AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet
Série Noël (Romain Sardou) tome 1 sur 3
EAN : 9782266168076
280 pages
Pocket (02/11/2006)
4.01/5   374 notes
Résumé :

1851. A Cokecuttle, cité industrielle anglaise hérissées des cheminées des hauts-fourneaux couvertes de suie, Harold Gui, neuf ans, orphelin de père et de mère, survit péniblement sous les ponts en pratiquant divers petits métiers. Et pourtant...

Harold ne le sait pas encore, mais il est promis à un avenir merveilleux. Guidé par un génie invisible, il va découvrir un monde peuplé de lutins, d'arbres magiques et de rennes volants.

>Voir plus
Que lire après Une seconde avant NoëlVoir plus
Critiques, Analyses et Avis (125) Voir plus Ajouter une critique
4,01

sur 374 notes
Alors que les êtres magiques ont disparu de la surface de la terre, exilés pour échapper à la volonté des hommes de leur voler leurs pouvoirs, ils se donnent pour mission de créer le mythe de Noël.
Sans cela, les petits garçons et petites filles perdront toute notion de rêve, de magie, de fantaisie. Pour que ces anges et tous ces êtres magiques aient une chance de retourner un jour sur terre, il faut que les hommes ne les oublient pas, qu'ils continuent à rêver et à lire des contes et des légendes.
Un génie du nom de Balbek est choisi pour cette mission.
Qui va-t-il choisir pour endosser l'habit du père noël? Comment s'organisera cette fête? En quoi consistera-t-elle? Tout est à créer...

Nous faisons la connaissance d'un orphelin Harold, neuf ans, et de son compagnon, le Falou, tous deux vivant sous les ponts d'une ville industrielle anglaise; Cokecuttle. Cet homme connaissant toutes les légendes , va l'instruire, lui apprendre à lire, écrire, compter et lui donner des notions de géographie. Pour lui, un homme qui a de la mémoire et qui connait beaucoup d'histoires est un homme riche de biens inestimables, il peut amadouer les coeurs les plus durs.

On suit les mésaventures de ce jeune garçon des rues, généreux et débrouillard.
Quel périple attend ce jeune Harold, pourra-t-il échapper à l'exploitation des enfants par des hommes cruels et sans coeur, à leur justice impitoyable envers les enfants ?

Ce conte est magique et chaleureux, il nous incite à penser qu'il ne faut jamais renoncer à l'impossible, qu'il faut garder en soi une part de rêve, au moins le temps d'une soirée de Noël.
C'est aussi l'occasion de se rappeler les gestes que nous accomplissons lors de ces fêtes. Nous avons souvent oublié les légendes autour du sapin illuminé ( pour que le père Noël repère plus vite les maisons où des enfants attendent ses cadeaux) et de la bûche de Noël (avant d'enflammer la bûche de noël dans la cheminée, on posait ses mains dessus, en faisant des voeux...)
Commenter  J’apprécie          360
Quel touchant conte de Noël ! Sa lecture est délicieusement régressive, comme la dégustation de certaines friandises. Je me suis laissée envouter par le charme et la naïveté de ce récit, comme une enfant.
Romain Sardou a un style fluide et agréable, mais surtout il semble bien s'amuser à l'écriture de son conte, comme par exemple pour les titres de ses chapitres !
La première partie du livre est du Dickens. C'est sans appel! (Auteur qu'il cite lui-même un peu plus tard dans son roman d'ailleurs). Personnellement, j'ai aussi pensé à "La petite
marchande d'allumettes" d'Andersen. Enfant, ce conte m'avait fait pleurer et m'a donc beaucoup marquée. L'univers que l'auteur dépeint, la vie des enfants au 19°, ces pauvres misérables, est sordide. Il est même parfois effrayant et cruel, je citerais l'horrible sélection des petits ramoneurs ou la mort d'un de ses amis.
Et puis, dès l'apparition du premier lutin, on entre dans le domaine du fantastique, c'est évidement plus magique mais aussi plus léger. Et là, moi, telle une enfant, je m'amuse! Romain Sardou replace chaque symbole de Noël sur le chemin de son petit héros : j'ai adoré la création du papier cadeau, la descente du tout premier conduit de cheminée d'Harold ou les rennes volants et le passage du glacier...
En lisant la 4° de couverture de mon livre, mon homme m'a demandé : "eh, tu me diras, comment ils font, le père Noël & ses rennes, pour livrer tous les enfants en une seule nuit ?" ah! Ah! maintenant je sais : le pouvoir d'XXX... OK, efficace, magique... mais franchement j'aurais aimé plus... surprenant, plus imaginatif je crois.
En résumé, un livre que je recommande, surtout si on a gardé un peu de son âme d'enfant et qu'on aime la cultiver!
Commenter  J’apprécie          290
J'ai lu le tome suivant des aventures de Harold il y a quelques années et je me souviens l'avoir beaucoup aimé. J'ai saisi l'occasion de lire celui-ci pour enfin savoir comment Harold est devenu le centre de l'histoire de Noël.

