AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
EAN : 9782330131715
Éditeur : Actes Sud (05/02/2020)

Note moyenne : 4.3/5 (sur 23 notes)
Résumé :
Un historien israélien, spécialiste des processus d’extermination pendant la Shoah, devient guide des camps de la mort, accompagnant des groupes de lycéens dans leurs visites imposées au cours de « voyages de la mémoire ». Cette expérience, doublée de sollicitations diverses autour des différentes formes que prend l’entretien officiel de cette inflammable mémoire, entame progressivement et profondément son rapport au monde et aux autres.
Sur l'échec de la tr... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (13) Voir plus Ajouter une critique
michfred
  11 mars 2020
Être juif et guide, des camps de concentration polonais n'est pas un petit travail tranquille.
Dans une longue lettre au directeur de Yad Vachem - le mémorial de la Shoah à Jérusalem-  qui est son employeur,  le narrateur, historien patenté,  spécialiste de la Shoah, et guide exclusif des groupes israéliens envoyés visiter Chelmno, Treblinka, Belzec, Majdanek, Sobibor ou Auschwitz -Birkenau , se plaint amèrement de ses conditions de travail....
Sa missive  peut passer, au début, pour  une satire grinçante , une fable cynique.
Le guide touristique de la Solution finale, il fallait l'oser !
 Ainsi, chaque camp  pour notre guide, a ses propriétés intrinsèques, son individualité,  sa spécialité : Chelmno,  c'est le "cynisme de sa fourberie", Auschwitz , "la corrélation de deux desseins, l'un meurtrier, et l'autre économique", Treblinka, "un lieu dédié,  sur une échelle gigantesque, à l'asphyxie, la crémation de chair humaine", Sobibor est à la fois " lisière de l'Europe, bout du monde, (...) , fin de l'humanité ", Belzec,  le "summum de l'efficacité 'tandis que  Majdanek demeure l'"incarnation de l'essence même du fascisme".
Le guide-narrateur est inépuisable, intarissable, sa science en la matière est sans limite, exhaustive,  il se montre dans ses explications d'un pointillisme si exigeant qu'il en paraît lui-même dénué d'affects.
Le dévouement qu'il met à accomplir sa tâche est presque une dévotion: il laisse en Israël un petit garçon et une jeune femme qui se languissent de lui, en oublie son confort, son apparence, se clochardise peu à peu au point de ressembler à ces vieux chiffonniers  juifs du ghetto dont il tente de faire revivre le souvenir auprès de ses visiteurs.
C'est qu'il a affaire à forte partie.
La mémoire est si monstrueusement oublieuse, si perfidement manipulatrice, si scandaleusement négationniste.
Le  monstre qui a édifié , un jour,  ces enfers concentrationnaires, est toujours là, tapi dans cet oubli, ces altérations, ces dénis. Et le monstre qui hante la sienne , de mémoire, est toujours si violemment vivant.  
Il faut toujours dire, redire, expliquer, corriger. Au risque de se perdre. de devenir fou.
En face de lui, des ados gâtés, sans culture, qui chantent et dansent sur le sol martyre de Sobibor,  sur la cendre de Belzec, sur les charniers de Birkenau et qui, entre eux, osent dire que c'est ainsi, chez eux, qu'ils devraient traiter les Arabes, que ce ne sont pas eux, les sépharades et les sabras, qui auraient laissé leurs femmes et leurs enfants aller à l'abattoir comme ces lopettes d'ashkénazes...
Il est inlassable, le guide, il essaie de leur expliquer, à ces petits monstres sans mémoire.  En vain. Ils sont si jeunes...comment leur en vouloir?
Pourtant les adultes, eux aussi, s'y mettent. Et requièrent le savoir de notre pauvre  guide pour...parfaire la crédibilité d'un futur jeu vidéo !  Ils sont si vides, comment leur en vouloir?
Quand ce n'est pas pire encore: si l'antisémitisme endémique des Polonais est une réalité -mais quelques pogroms ne sont ils pas un jeu d'enfants au regard de la monstrueuse Solution finale?- notre guide est persuadé que c'est un arbre qui cache la forêt et que, à l'abri, résiste un monstre froid, toujours bien vivant et qu'on semble négliger : l'esprit de destruction méthodique et industrialisé d'une Allemagne que  L' Histoire semble avoir une fois pour toutes exonérée de ses fautes.
"(...) comparer la responsabilité des Polonais à celle des Allemands était une terrible déformation de l’Histoire, (...) Pourquoi avez-vous tant de mal à haïr les Allemands ? Moi, c’est cette question qui m’intéresse" objecte le guide-narrateur à un de ses visiteurs.

