AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9782844141378
104 pages
Éditeur : L'Association (11/08/2003)
4.5/5   265 notes
Résumé :
De retour d’Autriche, Marjane retrouve l’Iran, son pays. La guerre avec l’Irak est terminée mais l’ambiance des rues de Teheran n’évoque pas pour autant la joie de vivre. Marjane découvre un Iran toujours aux prises avec le fanatisme religieux où les libertés individuelles sont bafouées en permanence. Ceci n’empêche pas cette jeunne femme moderne vouloir vivre intensément chaque instant de sa vie.
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura
Critiques, Analyses et Avis (13) Voir plus Ajouter une critique
4,5

sur 265 notes
5
11 avis
4
1 avis
3
1 avis
2
0 avis
1
0 avis

Under_the_Moon
  25 avril 2014
Ca y'est la série Persépolis s'achève, et pour cela, Marjane retourne en Iran auprès de sa famille comme on irait vers un Paradis Perdu. Sauf que, … l'idéalisation qu'elle s'était faite de la vie en Iran s'estompe assez vite.
Ce tome 4, c'est le tome du désenchantement. Ou plutôt d'une série de désenchantement. Tout d'abord parce que le retour en Iran ne fait pas disparaître les échecs et la honte que Marjane associe à son passé en Autriche. Puis avec son mariage avec Réza. Les derniers rêves de midinettes s'envolent avec cette alliance ratée, qui ne fait qu'ajouter un nouvel échec à son "conte de fées" rêvé.
"Docilement", Marji remet le voile, se plie à la séparation hommes-femmes à l'université, se rappelle qu'en tant que femme -même voilée- elle est toujours un objet potentiel d'excitation pour barbus libidineux. Heureusement, il y a les fêtes clandestines. Mais là aussi, un soir, ça tourne au drame, et cette soupape de sécurité disparaît.
Pire encore ! Alors qu'elle ne s'y attendait pas, ses amies lui renvoie une image de femme qui s'est occidentalisée, alors qu'en Europe, elle était une Iranienne "coincée". Décidément, pas facile de rentrer dans une case lorsqu'on veut définir son existence et sa personne par des "étiquettes".
Avec ce tome, Marjane devient une adulte, qui se fait ses opinions en allant au-delà de ses visions "fantasmées" du réel.
Une fois la lecture de ces 4 tomes achevée, on peut considérer que Persépolis est bien plus qu'un récit d'enfance et une bande dessinée humoristique qui met en scène l'histoire de l'Iran de façon très pédagogique. En fait ce n'est ni plus ni moins qu'un "roman" d'apprentissage moderne avec une thématique très actuelle qui occupe beaucoup le 21ème siècle : la double culture et la difficulté de s'identifier comme un individu "simple" appartenant à une seule partie, à une seule culture, alors que les technologies modernes ont faciliter les mouvements des individus (en avant ou non) et remettent en question cette identité lisse et unique.
Une lecture intéressante et enrichissante, avec plusieurs bons moments et un personnage extra : la grand-mère ! S'il y avait un argument à donner pour lire Persépolis, c'est pour ce personnage, avec sa sagesse et son franc parler décapent !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          290
Caro29
  03 août 2020
« Tant pis pour mes libertés individuelles et sociales, j'avais tellement besoin de rentrer chez moi », déclarait Marji à la fin du troisième tome de Persepolis, alors qu'elle décidait de quitter l'Autriche où elle était en exil depuis quatre ans. Ainsi, à l'âge de 18 ans, elle faisait également l'expérience du retour au pays natal. C'est ce qu'elle raconte dans ce quatrième et dernier tome de sa bande dessinée autobiographique.
« Tant pis pour [ses] libertés individuelles et sociales ». Oui, Marji les sacrifie pour revoir les siens. Car le régime islamique d'Iran est très répressif, surtout envers les femmes. Les tenues, le maquillage, le voile, tout doit être « décent » et conforme à la « morale ». Dans ce dernier opus, Marjane Satrapi fait donc référence aux difficultés liées à la réadaptation mais aussi à la détresse qu'elle a pu ressentir face à tous ses proches qui ont vécu la guerre tandis qu'elle était à Vienne, loin de la peur des bombes et de la vision des martyrs. Elle se raconte aussi, Iranienne en Autriche mais vue comme une Occidentale à son retour dans son propre pays, ce qui contribue à renforcer d'autant plus l'incompréhension, d'un côté comme de l'autre. Et comme dans les deux premiers tomes, Marjane Satrapi raconte l'histoire de son pays à travers sa propre histoire et elle le fait avec beaucoup de lucidité et d'humour. Elle manie même l'autodérision à merveille ! Elle nous fait part de ses erreurs, de ses déconvenues et de ses réussites envers et contre tout, tout en évoquant la vie quotidienne des Iraniens après la guerre Iran-Irak. Son témoignage est édifiant, certaines anecdotes sont terribles, d'autres truculentes comme le jour où elle a été arrêtée et a passé une journée entière au Comité (le commissariat des gardiens de la Révolution) parce qu'elle portait des chaussettes rouges. Ces anecdotes peuvent nous sembler folles mais elles sont le fruit de mesures absurdes et dictatoriales qui ne font sourciller que ceux qui n'en ont pas fait l'expérience. Mais tous les Iraniens n'acceptent pas passivement cette situation et nombreux sont les épisodes de rébellion que Marjane Satrapi rapporte également.
