AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2070394824
Éditeur : Gallimard (22/02/1996)

Note moyenne : 4.18/5 (sur 51 notes)
Résumé :
- Il m'a empoisonnée ? - Eh oui, madame.
- Mais pourquoi ? pourquoi ? - Vous le gêniez, répond la vielle dame. Il a eu votre dot. Maintenant il lui faut celle de votre soeur. Eve joint les mains dans un geste d'impuissance et murmure, accablée : - Et Lucette est amoureuse de lui ! La vieille dame prend alors une mine de circonstance : - Toutes mes condoléances. Mais voulez-vous me donner une signature ? Machinalement, Eve se lève, se penche sur le registre et... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (8) Voir plus Ajouter une critique
aaahhh
  26 août 2012
Dans ce magnifique roman, Sartre parvient encore une fois avec finesse et beaucoup d'intelligence, à nous faire une leçon d'existentialisme tout en nous contant une histoire extrêmement belle et prenante! Chapeau Monsieur!
Sans conteste l'une de mes oeuvres sartriennes préférées, "Les jeux sont faits" met en scène Eve et Pierre, que tout séparait mais qui, trahis et assassinés le même jour par l'un des leurs, se retrouvent aux portes de la mort et se rendent compte qu'ils étaient peut-être fait l'un pour l'autre. Leur est alors laissée une chance de revivre, si ils arrivent à faire gagner leur amour contre tout, mais les choses ne sont pas si simples, car qui dit existence dit engagement, et quand les troupes défilent dans la rue au pas de l'oie et qu'une soeur est menacée de mort, peut-on vraiment attendre des hommes qu'ils ferment les yeux et continuent à s'aimer aveuglement sans rien voir autour?...
Très beau roman, agréable à lire, au style fort et touchant, "Les jeux sont faits" est une magnifique allégorie de la philosophie existentialiste. On y retrouve en effet tous les thèmes chers à l'auteur tels que la liberté, l'engagement, l'aliénation et la responsabilité...
Autant pour le plaisir de la découverte fictionnelle que pour les pistes de réflexions qu'il propose, je recommande chaudement "Les jeux sont faits" à tous les penseurs, rêveur, curieux, et autre lecteurs en tous genre...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          210
J-line
  23 février 2011
Des hommes armés, au pas cadencé.
Partout, l'Ordre et la terreur - l'ordre par la Terreur.
Mais il y a Pierre, qui ne veut -ne peut?- courber l'échine: car Pierre croit en la liberté... et en l'homme. Il veut changer le monde; sans compter que, la faim, la misère, la honte, il connaît - a déjà donné. Et désormais il lutte contre "les autres" (détenteurs de pouvoirs, gardiens du Temple des choses établies...).
Mais il y a Eve, une "autre" justement.
Autre monde, autres intérêts... Et autre souffrance, réelle tout autant (mauvais mari, mauvais mariage).
Ces deux-là ne devaient pas se rencontrer; ceux-là se sont trouvés: un grain de sable dans l'engrenage ('L'engrenage', autre pièce de l'auteur).
Ici, le grain de sable s'appelle Lucien, qui dénonce, qui trahit, qui a honte... Et pense supprimer cette honte, et le témoin de l'ignominie, en déscendant Pierre ... ... au moment précis où le conjoint de celle-ci la tue...
La suite est attendue: nos deux morts se retrouvent dans l'au-delà, se découvrent, s'aiment et en gagnent la Terre comme d'autres pourraient gagner le ciel. Car la vie leur est rendue pour qu'ils se consacrent à leur amour. Làs, nul n'échappe à lui-même: "Les jeux sont faits voyez-vous. On ne reprend pas son coup", LJSF, p.185.
Cette courte pièce, très accessible, très agréable à la lecture également, permet d'approcher sans souffrance ni connaissance particulière l'un des thèmes essentiels du philosophe: la liberté (celle du sens à constuire, à donner, à soutenir).
D'un point de vue philosophique, tout le paradoxe sartrien s'y retrouve: d'une condition humaine prise dans une suite de données indépassables "en faits" (la situation) mais qu'il s'agira de soutenir et réorienter en fonction d'un but librement choisi... L'orgueil sartrien donc, qui conduit à introduire cette notion de liberté absolue...
Ainsi, "est mort" celui qui n'agit plus.
"Est mort" celui qui est sans attaches ni contraintes ni buts (choisis, voulus, assumés).
Ou encore, celui qui est sans corps, sans émotions, sans rien.... : libre et cependant aliéné car perdu à lui-même - hors l'humain.
Reste donc à inventer la liberté: comme idéal, au sens platonicien (un modèle, mais un modèle agissant).
Pierre ne voulait pas mourir, ni Eve... :"L'essentiel, c'est d'avoir fait ce qu'on avait à faire"...
Tout est joué donc, sauf le sens du jeu. Ou, plus techniquement, il est des pathologies de la liberté à surmonter – que Sartre mettra en scène dans ses différentes pièces de théâtre, précisant que l'unique imposition de la conscience est celle de sa contingence, que l'unique fatalité de l'individu recouvre son absolue et incessible liberté.
Une liberté qui s'alimente, s'enivre et s'angoisse de sa puissance.
Une liberté qui quelquefois s'égare ou se démet : s'abandonnant à l'autre, s'aveuglant de contraintes ou de nécessités.
Ou rêvant d'aligner le monde et son action et sa morale sur son absolu (in 'Le diable et le bon dieu') mais se condamnant alors à son autre : soit l'impuissance d'une action suspendue, soit la violence d'une action assénée contre les autres hommes (en leur concrétude, singularité, sensibilité et liberté).
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
NANA29
  11 février 2018
Ce livre est une excellente introduction à Sartre. Moi qui avais quelques à priori sur l'homme de lettre, ce récit m'a donné envie d'approfondir ma connaissance de son oeuvre. Court, accessible et écrit dans un style très efficace, ce livre est non seulement prenant mais aussi très réflexif. Après l'avoir refermé, on continue de s'interroger sur l'histoire des personnages, mais aussi de façon plus générale sur la nature de l'homme.

