AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
EAN : 9791028102623
Éditeur : Bragelonne (13/11/2019)

Note moyenne : 3.99/5 (sur 164 notes)
Résumé :
Tandis que Yennefer est retenue prisonnière et que Geralt passe l’hiver en compagnie de la magicienne Fringilla aux charmants artifices, Ciri est projetée dans un monde parallèle en pénétrant dans la tour de l’Hirondelle. Désormais sous la coupe de l’elfe Avallac’h, elle ne peut espérer la liberté que si elle accepte de porter l’enfant du roi des Aulnes.
La jeune fille parviendra-t-elle à s’enfuir pour voler au secours de ses amis ?
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (21) Voir plus Ajouter une critique
Tatooa
  02 août 2019
Déception pour cette fin de saga, dont je ne peux pas dire que ce soit une surprise, tant on y est préparé dans les tomes précédents. En fait, rien ne finit, sauf l'histoire avec Vilgefortz.
Les deux tiers du roman sont une suite de sauts spatio-temporels de Ciri, qui, n'ont aucun autre but que de rallonger le récit de façon superficielle et totalement inutile, entrecoupés de scènes tout aussi inutiles avec Geralt et ses compagnons à Toussaint.
Moult répétitions ajoutent à l'impression de remplissage de pages vain.
Dans le dernier tiers, la multiplicité d'intrigues géo-politiques aboutit à de simples négociations commerciales qui m'ont gavée. La grande destinée de Ciri et Geralt ne s'avère pas si grande que cela, et je me demande encore en quoi la destinée de l'un et de l'autre est si "prophétique", en quoi Ciri amène la fin d'un monde et le début d'un nouveau, en quoi son pouvoir est-il si important, vu qu'elle s'en sert "pour rien", sauf à la toute fin...
Certes il y a une belle bataille finale contre les gros vilains, avec plein de morts, c'est à la mode, mais en quoi ça clôt l'histoire de Ciri et Geralt ? En rien...
On a ensuite une intervention des magiciennes totalement inutile, et elles apparaissent en plus comme des harpies désagréables. A part Yennefer (et encore...), toutes les femmes sont assez nazes dans cette série, même Ciri, considérée comme une poule pondeuse par tout le monde et qui finit elle-même par y adhérer, si j'ai bien compris. A croire que l'auteur a un compte à régler avec elles...
L'intervention de la licorne est encore, à mon sens, wtf, comme à chaque fois, et m'a agacée plus qu'autre chose.
Ce qui me plaît tant dans les nouvelles de Sapkowski, le mélange cynique et noir de contes de fée revisités, de mythologies nordiques et de fantasy, m'a pas réussi à me séduire dans la saga. Il y a pour moi quelque chose de dissonant dans tout ça.
L'humour sauve un peu le toutim, heureusement.
Ceci étant dit, il est compréhensible que les jeux aient pu ainsi profiter des ouvertures et indications laissées par l'auteur dans de petits chapitres ou des "entête" de chapitres, avec grand bonheur. le pied pour les gamers, dont je suis, pas mécontente d'en être parce qu'au final, je crois que je préfère leur scénario et développements à celui de la saga, à la fois trop classique, trop confuse et trop superficielle à mon goût... L'auteur promet du grandiose au départ, une prophétie, des destinées entremêlées, au final on a juste des courses-poursuites avec divers méchants plus ou moins méchants dont une seulement trouve un point final, sans que le grandiose n'apparaisse jamais, au milieu d'une guerre-contexte certes bien décrite, mais totalement accessoire dans tout ça.
Du coup, si la série Netflix suit vraiment les bouquins, je me demande ce que ça va bien pouvoir donner...
Bref, moi je finis la saga sur une impression de "Tout ça pour ça, bof...".
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          244
basileusa
  22 février 2020
Un dernier tome qui m'aura plu et qui réserve quelques surprises (j'avais rien vu venir pour Emhyr par exemple) . Tout comme la fin, un peu ouverte mais concluante.Je suis donc contente de cette saga et triste de quitter les personnages ! On s'attache que voulez-vous !