Même si je l'ai moins apprécié, ça reste néanmoins un joli conte de Noël, très crédible dans ses faits, du moment que l'on croit à la magie, aux fées et autres créatures merveilleuses ! J'ai beaucoup apprécié le cheminement de l'auteur pour arriver au Noël moderne avec beaucoup de tendresse même dans les moments difficiles.

Un conte de Noël positif et peu moralisateur, assez proche du lecteur pour s'adresser à lui et l'intégrer à la magie des mots et de la fête !

Challenge 50 Objets 2023/2024
Pioche PAL décembre 2023 : Célise
Lecture Thématique décembre 2023 : Hiver
Commenter  J’apprécie          300
Un conte a La Dikens... qui commence mal mais qui fni bien !!!

J'ai vraiment aimé cette histoire qui nous retrace l'enfance, et l'utilité du père Noel. Non pas un conte a dormir debout.. car toute la magie de Noel est présente dans ce conte.. ce que j'apprécie également c'est que toute l'histoire est sortie du contexte religieux et s'adapte a tous petit , grand, croyant ou non
L'écriture de Romain Sardou est fluide et agréable.

un petit conte a lire a haute voix, au coin de la cheminée, a ses enfants ou a ses petits enfants.... Ce que je ne manquerais pas de faire au prochain Noel
Commenter  J’apprécie          260
"Une seconde avant Noël" a été publié à l'origine en 2005 par les éditions XO, puis réédité cette année dans ce beau format collector. Lorsque je l'ai vu à la librairie, je n'ai pas réfléchi. L'illustration et la qualité de la couverture m'ont donné terriblement envie de le lire en cette période hivernale. Et j'ai eu raison, l'histoire est parfaite.

En Angleterre, dans le Lancashire, c'est l'hiver et les fêtes de Noël approchent. Il fait froid et gris, le temps est brumeux. C'est une région industrielle, le travail vient pourtant à manquer et il y a beaucoup de miséreux dans les rues. Nous suivons Harold Gui, un enfant de neuf ans. Ce petit garçon s'est enfui de la pension dans laquelle il vit, à Cockecuttle, un établissement pour orphelins tenu par l'horrible Miss Parrot. Après sa fuite, Harold est accueilli chez un vieil homme, très cultivé. Il s'appelle Falou.

En échange de sa compagnie, il prend en charge son éducation et son instruction. Harold semble très heureux. En contrepartie, il souhaite trouver un travail pour aider financièrement le vieil homme. Alors il passe un test pour travailler dans une entreprise de ramonage, qu'il réussit brillamment. Mais, la victoire lui est volée par deux voyous qui convoitent également le poste.
Quelques jours plus tard, Falou est retrouvé mort à la suite d'une tentative de vol. Harold est envoyé en maison de correction à la campagne.

Là-bas, il retrouve d'autres enfants qui, comme lui, doivent travailler très dur pour payer leurs dettes. Ils sont sous-alimentés et manquent de soin. Seuls les plus coriaces survivent. Harold obéit et exécute son travail le mieux qu'il peut. Puis un jour, en forêt, il fait une rencontre inattendue qui va changer son destin à tout jamais.

