AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9782266189217
235 pages
Éditeur : Pocket (08/01/2009)

Note moyenne : 3.72/5 (sur 143 notes)
Résumé :
« J'ai décidé hier après-midi de tuer ma fille. À quatre-vingts ans, cela ne va pas être facile. D'autant que je me déplace en fauteuil roulant. »

Mais cette octogénaire hémiplégique est bien déterminée à parvenir à ses fins. Car entre mère et fille, la haine est réciproque et implacable. Ancienne pianiste, adulée par les hommes, despotique, Éléonore ne s'est jamais préoccupée de personne sauf d'elle-même. Terne et aigrie, sa fille Élisabeth attend de... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (35) Voir plus Ajouter une critique
domisylzen
  31 mars 2016
Corrosif. C'est le moins que l'on puisse dire. Des relations mère fille, tendues … très tendues. Au point ou Eléonore veut tuer sa fille, Elisabeth.
Suite à un AVC, Eléonore est devenue Hémiplégique et muette. Elle, qui a été une pianiste d'exception, ayant tous les hommes à ses pieds, est condamnée à vivre en fauteuil roulant, à la merci de tout un chacun et surtout de sa fille, que seule l'héritage intéresse. Son gendre est un mou du bout : genre oui oui ma chérie ... quoiqu'au lit il a l'air d'assurer. M'enfin il ne faut pas croire qu'Eléonore est une sainte car elle aime régner sans partage sur son entourage. Un égo surdimensionné ? Je pense que l'on peut aisément la comparer à tatie Danielle.
Heureusement Eléonore peut compter sur Léonie, sa fidèle dame de compagne et de Charles le notaire, ancien amant. Son fils Brian vit aux Etats-Unis et ne lui est pas d'un grand secours. Il est prévu qu'il revienne pour la Noël.
Les premiers chapitres sont des vacheries que la mère et la fille se font à tour de rôle : dans le genre je t'aime moi non plus. Ce n'est pas hilarant mais ça se lit facilement. Un bouquin pas compliqué pour lire sur la plage l'été ou le soir quand vous êtes overbookés au boulot.
Bien à lire mais pas indispenable.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          330
fabienne1809
  29 mai 2019
Je découvre l'auteure Valérie SAUBADE avec son premier roman, publié il y a bientôt vingt ans.
C'est un livre décapant et addictif.
Le personnage principal, Eléonore, fête ses quatre-vingts au début du livre. A la suite d'un accident cérébral, elle est hémiplégique, ne peut plus s'exprimer par la parole, mais a gardé l'esprit très vif. D'une main encore valide, elle parvient à déplacer son fauteuil roulant, en bloquer les roues et faire passer des messages au moyen d'un cahier de mots, puis d'un ordinateur.
L'histoire commence très fort, de sorte qu'on est tout de suite emporté dans le récit d'Eléonore qui est la narratrice de toute cette histoire.
Il y a d'autres très beaux personnages, comme ceux de Charlotte, de Charles de Beaulieu (le notaire) et d'Antoine.
Les thèmes très lourds comme ceux du handicap, de la vieillesse, de la maltraitance et de la cupidité sont abordés avec un humour grinçant.
Ce roman est un coup de coeur pour moi.
Commenter  J’apprécie          202
benjamin2010
  20 août 2011
Ce roman est le premier que je lis de Valérie Saubade.
Il aborde les thèmes de la dépendance, de la maltraitance, de la négligence, des relations "mère-fille", de l'amitié,... le tout avec un humour assez caustique !
On y découvre la haine qu'une mère et sa fille entretiennent l'une envers l'autre, chacune ayant ses raisons propres et valables.
Certaines scènes peuvent paraitre un peu surréalistes, mais elles peuvent être bien réelles (pour bien connaître le milieu des personnes âgées, cela m'a rappelé certaines situations où l'héritage était très attendu, la néglicence visible et l'isolement très présent...)
Au fil des pages, on découvre donc le quotidien d'Eléonore, octogénaire très vive d'esprit mais emprisonnée dans son corps, et celui de sa fille, qu'elle n'a jamais appréciée mais qui s'occupe d'elle à présent et qu'elle a décidé de tuer.
Hilarant par moments, ce livre peut également être dérangeant si l'on réfléchit plus précisément aux thèmes abordés.
Dans tous les cas, cela a été pour moi un bon moment de lecture
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          80
Heureuse
  22 décembre 2010
S'il n'y avait pas le contexte, on se serait cru dans un roman anglais. Grinçant à souhait, féroce mais incroyablement drôle. Un humour noir qu'il faut apprécier bien sur...
Un auteur français se serait amusé à décortiquer les relations mère-fille, à les faire tomber dans les bras l'une de l'autre après une discussion à coeur ouvert. Ici on en est bienheureusement dispensé. Valérie Saubade nous délecte de la férocité de ses personnages, sous leur vernis si impeccable.
J'avoue que le côté grande bourgeoise de la mère m'a un peu agacée. Reprocher à son gendre de mettre du déodorant bon marché alors qu'il a peu de revenus ça me dérange et mépriser les femmes qui s'habillent en prêt-à-porter ne me la rend pas forcément proche... Contextualisons...

