AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet
Persepolis tome 2 sur 5
EAN : 9782844140791
88 pages
L'Association (10/10/2001)
4.51/5   410 notes
Résumé :
1982 : il pleut des bombes irakiennes à Téhéran et Marjane a douze ans. A peu près l'âge des gamins, ceux de la femme de ménage s'entend, qui seront envoyés sur les champs de bataille munis d'une clé en plastique censée leur ouvrir les portes du paradis. Après avoir fait connaissance avec la révolution et ses corollaires terrifiants, Marjane découvre la guerre à sa fenêtre et apprend à faire la différence entre un Mig et un F14. C'est la guerre. Alors, comme dans to... >Voir plus
Que lire après Persepolis, tome 2Voir plus
L'Ascension du haut mal, tome 1 par David B.

L'Ascension du haut mal

David B.

4.31★ (1143)

6 tomes

Ibicus - Intégrale par Rabaté

Ibicus

Pascal Rabaté

4.21★ (576)

5 tomes

L'enfance d'Alan par Guibert

La guerre d'Alan

Emmanuel Guibert

4.14★ (1005)

4 tomes

Lupus - l'Intégrale par Peeters

Lupus

Frederik Peeters

4.16★ (839)

5 tomes

Critiques, Analyses et Avis (20) Voir plus Ajouter une critique
4,51

sur 410 notes
5
15 avis
4
4 avis
3
1 avis
2
0 avis
1
0 avis
Du chiffon rouge au vert de rage…(1)

Persepolis, de Marjane Satrapi auteur franco-iranienne, est une bande-dessinée en noir et blanc racontant l'enfance de cette femme en Iran dans les années 80. Dans le premier album, après avoir chassé le Shah du pouvoir en Iran lors de la révolution islamique, la famille Satrapi n'a cessé d'agiter le chiffon rouge devant cette radicalisation religieuse forcée.

Dans le tome deux, l'Iran étant affaibli, l'Iraq en profite pour attaquer son voisin et entre en guerre en septembre 80.

Après la fermeture des universités et le changement vestimentaire obligatoire, un deuxième drame s'abat sur la population iranienne : les bombes iraquiennes.

Le nouveau pouvoir en place va chercher dans cette guerre à ressouder l'esprit nationaliste iranien disloqué après les lendemains douloureux de la révolution. Afin de s'attaquer à Saddam Hussain, les pilotes enfermés en prison par les islamistes ressortent comme des héros pour bombarder Bagdad. En échange, l'Hymne iranien jusqu'alors formellement interdit est diffusé de nouveau à la radio.

L'Iraq étant mieux armé, l'Iran joue sa seule carte maitresse, le nombre d'hommes mobilisables. En effet, les enfants des familles pauvres sont envoyés au front pour être massacrés. Heureusement pour eux, ils emportaient autour du cou une petite clé dorée qui leur permettrait d'atteindre, le cas échéant, le paradis…

Afin d'éviter tout exode de population, le gouvernement a interdit à tout iranien de quitter le pays entre 80 et 83. Par la suite, malgré l'assouplissement de la mesure, les garçons de plus de treize ne pouvaient toujours pas quitter l'Iran.

Conjuguant la guerre extérieure avec l'Iraq et une répression intérieure religieuse, Marjane Satrapi nous fait vivre de l'intérieur cette période terrible de l'Iran, alliant un humour savoureux à une émotion palpable. Les dessins sont très évocateurs et éclairent à merveille les effets dévastateurs d'un pays doublement en guerre.

Je finirai par cette anecdote cruelle concernant cet ancien laveur de carreau promu directeur d'hôpital par la grâce de la révolution. Pourtant sans aucune compétence, lui seul peut décider du sort de l'oncle de Marjarne gravement malade et nécessitant une opération urgente. « Si Dieu le veut bien » comme le dit si bien ce directeur barbu et fanatique!

Je ne peux que vous inciter à vous plonger dans Persépolis, réussite graphique et historique, mettant en avant cette fillette verte de rage contre cet état meurtrier. Magnifique !


(1) le premier album de Persépolis était rouge, le second étant vert pour des raisons que j'ignore encore.
Commenter  J’apprécie          471
Dans ce deuxième tome, Marji est une pré-ado et a l'esprit de révolte qui va avec. Cette fois-ci, elle a "troqué" Dieu contre des sentiments nationalistes face à l'attaque des troupes de Saddam Hussein qui abattent leurs bombes sur l'Iran.