A la lecture de cette bande dessinée, j'ai sourcillé plus d'une fois, bien sûr, parce que je n'ai jamais été arrêtée pour port de chaussettes rouges et parce que les obsessions religieuses du régime islamique m'ont semblé grotesques et révoltantes. Mais j'ai trouvé ce quatrième tome excellent (comme les trois précédents), parfois drôle, souvent touchant, toujours digne d'intérêt. Certaines images sont très fortes et en disent long, surtout celles où il n'y a pas un mot. Elles parlent d'elles-mêmes. Quant aux dialogues, ils sont très riches. le témoignage de Marjane Satrapi est captivant.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          193
LunaZione
  24 septembre 2013
Ce quatrième tome est celui que j'ai préféré et de loin. Je l'ai trouvé plus complexe que les autres, d'autant plus qu'on retrouve un peu de tous les tomes dans celui-ci, pas tant par son histoire mais surtout par Marjane : avec ses différentes "vies", elle a énormément changé et elle est un peu en décalage avec tout le monde... On sent qu'elle est bien chez elle, mais, comme ses parents, l'on sent que ce n'est pas sa place.
A la fin du troisième tome, j'étais très curieuse de découvrir comme Marjane après 4 ans en Europe arriverait à se réadapter à la vie stricte de l'Iran. C'est surtout le décalage avec ses copines d'enfance qui m'a choquée ou plutôt leur manque d'ouverture malgré le fait qu'elles essaient de nous faire penser totalement le contraire. Bien sur, c'est normal et tout et tout... Mais, en les voyant maquillée à se raconter des histoires de garçons, je les pensais finalement très "occidentalisées". Enfin, jusqu'au moment où la réalité m'a rattrapée ;)
J'ai beaucoup aimé découvrir Marjane à mon âge : on est vraiment très différente l'une de l'autre et pourtant je comprends totalement les choix qu'elle fait tout en sachant très bien qu'à sa place, je ne les aurais surement pas fait. C'est assez étrange comme impression ! Mais bon, j'imagine que ça, c'est parce que Marjane Satrapi a très bien fait son boulot d'auteur et a su vraiment insuffler une personnalité et une crédibilité à ses personnages.
Et puis les parents et la grand-mère de Marjane sont vraiment adorables.
Je suis vraiment ravie par cette conclusion de Persepolis. La fin n'était pas vraiment difficile à deviner, mais c'est de loin la meilleure, d'autant plus que j'ai trouvé l'émotion très palpable dans la dernière page. Et ce, malgré les dessins que je n'ai pas encore réussi à apprécier (c'est vraiment trop "graphique" pour moi !) ;)
Persepolis est vraiment une série à découvrir.
Lien : http://lunazione.over-blog.c..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          230
Peteplume
  26 août 2020
Avec ce quatrième tome, Marjane Satrapi conclut son autobiographie par son entrée dans l'âge adulte. Cet épisode conte comment elle a dû revenir en Iran, se plier à toutes les contraintes indignes qui sont imposées aux femmes, se marier même pour s'apercevoir que ni sa vie dans son pays ni même son mariage (conclu pourtant de plein gré) ne correspondaient à sa personnalité profonde. On aimerait une suite: la suivre dans sa deuxième aventure européenne. Celle-ci est sans doute plus banale pour mériter un cinquième tome et il lui faut sans doute garder une part d'intimité…
Cette autobiographie n'est pas sans me rappeler celle de Riad Sattouf: même intelligence et pourtant même difficulté à trouver sa place lorsqu'on a un pied dans deux cultures radicalement différentes; même médium pour nous en faire part; même moyen narratif; même économie dans le dessin…. Deux chefs-d'oeuvre de roman graphique que je ne regrette pas d'avoir lu et que je recommande sans réserve.
Commenter  J’apprécie          200
deuxmotspassant
  01 novembre 2020
Après avoir passé quatre ans à Vienne, Marjane revient au pays et est de suite frappée par l'atmosphère répressive qui règne à Téhéran. Les ordres donnés par les représentants de la loi sont ponctués par des « frère » et « soeur » à tout va. Nous sommes en 1987. La jeune fille retrouve sa chambre, ses amis. Tout a changé, elle est déstabilisée, a perdu ses repères et sombre dans la dépression jusqu'au jour où elle décide de remonter la pente. Elle devient professeur d'aérobic et rencontre celui qui deviendra son époux. En 1989, elle se lance dans des études d'art graphique difficiles à suivre. La liberté d'expression est réprimée et les islamistes au pouvoir surveillent de près les jeunes gens jusque chez eux et les empêchent de « vivre », de s'amuser, de faire la fête. En 1991, Marjane se marie avec Reza afin de vivre sa liaison dans la légalité. Cette même année, l'Irak attaque le Koweit.Trois années de mariage se concluent par un divorce et Marjane quitte l'Iran pour s'installer en France.
Un avenir prometteur lui tend les bras, l'opportunité de s'exprimer en toute liberté dans l'art graphique. L'Europe lui offre ce que l'Iran l'empêche de vivre, l'épanouissement.J
'ai adoré ces recueils de bande dessinée retraçant une partie de l'histoire de L'Iran. La souffrance des habitants de ce pays en guerre ainsi que la condition des femmes laissent songeur.Très instructif.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          170