En résumé, une lecture très agréable pour un très bon moment.
Commenter  J’apprécie          90
Ziliz
  01 juillet 2011
Les relations n'ont jamais été tendres entre Elisabeth et sa mère Eléonore. Depuis que la vieille femme est devenue hémiplégique et muette suite à un AVC, Elisabeth et son mari sont venus vivre avec elle dans sa maison. Ils entendent bien récupérer le maximum à sa mort, aux dépens du demi-frère. La vieille dame n'est pas dupe, subit les perfidies d'Elisabeth et résiste dans la mesure de ses faibles moyens physiques. Elle fait tout pour mettre les nerfs de sa fille à rude épreuve et la faire craquer. Comment va évoluer ce bras de fer ?
Ouch ! voilà un roman qui nous ballotte longuement entre sourires et tensions ! que de haine échangée, de mépris, de rivalités ! Certes, Elisabeth est vénale et odieuse, mais on comprend aisément qu'elle en veuille à cette mère qui n'a jamais su l'aimer. Pendant toute la première moitié du roman, j'ai oscillé entre pitié et dégoût à l'égard d'Eléonore qui a toujours eu une très haute opinion d'elle-même et a passé sa vie à régenter ses proches... Puis à la moitié du récit, avec Charles, Antoine et Charlotte, tendresse et douceur surgissent enfin, la vieille dame se montre capable d'aimer et nous attendrit. On comprend pourquoi la mère a été si distante avec sa fille et pourquoi celle-ci a nourri tant de haine... Je suis contente d'avoir surmonté ma réticence des cent premières pages, la suite en vaut vraiment, vraiment la peine !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50