En plus de ce conflit, ce tome décrit avec la même précision "humoristico-tragique" l'installation progressive de l'extrémisme dans la vie quotidienne : le sacro saint le voile pour les femmes et la barbe pour les hommes, mais aussi les dénonciations des voisins, la police de la moralité qui arpente les rues à la recherche d'âmes égarées par les valeurs occidentales, mais aussi l'ascenseur social plus que douteux qui permet à des gens complètement incompétents d'accéder à de hautes responsabilités (merci la barbe et la brosse à reluire bien placée !).
Pour épargner à Marji ce quotidien peu enviable, ses parents décident de l'envoyer en Autriche, dans un lycée français de Vienne. Et c'est là qu'arrive la scène que j'avais beaucoup aimé dans l'adaptation cinématographique : la dernière nuit avec la grand-mèrequi mettait des fleurs de jasmin dans son soutien-gorge. Et surtout, qui lui livre une leçon de sagesse sur "les cons". Il s'en dégage la même intensité d'émotion dans le roman graphique.

Alors que la thématique premier tome était très centrée sur L Histoire, celui-ci s'attache aux émotions et à la solidarité.

Vite vite la suite !!!
Commenter  J’apprécie          330
Ce deuxième tome de la vie de Marji nous raconte le début de son adolescence, en temps de guerre (l'Irak a déclaré la guerre à l'Iran). le régime des mollahs se durcit, la police des meurs veille et des incompétents obtiennent des postes à responsabilité. Marji, adolescence oblige, ne s'est pas assagie, elle ne mâche pas ses mots et ses parents qui la soutiennent décident de l'envoyer poursuivre sa scolarité au lycée français de Vienne. Dans ce tome la réflexion de Marji s'affine et le quotidien dans un pays totalitaire en guerre est bien montré. Chaque chapitre montre un petit moment clé qui illustre aussi bien l'évolution de Marji que la situation dans le pays. A la fin de ce tome nous sommes en 1984, la guerre dure depuis 4 ans (et elle durera encore autant). le dessin est toujours aussi bien adapté au récit, avec une grande économie de moyens. C'est très noir mais l'humour et de beaux moments d'émotion (la dernière nuit de Marji auprès de sa grand-mère est mémorable) équilibrent à merveille le tout.
Commenter  J’apprécie          330
Après le premier tome de Persepolis où, à travers les yeux de la petite Marji, on suit la chute du Chah d'Iran et l'arrivée au pouvoir des islamistes, le deuxième tome nous éclaire sur la guerre Iran-Irak et ce qui l'a provoquée. Et comme le tome précédent, ce deuxième opus est passionnant.

Marji a grandi, elle n'a pas sa langue dans sa poche et elle s'agace et se rebelle beaucoup : contre les professeures de religion, contre les islamistes, contre ses parents qui sont soit trop optimistes soit trop pessimistes, etc. En fait, elle veut vivre son adolescence sans avoir à se soucier des bombes qui peuvent tomber ou des coups de fouet qu'on risque de lui donner si son voile ne couvre pas suffisamment ses cheveux. Malheureusement, la situation est ce qu'elle est et Marji se trouve à plusieurs reprises face à des injustices ou à de véritables tragédies. Et son caractère bien trempé suscite la peur de ses parents : rester en Iran devient dangereux pour elle.

Le récit de Marji est vraiment très intéressant. On plonge dans l'Iran des années 1980 avec l'arrivée au pouvoir du régime islamique et son lot d'absurdités : les garçons et les filles sont notamment séparés et ces dernières doivent désormais porter le voile. Et cette question de voile est prédominante : il y a le voile intégral que portent les « intégristes » et celui que portent les femmes modernes. Quant aux hommes, ils ne sont pas en reste : Marji explique qu'il y a ceux qui portent la barbe et la chemise sur le pantalon (les intégristes) et ceux, rasés, qui portent la chemise dans le pantalon (les progressistes). Parallèlement à ces nouvelles obligations, les prisonniers politiques et les morts et blessés de guerre se multiplient. de plus, le rejet de l'Occident entraîne la censure de tout ce qui vient de l'Ouest et le marché noir se développe. C'est là que Marji ira acheter sa cassette de Kim Wilde entre les mains d'un vendeur qui prononce « Estivie Vonder » et « Jickael Mackson ».