Au bout de cette longue lettre- et ce court roman- qui raconte son chemin de croix, si j'ose dire, notre guide va rencontrer un dernier monstre. Et lui régler son compte.
Un livre extraordinaire,  tout en tension,  en subtilité,  qui passe d'une ironie amère à un constat poignant,  et pose, courageusement,  les bonnes questions, face à ce devoir de mémoire de plus en plus difficile à accomplir face à une jeunesse amnésique, face à  une époque cynique, consumériste.  Et barbare.
Merveilleusement écrit, le Monstre de la Mémoire est un chef d'oeuvre à porter au crédit de cette jeune littérature israélienne que je continue de découvrir et qui ne cesse de m'étonner par ses qualités critiques, son sens de la dérision et sa vision pertinente et dérangeante des réalités contemporaines.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          5213
Annette55
  01 juin 2020
Je n'écrirai pas un trop long commentaire à propos de ce livre.
Je pense qu'il faut le lire.
L'auteur conte le récit—— sous forme de lettre adressée au Directeur de Yad Vashem : l'institut international pour la mémoire de la Shoah —— situé à Jérusalem pour lui confier son ressenti en tant que «  guide des camps de la mort » face à des adolescents peu intéressés et indifférents .
Cette expérience même s'il cherche constamment à rester digne, informatif et intéressant change profondément son regard , face au monde et aux autres.
Il exprime son profond désarroi , face au difficile devoir de mémoire et surtout de l'ambivalence de son rôle entre extrême sensibilité et rigueur scientifique .
Plus l'historien se livre, plus le ton se tend , on y sent une rage sourde, l'impossibilité de simplement raconter , de rester neutre face à la banalisation de l'horreur.
Chaque jour il «  vit » les camps .
Que faut- il transmettre?
Comment?
Qui est réellement légitime?
Cette fréquentation intime et quotidienne des camps des processus d'extermination nazis , Yashiv Sarid a l'incroyable capacité de nous faire entendre que rien ne le touche: sentiment d'impuissance et solitude mêlés.
: «  Un zeste de froideur et un certain manque d'empathie de ma part envers les victimes » écrit- il que alors que l'accumulation commence à lui peser.
Dans un premier temps il pensait être à distance ,rester neutre , d'une neutralité toute universitaire mais il n'y arrivait plus: il était le réceptacle de cette Histoire: «  ces voyages de la mémoire ». ...
Tant de questions essentielles , non abouties, bousculent le lecteur .
Quelles leçons apprendre d'un tel passé ?
Merveilleusement écrit, lu d'une traite ou presque ce livre court, implacable , saisissant , puissant , à l'ironie dérisoire pétri de qualités indéniables nous oblige à réfléchir à la mise en scène de la Mémoire : Treblinka, Belzec, Chelmno, Sobibor, Auschwitz , Birkenau —-et j'en oublie— visions brutales, absurdes, cauchemardesques d'une —-Époque Vouée à ces horreurs —-et à l'impossibilité presque naturelle de les transmettre .
«  Chaque tonte prenait quelques secondes, puis les femmes nues étaient à nouveau poussées le long du chemin qui menait aux chambres à gaz.
Les jeunes filles qui m'écoutaient avec leurs belles chevelures bien épaisses , saines, brillantes, en étaient frappées de stupeur . Je me taisais une seconde. J'avoue que je dois avoir l'esprit bien tordu pour être à ce point passionné par de telles horreurs . » .
Un ouvrage qui prend aux tripes ...
Traduit de l'hébreu par Laurence Sendrowicz.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          365
Isa0409
  05 mars 2020
🖤 C'est cet oiseau qui a attiré mon oeil curieux, ce corbeau qui regarde étrangement, j'ai suivi son regard et le mien a glissé sur ce titre ... « le monstre de la mémoire ».
🖤 La mémoire est-elle un monstre englué à l'âme, qui picore nos souvenirs, rapace prédateur et malin ? Il semblerait que oui...
🖤 Yishai Sarid raconte l'histoire d'un historien israélien devenu spécialiste de la Shoah. Sous forme d'une lettre, il s'adresse au Directeur de Yad Vashem (l'institut international pour la mémoire de la Shoah à Jérusalem) pour lui confier son ressenti en tant que guide des camps de la mort face à des adolescents non concernés, pas intéressés, indifférents et son désarroi face au difficile devoir de mémoire, mais aussi l'ambivalence de son rôle, entre rigueur scientifique et sensibilité humaine.
🖤 Plus l'historien se livre et plus le ton se tend, on sent l'impossibilité de rester neutre et de simplement raconter ; chaque jour lors de ses visites, il vit les camps, il en dit trop (mais en dit-on jamais trop sur ce drame ?), il se laisse submerger par la rage humaine, il se révolte face à ces ados qui n'en ont rien à faire, face à ces partenariats ridicules qui ont pour seul objectif l'étude des camps pour en faire le décor d'un jeu vidéo ... un jeu vidéo...
🖤 « C'est ici que l'illusion appelée Homme s'est achevée. Regardez-vous, regardez vos amis, vous êtes quoi ? Un tas de viande. Vous avez déjà fait cuire du boeuf, n'est-ce pas, vous avez vu les tendons, les vaisseaux sanguins et les tissus ? Eh bien, c'est ce que vous êtes. Et s'il y a en vous quelque chose à part les tripes, c'est de la concupiscence et de bas instincts, de la vermine boursoufflée d'aspirations, si bien que la spéculation pourra exploiter vos élans bestiaux jusqu'à la dernière goutte. Votre existence est une plaie ouverte sur cette terre. »
🖤 Ce roman est bouleversant, dur et touchant, mais il est essentiel car plus que jamais le devoir de mémoire est nécessaire, il faut transmettre mais encore faut-il trouver un réceptacle à cette voix qui ne doit jamais s'éteindre, et surtout il faut éviter de banaliser l'horreur qu'a été la Shoah en en faisant l'objet d'un vulgaire voyage d'histoire pour ados.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          82
Bouteyalamer
  30 juillet 2020
Thésard en histoire contemporaine, le narrateur accepte à contrecoeur un poste au mémorial Yad Vashem dédié aux victimes de la Shoah. Son rôle sera de faire visiter les lieux d'extermination à des étudiants et des militaires de Tsahal. Il se documente méticuleusement à l'écrit et va interroger des rescapés. Très vite, le « monstre de la mémoire » se dessine : « La majorité des rescapés était de santé fragile et ne pouvait supporter un tel périple. Une partie souffrait de troubles cognitifs et de perte de mémoire à divers degrés, d'autres, pour des raisons évidentes, craignaient de ne pas supporter le choc et ne voulaient pas retourner là-bas. Je soupçonnais aussi quelques-uns d'avoir été des kapos ou des collabos, ce dont ils s'étaient cachés leur vie durant, pourquoi ouvrir une plaie alors qu'ils avaient un pied dans la tombe ? » (p 26). Sur place les jeunes et les appelés — sains, positifs, supérieurs dans leur image au présent polonais et au passé des vaincus — ces israéliens bien vivants ne peuvent concevoir le rapport des forces des années noires : « Les effectifs qui veillaient au bon fonctionnement de l'extermination à Treblinka se chiffrent à trente Allemands (y compris ceux qui étaient en congé), 150 ukrainiens et 600 juifs, voilà ce que j'expliquais toujours à mes groupes — c'était le même ordre de grandeur dans tous les camps d'extermination — et j'attendais l'expression stupéfaite qui se peignait immanquablement sur leur visage » (p 54). Alors ces jeunes qui admirent secrètement l'efficacité allemande réagissent par le déni, ou le communautarisme (c'étaient des ashkénazes), ou la déviance (c'est ce qu'on devrait faire aux Arabes ou encore : mort aux gauchistes), et le narrateur doit les ramener aux questions fondamentales : qu'auriez-vous fait devant la peur paralysante, l'annihilation de la volonté, l'instinct de survie ? et les jeunes refusent le débat. La situation empire quand l'armée veut organiser un évènement : « Embarquer dans des hélicoptères une unité de Tsahal composé de soldats venus de différents corps d'armée, la faire atterrir sur zone et, une fois qu'elle aura conquis le site, commencer la cérémonie par le discours, puis viendront les chants et les programmes artistiques » (p 95). Une telle initiative a-t-elle existé ? le livre est court, d'une traite, sans découpe en chapitres, parfaitement écrit dans sa précision saisissante et sa nudité psychologique. Il laisse le lecteur dans un profond malaise.

