AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontres
Le Jeune Acteur tome 1 sur 1
EAN : 9782957813100
140 pages
Les livres du futur (04/11/2021)
4.31/5   702 notes
Résumé :
L’histoire vraie d’un adolescent anonyme devenu l’un des acteurs les plus talentueux de sa génération !
En 2008, Riad Sattouf réalise son premier film, 'Les Beaux Gosses'. Il choisit comme premier rôle le jeune Vincent Lacoste, timide et complexé, qui n’avait jamais imaginé être acteur. Le collégien de 14 ans se retrouve alors propulsé dans le monde secret, fascinant et parfois flippant du cinéma !
Critiques, Analyses et Avis (70) Voir plus Ajouter une critique
4,31

sur 702 notes
5
36 avis
4
24 avis
3
7 avis
2
1 avis
1
0 avis

Ziliz
  20 décembre 2021
Riad Sattouf dessine depuis... toujours.
Ses premières planches BD sont publiées au début des années 2000.
Fan de ciné, il se lance en 2009 dans la réalisation avec le long métrage 'Les Beaux Gosses'. Il choisit Vincent Lacoste, alors inconnu, pour incarner son anti-héros, Hervé, ado de quinze ans boutonneux, bêta & puceau - comme on l'était au même âge, pour la plupart.
Dans ce premier opus de 'Le jeune acteur', il raconte cette expérience de son point de vue et à travers le témoignage du jeune homme.
.
Cet album m'a intéressée et fait sourire, comme la plupart des autres de l'auteur. Tout s'est gâté lorsque j'ai regardé, un peu avant la fin de ma lecture, la bande-annonce du film. Elle promet un long métrage indigent... et relativement scabreux.
Lorsque Sattouf raconte l'adolescence dans ses BD (lose, drague, obsession pour le sexe...), il s'agit d'autofiction ('L'Arabe du Futur') ou de témoignages (série 'Esther'). Voir des ados se tripoter dans un film, cela me gêne, en revanche : le support est trop réaliste, on entre dans l'intimité des jeunes gens.
Cela m'a brutalement interrogée sur les intentions de l'auteur (idem Bastien Vivès avec 'Une Soeur'), qui semble ne pas pouvoir passer à autre chose. Je n'avais jamais envisagé son oeuvre sous cet angle.
A part ces doutes, je l'ai trouvé marrant, Sattouf, et sympa - le côté paternel ou grand frère attentionné pour que son 'poulain' ne prenne pas le melon, décroche Brevet & Bac et ne touche pas à la drogue.
.
Pas envie de poursuivre la série. J'ai également arrêté 'Esther', qui a perdu la spontanéité de l'enfance et la sincérité des débuts de l'aventure.
.
PS : après lecture des autres avis sur Babelio, je vois qu'il n'y a probablement pas lieu de s'inquiéter sur le fait de filmer des émois & actes intimes adolescents...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          375
Bazart
  08 novembre 2021
Riad et Esther, les deux héros récurrents de Riad Sattouf, accueillent un nouveau compagnon.
Il est jeune et parisien, dans la famille Sattouf : je demande Vincent, le neveu.
Vincent Lacoste , le encore jeune acteur qui compte dans le cinéma français, l'acteur d'à peine trente ans et près de trente films au compteur, a été découvert par Riad Sattouf à l'occasion d'un casting sauvage.
Un million d'entrées et le César du premier film plus tard, “ Les beaux Gosses” changeait la vie du tout jeune Vincent.
Sacrée responsabilité pour le réalisateur, le jeune acteur n'allait-il pas être attiré par le dangereux chant des sirènes de la notoriété ?
Riad Sattouf, instinct avunculaire en avant, suivra de très, très près l'ascension de son “Antoine Doinel”.
Encore un beau livre tendre de notre cher Sattouf, chez Baz'art nous le suivons depuis les géniales séries “ Pipit Farlouse ‘' et “ Les pauvres aventures de Jérémie ”.
