du monde politique.
Lire la critique sur le site : BoDoi
Sceneario
04 juin 2015
Un très agréable album, donc, qui ne va peut-être pas alimenter la polémique anti-Hollande ni servir de propagande pro PS.
Lire la critique sur le site : Sceneario
Culturebox
11 mai 2015
Ce reportage exceptionnel, réalisé à l'intérieur de l'Elysée, est une première.
Lire la critique sur le site : Culturebox
Liberation
11 mai 2015
Au programme de ce nouvel album, pas de révélations fracassantes sur les secrets des politiques, mais la vie de tous les jours du petit cirque du Château.
Lire la critique sur le site : Liberation
Citations et extraits (15) Voir plus Ajouter une citation
Une journaliste : "Oui mais tu vois le truc c'est que Hollande il n'arrive pas à créer d'actu. Il la subit. Là c'est bien, il rebondit sur l'actu, mais c'est pas lui qui la crée. Sarko, lui, il arrivait à créer l'actu. Et nous, les journalistes, on était obligés de courir derrière. Il était très fort pour ça."
Un journaliste papier : "Le problème de Hollande, c'est qu'il ne méprise pas assez les journalistes."
Mathieu Sapin : "Il ne méprise PAS ASSEZ les journalistes ?"
Journaliste papier : "Oui. Et ça nuit à sa stature présidentielle. Il est trop sympa. Sarko, il détestait les journalistes. Il les méprisait. Mitterrand aussi."
(p. 110)
Commenter  J’apprécie          160
• septembre 2013, Mathieu Sapin à "Julien", éditeur au service photo de l'Elysée :
- ... Et tu es là depuis combien de temps ?
- Deux ans et demi.
- Ah bon. Donc tu étais déjà là du temps de l'autre.
- Oui.
- C'est bien, ça. Du coup tu peux voir la différence...
- Oui.
- Le point commun, c'est que ça reste le milieu politique. Donc c'est hyper-violent.
- ?
- Mais quand même, on respire. Sarko il terrorisait tout le monde. Quand il arrivait dans un service on serrait les fesses...
- Et avec Hollande, on ne serre pas les fesses ?
- On serre les fesses, mais pas de la même manière...
(p. 62)
Commenter  J’apprécie          144
- [...] Jospin aurait très bien pu, s'il avait eu les voix que Taubira lui proposait, passer devant le Pen*...
- Ah oui, oui, c'est vrai.
- Mais il n'a pas voulu. Il a préféré faire cavalier seul.
- Et oui.
- Il s'y croyait déjà. C'est comme Balladur en 1995...
- Balladur, ah oui ! On avait même eu des réunions avec son équipe (il était à Matignon à l'époque) pour préparer sa présidence. Ils venaient ici ! Ha ! Ha ! Il s'y croyaient déjà, eux aussi...
* le 21 avril 2002, Christine Taubira a obtenu 2,32% des voix, le Pen 17% et Jospin 16%...
(p. 15)
Commenter  J’apprécie          140
Les bonnes idées passent par tellement de filtres différents qu'à l'arrivée ça ressemble à de l'eau claire. Ou de la bouillasse.
Commenter  J’apprécie          160
C'est un lieu où le silence se fait. Même si personne n'y est contraint. Ca donne le sentiment de parler à voix basse dans cette maison. Comme si on avait peut-être peur d'être entendu.
Commenter  J’apprécie          90

Lire un extrait
Videos de Mathieu Sapin (61) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Mathieu Sapin
L'oeil du loup
autres livres classés : Palais de l'ÉlyséeVoir plus
Les plus populaires : Bande dessinée Voir plus


Lecteurs (223) Voir plus



Quiz Voir plus

Les personnages de Tintin

Je suis un physicien tête-en-l'air et un peu dur d'oreille. J'apparais pour la première fois dans "Le Trésor de Rackham le Rouge". Mon personnage est inspiré d'Auguste Piccard (un physicien suisse concepteur du bathyscaphe) à qui je ressemble physiquement, mais j'ai fait mieux que mon modèle : je suis à l'origine d'un ambitieux programme d'exploration lunaire.

Tintin
Milou
Le Capitaine Haddock
Le Professeur Tournesol
Dupond et Dupont
Le Général Alcazar
L'émir Ben Kalish Ezab
La Castafiore
Oliveira da Figueira
Séraphin Lampion
Le docteur Müller
Nestor
Rastapopoulos
Le colonel Sponsz
Tchang

15 questions
5212 lecteurs ont répondu
Thèmes : bd franco-belge , bande dessinée , bd jeunesse , bd belge , bande dessinée aventure , aventure jeunesse , tintinophile , ligne claire , personnages , Personnages fictifsCréer un quiz sur ce livre

{* *}