+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
AlineMarieP
  02 mars 2020
Les historiens disent «travail de mémoire», les médias «devoir de mémoire», les faits et l'affect. Au milieu, il y a les réactions brutales, surpenantes de ceux qui se heurtent aux souvenirs...
C'est ce qui transparait dans «Le monstre de la mémoire». Une lettre qu'un jeune historien adresse au directeur de Yad Vashem (Institut international pour la mémoire de la Shoah) . Il y retrace son parcours de spécialiste des processus d'extermination nazis, de guide scolaire pours jeunes Israéliens et de père de famille désabusé. Il y retrace aussi ses doutes, ses interrogations sur notre époque lorsqu'il entend les violents commentaires d'adolescents toujours connectés, lorsqu'il voit la superficialité des officiels, lorsqu'il retrace pragmatiquement le pire de la nature humaine... Que faut-il transmettre? Comment faut-il transmettre? Qui est réellement légitime? Quelles leçons doit nous apprendre le passé? Quel futur la mémo construit-elle? de quoi aurions-nous été capables? de quoi serons-nous capables? Tant de questions bousculent le lecteur et font de ce roman un moment de lecture pas comme les autres. Roman d'autant plus spécial pour moi que c'est la première fois que je lis un auteur israélien et que je suis fortement impressionnée par le potentiel «politique» de ce texte.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70