Citations et extraits (11) Voir plus Ajouter une citation
AproposdelivresAproposdelivres   28 octobre 2014
J’avais donc décidé d’aller chez le notaire pour me venger des humiliations qu’Élisabeth m’infligeait. Je savais qu’elle était obsédée par la perspective d’hériter de notre maison de famille. Et très inquiète à l’idée que je décide d’avantager son demi-frère. Brian vivait aux Etats-Unis et ne venait me voir qu’une fois tous les deux ans. Comme feu son père, il était brillant mais un peu volage.
Pour Élisabeth, occuper le terrain – c’est-à-dire ma maison – semblait le plus sûr moyen de parvenir à ses fins. Sans doute s’imaginait-elle ainsi pouvoir contester un héritage défavorable, en arguant qu’elle s’était occupée de moi jusqu’à ma mort. Quoi qu’il en soit, elle se montrait excessivement préoccupée chaque fois qu’une rencontre avec mon notaire était organisée. D’autant qu’en dépit de mon handicap, je parvenais à lui interdire d’assister à ces entretiens confidentiels.
A l’issue de chacun de mes rendez-vous avec Charles de Beaulieu, Élisabeth me jetait un regard interrogateur, parfois proche de la panique lorsque je la toisais d’un air moqueur. Un plaisir innocent dont je ne me privais pas. D’autant que durant les deux jours suivant ces visites, ma fille redoublait d’attentions à mon égard.
Ma visite chez mon ami Charles de Beaulieu avait également pour but de rappeler à ma fille que, même physiquement diminuée, j’étais encore propriétaire des lieux. Élisabeth ne manifestait pas une tendresse excessive à mon égard, mais il était clair qu’elle s’était prise d’une grande affection pour ma maison. C’était peut-être le seul sentiment que nous partagions, elle et moi.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          80
domisylzendomisylzen   21 mars 2016
A quinze ans déjà son visage ingrat et ses formes incertaines ne laissaient présager une croissance en beauté. Ce diagnostic se confirma quelques années plus tard. De taille moyenne, ma fille affichait à vingt ans un embonpoint peu prometteur et une mine revêche. Je dus en prendre mon parti. Comme son père - mon premier mari -, ma fille avait de gros os mais bien peu d'esprit.
Commenter  J’apprécie          170
claraetlesmotsclaraetlesmots   27 mars 2010
Le repas du soir fut morne et sans saveur. Elisabeth déclara qu’elle était trop épuisée pour me faire manger. Léonie était rentrée chez elle, Michel me servit d’assistant. Pressé d’en finir, il me fit maladroitement avaler ma soupe, au point que j’en attrapai le hoquet.(…)Sans me laisser le temps de respirer, mon gendre enchaîna aussitôt avec une compote de pommes. (..) J’avais l’impression d’être une oie soumise au gavage
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          90
Zazette97Zazette97   21 avril 2014
Recroquevillée dans l'ombre, j'attendais tous les soirs que Madame Chabot eût terminé de récurer la cuisine pour venir me coucher. Une fois leur repas achevé, Elisabeth et Catherine se disputaient, tel un vieux couple, le privilège de choisir un programme de télévision.
Installées confortablement dans mes meubles, elles s'employaient à oublier jusqu'à mon existence.
Je luttais avec énergie pour sortir de cet exil intérieur. Je me sentais encore tellement vivante. p.161
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
domisylzendomisylzen   31 mars 2016
Je ne crois pas qu'elle se soit suicidée. Elle s'est fanée peu à peu, épuisée de tristesse.
Commenter  J’apprécie          160

Videos de Valérie Saubade (5) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Valérie Saubade
Pour la septième année, le Prix « Polar en Séries », conçu avec le soutien de la SCELF, récompense en 2021, un roman noir ou polar francophone pour ses qualités propres et son potentiel d'adaptation en série télévisée.
Voici la liste des 6 ouvrages finalistes et les liens vers les pitchs vidéos :
- "Au bal des absents" de Catherine Dufour (Seuil – 2020) : https://bit.ly/3mJCdo5 - "Clown à tuer" d'Eldiablo et Niro (Dupuis – 2020) : https://bit.ly/3g6KZen - "Du bleu dans la nuit" de Jean-Charles Chapuzet (Marchialy – 2020) : https://bit.ly/3a6nazt - "L'ange rouge" de François Médéline (La Manufacture de livres – 2020) : https://bit.ly/3arKuIv - "Le Silence de Clara Wight" de Valérie Saubade (Anne Carrière – 2018) : https://bit.ly/3tgWl3r - "Leur âme au diable" de Marin Ledun (Gallimard – 2021) : https://bit.ly/32gYEaw
Le festival Quais du Polar aura lieu à Lyon du 2 au 4 juillet 2021, retrouvez toutes les infos concernant Polar Connection, le label professionnel de l'évènement et les modalités d'accréditations ici : https://bit.ly/3tgqYGc
Le prix Polar en Séries est initié par Quais du Polar avec le soutien de la SCELF, d'Auvergne-Rhône-Alpes Cinéma, d'Initiative Film et du BIEF. En partenariat avec Écran Total et la CinéFabrique de Lyon
+ Lire la suite
autres livres classés : vieillesseVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Happy birthday grand-mère, de Valérie Saubade

Quel est le prénom de Grand-Mère ?

Eleonore
Alphonsine
Monique
Suzanne

10 questions
14 lecteurs ont répondu
Thème : Happy birthday grand-mère de Valérie SaubadeCréer un quiz sur ce livre