L'intrigue de Sartre est essentiellement basée sur la notion de libre-arbitre. Aux portes de la mort, si l'homme se voit donner une seconde chance, s'il se voit confier les clés de son propre destin, quel choix fera-t-il?

Même si je ne partage pas du tout ce point de vue sur l'âme humaine, ce livre mérite que l'on s'y attarde pendant les deux petites heures que constituent sa lecture.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
Nebulas
  22 juin 2015
Un petit livre de Jean-Paul Sartre, qui a été écrit en 1942 comme scénario pour un film. Le film a été réalisé en 1947. Le livre présente une histoire peu compliquée avec un langage simple. Évidemment, des livres avec un langage simple sont toujours bien appréciés par moi, parce que je n'aurais pas tellement besoin de mes dictionnaires. Incidemment, on peut encore trouver le film ou lire « la vidéo » sur Internet.
Après leur mort, Pierre et Ève, deux personnes qui ne se connaissent pas du tout, reçoivent une seconde chance à vivre. Les morts chez Sartre, après avoir signé le registre pour conformer leur décès, retournent au monde de vivants comme spectres. Les morts peuvent aller où ils veulent, car « les morts sont libres ». (Question : le chat, couchant sur ce registre, est-il mort aussi ?). Donc, Pierre et Ève peuvent faire demi-tour et commencer une nouvelle vie, cette fois ensemble.
Il y a une seule condition. Pierre et Ève ne doivent pas simplement rester ensemble dans leur nouvelle vie, ils sont dans l'obligation de tomber amoureuses. Alors, quand Pierre et Ève retournent comme vivants, ils essaient de rester ensemble et, en effet, ils tombent amoureux. Malheureusement, après ce début qui donne de l'espoir, les problèmes commencent. Bien que Pierre veuille rester avec Ève, il veut aussi rejoindre ses camarades pour faire la révolution (le livre est conçu en 1942 !). Il doit choisir. Ève, à son tour, elle a l'intention de se venger de sa propre mort sur son époux, qui l'a empoisonnée, et protéger sa soeur.
Et alors, ils découvrent que les jeux sont faits. Les camarades ont perdu confidence en Pierre et ne veulent plus s'associer avec lui. La soeur d'Ève ne veut pas sa protection. Bref, malgré leurs bonnes intentions initiales, Pierre et Ève, ils se trouvent morts à nouveau.
Au début, j'avais l'espoir que cet ouvrage m'aiderait à mieux comprendre l'existentialisme. J'ai déjà lu quelques autres livres de Sartre (Le mur, La nausée). Hélas, ce petit livre n'a pas éclairci beaucoup plus. L'existentialisme reste un concept imprécis pour moi.
Quoi qu'il en soit, le livre m'a plu énormément, malgré, ou peut-être grâce à la simplicité de l'histoire. Je regardai le film ou lirai la vidéo plus tard. Cependant, pour vraiment comprendre l'existentialisme de Jean-Paul Sartre, j'ai besoin de lire plus, mais ça ne sera pas un châtiment.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Seraphita
  01 janvier 2011
Eve est une jeune femme qu'André a épousée pour sa dot. Elle meurt, empoisonnée par lui, sous les yeux horrifiés de Lucette, sa soeur. Pendant ce temps, Pierre, partisan de la liberté, fomente une insurrection contre le Régent et sa milice. Mais un traître stoppe tous ses projets en l'assassinant. Eve et Pierre se relèvent et leurs destins vont se croiser. Jusqu'à l'inexorable…
Cette lecture fut pour moi un vrai coup de coeur. Il y aurait tant à dire sur cette belle oeuvre, notamment sur un plan philosophique. Je m'en tiendrai à l'aspect littéraire et à mes ressentis.
Cette oeuvre est un scénario qui a été conçu en 1943 et publié pour la première fois en 1947. J'ai beaucoup apprécié ce genre : le style est dépouillé, sobre, efficace et va à l'essentiel. Les descriptions sont sommaires, les dialogues nombreux. On peut sans peine imaginer les scènes du film qui en a été tiré en 1947 (réalisé par Jean Delannoy, avec Micheline Presle et Marcel Pagliero). Les diverses scènes, titrées par le lieu où elles se déroulent, sont courtes, ce qui donne du souffle et un rythme intéressant à l'oeuvre.
