AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2070227235
Éditeur : Gallimard (09/07/1952)

Note moyenne : 4/5 (sur 8 notes)
Résumé :
Cet ouvrage dont la première édition date de 1952 constitue une magistrale introduction aux Œuvres complètes de Jean Genet. Voici comment Jean-Paul Sartre avait présenté ce livre en 1952 : «Montrer les limites de l'interprétation psychanalytique et de l'explication marxiste et que seule la liberté peut rendre compte d'une personne en sa totalité, faire voir cette liberté aux prises avec le destin d'abord écrasée par ses fatalités puis se retournant sur elles pour le... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (3) Ajouter une critique
Enroute
  24 juillet 2018
Anlyse de la sexualité (masculine, mais, en miroir, féminine aussi), illustration des thèses sartriennes de l'absolue liberté de l'individu, mise en exergue de la supériorité de l'existentialisme sur la psychanalyse, appel à la tolérance et dénonciation des méfaits du jugement au sein de la société humaine, tentative de réinsertion de l'homosexualité dans l'univers social, et, en passant, analyse littéraire : l'essai de Sartre sur Genet est tout cela à la fois.
On ne sait pas si tout est sincère et encore moins si tout est juste, mais le fait est que tout se tient. Si bien qu'on ne s'attache pas trop à dégager la vérité mais beaucoup plus le sens : et Sartre en donne beaucoup dans cet essai. Et s'il a le sens, encore !, de la formule c'est sans doute qu'il parvient facilement à donner du sens à son sujet qui n'est que l'universel. On peut le soupçonner de subversion et d'utilisation d'une oeuvre pour y greffer ses opinions, il n'empêche qu'il le fait avec sens et qu'on ne peut l'accuser de supercherie : on se comprend soi-même, on comprend les autres, on le comprend, on comprend le monde et l'existence en le lisant. C'est comme un roman, qui, peut-être contiendrait une part de vérité : comme tout roman donc. Peu importe où elle se trouve cette part de vérité potentielle, l'être humain, par sa liberté, pouvant se définir lui-même et le monde, la vérité est toujours du côté du sens : on découvre, on se découvre, on le découvre en le lisant et l'on se dit que cela vaudrait le coup de lire Genet...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
david19721976
  03 octobre 2018
Il y a des trucages patients...ou l'apparence se révèle en même temps comme un pur néant, et la perte de ses illusions. Elles s'écroulent comme un château de cartes, un instant mensonger, comme un mirage dans le désert, on n'y voit plus qu'un amas de pierres. Ce haut prix de l'apparence vient aux yeux de Genet d'un mal dont il souffre, celui qui le ronge. C'est l'as de pique, il ressent dans sa main une étrange et brutale déception.
Commenter  J’apprécie          00
capscail
  31 octobre 2015
Sarte à trouvé les mot justes, comme une danse sublime avec ceux de Jean Genet
Commenter  J’apprécie          30
Citations et extraits (40) Voir plus Ajouter une citation
EnrouteEnroute   24 juillet 2018
Montrer les limites de l'interprétation psychanalytique et de l'explication marxiste et que seule la liberté peut rendre compte d'une personne en sa totalité faire voir cette liberté aux prises avec le destin, d'abord écrasée par ses fatalités puis se retournant sur elles pour les digérer peu à peu, prouver que le génie n'est pas un don mais l'issue qu'on invente dans les cas désespérés, retrouver le choix qu'un écrivain fait de lui-même, de sa vie et du sens de l'univers jusqu'e dans les caractères formels de son style et de sa composition, jusque dans la structure de ses images, et dans la particularité de ses goûts, retracer en détail l'histoire d'une libération : voilà ce que j'ai voulu; le lecteur dira si j'ai réussi.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
EnrouteEnroute   24 juillet 2018
...s'il est encore temps, par un dernier effort, de réconcilier l'objet et le sujet, il faut, ne fût-ce qu'une fois et dans l'imaginaire, réaliser cette solitude latente qui ronge nos actes, nos pensées; nous passons notre temps à fuir l'objectif dans le subjectif et le subjectif dans l'objectivité : ce jeu de cache-cache ne prendra fin qu'au jour où nous aurons le courage d'aller jusqu'au bout de nous-même dans les deux directions à la fois. Aujourd'hui il s'agit de faire apparaître le sujet, le coupable, cette monstrueuse et misérable que nous risquons à tout moment de devenir ; Genet nous tend le miroir : il faut nous y regarder.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
EnrouteEnroute   24 juillet 2018
vous êtes avec tous, vous écrivez pour tous, vous prenez Dieu à témoin ou l'espèce humaine, ou l'histoire, ou vos voisins de palier, vous êtes l'instrument docile d'une famille, d'un milieu, d'une profession, d'un parti, d'une Eglise, vous recevez vos pensées du dehors par les journaux, la radio, les conférences et les discours pour les redistribuer aussitôt, vous ne restez pas un moment sans parler, sans écouter et jamais vous ne dites ni n'entendez que ce que n'importe qui eût dit ou entendu à votre place, vous subissez du réveil à la nuit la tyrannie de la face humaine, vous n'avez pas de secrets, pas de mystère ni ne voulez en avoir - et pourtant d'une certaine manière vous êtes seuls.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
EnrouteEnroute   24 juillet 2018
On est seul quand on a tort et raison à la fois : quand on se donne raison comme sujet - parce qu’on est conscience et qu’on vit et qu’on ne peut ni ne veut renier ce qu’on a voulu -, et qu’on se donne tort comme objet parce qu’on ne peut refuser la condamnation objective portée par la Société entière.[…] Vous serez seul si vous connaissez que vous n'êtes plus, aux yeux de tous, qu’un objet coupable, tandis que votre conscience, en dépit d’elle-même, ne cesse de s’approuver; vous serez seul si la Société vous annule et que vous ne pouvez pas vous anéantir : "l’impossible nullité" de Genet, c’est la solitude.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
EnrouteEnroute   24 juillet 2018
Genet, c'est nous; voilà pourquoi nous devons le lire. Bien sûr il veut nous imputer des fautes que nous n'avons pas commises, pas même rêvé de commettre. Mais qu'importe ? Attendez un peu qu'on vous accuse : les techniques sont au point, vous ferez des aveux complets. Donc, vous serez coupables.
Commenter  J’apprécie          20
Videos de Jean-Paul Sartre (188) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Jean-Paul Sartre
Dans le cadre du banquet d?été 2019 intitulé « Transformer, transfigurer » qui s?est déroulé à Lagrasse du 2 au 9 août 2019.
Pour la criée consacrée aux éditions Verdier, le philosophe Gilles Hanus a présenté le livre "Pouvoir et liberté" de Jean-Paul Sartre et Benny Lévy paru en 2007.
autres livres classés : criminalitéVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

L'oeuvre littéraire et théâtrale de Jean-Paul Sartre

Dans Huis Clos, l'enfer c'est...

Les oeufs
Les autres
La guerre
Les voisins

8 questions
292 lecteurs ont répondu
Thème : Jean-Paul SartreCréer un quiz sur ce livre