Citations et extraits (19) Voir plus Ajouter une citation
Caro29Caro29   03 août 2020
Le régime avait compris qu’une personne qui sortait de chez elle en se demandant :

Est-ce que mon pantalon est assez long ?
Est-ce que mon foulard est à sa place ?
Est-ce que mon maquillage se voit ?
Est-ce qu’ils vont me fouetter ?

Ne se demandait plus :

Où est ma liberté de pensée ?
Où est ma liberté de parole ?
Ma vie est-elle vivable ?
Que se passe-t-il dans les prisons politiques ?

Normal ! Quand on a peur, on perd la notion d’analyse et de réflexion. Notre effroi nous paralyse. D’ailleurs, la peur a toujours été le moteur de répression de toutes les dictatures. Montrer ses cheveux ou se maquiller devinrent logiquement des actes de rébellion.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          80
Under_the_MoonUnder_the_Moon   22 avril 2014
Je ne lui dis pas tout ce que j'aurais pu : qu'elle était frustrée car elle était encore vierge à vingt-sept ans ! Qu'elle m'interdisait ce qui lui était interdit ! Que se marier avec quelqu'un qu'on ne connaît pas, pour son argent était de la prostitution. Que malgré ses mèches et son rouge à lèvres, elle agissait comme l'Etat.
Commenter  J’apprécie          60
OzaOza   30 mars 2014
- Madame, pourquoi vous couriez ?
- Je suis très en retard ! Je courrais pour avoir mon bus.
- Oui... Mais... Quand vous courez, votre derrière fait des mouvements... Comment dire... Impudiques !
- EH BIEN VOUS N'AVEZ QU'A PAS REGARDER MON CUL !
Commenter  J’apprécie          80
Caro29Caro29   01 août 2020
Il n’y avait pas que le voile auquel je devais me réhabituer, il y avait aussi tout le décorum : la présentation de martyrs par des fresques murales de vingt mètres de haut ornées de slogans les honorant, comme « Le martyr est le cœur de l’histoire » ou « J’espérais être un martyr moi-même » ou encore « Le martyr est vivant à jamais ».
Surtout après quatre ans passés en Autriche où on voyait plutôt sur les murs « Meilleures saucisses à vingt schillings », le chemin vers la réadaptation me paraissait très long.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
Under_the_MoonUnder_the_Moon   22 avril 2014
On apprécie beaucoup mieux la neige quand on la regarde de la fenêtre d'une chambre bien chauffée.
Commenter  J’apprécie          190

Videos de Marjane Satrapi (28) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Marjane Satrapi
Marjane Satrapi : film "Poulet aux prunes" - Entrée libre
Dans la catégorie : 1906--->Voir plus
>Histoire de l 'Asie>Histoire de l'Iran>1906---> (9)
autres livres classés : iranVoir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura





Quiz Voir plus

Quiz autour du livre "Persepolis"

Dans quelle ville se déroule l'histoire ?

Ispahan
Téhéran
Karaj

10 questions
177 lecteurs ont répondu
Thème : Persépolis, tome 1 de Marjane SatrapiCréer un quiz sur ce livre