Concernant la narration, c'est encore un peu spécial, entre les sauts dans l'espace et le temps de Ciri et les moments où l'on s'intéresse à des personnages jamais vu jusque là mais qui font partis de la grande histoire ...C'est parfois un peu frustrant de quitter Ciri ou Gerald pour des scènes de bataille avec des inconnus. Passé, présent, futur ( Ciri en Ecosse en 1906 ou au temps du roi Arthur ^^) se mêlent parfois mais on s'y retrouve toujours ! Et l'histoire avance, avec des pertes un peu douloureuses , des retrouvailles, de la violence, de la tension et de l'amour. Quelques questions demeurent, on se demande aussi à quoi servent certains personnages mais bon on sent qu'on est dans un univers complexe et travaillé aussi grâce à ces détails.
Je suivrai la série TV avec intérêt pour voir ce que ça donne.
Challenge Mauvais genres 2020
Challenges séries 2020
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          250
Davalian
  23 septembre 2019
Nous y voilà ! Pour Geralt, Ciri, Yennefer et tous les autres est arrivée l'heure fatidique de la fin de la route. La Dame du lac marque en effet le dénouement de la saga du Sorceleur qui aura beaucoup gagnée en complexité au fil des romans.
Ce septième volume continue sur la lancée : la construction narrative est complexe et l'auteur s'amuse avec les récits enchâssés sans jamais perdre le fil. Cette fois-ci, il y a un élément supplémentaire à prendre en compte : les voyages temporels de Ciri qui offrent de nombreuses opportunités qui sont exploitées afin de tenter de dérouter le lecteur et de l'amener à voyager dans le temps et dans l'espace. le résultat est plutôt réussi.
Il ne s'agit d'ailleurs pas de la seule ficelle utilisée par l'auteur pour frustrer gentiment son public. Attendez-vous à pester plus d'une fois, mais toute cette frustration est bien habilement exploitée… pour notre plus grand plaisir !
Les pérégrinations de Ciri ne durent qu'un temps  puisqu'ensuite nous retrouvons enfin Geralt qui va devoir vivre dans une principauté de conte de fées à Toussaint. Suivront également des batailles, l'achèvement de la quête, plusieurs affrontements, un premier dénouement, puis une séquence post dénouement assez particulière aussi inédite qu'originale.
Même si le roman est long (près de 700 pages au format poche) et un nombre restreint de chapitres, l'ennui n'est jamais au rendez-vous. Outre la fluidité du style,le dynamisme de l'intrigue, la variété des points de vus, l'attachement aux personnages, il faudra également compter avec certains passages humoristiques plutôt bien vus, car franchement détonants.
Quelques déceptions doivent être notées : le devenir de nombreux personnages est laissé en suspens, ce qui est assez regrettable, tandis que pour d'autres, la fin est assez brutale. Bon certes, depuis, d'autres auteurs et réalisateurs nous ont habitués à pire, mais quand même... certains raccourcis ont également été pris ici et là, ce qui est toujours regrettable. Et, il faut bien le reconnaître, quitter tout ce beau monde reste un moment de tristesse…
Même si nous savons que nous n'allons pas forcément apprécier tourner la dernière page, voici un roman qui clôt une saga qui mérite d'être lue, même s'il faut lui laisser le temps pour révéler tout son potentiel…
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          120
Luniver
  03 septembre 2020
Ce septième volume du Sorceleur vient clôturer la grande saga entamée dans le troisième : enfin, les prophéties vont se réaliser, les destinées se croiser et la justice triompher.
Il faudra tout de même être patient, car le livre commence sur un rythme désespérément lent. le premier tiers du livre est consacré à mettre en place des intrigues secondaires ou tertiaires, et on n'en finit plus de se demander quand, enfin, les choses sérieuses vont commencer.
Et quand enfin ils arrivent, les dénouements ne m'ont pas vraiment convaincu. Les affrontements entre antagonistes étaient les bienvenus, et même ardemment attendus : ça fait toujours plaisir de voir un ennemi trop puissant mordre enfin la poussière. Mais certaines révélations, comme l'identité véritable d'Emhyr, sont beaucoup trop tirées par les cheveux à mon goût, et ne servent pas vraiment le récit, puisque, une fois la stupeur passée, on n'entendra plus parler de ladite révélation.