Et on aime énormément Vincent Lacoste, qu'on a eu la chance d'interviewer plusieurs fois lorsqu'il a accompagnait certains des cinéastes pour lesquels il jouait, souvent des amis proches comme Felix Moati ou Antoine de Barry
Conteur né, l'auteur nous fait pénétrer dans les arcanes de la production de son premier long métrage.
Grand admirateur de François Truffaut, Riad Sattouf, en écrivant “ Les beaux gosses” rêve de réaliser ses quatre cent coups.Récit intimiste, mais aussi véritable “ Que sais-je?” de la réalisation d'un film, “ le Jeune Acteur 1, Les aventures de Vincent Lacoste au cinéma” devient le journal d'un tournage et d'une rencontre humaine forte et responsable, aussi forte et responsable que la rencontre de François Truffaut et Jean-Pierre Léaud.
Etude sociologique et anthropologique, mais aussi autofiction délicieusement ironique, “ Encore, Encore!!”, s'écrie le lecteur enthousiaste, “ raconte nous ton histoire Oncle Riad “.
Lien : http://www.baz-art.org/archi..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          392
jamiK
  14 février 2022
Drôle d'idée de raconter la vie d'un acteur encore jeune aujourd'hui. Dans "Le jeune acteur", Riad Sattouf nous présente sa rencontre avec l'acteur Vincent Lacoste qui le premier rôle dans son film “Les beaux gosses”.
Dans l'introduction et la conclusion, c'est Riad Sattouf qui parle à la première personne, dans le développement central, c'est Vincent Lacoste.
Si j'ai parfois du mal avec les récits sur l'adolescence de Riad Sattouf, montrant des personnages trop pathétiques pour qu'on parvienne à s'y intéresser, et souvent trop axés sur des considérations d'adolescents, le dépucelage, la drague, la branlette… ce n'est pas (plus) un sujet qui me passionne, ça me fait l'impression de revoir un film pour ados (La Boum…) alors que j'ai passé 50 ans… bof bof bof…
Paradoxalement, ici, je me suis régalé. Il y a une complicité entre Riad Sattouf et Vincent Lacoste qui se développe au fil du récit, c'est raconté avec justesse et sensibilité, et c'est aussi très drôle. ça parle autant du cinéma que de l'adolescence (Candide au pays du cinéma). le ton est juste, c'est ancré dans l'époque, les nombreuses anecdotes renforcent l'imprégnation dans l'histoire, on se sent proche du personnage. Vincent Lacoste, dans ses errances, est très touchant. le récit, un peu glauque dans les nombreux détails, finit par être vraiment très émouvant.
J'apprécie beaucoup Riad Sattouf, la personne, celle que je découvre dans les interviews radiophoniques ou télévisuels, et j'ai du mal à retrouver cet intérêt dans ses productions. Ici, il parvient à faire partager sa complicité, son admiration, sa sympathie pour Vincent Lacoste, et cette lecture devient alors un beau moment de lecture.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          330
afadeau
  10 mai 2022
J'avoue que le succès de L'arabe du futur, avec ses 5 tomes de retard et ses 2,5 millions d'exemplaires, paradoxalement, ne m'avait pas incité à m'y intéresser. Là, le hasard et ses messagers providentiels m'ont permis de découvrir un petit chef-d'oeuvre dans un objet nouveau pour moi et c'est jubilatoire !

Voici ce que j'ai longtemps considéré comme la bande dessinée type : une cinquantaine de pages, des bulles avec un texte court, voire pas de texte du tout, afin de laisser beaucoup de place au dessin qui devait être savamment coloré et riche graphiquement.
Là, le format m'a fait prendre conscience de ce que pouvait être le roman graphique : 144 pages soit un vrai livre, des bulles où le texte prend le plus souvent la moitié des cases et même plus – les rares cases sans texte se repèrent immédiatement et du coup font mouche.
Riad Sattouf raconte et dessine les péripéties liées à la réalisation, en 2008, de son premier film. Il choisit comme rôle principal Vincent Lacoste, timide et complexé, jeune collégien qui arrive un peu par hasard au casting. C'est l'histoire d'un adolescent plutôt banal, devenu à partir de cette rencontre fondatrice, un des acteurs les plus talentueux et demandés du moment.