***

Voici un joli conte guidant le lecteur sur les traces du Père Noël, de ses origines et du monde qui l'entoure. Au cours de la lecture, apparaissent successivement des lutins, des rennes, mais aussi l'histoire de la fabrication et de la distribution des cadeaux, et beaucoup d'autres choses encore.

C'est l'histoire d'un petit garçon, aux airs d'Oliver Twist, ayant grandi dans une ville anglaise des années 1850, rappelant le monde dépeint par Charles Dickens dans ses oeuvres.

Ce livre est destiné au lecteur aimant les récits d'ambiance, se régalant d'entendre les coutumes lors des fêtes de fin d'année, allant de la bûche de Noël au traîneau volant, le tout sous un plaid au coin du feu, avec un bon chocolat chaud agrémenté de petites guimauves 😋

Et alors on s'embarque au pays des rêves dans une très belle lecture !

Lien : http://labibliothequedemarjo..
Commenter  J’apprécie          220

Citations et extraits (40) Voir plus Ajouter une citation
La bûche de noël était un symbole qui se reportait au soir où naquit Jésus. Le petit n'avait pour se chauffer dans l'étable que le souffle chaud de quelques animaux et une bûche qu'on avait gardée précieusement pour le moment de sa venue. En souvenir de cela, à chaque Noël, on brûlait une bûche seule dans l'âtre. Avec le temps, ce simple morceau de bois prit un caractère magique : il fallait le choisir un an à l'avance, et toute l'année, il devait reposer à l'écart, à l'abri des intempéries. Le soir de Noël, avant de l'enflammer, l'on posait ses mains dessus et l'on mentionnait en silence ses vœux les plus chers pour l'année à venir ; le lendemain, la bûche entièrement consumée, on récupérait ses cendres qu'on disposait dans des petits sacs à garder sur soi ; c'était l'assurance que les vœux exprimés ne seraient pas oubliés par ceux qui pourraient influer sur les hasards et les coïncidences de la vie...
Commenter  J’apprécie          130
Des enfants.
Ils approchèrent et, sans une parole, saisirent une part du cercueil du Falou. et ainsi de suite, le long du chemin, des dizaines d'autres garçons et d'autres filles, de tous les âges, apparurent pour accompagner l'ultime voyage du Falou. Comment s’étaient ils donné le mot ? D'où venaient-ils ? Harold l’ignorait, mais ils étaient bien là, escortant en silence l'homme qui vivait sous el pont de Hollowspring, l'homme aux mille histoires merveilleuses. Harold se dit que c'était une belle chose que d'avoir fait autant de bien autour de soi et d'en être récompensé de la sorte.
(P64)
Commenter  J’apprécie          80
« Tous les êtres surnaturels nous ont quittés, disait Le Falou d’après son laïus, mais il est des endroits sur terre si imprégnés encore de leur passage qu’on peut se demander s’ils ne sont pas encore là ! L’Écosse fait partie de ces terres. »
Commenter  J’apprécie          200
Le 25 décembre appartient aux enfants. Noël doit servir à récompenser les bons et à rappeler aux méchants qu’ils doivent changer. Il faut aussi – et je n’insisterai jamais assez sur ce point – il faut que Noël serve aux adultes afin qu’ils se souviennent que eux aussi ont été des enfants ! Il n’y a que cela pour garder le cœur ouvert et bienveillant. Maintenant, tu sais tout, Balbek. Il t’incombe de découvrir ou de créer une nouvelle figure folklorique ; mais qui plaise à tous, qui puisse se reconnaître dans tous les coins de la Terre, je veux UN symbole personnifié qui incarne pour tous Noël et le beau temps de l’enfance.
Commenter  J’apprécie          60
Lavander n'ignorait pas que, dans la troupe de garçons alignés devant lui, le jeune âge et les guenilles dissimulaient quelques petites filles poussées par leurs parents à cacher leur nature et à taire leur peur ; son coeur se serra, mais il se dit : "les temps sont difficiles pour tout le monde. Et qu'y puis-je moi, si le diable n'est pas mort?" en effet, qu'y pouvait-il ? Il secoua la tête et oublia les fillettes, le teint olivâtre et maladif de certains, comme l'absurde dangerosité de son examen idiot. Parmis ces douzes êtres faméliques (mais tous prêts à en découdre), l'un se montrait plus attentif et plus vif que les autres.
Commenter  J’apprécie          50