J'ai également été dérangé par le rapport de Ciri aux hommes, qui avait déjà commencé par une tentative de viol deux tomes plus tôt. On retrouve souvent le même schéma : des avances malsaines/perverses d'un homme qu'elle refuse d'abord avec haine, puis auxquelles elle se soumet par résignation. En soi, l'univers est machiste, et l'auteur, il faut le reconnaître, le souligne assez clairement. Mais la plupart des autres personnages féminins ont cette « immunité » des héros de livre qui fait que rien de trop grave ne puisse leur arriver. Par exemple, même emprisonnée et torturée, Yennefer repousse sans mal les gardes, et conserve une aura de pouvoir à laquelle n'a pas droit Ciri.
Dans l'ensemble, j'ai trouvé l'auteur plus à l'aise dans le style des nouvelles que dans celui des romans. Il m'a semblé ne jamais avoir trouvé le bon tempo pour raconter son histoire, qui contient beaucoup trop de longs temps morts, et d'autres passages menés au pas de charge. À son crédit, et ce qui fait que j'ai adoré son héros même si son écriture m'a parfois déçu, il a toujours pris des risques et ne s'est jamais contenté de suivre des schémas de récits classiques. Sa capacité à puiser dans l'imaginaire de tous les contes, de toutes les mythologies, pour recréer un nouvel univers cohérent fait du Sorceleur une oeuvre unique.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          110
Goupilpm
  11 mars 2016
A la fin du tome précédent Ciri était projeté dans un univers parallèle, dès les premières pages de cet ultime tome le lecteur se retrouve également projeté dans un autre monde et à une autre époque. L'auteur voulant faire un clin d'oeil à la Légende Arthurienne, le lecteur e retrouve sur l'île d'Avalon en compagnie de Nimue, la Dame du Lac. Un début de récit ennuyeux qui n'apporte rien à l'intrigue principale : les hypothèses soulevées dans cette première partie sont inintéressantes puisqu'elles ne répondent pas aux questions que se posait le lecteur et n'engendrent que des longueurs rendant la lecture très lente. L'auteur nous gratifie également de multiples sauts de Ciri dans des nombreuses époques et de nombreux lieux. Des sauts de puces qui font sourire le lecteur mais qui n'apportent également rien au récit.
Il faut attendre le derniers tiers du roman pour que le lecteur puisse retrouver l'intrigue des tomes précédents. Une dernière partie très attractive, notamment avec la grande bataille opposant les royaumes coalisés à l'empire. Une bataille admirablement réglée qui donne l'impression au lecteur d'entendre les épée et armes d'hast s'entre choquer. La dernière partie du récit permet aux lecteurs de comprendre les motivations de tous les personnages même si le final n'est pas celui auquel on pouvait s'attendre.
Dans cet ultime tome l'auteur poursuit la narration par points de vue multiples, une technique généralement efficace, mais ici mal utilisée car il en abuse et donne la nette impression qu'il cherche à meubler pour rallonger artificiellement la durée de vie de son récit. Les descriptions se révèlent longues et ennuyeuses, remplies de détails inutiles qui alourdissent et desservent de manière désagréable le récit. de surcroît l'auteur utilise également le latin dans les dialogues ce qui décrédibilise complètement son univers. Plus le lecteur progresse dans le récit plus il a tendance à sauter d'abord des lignes puis ensuite des paragraphes, puis des pages pour en finir au plus vite avec l'envie de refermer l'ouvrage avant le point final .
Un final qui interpelle le lecteur dans la manière dont elle se termine, on a la nette impression que l'auteur manquait d'imagination. Un point qui était déjà perceptible dans les tomes précédents, mais de manière moins prononcée.
En résumé, un dernier tome en décalage avec les précédents, très long dans sa première partie, une fin en queue de poisson déroutant le lecteur, un univers plus noir, plus adulte qui échappe au classicisme habituellement rencontré en fantasy. La saga du Sorceleur laisse dans son ensemble une impression mitigée au lecteur. Au lieu de nous fournir cinq tomes à la dynamique souvent lente, l'auteur aurait du se contenter d'une simple trilogie au lieu de se s'égarer dans des méandres o' combien inutiles.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          80