L'auteur parle de lui-même à travers Vincent Lacoste. Les péripéties vécues par Hervé, le personnage du film, sont aussi les siennes quand il avait le même âge. Riad Sattouf, tout comme Vincent-Hervé, rêvait d'être célèbre et se trouvait moche à l'adolescence vers ses 14 ans. le réalisateur le prend peu à peu sous son aile protectrice dans une sorte de relation père-fils...
Au départ tout commence avec « Je m'appelle Riad Sattouf » qui se présente et raconte en une trentaine de pages le choix, difficile, de son acteur principal, puis vient le coeur du livre avec « Je m'appelle Vincent Lacoste », récit du jeune acteur par lui-même, et enfin une dernière partie avec les conséquences pour l'un et l'autre... Scénario maîtrisé de superbe manière par le maître !
Le lecteur découvre ici une magnifique illustration des coulisses du cinéma, les castings, le tournage, les problèmes à régler, les doutes, les rapports entre acteurs débutants et leur confrontation avec les acteurs célèbres. le passage de l'anonymat au statut d'acteur en vue, la responsabilité du réalisateur face à un jeune qui entre dans un univers tellement différent de tout ce qu'il a connu auparavant sont particulièrement bien évoqués. C'est précis, très intéressant et excessivement drôle. Oui, j'ai beaucoup rit !
Dans la foulée, j'ai eu envie de découvrir son film Les beaux gosses, césar du premier film en 2010 et plus d'un million d'entrée ! J'ai aimé retrouver Vincent Lacoste en collégien propulsé dans ce film, pas vraiment à son avantage, le vivre à la lumière des confidences et secrets de tournage du roman graphique. Mais franchement, si voir le résultat des situations évoquées dans le jeune acteur – et Vincent Lacoste en ado mal peigné, habillé de même – m'a intéressé, je préfère de loin le Riad Sattouf auteur de BD. Son deuxième film, Jacky au royaume des filles en 2014, n'a pas connu le succès, alors que les ovations du public pour son oeuvre graphique sont impressionnantes. Il aurait rêvé d'être le nouveau François Truffaut, il devient un nouvel Hergé, ce n'est pas mal, non ?
Riad Sattouf est né à Paris en 1978 d'un père syrien, docteur en histoire, et d'une mère française d'origine bretonne. Il passe son enfance en Libye puis en Syrie avant de revenir en France à l'âge de 12 ans, enfance racontée dans L'arabe du futur. Il effectue sa formation aux beaux-arts puis plusieurs écoles graphiques. Il est passé par Charlie Hebdo et est l'un des rares auteurs à avoir gagné à deux reprises le Fauve d'or du meilleur album de l'année au Festival International de la bande dessinée d'Angoulême avec Pascal Brutal 3 en 2010 et L'Arabe du futur 1 en 2015. Pour cette nouvelle série, il a créé sa propre maison d'édition : Les livres du futur.
Vincent Lacoste est un acteur qui me plaît beaucoup. Il confirme, dans ses derniers films, dans les registres différents l'étendue de son talent : le comique et la dérision dans « Illusions perdues » de Xavier Giannoli et le tragique poignant dans « de nos frères blessés » de Hélier Cisterne.
Je suis déjà curieux de voir ce que Riad Sattouf va trouver pour le tome 2. Nul doute que cette amitié singulière, unique dans son genre, va continuer de m'enchanter. Maintenant, j'ai bien envie de lire l'arabe du futur...
*******
Retrouvez cette chronique avec illustration sur le blog Bibliofeel ou sur la page Facebook et Instagram Clesbibliofeel...

Lien : https://clesbibliofeel.blog
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          211
Fanny1980
  16 mars 2022
Un ami me l'a prêtée… Cette bande dessinée est sélectionnée au festival d'Angoulême… Cet auteur sait y faire pour avoir un franc succès…
Riad Sattouf exploite le filon de l'adolescence avec toujours un même type de dessins, que ce soit dans L'Arabe du futur sur sa propre enfance, dans Les carnets d'Esther, sur la vie d'une collégienne, ou maintenant dans cette nouvelle série sur les débuts de Vincent Lacoste au cinéma, un acteur qui a joué pour la première fois dans Les beaux gosses, un film réalisé par Riad Sattouf il y a un peu plus de dix ans.