J'ai notamment beaucoup aimé le début quand Sartre met en place l'intrigue : il sait prendre le temps de décrire la situation initiale des deux principaux protagonistes puis de montrer le croisement de ces deux destinées. Sartre a écrit une véritable partition réglée au millimètre près. Les événements s'enchaînent selon une progression savamment pensée jusqu'au final éblouissant de tragédie.
J'ai apprécié la noirceur de l'oeuvre qui dépeint l'après vie : Sartre a-t-il voulu décrire un enfer ? Je rapproche le thème de « Les jeux sont faits » d'une BD que je lis actuellement : « Purgatoire » de Chabouté où on donne l'occasion au héros décédé brutalement de racheter ses fautes passées en devenant la conscience éclairée des vivants. On pourrait aussi faire un lien avec le célèbre « Huis clos » de Sartre qui donne une vision désespérée de l'enfer.
Le titre de l'oeuvre délivre le message de l'auteur : « Les jeux sont faits » :
« - Et vous deux… Vous n'avez pas… ? fait le vieillard.
- Non, réplique Eve, non, nous n'avons pas… Les jeux sont faits, voyez-vous. On ne reprend pas son coup » (p. 162).
Même si on vous donne une deuxième chance, même si la vie peut vous sourire une deuxième fois, les jeux sont faits : on ne peut revenir en arrière, la mort vous rattrape fatalement, inexorablement.
Un beau livre qui nous fait réfléchir à l'amour, la mort, les illusions de la jeunesse, la liberté, la révolte. Un livre court, au style ciselé et sobre, qui se dévore d'une traite. Une histoire originale et une fin bouleversante.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Citations et extraits (4) Ajouter une citation
gillgill   01 février 2012
Posément, la vieille dame tourne les pages de son registre.
- ...Da, da, di, di, do, du...Dumaine, nous y voilà...né en 1912 ?
Pierre est maintenant stupéfait ; le chat profite de la situation pour lui grimper sur les épaules.
- En juin 1912, oui...
- Vous étiez contremaître à la fonderie d'Answer ?
- Oui
- Et vous avez été tué ce matin à 10H35 ?
Cette fois Pierre se penche en avant, les mains appuyées sur le rebord de la table, et fixe la vieille dame avec stupeur. Le chat saute de ses épaules sur le registre.
- Tué ? articule Pierre d'un air incrédule.
La vieille dame acquiesce aimablement. Alors Pierre se rejette brusquement en arrière et se met à rire.
- C'est donc çà...C'est donc çà...Je suis mort...
(extrait du chapitre "l'arrière-boutique")
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
NebulasNebulas   22 juin 2015
- Ça les ennuie d'être morts?
- Il y a des caractères chagrins...
- Moi, vous comprenez, explique Pierre, je ne laisse personne derrière moi, je suis bien tranquille.
Il se met à marcher dans la pièce avec animation et ajoute :
- Et puis, l'essentiel, c'est d'avoir fait ce qu'on avait à faire.
Commenter  J’apprécie          10
aaahhhaaahhh   26 août 2012
On rate toujours sa vie du moment qu'on meurt.
Commenter  J’apprécie          100
SeraphitaSeraphita   01 janvier 2011
- Et vous deux… Vous n’avez pas… ? fait le vieillard.
- Non, réplique Eve, non, nous n’avons pas… Les jeux sont faits, voyez-vous. On ne reprend pas son coup.
Commenter  J’apprécie          20
Videos de Jean-Paul Sartre (188) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Jean-Paul Sartre
Dans le cadre du banquet d?été 2019 intitulé « Transformer, transfigurer » qui s?est déroulé à Lagrasse du 2 au 9 août 2019.
Pour la criée consacrée aux éditions Verdier, le philosophe Gilles Hanus a présenté le livre "Pouvoir et liberté" de Jean-Paul Sartre et Benny Lévy paru en 2007.
autres livres classés : philosophieVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

L'oeuvre littéraire et théâtrale de Jean-Paul Sartre

Dans Huis Clos, l'enfer c'est...

Les oeufs
Les autres
La guerre
Les voisins

8 questions
292 lecteurs ont répondu
Thème : Jean-Paul SartreCréer un quiz sur ce livre