Videos de Romain Sardou (19) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Romain Sardou
Découvrez l'émission intégrale ici : Il aurait pu choisir la chanson, comme son père. Il aurait pu choisir le cinéma ou le théâtre comme ses grands-parents. Mais non, c'est vers la littérature que Romain Sardou a choisi de se tourner, un peu comme une évidence, lui qui, tout gamin, dévorait les livres qui lui tombaient sous la main, souvent des classiques, des romans d'aventure ou des textes de théâtre. D'ailleurs, délaissant le lycée, il prend des cours de comédie, moins pour monter sur les planches que pour se frotter au texte. Finalement, en 2002, à 28 ans, il publie son premier roman, « Pardonnez nos offenses » formidable succès de librairie avec plus de 300 000 exemplaires vendus en France et traduits en 16 langues. Ce thriller médiéval mélangeant habilement intrigues politico-religieuses et mysticisme connait une suite avec « Délivrez nous du mal » et
devrait même se poursuivre prochainement. Romain Sardou n'a pas fini d'égrener son Notre Père !
Ayant pris goût au roman historique, on doit aussi à Romain Sardou une autre saga inspirée de la création des Etats-Unis, entamée en 2012, avec « La 13ème colonie », premier tome du cycle « America ».
Mais l'auteur aime surprendre son public et se surprendre lui-même. Il s'est ainsi essayé au roman contemporain, à l'écriture jeunesse, à la nouvelle ou à la dramaturgie avec une adaptation d'Antigone, présentée au festival d'Avignon.
Bref, Romain Sardou est un aventurier de l'écriture et sait faire partager son enthousiasme.
Il signe ce nouveau roman au titre enjôleur « Je t'aime ». Mais derrière ce titre tout simple et qui pourrait paraitre tellement anodin, combien d'histoires, combien de joies, combien de peines, combien de drames. C'est ce que nous raconte Romain Sardou à travers les personnages de Camille et Camille. Dans le Paris d'aujourd'hui, nos deux héros, un homme et une femme portant le même prénom donc, vont apprendre à se découvrir et à s'aimer. Mais derrière ce couple au bonheur parfait, gravitent tous les seconds rôles qui sont sans doute les plus intéressants car ce sont eux qui racontent la vraie histoire. Ce sont eux les vrais représentants de toutes les situations amoureuses. Et comme le dit la chanson, les histoires d'amour finissent mal… en général. Un roman drôle, tendre, cynique écrit avec beaucoup d'originalité qui redistribue les cartes du code amoureux et nous permet à nous, lecteurs, de plonger dans nos propres souvenirs et nos propres histoires d'amour, celles d'hier, celles d'aujourd'hui et peut-être celles de demain…
Soulignons-le, ce livre est aussi prétexte à une balade bien sympathique dans les rues de Paris qui reste, quoi qu'on en dise, la ville de l'amour…
« Je t'aime » de Romain Sardou est publié chez XO.
+ Lire la suite
autres livres classés : noëlVoir plus
Les plus populaires : Jeunesse Voir plus


Lecteurs (857) Voir plus



Quiz Voir plus

Délivrez-nous du mal

L'histoire débute au cours de l'inter règne entre deux papes. Quel est le pape qui vient de mourir ?

Celestin V
Boniface VIII
Martin IV
Honorius IV

10 questions
13 lecteurs ont répondu
Thème : Délivrez-nous du mal de Romain SardouCréer un quiz sur ce livre

{* *} .._..