L'auteur se met en scène et met en scène cet adolescent qu'il est fier d'avoir découvert, en parlant du tournage de ce film. Ce livre est très bien noté.
Pour ma part, à chaque nouvelle lecture de Riad Sattouf, je me dis la même chose : cette fois, c'est la dernière… Car globalement, je suis toujours un peu déçue : pas assez drôle, pas assez profond, redondant avec ce qu'il a déjà fait…
Un conseil donc : ne tenez pas compte de mon avis, mais peut-être plus des 406 notes qui le précèdent, et faites-vous votre propre opinion sur cet auteur assez incontournable !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          213


critiques presse (3)
Bedeo   18 avril 2022
Le style graphique de l’ouvrage, caractéristique de Riad Sattouf, rustique, quasi enfantin, permet de s’immerger, plus intensément encore, dans le personnage du jeune Vincent. Le dessin tend parfois vers la caricature ce qui ne manque de provoquer l’hilarité du lecteur.
Lire la critique sur le site : Bedeo
LigneClaire   08 février 2022
Riad Sattouf, l’auteur de L’Arabe du futur et des Cahiers d’Esther, retrace le parcours incroyable de Vincent Lacoste, le héros de son film Les Beaux Gosses, dans un album pétri d’humour, servi par son talent de dialoguiste et son sens aigu de l’observation.
Lire la critique sur le site : LigneClaire
BoDoi   26 janvier 2022
Le portrait de Vincent Lacoste ici tracé est drôle et tendre, parfois caustique. [...] La ligne est toujours claire et fluide, le récit rythmé, les couleurs adoptées - jaune pour le récit de l’acteur, bleu pour le point de vue de l’auteur et réalisateur - se font efficacement narratives. Et l’album se dévore avec une délectation certaine.
Lire la critique sur le site : BoDoi
Citations et extraits (10) Voir plus Ajouter une citation
ZilizZiliz   30 octobre 2021
C'étaient des catalogues pleins de photos d'aspirants acteurs. Ils étaient classés par sexe et par tranche d'âge.
Il y en avait des centaines.
Une sorte d'annuaire de tous les jeunes populaires des collèges et lycées de France.
Tout le monde se ressemblait, là-dedans.
- J'aimerais des moches en fait
- Des moches ? Moches comment ?
- Comme dans la vraie vie, avec des têtes bizarres, moches quoi.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          142
ZilizZiliz   19 décembre 2021
Un jour, avec Toufik, on avait regardé des épisodes de Nip/Tuck, une série géniale.
Ça racontait la vie sexuelle de deux chirurgiens esthétiques à Miami, ils faisaient des trucs de dingues.
Je me voyais bien plus tard comme Christian Troy, riche et gros chaudard...
Mais on avait regardé sur internet au CDI après, et les études étaient ultra-dures et longues.
- 12 ans d'études pour refaire des nichons ? Ils sont sérieux ?
- Nique leur mère à eux !
Alors j'ai zappé l'idée.
(p. 44)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          113
ZilizZiliz   19 décembre 2021
J'étais pas cinéphile, même si mon père essayait de me cultiver.
- Vincent, tu veux regarder un film de Lubitsch ? C'est un réalisateur qui a fait......
- VAZY RAY mais arrête avec tes vieux films tout gris.
Le seul film que j'adorais était 'Scarface' de Brian de Palma.
- Pfff on l'a vu 20 fois...
- BEN ALLEZ ÇA FERA 21.
(p. 34)
Commenter  J’apprécie          80
ZilizZiliz   19 décembre 2021
Je m'appelle Riad Sattouf et j'avais 14 ans en 1992. Je rêvais d'être populaire, mais j'étais moche.
Pour fuir la réalité, je passais mon temps libre à dessiner.
Je rêvais aussi de devenir un auteur célèbre de bandes dessinées de science-fiction.