Le film Persepolis est déjà très bon à mon goût mais il y manque de nombreux éléments et détails qui se trouvent dans les livres. J'ai vu le long métrage plusieurs fois mais j'ai appris énormément de choses en lisant ce deuxième tome. Et j'aime toujours autant le ton parfois ironique de Marjane Satrapi, ainsi que la sobriété des dessins qui portent pourtant un message très fort. Persepolis est vraiment une très belle oeuvre, à la fois historique et autobiographique.
Commenter  J’apprécie          161
Les meilleures leçons d'histoire sont celles que donnent ceux qui l'ont vécue. Marjane Satrapi nous conte celle de la révolution iranienne dans laquelle tant de monde avait fondé tant d'espoirs…. Marjane était enfant mais La compréhension qu'elle en avait est très édifiante . On vit avec elle les changements radicaux qui s'opèrent dans son pays, la propagande, les restrictions des libertés, la guerre contre l'Irak, un gâchis qui ferait regretter à n'importe quelle personne censée le régime du chah pourtant autoritaire et corrompu. On vit l'angoisse de sa famille et on se réjouit que ses parents décident de l'envoyer poursuivre ses études au lycée français de Vienne. Ce deuxième tome est à la hauteur du premier et j'ai hâte de découvrir la suite.
Commenter  J’apprécie          210

Citations et extraits (21) Voir plus Ajouter une citation
Pour protéger les femmes de tous les violeurs potentiels, le port du voile fut décrété obligatoire.

[Propagande à la TV] - Les cheveux des femmes contiennent des rayons qui excitent les hommes. Les femmes doivent les cacher !

[Le père de Marjane] - Fantastique ! Ils prennent tous les mecs pour des obsédés sexuels !!

[La mère de Marjane] - Bien sûr. Ils le sont, eux !
Commenter  J’apprécie          480
Dans la vie tu rencontreras beaucoup de cons. S'ils te blessent, dis-toi que c'est la bêtise qui les pousse à te faire du mal. ça t'évitera de répondre à leur méchanceté. Car il n'y a rien de pire au monde que l'amertume et la vengeance...
Reste toujours digne et intègre à toi-même.
Commenter  J’apprécie          170
La professeure :
- Depuis que la République islamique a été instaurée, nous n’avons plus de prisonniers politiques.
Marjane :
- Madame ! Mon oncle a été emprisonné sous le régime du Chah, par contre c’est le régime islamique qui a ordonné son exécution ! Vous prétendez qu’on n’a plus de prisonniers politiques. Or de trois mille détenus sous le Chah on est passé à trois cent mille avec votre régime. Comment osez-vous nous mentir comme ça ?
[Applaudissements dans la classe]
La professeure :
- Oh, Satrapi !
Commenter  J’apprécie          80
"Le système éducatif ainsi que les propos des livres scolaires et universitaires sont décadents. Il faut revoir tout cela pour que nos jeunes ne s'éloignent pas du chemin de l'Islam. C'est pourquoi nous fermerons toutes les universités pour une durée limitée. Mieux vaut ne pas avoir d'étudiants du tout, que d'éduquer de futurs impérialistes."
Les universités furent donc fermées pendant deux ans.
Commenter  J’apprécie          60
- Il suffit que les magasins soient vides un seul jour et vous vous mangeriez entre vous, et ça s'appelle des gens civilisés ! Si chacun prenait selon ses besoins, il y en aurait pour tout le monde !
Et à la sortie du supermarché...
- Combien de boîtes de riz on a pris ?
- Ben, deux !
- Hum... On ira dans le magasin à côté en reprendre. On ne sait jamais !
- ?
Commenter  J’apprécie          50

Videos de Marjane Satrapi (34) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Marjane Satrapi
https://www.laprocure.com/product/1395404/femme-vie-liberte
Femme, vie, liberté Marjane Satrapi, Farid Vahid, Jean-Pierre Perrin, Abbas Milani et al. Éditions l'Iconoclaste
« À l'heure où nous célébrons le premier anniversaire de la Révolution des femmes en Iran, il y a un an, en septembre dernier, voici que la maison de l'Iconoclaste publie sa première bande dessinée qui s'appelle Femme, vie, liberté. C'est une bande dessinée qui est un immense coup de coeur et on peut dire que pour L'Iconoclaste, dont c'est la première bande dessinée, c'est vraiment un coup de maître. [...] C'est une bande dessinée qui a été réalisée sous la direction de Marjane Satrapi, cette auteure iranienne... » Caroline Tison, libraire à La Procure de Paris
+ Lire la suite
Dans la catégorie : 1906--->Voir plus
>Histoire de l 'Asie>Histoire de l'Iran>1906---> (9)
autres livres classés : iranVoir plus
Les plus populaires : Bande dessinée Voir plus


Lecteurs (792) Voir plus



Quiz Voir plus

Quiz autour du livre "Persepolis"

Dans quelle ville se déroule l'histoire ?

Ispahan
Téhéran
Karaj

10 questions
225 lecteurs ont répondu
Thème : Persepolis, tome 1 de Marjane SatrapiCréer un quiz sur ce livre

{* *}