Citations et extraits (18) Voir plus Ajouter une citation
EmLireEmLire   09 mai 2020
-J'ai conscience de ton manque de discernement. Tu es fou, Jaskier.
Le poète se taisait, il caressait le manche de son luth. Un long moment s'écoula avant qu'il rompe le silence.
-Nous avons quitté Brokilone avec une mission insensée, énonça-t-il lentement. En prenant des risques déments ; sans aucune chance de succès, nous nous sommes jetés à la folle poursuite d'un mirage. D'une illusion, d'une apparition, d'un rêve fou, d'un idéal absolument utopique. Nous nous somme jetés à corps perdu dans cette aventure, en toute inconscience. Pourtant, Geralt, pas une seule fois je ne me suis plaint. Pas une seule fois je ne t'ai traité de fou ni ne me suis moqué de toi. Car tu étais plein d'espoir et d'amour. Ce sont ces sentiments qui t'ont guidé dans cette mission insensée. Et moi aussi, du reste. Mais moi, j'ai rattrapé mon mirage, et j'ai eu la chance de voir mon rêve se réaliser, mes vœux exaucés. Ma mission s'est achevée. J'ai trouvé ce que chacun a tant de mal à atteindre et ce qui est le plus précieux au monde. Et j'ai l'intention de le garder. Ce devrait être une folie ? La folie serait au contraire de tout laisser tomber, de tout abandonner.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
LuniverLuniver   31 août 2020
— Je vous félicite, mesdames, pour la résection réussie du petit et du gros intestin, la splénectomie et la suture du foie. J'attire votre attention sur le temps qu'il nous a fallu pour réparer cette blessure, infligée en l'espace d'une fraction de seconde seulement à notre patient au cours de la bataille. Je le recommande comme matière à réflexion. À présent, Shani, tu vas recoudre le patient.
— Mais je n'ai encore jamais fait ça, monsieur Rusty !
— Il faut bien commencer un jour. Le rouge avec le rouge, le jaune avec le jaune, le blanc avec le blanc. Garde ces règles en tête, et ça se passera sûrement très bien.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
MorthinaMorthina   05 avril 2017
- Le progrès éclairera les ténèbres, proclama-t-il solennellement, car il est fait pour ça, comme, pardonnez-moi la comparaison, le cul est fait pour chier. Il y aura de plus en plus de lumière, nous aurons de moins en moins peur de l'obscurité et du Mal embusqué dans son ombre. Viendra le jour, peut-$être, où nous cesserons totalement de croire que dans cette obscurité le Mal est aux aguets. Nous nous rirons de ces peurs. Les jugerons puériles. Nous en aurons honte. Mais l'obscurité existera toujours, toujours. Et dans l'obscurité subsisteront le mal, les crocs et les griffes, le meurtre et le sang. C'est pourquoi nous aurons toujours besoin des sorceleurs.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
AMaldonadoAMaldonado   12 juillet 2015
(discussion portant sur le sujet des cockatrices et des basilics) :
- Brr...Et lequel d'entre eux, dis-moi, peut-on trucider au moyen d'un miroir ?
- L'un comme l'autre. A condition de le lui balancer directement sur la gueule.
Commenter  J’apprécie          60
TatooaTatooa   31 juillet 2019
- Mais ton clapet, Jarre, tiens-le toujours fermé, comme tu l'as fait à propos de cette Ciri. Quand il est fermé, note bien mes paroles, aucune mouche à merde ne peut y entrer.
(le nain Cranmer)
Commenter  J’apprécie          70

Videos de Andrzej Sapkowski (3) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Andrzej Sapkowski
THE WITCHER Bande Annonce VF (2019)
autres livres classés : littérature polonaiseVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

The Witcher / Le sorceleur

La série est l'adaptation du célèbre jeu vidéo.

Vrai
Faux

13 questions
108 lecteurs ont répondu
Thème : Andrzej SapkowskiCréer un quiz sur ce livre

.. ..