(...)
Au collège, mes copains étaient beaucoup plus cultivés et intelligents que moi, mais ils étaient moches aussi.
J'étais jaloux et envieux des garçons séduisants.
(p. 7)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
afadeauafadeau   10 mai 2022
Donc, on tourne l’été prochain, interdit de se casser un bras ou de mourir dans les 3 prochains mois. » [...] « Tu continues à bosser à l’école, c’est obligatoire, tu dois avoir le brevet cette année sinon je te vire direct ! » [...] « Tu prends pas le melon non plus ! Sinon je te vire aussi et je trouve quelqu’un d’autre, j’ai aucune pitié avec les frimeurs !
Commenter  J’apprécie          50

Videos de Riad Sattouf (109) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Riad Sattouf
L'émission "Le coup de coeur des libraires est diffusée sur les Ondes de Sud Radio, chaque vendredi matin à 10h45. Valérie Expert vous donne rendez-vous avec votre libraire Gérard Collard pour vous faire découvrir leurs passions du moment ! • Retrouvez leurs dernières sélections de livres ici ! • • Les Cahiers d'Esther - Tome 7 Histoires de mes 16 ans de Riad Sattouf aux éditions Allary https://www.lagriffenoire.com/les-cahiers-d-esther-tome-7-histoires-de-mes-16-ans-vol07.html • le Gang des rêves de Luca di Fulvio et Elsa Damien aux éditions Pocket https://www.lagriffenoire.com/le-gang-des-reves.html • Les Enfants de Venise de Luca di Fulvio et Françoise Brun aux éditions Pocket https://www.lagriffenoire.com/les-enfants-de-venise.html • le soleil des rebelles de Luca di Fulvio aux éditions Pocket https://www.lagriffenoire.com/le-soleil-des-rebelles.html • Les Gens de Mogador (T1) de Elisabeth Barbier et Serge Roux aux éditions Archipel Poche https://www.lagriffenoire.com/les-gens-de-mogador-t.1-ludivine.html • Les Gens de Mogador (T2) de Elisabeth Barbier et Serge Roux aux éditions Archipel Poche https://www.lagriffenoire.com/les-gens-de-mogador-julia-tome-2.html • Les Florio - tome 1 - Les Lions de Sicile de Stefania Auci et Renaud Temperini aux éditions Livre de Poche https://www.lagriffenoire.com/les-lions-de-sicile-les-florio-tome-1.html • Les Florio - tome 2 - le Triomphe des lions de Stefania Auci et Renaud Temperini aux éditions Albin Michel • Les Déracinés de Catherine Bardon aux éditions Pocket https://www.lagriffenoire.com/les-deracines.html • La Fille de l'ogre de Catherine Bardon aux éditions Les Escales https://www.lagriffenoire.com/la-fille-de-l-ogre.html • La Vie, au fond de Hugues Serraf aux éditions Intervalles https://www.lagriffenoire.com/la-vie-au-fond.html • Plus on est de fous, plus on s'aime de Jacky Durand aux éditions Stock https://www.lagriffenoire.com/plus-on-est-de-fous-plus-on-s-aime.html • Les recettes de la vie de Jacky Durand aux éditions Folio https://www.lagriffenoire.com/les-recettes-de-la-vie.html • Marguerite de Jacky Durand aux éditions Folio https://www.lagriffenoire.com/marguerite.html • Café sans filtre de Jean-Philippe Blondel aux éditions L'Iconoclaste https://www.lagriffenoire.com/1108752-article_recherche-cafe-sans-filtre.html • Juke-Box de Jean-Philippe Blondel aux éditions Pocket https://www.lagriffenoire.com/juke-box.html • La grande escapade de Jean-Philippe Blondel aux éditions Folio https://www.lagriffenoire.com/la-grande-escapade.html • Éternelle de Lisa Scottoline et Barbara Versini aux éditions Hauteville https://www.lagriffenoire.com/eternelle.html • • • Chinez & découvrez nos li
+ Lire la suite
autres livres classés : cinemaVoir plus
Notre sélection Bande dessinée Voir plus