Citations et extraits (19) Voir plus Ajouter une citation
jilipi2kjilipi2k   27 février 2021
Enveloppés du drapeau national, des kippas sur la tête, nos jeunes déambulaient entre les baraquements et s'emplissaient de haine, non pas envers les bourreaux, mais envers les victimes.
Commenter  J’apprécie          10
jilipi2kjilipi2k   27 février 2021
Cela m'a pris des années pour comprendre que la haine poussait dans les lieux de haine.
Commenter  J’apprécie          00
michfredmichfred   08 mars 2020
Debout face au groupe que j’accompagnais, je me tus soudain, sentis un remous affolé autour de moi, peu importe, les explications attendraient. Ras-le-bol du mythe, des idées brassées et de cette curiosité malsaine ! Je tendais à présent l’oreille pour saisir ce qu’ils disaient, eux. Occupe-toi du petit. Non, prends-le avec toi, tu es son père. Il a très soif. Quand est-ce qu’on nous donnera à boire ? Les enfants vont avec leur mère. On se retrouvera plus tard. Laisse-moi te toucher. Pour me souvenir. Où sont ma femme et mon fils ? Tiens-toi droit et ne pose pas de questions. Qui êtes-vous, là, vous tous ? Ça fait longtemps ? Quand est-ce qu’on donnera à boire à mon enfant ? Et à manger. Debout. Avance. Tais-toi.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          130
michfredmichfred   08 mars 2020
"La Shoah n’est pas l’œuvre des Polonais mais bien des Allemands, lui répondis-je. Les Polonais ont profité de l’occasion pour continuer les pogroms, un sport national qu’ils ont pratiqué tout au long de leur histoire, c’est inhérent à leur mode de vie. Ils haïssent les Juifs parce que les Juifs ont crucifié Jésus, que c’étaient ces mêmes Juifs, sachant lire et écrire, qui collectaient les impôts au nom de la noblesse. De plus, les femmes juives étaient propres parce qu’elles allaient au bain rituel une fois par semaine, à la différence des Polonaises. À l’auberge, le Juif leur servait du vin qui montait vite à la tête, se faisait payer mais ne buvait jamais avec eux, ne partageait avec eux ni la joie des pauvres gens, ni leurs deuils. Son visage restait éveillé alors qu’eux s’abrutissaient d’alcool et quand il avait un instant de libre, il plongeait le nez dans un livre couvert de mots ensorcelés, alors qu’eux étaient illettrés. C’est donc par jalousie et bêtise que de temps en temps, à quelques années d’intervalle, ils se permettaient une descente chez les youpins, débarquaient au milieu de la nuit, éventraient les édredons et cassaient les meubles, violaient les femmes et les filles, parfois coupaient les membres du mari les uns après les autres, jusqu’à ce que l’expression de suffisance s’efface de son visage, et après, ils allaient trinquer. Mais jamais ces imbéciles d’ivrognes n’ont envisagé d’assassiner tout le peuple, cela dépasse leur imagination et leur capacité d’action. Cette mission historique était destinée aux Allemands, eux en avaient l’envergure et la détermination, ils étaient malins, scientifiques et considéraient les Polonais comme des sous-hommes, un stade au-dessus du Juif qui, lui, n’était pas un homme du tout.”
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
michfredmichfred   08 mars 2020
“Un instant, m’arrêta le réalisateur, vous pouvez répéter ?” Il coinça sa cigarette entre ses lèvres et me filma, j’eus l’impression de jouer la comédie, mais me persuadai que c’était pour la bonne cause, pour la mémoire, n’était-ce pas la mission qui m’avait été confiée par Yad Vashem ? J’ai à nouveau cité la phrase, il a filmé et mes yeux se sont raccrochés à ses grandes mains, sa ceinture, ses bottes et à ses lèvres qui me disaient en anglais, “look into the camera” tandis qu’il envoyait Liza me mettre bien en place. Qu’est-ce que vous filmez ici, chez nous, s’élevèrent les voix sous la terre et pourquoi répètes-tu à cet Allemand les derniers mots d’un enfant assassiné ?
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30

Videos de Yishai Sarid (6) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Yishai Sarid
Entrevista con Yishai Sarid por su libro "El poeta de gaza"
autres livres classés : shoahVoir plus
Notre sélection Littérature étrangère Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Les livres et le sport

Cet auteur court et a dressé son autoportrait dans un livre à succès. Qui est-ce ?

Jean Echenoz
Haruki Murakami
Patrick Modiano
Guillaume Musso

10 questions
33 lecteurs ont répondu
Créer un quiz sur ce livre

.. ..